jeudi 22 juin 2017

Saintes : quartiers en fête, circulation et stationnement

A l’occasion de la célébration de clôture du Programme de Rénovation Urbaine « Quartiers en fête » les 23 et 24 juin prochain, les conditions de circulation et stationnement sont provisoirement modifiées entre le 23 et le 26 juin de la manière suivante : 


Interdiction de circulation et stationnement :  De 9 h à 16 h samedi 24 juin, Rue de Guitard et Rue du Cormier
• Du vendredi 23 juin, 8 h au lundi 26 juin 12 h sur le parking du Centre social Belle Rive Interdiction de stationnement : Du vendredi 23 juin, 14 h au samedi 24 juin, 23 h, Place des Câtives (place du marché)
Interruption ponctuelle de circulation durant le passage de la parade : samedi 24 juin entre 18 h et 21 h sur les axes suivants : - Chemin des Côtières - Chemin du Médoc - Avenue de Bellevue (jusqu’à la Place des Câtives) - Rue des Coteaux - Avenue du Président Allende - Rue de Chermignac - Rue des Œillets - Rue des Terriers - Cours Pierre-Henry-Simon - Place de Coqueche - Rue Hyppolite-Pradelle et de la Palenne - Rue Gustave Courbet - Cours de l’Europe - Cours Jean-Philippe Rameau.

Saintes : abattage et nettoyage des arbres à la Villa Musso

Pour des raisons de sécurité et sanitaires, des travaux d’abattage et de nettoyage de bois morts seront effectués sur les arbres de la Villa Musso, mardi 27 juin prochain (sauf report suivant conditions météo). Ces travaux, situés dans le jardin côté Cours National, seront réalisés dans le cadre d’une convention de partenariat de chantier-école entre le CFPPA de Saintes et la Ville.
Le service Espace Verts assurera le broyage des déchets verts à l’issue de l’intervention. Cette opération est susceptible d’occasionner quelques nuisances sonores ponctuelles durant l’intervention. La Ville remercie les riverains pour leur compréhension.

La Villa Musso

L'opération Frankton, première conférence de l'Université d'été

A noter sur vos tablettes !


Les conférences ont lieu à 21 h au cloître des Carmes de Jonzac. Entrée libre

Irrigation : nouvelles mesures à partir du 23 juin

Suite à deux arrêtés du Secrétaire Général de la Préfecture de la Charente-Maritime, il est décidé des nouvelles mesures de restriction suivantes entrant en vigueur vendredi 23 juin à 8 h :


Prélèvements concernés : Il est rappelé que sont concernés tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures préventives ainsi que les mesures en alerte et alerte renforcées s’appliquent également aux cultures ayant obtenu une dérogation conformément aux dispositions des arrêtés cadre en vigueur. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation. Pour ces cultures, en cas de coupure, il convient de se référer aux conditions particulières édictées dans la décision de dérogation notifiée à l’exploitant, le niveau de restriction est à minima celui de l’alerte renforcée.

Lagune de Jonzac : interdiction temporaire de s'y baigner

La mairie de Jonzac vient de prendre un arrêté interdisant la baignade au plan d’eau "Les prés des Roches", autrement dit à la base de loisirs d'Heurtebise (située en face des thermes) « pour des raisons de sécurité ». Cette mesure d’interdiction a été prise sans limitation de durée jusqu’à ce que les analyses d'eau réalisées sur site permettent la réouverture du plan d’eau.
Souhaitons que la lagune puisse rouvrir rapidement pour la joie des baigneurs !

La baignade est temporairement interdite à la lagune d'Heurtebise

Mortagne : fête de la musique chez Pascale et Stéphane Cotier

Mercredi, sur le port de Mortagne, Pascale et Stéphane Cotier ont eu le plaisir d'accueillir Daniel Carion Alazard, qui a ouvert la soirée au piano, suivi par le Père Eric Blanchard, musicien et compositeur.
Les organisateurs ont eu l'agréable surprise de recevoir des passants, attirés par les mélodies et morceaux interprétés.
Un grand moment de convivialité autour des artistes qui ont fêté la musique, tout en célébrant l'arrivée de l'été !

Le père Blanchard, pianiste et compositeur

Jonzac fête la musique !

