lundi 10 août 2020

Saintes : fermeture de l'aire de camping-cars


La Ville de Saintes a pris la décision difficile de fermer, en urgence, l'aire de camping-cars située à proximité du site de la Palu. 

En effet, cette aire n'a pas fait l'objet de travaux depuis très longtemps. Cette négligence se solde notamment par des horodateurs cassés et une fosse d'aisance qui ne fonctionne plus, ce qui pose des problèmes de salubrité publique évidents.

Devant l'urgence sanitaire de la situation, la Ville, soucieuse de protéger un site classé « Natura 2 000 », a été contrainte de fermer cette aire pour y faire prochainement des travaux. Ces travaux devront être réfléchis en cohérence avec le nouveau projet politique de l'équipe municipale qui vise à faire, au sein de la Palu, un parcours santé et nature.

Les utilisateurs sont invités à prendre attache avec le camping dans le respect du règlement et de la tarification de ce dernier

vendredi 7 août 2020

Mares de tonnes : limitation des usages de l'eau pour le remplissage

Les modalités de remplissage des mares de tonne sont fixées par l'arrêté préfectoral n° 20EB0091 du 15 avril 2020 encadrant et définissant les mesures de restriction ou de suspension provisoire du remplissage des mares de tonne dans le département de la Charente-Maritime entre le 15 avril et le 30 novembre 2020. Dans chaque bassin de gestion sont définis des indicateurs représentatifs de l’état des milieux qui déterminent suivant leur niveau les règles de gestion applicable au remplissage des mares de tonne.
En raison des conditions météorologiques actuelles, le passage du premier seuil pour 11 bassins sur 13 nécessite la prise de mesures d’interdiction de remplissage et de remise à niveau des mares de tonne pour la chasse de nuit au gibier d’eau.
 

 • DISPOSITIONS APPLICABLES

Par arrêté préfectoral, le préfet de la Charente-Maritime a décidé les mesures de restriction suivantes :

Depuis le 4 août dernier, les prélèvements en milieu naturel pour le remplissage des mares de tonne de chasse sont soumis aux règles suivantes :

Interdiction de remplissage et de remise à niveau

Curé-Sèvre Niortaise

Marais de Rochefort Nord

Marais de Rochefort Sud

Marais Bord de Gironde Nord

Fleuve Charente

Seugne

Mignon

Boutonne et ses affluents

Antenne et Rouzille

Seudre

Isle bassin aval (Lary et Palais)

• Pour les autres bassins, le remplissage est possible sans limitation.

Dix jours avant l’ouverture de la chasse au gibier d’eau, conformément à l’arrêté cadre, la situation dans chaque bassin de gestion sera réexaminée afin d’arrêter les règles de remplissage des mares de tonne.

Limitation des usages de l'eau pour l'irrigation

Mesures de limitation

En l’absence de pluie significative, la tendance à la baisse des niveaux des cours d’eau se poursuit. Dans ce contexte, plusieurs indicateurs de bassins franchissent le premier seuil de restriction et passent en situation d'alerte conformément aux arrêtés cadre interdépartementaux en vigueur délimitant les zones d’alertes et définissant les mesures de limitation ou de suspension provisoires des usages agricoles de l'eau pour faire face à une menace ou aux conséquences d'une sécheresse ou à un risque de pénurie du 1er avril au 31 octobre 2020 .

Cette situation a conduit le préfet de la Charente-Maritime à renforcer les mesures de limitation des usages de l’eau par les mesures de restrictions suivantes :


L’ARS Nouvelle Aquitaine lance son premier appel à projet « Patient Partenaire en cancérologie » auprès des établissements de santé

L’évolution de la place des usagers dans le système de santé et l’émergence de nouvelles expertises, notamment celles de patients ayant l’expérience d’une pathologie chronique et qui seraient volontaires pour la partager, ont conduit l’ARS à lancer son premier appel à projet « patients partenaires » qui s’inscrit dans sa politique de démocratie en santé. Les établissements de santé volontaires ayant une activité en oncologie pourront proposer leur projet jusqu’au 15 novembre.

· Quel est le rôle du « patient partenaire » ?

Le « patient partenaire » est une personne atteinte d'une maladie chronique et qui a développé, au cours des années, une connaissance fine de sa pathologie au quotidien. Il est membre salarié de l’équipe de professionnels de santé de l’établissement auquel il est rattaché.

· Les missions du « patient partenaire »

Certaines questions, hors champ médical, sont rarement soulevées avec le personnel soignant mais font partie du quotidien des malades, confrontés à des difficultés qui viennent s’ajouter à leur maladie  (complexité des démarches administratives, besoin d’accompagnement social, etc). Le « patient partenaire » devient leur interlocuteur privilégié, capable d’aborder avec eux tous les sujets de la vie quotidienne, les accompagner, les conseiller et faciliter leurs démarches grâce à leur expérience de situations complexes liées à la maladie.

De plus, en collaboration avec les équipes soignantes, le « patient partenaire » pourra co-animer des réunions et des rencontres où seront présentes les personnes malades et leur entourage.

Au-delà du soutien moral, l’objectif de cet accompagnement est bien de transmettre toute l’énergie nécessaire aux patients pour reprendre leur vie en main, en complémentarité avec l’action de l’équipe soignante.

· Des établissements de santé volontaires, ayant une activité en cancérologie

Cet appel à projet s’adresse aux établissements de santé de la Nouvelle-Aquitaine. L’ARS dispose d’une enveloppe pour financer 6 à 8 postes à temps partiels.

Le patient partenaire intervient au sein de l’établissement de santé (et de ses éventuels services annexes) qui l’emploie.
• Consultez l’appel à projets sur le site de l’ARS Nouvelle-Aquitaine.

Opération de dépistage COVID-19 gratuit à La Rochelle

L’ARS Nouvelle-Aquitaine et La Ville de La Rochelle organisent une opération de dépistage gratuit (pris en charge à 100% par l’Assurance maladie) du COVID-19 qui va se renouveler tous les mercredis jusqu'au 26 août de 10 h à 17 h salle de l’Oratoire 6 Bis Rue Albert 1er à La Rochelle


Pourquoi cette opération de dépistage ?

Depuis le déconfinement, l’ARS Nouvelle-Aquitaine organise, dans toute la région, des opérations de dépistage gratuit pour « aller vers » des publics ayant des difficultés d’accès aux soins. Face à une reprise de circulation active du virus, elle adapte cette stratégie pour proposer des dépistages gratuits et facilités dans les lieux d’arrivées et de séjours touristiques.
En lien avec les collectivités et les professionnels de santé du territoire, ces actions ont pour but de prévenir et casser les chaînes de transmission du virus.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine encourage fortement la population à participer à ce dépistage gratuit, il s’agit de contribuer à l’effort collectif pour contenir la propagation du virus dans le département.
La Ville de la Rochelle, naturellement, soutient activement cette démarche.

Comment participer au dépistage ?

Le dépistage se fait sans rendez-vous et gratuitement.
Les personnes volontaires sont invitées à se présenter avec un masque et à respecter les mesures barrière dans la file d’attente et sur le site.
Les personnes qui viennent se faire tester doivent penser à amener leur carte vitale et leur pièce d’identité.
Le dépistage consiste en un test virologique RT-PCR (prélèvement par voie nasale) qui permet de déterminer si la personne est porteuse du virus. Les résultats sont communiqués directement à la personne concernée 24 h après le test.

