jeudi 25 mai 2017

Christian Gerin, candidat aux Législatives sur Royan : « Priorité à des formations post baccalauréat tournées vers le numérique »

Né à Paris, Christian Gerin a craqué pour la Charente-Maritime voici une quinzaine d’années. Mornac est son port d’attache ! Journaliste, il est producteur d’émissions médicales et de « Faites entrer l’accusé ». Sa société 17 Juin Media consacre sa date d’anniversaire ! Pourquoi sa candidature aux Législatives ? « Si je suis élu, je m’engage à ne postuler aucun autre mandat et à consacrer toute mon énergie à ce territoire » . Sous-entendu, contrairement à d’autres ! Issu de la société civile, il souhaite faire une carrière politique locale. « En tant que chef d’entreprise, j’ai plutôt réussi. A 63 ans, il est temps de servir et de renvoyer l’ascenseur » dit-il.
Il répond à nos questions :

Christian Gerin entre en campagne sur la cinquième circonscription. 
Habitant Mornac, il est marié et père de 5 enfants.
• Christian Gerin, êtes-vous candidat sur la cinquième circonscription Royan/Saint-Aignant/Marennes/Tonnay-Charente ?

Je suis candidat sur cette circonscription avec l’étiquette « Majorité présidentielle » et si je suis élu, je rejoindrai le groupe En Marche à l’Assemblée Nationale. Ce ne sera pas le cas de Gérard Potennec, qui se revendique pourtant de ce mouvement. Il a été investi dans le cadre des accords nationaux entre le Modem et En Marche. Il est Modem. Gérard Potennec est une machine à perdre. Lors d’autres scrutins, il a obtenu moins de 5% des voix, ce qui l’a obligé à rembourser ses frais de campagne. Il est important que des précisions soient apportées à ce sujet afin d’éclairer les électeurs.
Le communiqué qui été publié entretient une confusion en faisant croire qu’il est investi par La Republique En Marche.

• Vous-même n’avez pas obtenu l’investiture d’En Marche en raison de tweets déclarés antisémites…

Le lendemain du jour ou j’ai été investi par le Mouvement en Marche, cette « boule puante », sortie en début d’après-midi, a été relayée immédiatement par deux personnes contre lesquelles je porterai plainte au soir du deuxième tour des Législatives.
La Licra (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme) a déclaré qu’elle évaluerait les tweets en vue d’une transmission au Parquet, ce qu’elle n’a pas fait à ce jour. Je tiens à la disposition de vos lecteurs l’attestation sur l’honneur de personnalités avec lesquelles j’ai travaillé depuis vingt ans, dont Michel Cymes, Marina Carrère d’Encausse, François de Closets, Philippe Gildas, Nagui ou Marc-Olivier Fogiel. Dans cette attestation, ils confirment que je n’ai jamais proféré, rapporté ou relayé de propos antisémites dans des sphères privées ou publiques.
Cette polémique est liée au fait que je revendique une positon critique envers la politique actuelle conduite en Israël par Benyamin Netanyahou. Il y a un glissement sémantique, toute critique politique conduit alors à l’antisionisme et à l’antisémitisme. Or, cela n’a rien à voir. Je vomis les antisémites et l’antisémitisme ! Je suis un militant de la paix au Proche-Orient et je considère que la politique menée actuellement nous éloigne d’une solution à deux Etats vivant en paix et en sécurité dans des frontières internationalement reconnues et viables.

Bref, si j’ai été suspendu, je remarque que le comité d’éthique d’en Marche ne m’a toujours pas entendu. Je n’ai donc pas comparu devant mes pairs, c’est pourquoi j’annoncerai ma candidature sous les couleurs d’Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse qui se tiendra sur le port de Mornac vendredi 26 mai à 19 h en présence de ma suppléante Marie-Noëlle Groch, directrice d’un établissement professionnel à Saint-Jean d’Angély, et de Régine Jolly, vice-présidente de la Cara.

• Quels seront vos thèmes de campagne ?

Je produis des émissions télévisées depuis vingt ans sur des sujets médicaux. Mes thèmes de campagne graviteront autour de la santé qui est une priorité, l’entrepreneuriat et la communication ; ceux de ma suppléante concerneront l’éducation, l’apprentissage et la formation.

• La campagne sera courte…

En effet, il n’y a pas de temps à perdre, la campagne sera courtissime ! Et nous sommes 19 candidats…

• Quel regard portez-vous sur cette circonscription ?

Elle regroupe des populations différentes, peuple de la mer avec les pêcheurs, ostréiculteurs, mytiliculteurs ; peuple de la nature avec les agriculteurs, viticulteurs, chasseurs, écologistes dans l’intérieur des terres ; peuple du soleil sur la côte Atlantique et aussi peuple oublié, celui qui souffre le plus dans la région de Tonnay-Charente. Mes premiers efforts porteront sur le développement économique et l’emploi dans ce secteur.
Le député sortant, Didier Quentin, a conservé depuis 20 ans son électorat sur Royan en multipliant par deux le nombre de monuments aux morts. Je respecte les morts, mais je travaille pour les vivants ! J’ouvrirai donc une formation post-baccalauréat à Royan et Tonnay-Charente tournée vers les carrières du numérique, en partenariat avec les actions que conduit le Conseil départemental.
Le tourisme et l’ostréiculture sont les mamelles de la circonscription. Ces deux secteurs créent des emplois saisonniers. Il faut que nos jeunes aient d’autres perspectives que de faire la saison trois mois pendant l’été et les huîtres durant deux mois l’hiver. Et pointer le reste du temps au chômage. D’où la nécessité de filières de formation et de valorisation. En ce qui concerne le Carel, je défendrai cette institution. 
Des pistes de développement du territoire sont également à approfondir avec le président de la Cara, Jean-Pierre Tallieu, qui est un homme de qualité.

Une circonscription aux populations différentes, du tourisme de la côte atlantique 
aux zones plus fragiles
• Indiscrétions : 

• Au sujet de Stéphanie Muzard, candidate d’EELV sur la 5ème circonscription :  « c’est une adversaire que je respecte. Son mari, Benoît Biteau, est un homme remarquable ».

• Christian Gerin a une passion pour les chevaux, course d’obstacles et de trot, loisirs.

1 commentaire:

la muse a dit…

Muzard avec un D. HIHIHIHI........comme muzarder, éthymmologie nom de famille originaire de Bourgogne, YONNE, muser, muses.

Je suis étonnée de la fin de l'article, me concernant et concernant le candidat sur la 4ème circonscription Benoît Biteau. Mr Gérin- comme Mr Quentin- semble reconnaître les qualités "respectables" d'écologistes hors paire, reconnus au-delà du département pour leurs compétences et leurs engagements humanistes.
Cela change de ses premiers avis "BOBOS ECOLOS" avant qu'il ne nous écoute en débat ou au salon de l'ostréiculture, sur des sujets que nous maîtrisons...étant paysans et femme et homme de culture, patriotes et de convictions, petits-enfants de résistants...
Son regard aurait-il changé sur les paysans et les écologistes ?

Stéphanie Muzard.