Mercredi, comme partout en France, Jonzac a fêté la musique apportant des notes de gaîté dans une ville surchauffée par la canicule ! Concert de piano à l'Eglise (pendant que se tenait à proximité le marché nocturne qui remporte chaque année un franc succès) ; clarinette, guitare, saxophone et harpe au Temple ; orchestres junior et d'harmonie sur la place de la République ; musiques actuelles aux ateliers de la Corderie ; un peu loin à Saint-Simon de Bordes le groupe Rappel : tous les ingrédients étaient réunis pour que ce rendez-vous, instauré par Jack Lang en 1982, célèbre dignement le solstice d'été !

Orchestre junior (place de la République)
Au Temple, Roman Orlov et le groupe de clarinettes
Un rendez-vous incontournable !

Un grand bravo !
Duo de guitares
Les saxophonistes (Jonzac et Montendre)
Place de la République
Dans le public, le nouveau député de Jonzac/Royan Raphaël Gérard. Sympa d'avoir choisi Jonzac pour fêter la musique !
Beaucoup de monde pour écouter les orchestres sous le regard complice d'Hervé Sardin, directeur de l'Ecole des Arts

On remet ça l'an prochain !
Le marché nocturne : c'est le mercredi soir autour de l'église. On achète tout sur place et on déguste ! Manifestation organisée par l'Union des Commerçants que préside Laurent Broquaire.  Il y a aussi de la musique !

mercredi 21 juin 2017

Limitation provisoire de l'irrigation en Charente-Maritime

Suite à deux arrêtés du Secrétaire Général de la Préfecture de la Charente-Maritime, il est décidé des mesures nouvelles de restriction suivantes à compter de ce jour, mercredi 21 juin à 8 h :




Prélèvements concernés :

       ➔  Il est rappelé que sont concernés tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. 

        ➔  Les mesures préventives ainsi que les mesures en alerte et alerte renforcées s’appliquent également aux cultures ayant obtenu une dérogation conformément aux dispositions des arrêtés cadre en vigueur. 

        ➔  Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation. Pour ces cultures, en cas de coupure, il convient de se référer aux conditions particulières édictées dans la décision de dérogation notifiée à l’exploitant, le niveau de restriction est à minima celui de l’alerte renforcée. 



Free Music Montendre : l'Etat se mobilise en matière de prévention

A l'occasion du festival Freemusic de Montendre qui se déroulera les 23 et 24 juin prochains, les équipes de la coordination sécurité routière de la Charente-Maritime animeront un stand à destination du public. Il sera situé sur le site, près du 
lac Baron Desqueyroux. Elise Dabouis, sous-préfète de l'arrondissement de Jonzac, le visitera samedi 24 juin dans l'après-midi.
 
• Sur le stand « sécurité routière » de l'Etat, ouvert chaque jour de 10 h à 19 h, l'équipe de la coordination sécurité routière proposera des animations pédagogiques et ludiques à tous les publics, avec remise de lots. 
L’accent sera mis sur la campagne « SAM, celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ». En effet, la présence d’alcool et/ou de stupéfiants est identifiée dans presque la moitié des accidents qui, en 2016, ont causé la mort sur les routes du département. 

Retrouvez les conseils de comportement et de vigilance lors du Freemusic de Montendre sur
http://www.charente-maritime.gouv.fr/


• Quelques recommandations





Appel à la prudence pour les grandes marées

A l’approche des prochaines grandes marées qui surviendront en Charente-Maritime cette semaine, les services de l'Etat appellent les usagers de la mer, les pêcheurs et les promeneurs à la prudence et rappellent les conseils de comportement suivants : 

 
Avant de partir :

    •    être attentif à l'évolution des conditions météorologiques et consulter les coefficients de marée,
    •    se renseigner sur les zones dangereuses, en particulier à forts courants,
    •    ne pas partir pêcher seul et prévenir une personne restée à terre de l'heure de retour prévue,
    •    emporter une montre pour suivre les horaires de marée et un téléphone portable pour donner l'alerte en cas de nécessité,
    •    se renseigner sur la réglementation de la pêche de loisir (taille minimale et marquage, situation sanitaire des coquillages, espèces réglementées, engins de pêche autorisés, zones d'interdictions de pêche) sur le site internet des services de l'Etat : http://www.charente-maritime.gouv.fr/Politiques-publiques/Mer-littoral-et-securite-maritime/Peche-de-loisir 

Pendant les activités :

    •    surveiller la montée des eaux, regardez autour de vous, prenez des repères,
    •    anticiper le temps nécessaire au retour de la zone de pêche,
    •    respecter les consigne et signalisations mises en place par les mairies,
    •    prévenir les secours en cas de besoin. L'appel est gratuit au :
    •    196, numéro d'urgence en mer européen pour joindre le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage CROSS, ou au
    •    18, les sapeurs-pompiers