• D’autres opérations de dépistage sont menées dans le département, pour connaître les dates et lieux, consultez le site de l’ARS Nouvelle-Aquitaine ou flashez le QRcode :

Vigilance feux de forêt : passage au niveau "risque très sévère"

Au regard des conditions météorologiques actuelles, le département de la Charente-Maritime est placé au niveau « Risque très sévère » du plan de vigilance Feux de forêt


Ce changement de niveau de vigilance emporte les conséquences suivantes :

- pour les particuliers : en vertu des dispositions de l’arrêté préfectoral n° 08-2942 17 juillet 2008, relatif à la protection des bois et forêts contre l’incendie, il est interdit de porter ou d’allumer du feu, y compris sur les terrains privés, à l’intérieur ou jusqu’à une distance de 200 mètres des bois et forêts. Il est rappelé qu’il est interdit de fumer dans les zones boisées. Cette interdiction s’applique également aux usagers des voies publiques traversant ces terrains. Aucune allumette ou matière incandescente ne doit être jetée sans s’assurer qu’elle soit complètement éteinte.

- les maires des communes concernées sont invités à prendre les dispositions utiles pour limiter et prévenir le risque d’incendie. Il est recommandé de restreindre les accès forestiers pendant la période l’alerte très sévère. Les feux d’artifice, qui sont assimilés aux feux de plein air, sont soumis aux mêmes interdictions et doivent être annulés ou différés.

Conseils de comportements :

- n'allumez ni feu, ni barbecue aux abords des forêts

- ne fumez pas de cigarette en forêt, ni de mégot jeté par la fenêtre d'une voiture

- ne procédez pas à des travaux source d'étincelles les jours de risques d'incendie

- si vous êtes témoin d'un incendie, donnez l'alerte en composant le 18 ou le 112 en localisant le feu avec précision,

- en attendant les secours, confinez vous dans votre maison, elle est le meilleur abri

• Pour toute information d’ordre général, retrouvez la campagne de prévention nationale des feux de forêt sur le site : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr.vpn.e2.rie.gouv.fr/campagne-feux-forets

Coronavirus : Le point de situation en Nouvelle-Aquitaine

• Vigilance collective : le port du masque ne doit pas faire oublier les autres gestes barrières !
Sur l‘ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, la tendance de l’épidémie se stabilise, mais la circulation toujours active du virus oblige au maintien d’une grande vigilance.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine tient à rappeler à l’ensemble de la population que le port du masque est un geste barrière essentiel contre le coronavirus (sous condition de sa bonne utilisation – voir encadré) mais qu’il ne suffit pas et qu’il ne dispense pas du respect des autres gestes barrières surtout le lavage des mains.
Ensemble, restons vigilants pour la sécurité de nos proches et des plus fragiles.
 
Où se faire tester en Nouvelle-Aquitaine ?

En réalisant un test RT-PCR (prélèvement naso-pharyngé), on peut savoir si on est malade ou non au moment du test. Et si on est malade, on peut ainsi prendre les mesures pour protéger son entourage. Pour la collectivité, on participe ainsi, à la lutte contre la propagation du coronavirus.
En Nouvelle-Aquitaine, vous pouvez vous faire tester gratuitement (pris en charge à 100% par l'Assurance maladie) et sans ordonnance :
· Sur les opérations de dépistage gratuit, organisées par l’ARS, dans les lieux touristiques : www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/operations-de-depistage-gratuit-en-nouvelle-aquitaine

·  Dans des laboratoires d'analyses médicales publics et privés (prendre contact avec le laboratoire avant de vous y rendre afin de connaître les modalités de rendez-vous) : www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/covid-19-ou-se-faire-depister-en-nouvelle-aquitaine-carte-des-laboratoires

 • Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

Qu’est-ce qu’un cluster ?
Un  cluster est le fait d’identifier au moins 3 cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement. L’existence de ces cas groupés signifie qu’il y a, localement, une ou plusieurs chaines de transmission actives.
Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

• Suivi des malades et personnes contacts par la plateforme d’appels de l’ARS Nouvelle-Aquitaine

Depuis le 16 mai, la plateforme (1) de l’ARS a réalisé 17 941 appels pour le suivi des personnes malades ou contacts (au 7 août).
(1) La plateforme d’appels de l’ARS Nouvelle-Aquitaine est opérationnelle 7 jours/7.  Cette plateforme de l’ARS assure le suivi de la situation des personnes malades et des personnes contacts (3 appels minimum à J+3, +9 et +14 du dernier contact avec le malade), leur rappelle les consignes sanitaires, s’assure de la bonne évolution de leur isolement, la réalisation des tests nécessaires, et leur communique si besoin, les coordonnées pour bénéficier d’un accompagnement social à l’isolement ou d’un accompagnement médico-psychologique.

 • Prise en charge et décès à l’hôpital de cas COVID-19 en Nouvelle-Aquitaine

·  50 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (- 3 depuis le 4 août)

·  9 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (+ 1 depuis le 4 août*)

· 2 260 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+ 6 depuis le 4 août*)

·  Depuis le début de l’épidémie, on déplore 426 décès(1) parmi les personnes hospitalisées (chiffre inchangé depuis le 4 août*)

(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 6 août à 14h

* Date des derniers chiffres mis à disposition par Santé Publique France
 (Source : Santé publique France)

lundi 3 août 2020

Eglise monolithe d’Aubeterre : son reliquaire, inspiré du Saint-Sépulcre de Jérusalem, est un trésor de l’art roman


Parmi les plus beaux villages de France, se trouve Aubeterre en Charente. Cette commune abrite une église souterraine remarquable...

Que vous soyez férus d’histoire ou désireux de découvrir les curiosités de la région, une visite à Aubeterre s’impose. Accolé à une falaise, ce village, mis en valeur depuis une dizaine d'années, dégage un charme intemporel où se mêlent passé et authenticité.
Parmi les étapes incontournables, figure l’église souterraine Saint-Jean creusée dans le calcaire au XIIe siècle en un temps record, « en seulement dix ans » dit-on. En effet, c’est à son retour de la première Croisade que Pierre de Castillon, seigneur d'Aubeterre, avec le soutien de l’évêque de Périgueux Renaud de Thiviers, lança cet immense chantier, s’inspirant vraisemblablement des monastères qu’il avait vus en Cappadoce (Turquie) alors qu’il se rendait en Terre Sainte. On estime aujourd'hui à 7000 m3 le volume de calcaire extrait, soit l'équivalent de 10 piscines olympiques, ou encore un cube de 19 mètres d'arête !