Les prochaines grandes marées en Charente-Maritime :
 
Juin 2017
Vendredi 23 juin 2017 - coefficient 96
Samedi 24 juin 2017 - coefficients 99 / 102
Dimanche 25 juin 2017 - coefficients 103 / 103
Lundi 26 juin 2017 - coefficients 102 / 100
Mardi 27 juin 2017 - coefficient 96

Juillet 2017
Dimanche 23 juillet 2017 - coefficient 98
Lundi 24 juillet 2017 - coefficients 100 / 101
Mardi 25 juillet 2017 - coefficients 102 / 100
Mercredi 26 juillet 2017 - coefficients 98 / 95

Août 2017
Lundi 21 août 2017 - coefficient 96
Mardi 22 août 2017 - coefficients 99 / 101
Mercredi 23 août 2017 - coefficients 101 / 101
Jeudi 24 août 2017 - coefficients 99 / 96

Saintes : avis à la population !

FETE DE LA MUSIQUE ET DEPOT DES ORDURES MENAGERES 

A la demande du Commissariat, et afin de garantir un maximum de sécurité au public, il est demandé aux riverains, commerçants et restaurateurs : de l’Avenue Gambetta, du Cours National, de l’ensemble des rues du secteur piéton (rue Alsace-Lorraine et rues adjacentes) de ne pas déposer leurs sacs d’ordures ménagères sur les trottoirs durant la soirée de la Fête de la musique, ce soir, 21 juin, et ce jusqu’à 2 heures du matin. En revanche, les dépôts en conteneurs enterrés sont maintenus.

Ne pas déposer ses ordures sur le trottoir ce soir jusqu'à deux heures du matin

Unicognac (Jonzac) : Bonne retraite Michel Villemin !

Michel Villemin, directeur de la société Unicognac, vient de prendre sa retraite. Evènement qu’il a fêté au casino de Jonzac en présence des dirigeants du groupe, ses collègues, amis et famille. Ce n’est pas un revoir définitif puisqu’il conserve une mission au sein de l’entreprise, celle de développer le marché asiatique, partie du monde qu’il connaît bien.


Située sur la zone industrielle de Jonzac/Saint-Germain, Unicognac, spécialisée dans les spiritueux (cognac, pineau) et les vins de pays, connaît une belle progression. 70% de ses produits sont exportés aux USA, Europe, Russie et Asie en particulier. En quittant l’avenue Foch dont les locaux étaient peu fonctionnels, cette société a tourné une page de son existence. Dans la région, elle est bien connue. En effet, sa marque “phare”, Jules Gautret, est intimement liée à la famille du même nom, dont plusieurs membres se sont illustrés (René Gautret a été maire de Jonzac et son fils, Philippe, poursuit des recherches historiques).

Unicognac, qui compte une quarantaine de salariés, a été dirigée durant de nombreuses années par Michel Villemin, homme ouvert et cosmopolite. Avec une mère vietnamienne, un père suisse et une épouse d’origine italienne, il ne peut pas en être autrement !
L’autre jeudi au casino, après une carrière bien remplie selon la formule consacrée, il a fêté son départ à la retraite en présence d’une belle assistance. L'ambiance était chaleureuse et cordiale. Michel Villemin, en effet, est un humaniste apprécié de ses équipes.

Thierry Lafaye, directeur général d’Unicognac, Xavier Briois, directeur, Jean-Louis Barraud, président d’Unicognac et Armelle le Floch représentant le personnel

Thierry Lafaye, directeur général d’Unicognac, salua cet excellent professionnel. Tel un « chef d’orchestre », son objectif permanent a été de développer l’entreprise, d’en valoriser les produits et l’image auprès de la clientèle nationale et internationale. S’y ajoutent efficacité et caractère constant (ce qui ne gâte rien !).
Sentiment partagé par Jean-Louis Barraud, président d’Unicognac. La carrière de Michel Villemin est pleine de rebondissements, mais elle comporte une ligne directrice : « le respect et l’amour du travail bien fait ». Etudes à Bordeaux, séjour en Angleterre pour améliorer la langue de Shakespeare ; job dans une compagnie anglaise de transports maritimes ; retour en France où il aide sa mère dans le restaurant familial. On le retrouve à Bordeaux, puis dans les Conserveries de l’Adour, à Toulouse… et enfin à Unicognac Jonzac qui s’appelle alors UCC et dont les locaux se trouvent sur la route d’Archiac. Des bâtiments un peu vieillots qui laissent bientôt place à un établissement flambant neuf à la sortie de Saint-Germain de Lusignan. Vous connaissez la suite...
Au nom du personnel, Armelle le Floch confia des anecdotes et « plein de bons souvenirs » liés à Michel Villemin : réfléchir à voix haute, toujours faire baisser les prix pour une meilleure rentabilité et, note plus personnelle, ce délicat penchant pour les gourmandises !
Son successeur, Xavier Briois lui adressa ses félicitations  : « Grâce à vous, Unicognac est devenue une entreprise florissante ».

Les anciens locaux de l'UCC, avenue Foch
Les nouveaux à Saint-Germain de Lusignan !
Très touché par ces compliments et en réponse, Michel Villemin, avec la discrétion et la finesse qui le caractérisent, opta pour une projection de photos récapitulant les moments importants de son existence, du mariage de ses parents à son parcours professionnel… et sa retraite. Traitant les événements avec humour, sachant porter un regard amusé sur lui-même, il provoqua à la fois l’émotion et les sourires de l’assistance !

Moment chargé d'émotion au casino de Jonzac !
Cette manifestation se termina par la remise de présents (des clubs de golf, l’un de ses sports préférés) et un sympathique jeu permettant aux participants de gagner des cadeaux. Des produits Unicognac bien sûr !

Bonne retraite, Michel Villemin, et comme le disait si bien Confucius dont vous partagez la philosophie : « Nous avons deux vies, la deuxième commence quand on réalise que l'on en a qu'une » !

Parmi les présents, des clubs de golf
Michel Villemin, directeur unanimement apprécié
• Michel Villemin aux côtés de son épouse, deux de ses filles (deux sont professeurs des écoles, la troisième est architecte et danseuse professionnelle),  Thierry Lafaye, directeur général d’Unicognac, Xavier Briois, directeur, Jean-Louis Barraud, président d’Unicognac.

Bonne retraite, Michel Villemin !
• Unicognac enregistre de bons résultats avec 6 millions de bouteilles (cognac, pineaux, vins de pays et produits du négoce). L’exportation occupe 70% des parts de marché, les Etats-Unis se situant en première position suivis par l’Asie.  L’entreprise emploie 40 salariés. Aujourd’hui, la société est filiale du premier groupe coopératif de la région de Cognac, Charentes Alliance. Son activité de conditionnement et de négoce s’effectue depuis 2007 sur le site de Saint-Germain de Lusignan.

Extrait d’une interview de Michel Villemin (2012) :

• Vous êtes soucieux de développer l’exportation et n’hésitez pas à vous déplacer en Asie. A ce sujet, quel est votre meilleur souvenir ? Et le plus mauvais ?

« Il y a une douzaine d’années, je suis revenu au Vietnam, pays où je suis né. J’y ai découvert un autre univers, des nuées de bicyclettes, un peuple d’une extrême gentillesse et une volonté énorme de s’en sortir. C’est un souvenir inoubliable.
Je n’ai pas de mauvais souvenir. Le commerce international m’a permis de découvrir des pays, des hommes et des cultures différentes. Ce n’est pas toujours simple, mais cela me permet aujourd’hui d’apprécier notre beau pays. Nous n’avons pas à rougir des valeurs de la France. Contrairement aux stéréotypes, que nous sommes malheureusement les premiers à véhiculer, la France, ce n’est pas l’image des grèves à répétition. J’ai eu la chance, tout au long de mon parcours professionnel, de rencontrer en France et à l’étranger, des gens remarquables et parmi eux, beaucoup de Français ! ».

mardi 20 juin 2017

Le Père Eric Blanchard, pianiste et compositeur, en récital au château de Mirambeau

Jeudi dernier, les personnes qui ont assisté au récital de piano classique donné par le Père Eric Blanchard au Château de Mirambeau ont vécu un rendez-vous particulier. Outre l’excellence de la prestation, le prêtre musicien a offert un moment privilégié à l’auditoire, en présence de Mgr Georges Colomb, évêque de la Rochelle et Saintes.