Le reliquaire, inspiré du Saint-Sépulcre de Jérusalem, est un trésor de l’art roman
La galerie haute d'où le seigneur d'Aubeterre assistait aux offices

Comme celle de Saint-Emilion en Gironde, elle a été taillée dans la pierre de haut en bas, d'une seule masse, d’où les blocs monolithes que constituent les hauts piliers (octogonaux à leur base) et surtout l’imposant reliquaire qui représenterait le Saint-Sépulcre de Jérusalem selon les spécialistes. On imagine l’important travail des bâtisseurs pour conduire cette "œuvre" à bien. La galerie haute permettait alors aux compagnons de superviser et suivre les travaux. Par la suite, le seigneur d’Aubeterre, dont le château était situé à l'aplomb, et sa famille l'utilisèrent pour assister aux offices sans avoir à se mêler aux fidèles (accès par deux entrées dont un couloir souterrain partant de la cour du château, aujourd'hui propriété privée).

Le chœur de l’église Saint-Jean était autrefois proche de la rue actuelle. L'effondrement d'une partie importante de la falaise a réduit l’agencement intérieur, nécessitant la construction d’un vaste mur au XVIIe siècle.
L'édifice est l'objet de toutes les attentions. Une étude globale, réalisée par des spécialistes et techniciens, a été lancée cette année par la mairie afin d'observer l'évolution et l'environnement général du site (état des lieux, matériaux, maçonnerie, relevés des décors peints, architecture, ventilation, hydrogéologie, température et variations, suivi climatique, inspection géotechnique de la falaise, inventaire du couvert végétal, etc). Des capteurs ont été installés sur les voûtes et parois afin de recueillir des mesures. Des essais de traitements algicides et la recherche de solutions techniques de consolidation innovantes, telles que la blocalcification, sont envisagés. Résultats et préconisations sont attendus en 2022. « Nous définirons les projets en fonction des résultats. Il n'y a pas d'inquiétude sur la solidarité de l'église. C'est une vieille dame et nous prenons soin d'elle ! » souligne le premier magistrat, Charles Audoin.

Initialement, le chœur de l'église était proche de la rue actuelle. L'effondrement d'une partie importante de la falaise a modifié son agencement intérieur.

L'entrée actuelle
Le "destin" de cette église a varié au fil des siècles. Après avoir été un lieu de culte et d'inhumation, elle a été transformée au XVIIIe siècle en fabrique de salpêtre afin d'alimenter en poudre à canon les armées révolutionnaires. Par la suite, elle a fait fonction de cimetière avant qu’un arrêté de salubrité publique y mette fin en 1865.

La nécropole et ses nombreuses tombes taillées dans le roc
Classée monument historique depuis 1912, l’église Saint-Jean est ouverte au public et c’est toujours un plaisir d’écouter les commentaires du guide qui précise, entre autres, qu'elle comportait trois emplacements réservés aux reliques (lesquelles ont disparu). L’endroit était donc idéal pour reposer en paix (d'où la multitude de tombes), la proximité avec ces saints éléments assurant sans doute une montée vers les béatitudes. La crypte, à voir également, retiendra votre intérêt.

Ne manquez pas cette étape ainsi que l’ensemble du village qui compte un autre édifice religieux, l’église Saint Jacques dont la façade est superbement ouvragée.

Portail de l'église Saint-Jacques
L’info en plus : 

• L’église Saint-Jean mesure aujourd'hui 27 mètres de long et 16 mètres de large (à l'origine elle était deux fois plus grande !), dimensions qui en font une des plus vastes églises de ce type en Europe. À environ quinze mètres de hauteur, elle est bordée sur trois de ses côtés par une galerie à laquelle on accède par un escalier taillé dans la masse. Le mur opposé est percé de trois grandes baies.
Les voûtes, taillées en plein cintre, s'élèvent à presque vingt mètres de hauteur. L'intérieur était peint, hormis quelques parois.

• Une cavité primitive, fréquentée dès le VIIIe siècle, aurait précédé l’église Saint-Jean qu’occupèrent des chanoines bénédictins. L'épaisseur entre la voûte de l'église et la cour du château est de 8 à 10 mètres. Datant du Campanien, le calcaire présent à Aubeterre est très tendre (présence de nombreuses carrières dans le secteur).

• La cuve ornée en son fond d'une croix grecque aurait initialement servi aux baptêmes. Toutefois, soulignent les historiens, « les usages décrits par les textes laissent supposer que le baptême par immersion avait disparu dès l’époque carolingienne et les piscines étaient déjà remplacées par des fonts baptismaux ». La question reste posée ! Une autre version est avancée actuellement : située au milieu de l'église, elle aurait abrité en son centre une relique que vénéraient les croyants.


• La crypte a été découverte à la suite d’un effondrement dans les années 1960. Un autel y a été mis au jour et elle comporte des stalles. De nouvelles fouilles seraient nécessaires pour avancer dans la connaissance. Certains y voient un site plus ancien dédié au culte de Mithra (à l'époque gallo-romaine). Des reliefs - sur un mur en particulier - font également penser aux motifs du Néolithique. Dire que les hommes se sont succédé en cet endroit au fil des siècles peut se concevoir !

La crypte

L'entrée actuelle de la crypte (un escalier y conduit)
 • Au XIXe siècle, des châsses contenant des ossements auraient été extraits du reliquaire. Appartiendraient-ils à d'anciens seigneurs d'Aubeterre ? 


• Au début du XXe siècle, un instituteur serait à l’origine du renouveau de l’église Saint-Jean. Il aurait réussi à convaincre le Congrès archéologique de 1912 de la visiter et à faire classer l’édifice la même année. En 1958, des travaux de restauration et de consolidation ont été entrepris.

• Devenir "ville et métiers d'art"


• D'importants travaux ont été réalisés par la mairie dans le village. En 2010, la place centrale a fait l'objet d'un réaménagement. Deux ans ont été nécessaires pour le mener à bien (dont pavage). D'autres tranches ont suivi pour améliorer l'aspect esthétique de deux rues conduisant au bourg. De nombreux commerces se sont installés, rendant l'ensemble très attractif.
Le prochain objectif de la municipalité est d'obtenir le label "ville et métiers d'art". Récemment, par exemple, était organisée sur la place d'Aubeterre une exposition de peintres et d'artisans d'art. « Une expérience à renouveler » estime le maire.
Classé parmi les plus beaux village de France, Aubeterre a vu sa fréquentation touristique progresser régulièrement, soit quelque 200.000 visiteurs en 2019.  L'église Saint-Jean, quant à elle, reçoit entre 60 et 70.000 visiteurs payants par an (le prix est de 6€ l'entrée, conférence comprise). En raison du Covid-19, le port du masque est obligatoire ; il est vivement conseillé en ville.
Parmi les projets, figurent l'embellissement du lavoir situé en contrebas et la rénovation du bâtiment à proximité. Tout aménagement est soumis à l'autorisation de l'architecte des Bâtiments de France (aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine).

• Mises en valeur (par des particuliers) : 
• Dans la rue Saint-Jean, valorisation d'un logis du XVIe avec bel escalier en pierre recouvert d'une tourelle.
• La porte d'entrée de l'ancien château (malheureusement détruit) a été restaurée et la consolidation des murailles est en cours.

© Photos Nicole Bertin

Covid-19 : Cas groupés au Centre de loisirs de Port Neuf à La Rochelle


Jeudi 30 juillet, un cas positif a été constaté au centre de loisirs de Port Neuf, chez un animateur.
La recherche de cas contact a été engagée immédiatement et a mis en évidence la nécessité d’un dépistage de l’ensemble des salariés et des enfants ayant été pris en charge par cet animateur. Toutes les familles ont également été prévenues des mesures de surveillance à suivre et des mesures barrières à respecter.

Les dépistages réalisés ont permis de déceler 2 cas positifs supplémentaires chez les animateurs et 3 cas positifs chez les enfants.

Chaque situation a fait l’objet d’un suivi particulier par les médecins de l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine ou de l’Assurance maladie.

Les personnes positives présentent peu ou pas de symptômes à ce jour et leur état de santé n’inspire pas d’inquiétude.

Le confinement et le respect des mesures barrières ont été rappelés à l’ensemble des personnes concernées.

En lien avec le centre social dont dépend le centre de loisirs, celui-ci a interrompu son activité plus tôt que prévu, anticipant de quelques jours sa fermeture estivale.

Cette situation permet aussi de rappeler qu’il est primordial de continuer à appliquer : les gestes barrières, la distanciation physique et le port du masque. Seule une vigilance collective permettra d’assurer le bon déroulement de l’été.

L’ARS Nouvelle-Aquitaine continue de maintenir une surveillance renforcée et une mobilisation réactive face à ces situations de cas groupés.

Pour tout renseignement, l’ARS de Nouvelle-Aquitaine met à disposition un numéro d’appel unique :
0809 400 004

vendredi 31 juillet 2020

Saintes : Rendez-vous aux musées

Programmation en août et septembre


• Samedi 8 août à 15h  : atelier « Voir Dupuy-Mestreau autrement, peindre avec la lumière »
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
Dans le cadre de l’exposition temporaire au musée Dupuy-Mestreau du 1er juillet au 20 septembre 2020. Par le photographe Tonnymiles en partenariat avec la Conservation des musées de la ville de Saintes.
Tonnymiles vous invite à découvrir son univers artistique par son approche personnelle de la technique du light painting (peindre avec la lumière). L’artiste vous guidera dans cette recherche de l’image insolite, à la découverte du mouvement lumineux et du travail sur le relief des objets des collections du musée Dupuy-Mestreau.
L’atelier se terminera par un moment convivial et une visite libre du musée.
Pour vivre pleinement cette expérience originale, chaque participant doit apporter son propre appareil photo numérique et savoir s’en servir, un trépied et une petite lampe torche ou une lampe frontale (la lumière d’un téléphone portable peut suffire).
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71

• Dimanche 9 août   15h30   Visite guidée  –  Arrêt sur image (s) !
Musée de l’Échevinage (29 ter, rue Alsace-Lorraine)
Visite guidée sur une œuvre ou une thématique du musée par Maryse Vila-Cornellas, guide conférencière.
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 52 39

• Jeudi 13 août à 14h30 atelier cuisine romaine
Musée archéologique (Esplanade André-Malraux)
Proposé par la Conservation des musées – atelier par Les temps d’Aénor
Venez cuisiner à la romaine avec Lucia et reconstituer ce que mangeaient nos ancêtres les romains. Atelier cuisine participatif : on cuisine et on déguste !
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 74 20 97

• Vendredi 14 août à 15h3 visite guidée du musée Dupuy-Mestreau
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
De pièce en pièce, notre sélection d’objets éclectiques nous transporte à la cour, au bagne ou dans l’univers des femmes du XVIIIème siècle. Visite par Maribel Copley, guide-conférencière.

- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71

• Dimanche 16 août  à 15h3 visite guidée  –  Arrêt sur image (s) !
Musée de l’Échevinage (29 ter, rue Alsace-Lorraine)
Visite guidée sur une œuvre ou une thématique du musée par Maryse Vila-Cornellas, guide conférencière.
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 52 39

• Mercredi 19 août à 14h30 atelier Les p’tits potiers gallo-romains 
Musée archéologique (Esplanade André-Malraux)
Un atelier autour de la poterie et du monde antique pour les enfants de 7 à 12 ans.
- Payant / Renseignements et réservations : 05  46 74 20 97

• Samedi 22 août à 15h atelier « Voir Dupuy-Mestreau autrement, peindre avec la lumière »
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
Dans le cadre de l’exposition temporaire au musée Dupuy-Mestreau du 1er juillet au 20 septembre 2020. Par le photographe Tonnymiles en partenariat avec la Conservation des musées de la ville de Saintes.
Tonnymiles vous invite à découvrir son univers artistique par son approche personnelle de la technique du light painting (peindre avec la lumière). L’artiste vous guidera dans cette recherche de l’image insolite, à la découverte du mouvement lumineux et du travail sur le relief des objets des collections du musée Dupuy-Mestreau.
L’atelier se terminera par un moment convivial et une visite libre du musée.
Pour vivre pleinement cette expérience originale, chaque participant doit apporter son propre appareil photo numérique et savoir s’en servir, un trépied et une petite lampe torche ou une lampe frontale (la lumière d’un téléphone portable peut suffire).
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71

• Dimanche 23 août à 15h30 visite guidée  –  Arrêt sur image (s) !
Musée de l’Échevinage (29 ter, rue Alsace-Lorraine)
Visite guidée sur une œuvre ou une thématique du musée par Maryse Vila-Cornellas, guide conférencière.
- Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 52 39

Mercredi 26 août   14h   Atelier Les p’tits artistes !
Musée de l’Échevinage (29 ter, rue Alsace-Lorraine)
Découverte ludique de l’exposition permanente du musée et reproduction d’un tableau au pastel.
Pour les enfants de 7 à 12 ans.

Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 52 39

• Jeudi 27 août à 15h30  visite guidée du musée Dupuy-Mestreau
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
De pièce en pièce, notre sélection d’objets éclectiques nous transporte à la cour, au bagne ou dans l’univers des femmes du XVIIIème siècle. Visite par Maribel Copley, guide-conférencière.
Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71

• Samedi 5 septembre  à 15h30 visite guidée du musée Dupuy-Mestreau
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
De pièce en pièce, notre sélection d’objets éclectiques nous transporte à la cour, au bagne ou dans l’univers des femmes du XVIIIème siècle. Visite par Maribel Copley, guide-conférencière.
Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71

• Samedi 12 septembre à 15h30 visite guidée  –  Arrêt sur image (s) !
Musée de l’Échevinage (29 ter, rue Alsace-Lorraine)
Visite guidée sur une œuvre ou une thématique du musée par Maryse Vila-Cornellas, guide conférencière.
Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 52 39

• Vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 septembre
JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
Ouverture et visite libre de l’amphithéâtre et des musées de la ville
Musée archéologique Esplanade André Malraux   Renseignements : 05 46 74 20 97
Musée de l’Échevinage 29 ter, rue Alsace-Lorraine  Renseignements : 05 46 93 52 39
Musée Dupuy-Mestreau 4, rue Monconseil  Renseignements : 05 46 93 36 71
Amphithéâtre entrée rue Lacurie Renseignements : 05 46 97 73 85
L’ensemble de la programmation est à retrouver prochainement !
Mercredi 23 septembre   14h30   Atelier Les p’tits potiers gallo-romains !
Musée archéologique (Esplanade André-Malraux)
Un atelier autour de la poterie et du monde antique pour les enfants de 7 à 12 ans.
Payant / Renseignements et réservations : 05  46 74 20 97