Le Père Eric Blanchard (© Nicole Bertin)
 L’itinéraire du Père Eric Blanchard, curé de la paroisse de Mirambeau depuis décembre 2016, sort des sentiers battus. Suivant l’exemple de Frank Liszt devenu abbé, il a été ordonné prêtre en janvier 2012, après avoir consacré sa carrière professionnelle à la musique. Les deux vocations se sont conciliées, l’union formant une harmonie sur la même partition.
Premier prix d’excellence et prix spécial du jury au Concours international des jeunes pianistes de l’Unesco en 1993, formé auprès de grands maîtres tels que George Cziffra ou le compositeur Jean Lutèce, le Père Eric Blanchard n’a pas résisté à l’appel de Dieu. Sans pour autant renoncer à son art !

Privé, ce concert était organisé en partenariat avec la paroisse et l’aide précieuse d’Elisabeth de Dieuleveult, Après avoir mis, selon ses propres confidences, le piano en condition, le Père Blanchard a proposé un répertoire varié. Compositions personnelles dont un morceau émouvant spécialement dédié aux victimes du World Street Center joué à New-York ou ce Petit Prince de Rio en hommage aux enfants du Brésil qui n’ont rien. Bercé par Beethoven, Satie, Chopin et Listz, le temps s’est arrêté, sculpté dans l’éternité d’une beauté musicale sans cesse renouvelée. Le public est tombé sous le charme d’autant que chaque morceau était commenté et agrémenté d’anecdotes.


Après l’excellent dîner proposé par Maxime Deschamps, chef étoilé du Château de Mirambeau, le Père Blanchard a poursuivi ce concert dans la douceur de la nuit. Longues mains courant sur les touches du piano, comme un appel à la générosité des cœurs et l’idéalité…

Lors du dîner, Mgr Colomb aux côtés d'Elisabeth de Dieuleveult et le Père Blanchard
• Le Père Blanchard donnera un concert le 1er juillet en l’église Saint-Vivien de Surgères à 21 heures. A noter sur vos tablettes !

Vieillissement de la population et débat animé sur l’avenir de l'aide à domicile au Conseil départemental

La définition d’une politique départementale relative à l’aide à domicile a occupé une grande partie des débats du Conseil départemental lundi matin à La Rochelle. Par ailleurs, l’hémicycle compte un nouveau conseiller départemental, Christophe Cabri, qui succède à Jean-Claude Beaulieu sur le canton de Jonzac/Archiac.

Au premier rang, à gauche de la photo, Christophe Cabri et Chantal Guimberteau
Ce lundi n’a rien à voir avec les lendemains des campagnes électorales où la Droite et la Gauche fêtent une victoire. Et pour cause, le parti qui gouverne la France, La République en Marche, n’a pas (encore) de représentants au Conseil départemental, les prochaines élections n’ayant lieu qu’en 2021, après les Municipales en 2020. Les Républicains et les Socialistes sont donc dans l’expectative. Le sage dira que l’eau peut couler sous le ponts. Il n’empêche que l’ambiance au Département, où Les Républicains sont majoritaires, s’en ressent.
La Charente-Maritime ne compte plus qu’un député LR, le royannais Didier Quentin. Trois circonscriptions ont été « raflées » par En Marche dont Jonzac, historiquement en faveur de Dominique Bussereau (qui ne s’est pas représenté, atteint par le cumul des mandats), Saintes et Rochefort, tandis qu’à La Rochelle, Olivier Falorni (DVG) a été élu pour la seconde fois.
Le chef de file socialiste Mickaël Vallet, dont le parti traverse une phase difficile, préfère l’humour : « moi, je garde ma veste, je l’ai prise il n’y a pas si longtemps » dit-il face à la canicule… et aux résultats des Législatives. Chacun fait comme si... en s'interrogeant sur les lendemains.

A noter l’arrivée dans l’hémicycle, aux côtés de Chantal Guimberteau, de Christophe Cabri (premier adjoint à la mairie de Jonzac) qui représentera désormais le canton de Jonzac/Archiac en remplacement de Jean-Claude Beaulieu. Mickaël Vallet est le premier à rendre hommage à cet élu, chirurgien et officier de réserve, avec qui « il a eu plaisir à travailler ». Dominique Bussereau lui consacrera un article dans le prochain magazine départemental.
Confronté au même « phénomène migratoire », Jacky Quesson laissera sa "place" de conseiller départemental à Bernard Louis Joseph (maire de Soubran), le 1er septembre prochain, sur le canton de Saint-Genis/Pons.