• Samedi 26 septembre à 15h30 visite guidée du musée Dupuy-Mestreau
Musée Dupuy-Mestreau (4, rue Monconseil)
De pièce en pièce, notre sélection d’objets éclectiques nous transporte à la cour, au bagne ou dans l’univers des femmes du XVIIIème siècle. Visite par Maribel Copley, guide-conférencière.
Payant / Renseignements et réservations : 05 46 93 36 71


jeudi 30 juillet 2020

Vigilance feux de forêt : passage au niveau "risque très sévère"

Au regard des conditions météorologiques actuelles, le département de la Charente-Maritime est placé au niveau « Risque très sévère » du plan de vigilance Feux de forêt

 
Ce changement de niveau de vigilance emporte les conséquences suivantes :

- pour les particuliers : en vertu des dispositions de l’arrêté préfectoral n° 08-2942 17 juillet 2008, relatif à la protection des bois et forêts contre l’incendie, il est interdit de porter ou d’allumer du feu, y compris sur les terrains privés, à l’intérieur ou jusqu’à une distance de 200 mètres des bois et forêts. Il est rappelé qu’il est interdit de fumer dans les zones boisées. Cette interdiction s’applique également aux usagers des voies publiques traversant ces terrains. Aucune allumette ou matière incandescente ne doit être jetée sans s’assurer qu’elle soit complètement éteinte.
- les maires des communes concernées sont invités à prendre les dispositions utiles pour limiter et prévenir le risque d’incendie. Il est recommandé de restreindre les accès forestiers pendant la période l’alerte très sévère. Les feux d’artifice, qui sont assimilés aux feux de plein air, sont soumis aux mêmes interdictions et doivent être annulés ou différés.

Conseils de comportements :
- n'allumez ni feu ni barbecue aux abords des forêts
- ne fumez pas de cigarette en forêt ne jetez pas de mégot par la fenêtre d'une voiture
 - ne procédez pas à des travaux source d'étincelles les jours de risques d'incendie
 - éloignez les combustibles de la maison (bois, fuel, butane)
 - si vous êtes témoin d'un incendie, donnez l'alerte en composant le 18 ou le 112 en localisant le feu avec précision,
 - en attendant les secours, confinez vous dans votre maison, elle est le meilleur abri
•  Pour toute information d’ordre général, retrouvez la campagne de prévention nationale des feux de forêt sur le site : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/campagne-feux-forets?xtor=SEC-27

Saintes : la foire mensuelle du 3 août aura lieu à l'extérieur du parc des expos


La traditionnelle foire mensuelle de Saintes aura bien lieu lundi 3 août. Exceptionnellement, compte tenu des mesures sanitaires toujours en vigueur, ce rendez-vous très apprécié du public aura lieu à l’extérieur du Parc des Expositions, rue René Cassin.
Les visiteurs pourrontstationner leur véhicule à l'extrémité du parc, côté Charente, entrée par l'avenue de Saintonge.
Pour  se protéger et protéger les autres, la  Ville  de  Saintes  rappelle que le port du masque est obligatoire.

mardi 28 juillet 2020

Chaunac : Cinq artistes exposent leurs œuvres à Buffeballe

Créations de Nathalie Ranson
C'est dans l'ancienne ferme de Buffeballe, à Chaunac, que cinq artistes ont choisi d'exposer leurs œuvres : Claude Locussol et ses sculptures, Nathalie Ranson, créatrice, deux peintres Marius de Laage et Rémy Demestre, et une graphiste Amélie Noël. 
Le site fleure bon la campagne et le cadre rustique met en valeur les œuvres. Place à l'authenticité, la simplicité, au bonheur dans le pré ! Chaque lieu du vaste corps de bâtiment offre un espace d'expression aux artistes. Original, ce cabinet de curiosités n'en est que plus attachant. Au dehors, les fontaines cinétiques, qui s'animent au rythme du balancier, accueillent joyeusement les visiteurs.

Rémy Demestre : la forme et la couleur !
Marius de Laage : un monde de délicatesse
Amélie Noël, graphiste
Claude Locussol, créateur de fontaines cinétiques faites de longues tiges qui se balancent et de récipients en cuivre (travaillés par M. Heurtebise à Jarnac-Champagne et un artisan dinandier de Libourne). 
• Expo à découvrir jusqu'au 2 août de 14 h à 19 h. Entrée libre. Lieudit Buffeballe à Chaunac (non loin de Fontaines d'Ozillac)

Sénatoriales/ Mickaël Vallet, candidat officiel du Parti socialiste : « le troisième siège de sénateur ira à la liste arrivant en deuxième position. C'est là l'enjeu »


En 2014, sur les trois postes de sénateurs à pourvoir, les grands électeurs de la Charente-Maritime avaient désigné au scrutin proportionnel deux candidats issus de la liste UMP, Daniel Laurent (ex maire de Pons) et Corinne Imbert (ex maire de Beauvais-sur-Matha). Pas de grand chelem donc pour la droite puisque le troisième poste avait été décroché par le socialiste Bernard Lalande (ex maire de Montendre). Cinq listes étaient alors en lice : UMP, PS, UDI-Modem, Europe Ecologie les Verts et Front National.
Pour le scrutin du 27 septembre prochain, plusieurs listes sont annoncées. Trois sont confirmées : les Républicains avec Daniel Laurent, Corinne Imbert, sénateurs sortants, et Stéphane Villain, maire de Châtelaillon ; la liste conduite par Bernard Lalande, également sénateur sortant et celle de Mickaël Vallet, officiellement validée par le Parti socialiste. Une autre pourrait graviter autour de Debout la France.

Maire de Marennes depuis 2008, conseiller départemental depuis 2011 et président de la Communauté de communes du bassin de Marennes, Mickaël Vallet brigue ce mandat pour la première fois.
La course est ouverte et une "complexité" apparaît quant à la représentation de la gauche puisque Mickaël Vallet est sur la ligne de départ… tout comme Bernard Lalande. Le maire de Marennes s’explique : « Bernard Lalande a quitté le PS et, en juin 2019, il n’a pas suivi la consigne du groupe socialiste en s'abstenant lors du vote de la déclaration de politique générale d'Edouard Philippe. Il a fait un choix ! Personnellement, j'ai obtenu l'investiture du PS pour les Sénatoriales ». Voilà qui justifie sa décision de se présenter contre le sénateur sortant dans un département où règne un vieux radicalisme charentais toujours vivace !

Mickaël Vallet répond à nos questions :

• Mickaël Vallet, quelles motivations vous conduisent à vous présenter aux élections sénatoriales ?

De par mes fonctions électives, je m’intéresse aux collectivités et aux questions qui gravitent autour d’elles. C’est un combat pour notre avenir et c’est pourquoi je souhaite porter la liste de gauche aux Sénatoriales. Cette candidature est une suite logique. C’est au Sénat, en effet, que sont étudiés un grand nombre de projets qui peuvent aller jusqu’au bout de leur déploiement. Depuis 2017, les élus locaux sont confrontés à des contraintes budgétaires grandissantes avec, entre autres, la suppression de la taxe d’habitation et des contrats Aidés. Le contexte s’est encore aggravé avec la crise des gilets jaunes et l’épidémie de Covid-19. Que les élus puissent non seulement témoigner de leurs difficultés, mais essayer d’y apporter des solutions est essentiel pour le devenir de leurs communes respectives.

• Vous êtes le candidat officiel du Parti socialiste face à Bernard Lalande, sénateur sortant et ancien maire PS de Montendre. Cette situation entre deux hommes de gauche ne risque-t-elle pas de créer une certaine "nébulosité" chez les électeurs de Haute-Saintonge par exemple ?

Pour tout vous dire, Bernard lalande m'a appelé le 15 mai en me demandant si j'étais prêt à me présenter comme tête de liste aux élections sénatoriales et en m'y encourageant, me donnant des conseils sur les colistiers à solliciter et sur la façon d'organiser l'équipe des attachés parlementaires en cas d'élection. Après plusieurs messages d'encouragement pendant dix jours, il m'annonce qu'il participe le 26 mai à un petit déjeuner de travail avec des ministres à l'Elysée sur la question des Sénatoriales, puis le 31 mai il me précise que finalement il se représente. Nous avons eu quelques jours après une discussion franche.
Il y a un désaccord politique entre nous deux. Personnellement, je ne soutiendrai jamais la République en Marche qui a placé les élus locaux et les collectivités dans des situations difficiles. C’est pour cette raison que je suis candidat. Je pense que dans tout engagement, il faut avoir une position claire et lisible. A titre d’exemple, Corinne Imbert et Daniel Laurent appartiennent aux Républicains, ils sont de droite et ils l’assument !
En ce qui me concerne, j’ai proposé aux élus de Charente-Maritime de réunir la gauche, de manière non sectaire et transparente, et de porter ses valeurs aux côtés d’Eric Authiat, maire de Tonnay Boutonne, Karine Dupraz, conseillère départementale de Marans et Jacky Emon, conseiller régional de Saintes. Arithmétiquement, si Daniel Laurent et Corinne Imbert sont bien placés pour être réélus, la troisième place reste ouverte. Ma campagne sera active auprès des élus, maires et délégués afin de porter leurs attentes au sein du groupe PS au Sénat.

• Depuis l’avènement de la République en Marche, les Socialistes comme les Républicains semblent avoir du mal à s’imposer dans le paysage politique. Qu’en pensez-vous ?

C’est quand le bateau tangue qu’il faut rester ! Je n’ai jamais cru au mirage de la République en Marche. Le brouillard qui entoure ce parti finira par se dissiper et les Français comprendront. Il y a deux cultures politiques dans le pays, la droite et la gauche. Cette dernière a un vrai travail de fond à effectuer. On m'a proposé d'intercéder en ma faveur pour demander l'investiture LREM aux dernières Législatives. J’ai dit non. Je suis de gauche et j’entends le rester. Dans les territoires, des collègues encouragent ma candidature aux Sénatoriales. Je ne suis pas seul et me sens très soutenu !

• Comment se déroule la campagne sur le terrain ?

Je suis bien accueilli et les échanges sont constructifs. J’ai la même approche que celle du maire de Trizay, Michel Doublet, qui a longtemps été sénateur : avoir une attitude franche, jamais sectaire.

• Et à Jonzac ? 

On ne peut pas ne pas venir à Jonzac chez le président Belot, c’est un passage obligé ! La Communauté de communes de Haute Saintonge est un territoire qui retient l’attention. Au delà des clivages, les fonctions de Claude Belot, qui a été président du Conseil général et dirige la CDCHS depuis des décennies, ont facilité le développement de structures ambitieuses. Cette vision à long terme est intéressante à observer.

• A votre avis, quelles sont les qualités que doit réunir un sénateur ?

On peut attendre d’un sénateur qu’il ne passe pas tout son temps à Paris, qu’il soit une courroie de transmission entre le Parlement et les élus locaux qu’il informera sur les questions fondamentales, comme la fiscalité, et les éléments concrets qu’il fera remonter. Il doit aussi avoir de la hauteur de vue, défendre les valeurs auxquelles il croit et travailler au-delà des clivages. Les citoyens et les élus sont fatigués par cette ambiance nationale où on leur explique que tout va bien alors que la réalité est souvent différente.

• Au delà des Sénatoriales, la crise sanitaire reste préoccupante…

D’un côté, la France s’est largement mobilisée pour faire face à cette crise sanitaire exceptionnelle. Elle a montré ses capacités de réaction et, de l’autre, le Gouvernement cherche à disloquer ce qui est issu du Conseil national de la résistance dont la réforme des retraites : il faut donc nous battre pour sauvegarder ces valeurs. Des combats sont à mener !

Remplissage des mares de tonnes : limitation provisoire des usages de l'eau

Les modalités de remplissage des mares de tonne sont fixées par l'arrêté préfectoral n° 20EB0091 du 15 avril 2020 encadrant et définissant les mesures de restriction ou de suspension provisoire du remplissage des mares de tonne dans le département de la Charente-Maritime entre le 15 avril et le 30 novembre 2020. Dans chaque bassin de gestion sont définis des indicateurs représentatifs de l’état des milieux qui déterminent suivant leur niveau les règles de gestion applicable au remplissage des mares de tonne.


Depuis le 7 juillet 2020, les prélèvements en milieu naturel pour le remplissage des mares de tonne sont interdits sur les bassins du Curé-Sèvre Niortaise, des Marais de Rochefort Nord, des Marais Bord de Gironde Nord et des Marais de Rochefort Sud.

Les conditions météorologiques actuelles entraînent le passage de nouveaux seuils et nécessitent la prise de mesures d’interdiction de remplissage et de remise à niveau des mares de tonne pour la chasse de nuit au gibier d’eau.

DISPOSITIONS APPLICABLES

Par arrêté préfectoral, Monsieur le Préfet a décidé les mesures de restriction suivantes :

À partir du 29 juillet 2020, à 8 heures, les prélèvements en milieu naturel pour le remplissage des mares de tonne de chasse sont soumis aux règles suivantes :

• Interdiction de remplissage et de remise à niveau
Curé-Sèvre Niortaise
Marais de Rochefort Nord
Marais Bord de Gironde Nord
Marais de Rochefort Sud
Fleuve Charente
Seugne
Pour les autres bassins, le remplissage est possible sans limitation.

Dix jours avant l’ouverture de la chasse au gibier d’eau, conformément à l’arrêté cadre, la situation dans chaque bassin de gestion sera réexaminée afin d’arrêter les règles de remplissage des mares de tonne.

Saintes/Société - IB Sys : 3 ruches sur le toit de la cité entrepreneuriale

La jeune entreprise innovante IB Sys (accompagnée par le Pôle Innovation de Saintes), spécialisée dans l'ingénierie au service de la biodiversité, vient d'installer trois ruches sur le toit de la cité entrepreneuriale. Ces ruches seront utilisées pour mettre au point et développer des produits, tester directement un prototype et dynamiser l’éco-système de la cité entrepreneuriale.


• IB Sys "Ingénierie & Biodiversité" :

Deux porteurs de projet sont réunis autour de valeurs communes : Isabelle, apicultrice en recherche de solutions pour ses abeilles et Benoît, ingénieur soucieux de la cause environnementale.
Ce duo a vite élaboré des solutions pertinentes pour répondre aux problématiques de mortalité des abeilles. L'envie de partager leurs innovations a naturellement engagé nos deux porteurs de projet vers la création d'une entreprise dédiée.
En intégrant le Pôle Innovation de Saintes, IB Sys bénéficie d'un accompagnement à toutes les étapes clé de son parcours : accès à de la formation, au Tech Lab "Le Kube", à l'écosystème de la Cité entrepreneuriale de Saintes.
Le Pôle Innovation, grâce aux initiatives de sa directrice Céline Brendel, active son réseau qui s'étend sur la toute région Nouvelle-Aquitaine pour accélérer les projets des jeunesentrepreneurs.
IB Sys travaille sur plusieurs produits pour améliorer le quotidien des abeilles : cela va de l'instrument de mesure à portée scientifique aux moyens de lutte active pour protéger les abeilles des nuisances extérieures.
IB Sys proposera également son expertise en matière d'installation de ruches (audit, conseil réglementaire, juridique, et sanitaire) pour les particuliers, collectivités et entreprises.

IB Sys a signé mardi 21 juillet dernier la convention d'installation de ses ruches à La Cité entrepreneuriale de Saintes en présence de Jean-Yves Jamain, coordinateur de la Cité, Jean-Paul Duhamel, Directeur Général Saintonge Immobilier et Céline Brendel, directrice du Pôle Innovation de Saintes.

Tests d'un prototype de compteur d'abeilles par Benoît Renaud
• Spécialisée dans l’ingénierie apicole,  IB Sys œuvre pour la biodiversité




Le vélo, images d'autrefois, Charente-Inférieure et Maritime de 1890 à 1972, un livre à découvrir


Samedi 1er août, le livre « Le vélo, images d’autrefois » (Charente-Inférieure/ Maritime 1890-1972) sera présenté officiellement à la mairie de Saint-Savinien en même temps qu’une superbe expo-photos sur le même sujet.

« Ce livre et cette expo sont nés durant le confinement, explique Michel Teodosijevic du Passage des Heures, le Conseil départemental 17 avait lancé un appel à projet lié au vélo et à la Charente-Maritime en raison du passage du Tour en septembre. J’ai contacté Bernard Couprie qui est auteur de romans historiques mais aussi président de la course cycliste Bordeaux-Saintes ». Ce dernier accepte de collaborer à l’ouvrage dont il signe les textes. Suivent ensuite plusieurs rencontres avec des personnes ressources comme Jean-Luc Petit de Saintes ou encore Mme Bouchet de Jonzac qui prêtent volontiers photos et documents. L’ouvrage prend forme et, sans avoir la prétention de représenter tous les aspects du vélo dans le département, rend admirablement compte de l’importance du deux-roues-à-pédales dans les campagnes et les villes charentaises.

Jonzac, Tour de France en 1939
Faire la course en tête mais aussi la fête…

« Parler de vélo, nous explique le texte de 4ème de couverture du livre, c’est évoquer le grand air, la nature et, dans notre département de Charente-Maritime, c’est aussi bien souvent évoquer la lutte contre le vent. Alors qu’il revient à la mode, grâce aux idées d’écologie, n’oublions pas qu’il fut pendant longtemps le seul moyen  de locomotion pour beaucoup de gens, tant à la ville qu’à la campagne. Revoir d’anciennes photographies, sur lesquelles il est présent, permet de comprendre combien son rôle fut important pendant une grande partie du XXe siècle. Il a permis aux ruraux d’aller voir au-delà de leurs villages et aux citadins de fuir la ville afin de retrouver la nature. Il fut la monture de l’ouvrier, de l’employé, du paysan. Il fut aussi celle des jeunes filles avec leur robe volant au vent comme une corolle. Et fit partie intégrante de l’animation des villages : pas de frairie sans course cycliste !
"Premiers coups de pédales à vélocipède", "Faire la course en tête mais aussi la fête", "Quand la "Grande Boucle" passe... chez nous !", "Quelques as charentais de la "Petite Reine" et "Portraits de charentais à vélo" sont les cinq chapitres qui composent ce bel ouvrage de mémoire ». 

Le vélo, objet d’autonomie

« Attention, précise l’éditeur Michel Teodosijevic, il ne s’agit pas d’un livre sur le vélo en tant que sport même si le Tour, Bordeaux-Saintes et les courses locales sont évoqués. Cet ouvrage, fidèle à la collection Images d’autrefois montre le vélo au quotidien, la bicyclette dans le monde rural en tant qu’objet d’autonomie. C’est un peu la sociologie du vélo traitée en images… et les photographies en disent long sur notre société ».

Samedi 1er août, l’exposition sera visible toute la journée à la salle des mariages de la mairie de Saint-Savinien et l’auteur, Bernard Couprie dédicacera l’ouvrage de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30. La présentation officielle en présence du maire de Saint-Savinien et vice-président du Conseil départemental, aura lieu à 16h.

• Contact : 05 46 91 85 14
passagedesheures@wanadoo.fr
www.passagedesheures.com

Paiement de proximité : généralisation du service à partir du mardi 28 juillet

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, annoncent la généralisation du paiement de proximité dans le réseau des buralistes partenaires, disponible partout en France, à partir demain, mardi 28 juillet

À partir du 28 juillet, il sera désormais possible de payer les factures de cantine, crèche, d'hôpital, amendes ou impôts en espèces et en carte bancaire dans les bureaux de tabac partenaires partout en France (le paiement pas chèque n’est pas possible). Ce sont ainsi près de 5 100 points de paiement de proximité (répartis sur 3 400 communes) qui pourront accueillir les usagers au plus proche de leur domicile et à des horaires d'ouverture élargis.

Que pourra-t-on payer chez les buralistes agréés ?

Toutes les factures de la vie quotidienne : amendes, cantine, crèche, hôpital qui représentent 70 % du volume constaté dans les premiers départements test* ou encore les impôts de moins de 300 € (par exemple la contribution à l’audiovisuel public, les petites taxes d’habitation ou foncières et tous les impôts qui présentent le QR code prévu à cet effet).

* Paiements effectués pendant la phase de pré-figuration : 54 % sont des factures locales (crèche, cantine, hôpital), 38 % des amendes et seulement 8 % des factures de nature fiscales (impôts).

A terme, ce sont environ 2 millions de factures par an qui pourront être réglées dans ces nouveaux points de contact de proximité. Ce service de proximité constitue une offre de services supplémentaires au bénéfice des usagers, notamment auprès des 500 000 personnes qui ne disposent pas de compte bancaire, qui rencontrent des difficultés à se déplacer ou qui ne maîtrisent pas internet. Les centres des finances publiques assureront une phase de transition et accompagneront les usagers qui auront besoin d’informations.

 Quels montants pour quelles factures ?

- pour l’essentiel des factures de la vie quotidienne : jusqu’à 300 € en espèces et sans limitation de montant en carte bancaire.

- pour les impôts : jusqu’à 300 € en espèces ou en carte bancaire (au-delà et pour les montants supérieurs, obligation légale de payer par voie dématérialisée) ;

Comment ça marche ?

L’usager devra simplement s’assurer que son avis ou sa facture comporte un « QR code » et que la mention  « payable auprès d’un buraliste » figure dans les modalités de paiement. Si ce n’est pas le cas, la facture devra être réglée selon les modalités habituelles indiquées sur le document.

Une fois chez un buraliste agréé (reconnaissable par l’affiche apposée sur sa devanture), l'usager, muni de sa facture, scanne son QR code et paye. Le paiement est réalisé en toute confidentialité  à l’aide d’un terminal sécurisé de la Française des Jeux déjà disponible et adapté à cet effet : il n’est pas nécessaire de confier sa facture au buraliste et celui-ci n’a accès à aucune information de nature personnelle.

Où trouver la liste des buralistes agréés ?

Retrouvez l'ensemble des buralistes agréés, ainsi que leur adresse, sur le site impots.gouv.fr : www.impots.gouv.fr/portail/paiement-proximite.

Le réseau des buralistes s'engage :
- à orienter les usagers vers le bon service, en cas de demande ne relevant pas de leur compétence ;
- à proposer un accueil adapté aux personnes en situation de handicap ;
- à évaluer régulièrement la satisfaction des usagers.

Pour Bruno Le Maire et Olivier Dussopt : « Ce nouveau service de paiement de proximité va permettre aux usagers qui le souhaitent de régler leurs petites factures du quotidien ou petits impôts au plus près de leur domicile et à des horaires élargis. Cette mesure de simplification s’adresse également aux contribuables qui rencontrent des difficultés avec internet ou qui ne disposent pas de comptes bancaires »

Projet de loi bioéthique/Raphaël Gérard, député : « Je reste mobilisé pour rendre ce texte plus généreux et à la hauteur des enjeux de notre époque »

Dans un communiqué, Raphaël Gérard, député de Charente-Maritime, souligne sa mobilisation quant au projet de loi bioéthique :


« L'examen du projet de loi de bioéthique a débuté en séance publique. Bien que je ne puisse pas au présent au sein de l'hémicycle pour porter cette loi qui consacre la diversité des modèles familiaux et le combat inachevé pour l'égalité, je me réjouis que mes collègues députés soient réunis pour répondre à l'urgence de faire droit aux aspirations de ces couples de femmes qui attendent depuis plus de 10 ans la possibilité de poursuivre leur projet parental en France et d'offrir à leurs enfants la plénitude de leur filiation dès la naissance.
Je me réjouis que nous nous apprêtions sans attendre à reconnaître le droit des enfants issus de PMA avec tiers donneur d'accéder à leur origine, mettant fin à l'ère sombre du ni vu ni connu et des secrets de famille.
Je reste mobilisé pour rendre ce texte plus généreux et à la hauteur des enjeux de notre époque. C'est pourquoi, j'ai déposé plusieurs amendements pour :
• Assurer un accès égal et effectif de tous à la #PMA, sans discrimination aucune.
• Garantir l'intérêt supérieur des enfants nés de #GPA, car leur mode de conception et les incriminations morales portées à leur encontre ne doivent pas faire obstacle à la reconnaissance de leur double lien de filiation.
• Réaffirmer le droit à l'intégrité physique des enfants présentant une variation du développement sexuel, en proposant un accompagnement adéquat de l'enfant et de famille et en rappelant qu'il est urgent d'attendre avant d'opérer afin de prendre en compte le consentement personnel de l'enfant.

Je remercie très chaleureusement mes collègues députés qui ont accepté de les défendre en mon nom, faisant honneur à l'esprit de responsabilité et de débat qui aura régné tout au long de l'examen du texte ».

Coronavirus/ARS : point de situation en Nouvelle-Aquitaine

La tendance épidémiologique actuelle atteste d’une circulation du virus toujours active dans la région. Une grande vigilance est à observer par tous avec un respect des gestes barrières, et le port du masque dès que la distanciation est impossible.
• Prenez un moment pour vous faire tester durant vos vacances dans les nombreuses opérations de dépistage gratuit. 
Liste actualisée : www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/operations-de-depistage-gratuit-en-nouvelle-aquitaine
En cas de symptômes, restez isolé le temps d’obtenir vos résultats.

• Du mercredi 5 août au mercredi 2 septembre à Saint Jean d'Angély : de 9h à 12h et de 15h à 18h, centre des bénédictines, rue des remparts à Saint Jean d'Angély
• Jeudi 30 juillet Montguyon : Précisions ultérieures
• A partir du mercredi du 29 juillet puis tous les mercredis à Châtelaillon : de 8h30 à 11h30 au parking de l'hippodrome, 9 rue des sulkys
• Tous les mercredis du 29 juillet au 26 août à La Rochelle : de 10h à 17h à la Salle de l'Oratoire, 6 Bis Rue Albert 1er - 17000 La Rochelle.
• A partir du mardi 28 juillet, tous les mardis à Saint Pierre d'Oléron : de 9h à 12h30 et de 14h à 18h, au Complexe sportif de L’Oumière, Route de Sauzelle, et à Royan : De 8h30 à 18h, place du Général De Gaulle à Royan
• A partir du lundi 27 juillet, tous les lundis à Saint Martin de Ré : De 8h30 à 11h30 sur le parking du collège et aux Mathes : De 8h30 à 18h, espace multiloisirs, avenue Pierre Simard
- Tests sérologiques à effectuer en laboratoires sur prescription médicale.

• Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

* Ces chiffres ne sont pas stabilisés et sont donc partiels. Seuls les chiffres jusqu’à  J-3 sont consolidés et permettent d’avoir une meilleure représentation de la situation épidémique.


Qu’est-ce qu’un cluster ?
Un  cluster est le fait d’identifier au moins 3 cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement. L’existence de ces cas groupés signifie qu’il y a, localement, une ou plusieurs chaines de transmission actives.
Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

Suivi des malades et personnes contacts par la plateforme d’appels de l’ARS Nouvelle-Aquitaine

Depuis le 16 mai, la plateforme(1) de l’ARS a réalisé 12 897 appels pour le suivi des personnes malades ou contacts (au 26 juillet).
(1) La plateforme d’appels de l’ARS Nouvelle-Aquitaine est opérationnelle 7 jours/7.  Cette plateforme de l’ARS assure le suivi de la situation des personnes malades et des personnes contacts (3 appels minimum à J+3, +9 et +14 du dernier contact avec le malade), leur rappelle les consignes sanitaires, s’assure de la bonne évolution de leur isolement, la réalisation des tests nécessaires, et leur communique si besoin, les coordonnées pour bénéficier d’un accompagnement social à l’isolement ou d’un accompagnement médico-psychologique.

Prise en charge et décès à l’hôpital de cas COVID-19 en Nouvelle-Aquitaine

· 58 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (- 2 depuis le 24 juillet*)
· 9 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (- 2 depuis le 24 juillet*)
· 2 240 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+10 depuis le 24 juillet*)
· Depuis le début de l’épidémie, on déplore 424 décès(1) parmi les personnes hospitalisées (même nombre que le 24 juillet*)
(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 27 juillet à 14h
* Date des derniers chiffres mis à disposition par Santé Publique France


(Source : Santé publique France)

• Cellule régionale de renseignements Covid-19
ars-na-contact-covid19@ars.sante.fr