Au centre, Dominique Bussereau aux côtés de Michel Tournaire représentant le Préfet
Si les chefs de file sont inquiets pour l’avenir de leurs formations respectives, tout ne va pas si mal pour Dominique Bussereau puisque les finances départementales se portent bien. Une excellente façon de rester en marche ! Malgré la baisse des dotations de l’Etat (45,9 millions d’euros depuis 2013, l’équivalent d’un budget des routes) et l’accroissement des charges sociales (APA, RSA, etc), la capacité d’autofinancement est bonne ainsi que l’épargne nette par habitant. Reflet de l’attrait que suscite la Charente-Maritime, la recette des droits de mutation est en hausse, soit 123.437 euros (taxes que perçoit chaque notaire au moment d'un achat immobilier pour le compte de l'Etat et des collectivités locales). Côté investissement, le Département se consacre à la voirie, aux collèges, l’équipement numérique et l’aide aux petites communes.

Aide à domicile et vieillissement de la population, le grand sujet

Le secteur des Services prestataires d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD) connaît de profondes mutations tant sur le plan règlementaire que financier.
La loi de décembre 2015, relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV), a mis fin au double régime d’agrément et d’autorisation pour les activités d’assistance aux personnes âgées, handicapées et aux familles fragiles. Elle a entraîné la bascule automatique du régime de l’agrément (compétence de l’Etat) vers un régime unique de l’autorisation, sous la compétence du Président du Département. 21 nouveaux SAAD sont désormais suivis par le Département depuis le 1er janvier 2016. Ainsi, on dénombre 52 SAAD autorisés dont 31 sont habilités à l’aide sociale départementale et 21 non habilités.
Parallèlement, l’aide à domicile rencontre de fortes difficultés économiques et sociales. La dégradation économique de ce secteur impacte la santé financière des SAAD. Les résultats comptables de 58 % des services autorisés (pour lesquels l’information est disponible) étaient négatifs en 2015. Toutefois, de fortes disparités dans les situations existent selon les statuts. Les situations déficitaires des SAAD habilités sont liées notamment aux variations d’activité, aux contraintes de gestion, d’organisation et de modernisation, ainsi qu’à l’absentéisme du personnel intervenant. Ils ont donc sollicité un soutien plus important du Département.
Présents sur des zones urbaines à plus fortes ressources fiscales et non contraints dans leur politique tarifaire, les SAAD non habilités, souvent de création récente, se développent rapidement sur des bases économiques actuellement plus équilibrées.
L’ensemble de ces éléments a conduit le Département à s’interroger sur les modalités de régulation du secteur et à réaliser un audit de l’aide à domicile afin de définir des orientations stratégiques nouvelles.

L'hémicycle
A l’appui des conclusions de l’audit, Dominique Bussereau propose de construire cette nouvelle politique autour de la notion de co-responsabilité : de l’usager quant au plan d’aide qui lui a été attribué, notamment en vue de limiter la sous-consommation des plans d’aide ; du SAAD sur la maîtrise des enjeux inhérents aux interventions à domicile dans le cadre du régime de l’autorisation et libre-choix quant à la continuation de cette activité ; du Département sur la couverture territoriale intégrale, la continuité des accompagnements et le contrôle de la qualité de la prestation, conformément aux bonnes pratiques, pour tous les usagers bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et des services ménagers ; enfin des partenaires institutionnels du Département (Agence Régionale de Santé, caisses de retraite, mutuelles, etc.) vis-à-vis de leurs engagements.

En conséquence, le Président demande la mise en place, à compter de janvier 2018, d’un tarif horaire unique de remboursement pour les prestations réalisées dans le cadre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, de la Prestation de Compensation du Handicap et des services ménagers pour les services habilités à l’aide sociale départementale ayant conclu un CPOM (contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens) ; d’un tarif horaire unique de remboursement pour les prestations réalisées dans le cadre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie et de la Prestation de Compensation du Handicap pour les services conventionnés non habilités à l’aide sociale départementale ; la mobilisation de crédits éventuels attribués par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie au titre du fonds d’appui national à la restructuration des SAAD, afin d’apporter une aide financière complémentaire aux services sous CPOM.

 Janvier 2018, n'est-ce pas trop tôt ?

Mickaël Vallet, chef de file de l'opposition
Mickaël Vallet s’interroge sur la méthode et le devenir des agents qui travaillent pour ces services. Janvier 2018, n'est-ce pas trop tôt ? Fournissant moult explications, Corinne Imbert, chargée des affaires sociales, souhaite que ne soit pas initié un appel à projets pour autoriser de nouveaux services à domicile : « Nous sommes tous favorables au maintien des personnes âgées chez elles et je salue le travail des services. Le chèque emploi service n’étant pas une solution, la Charente-Maritime n'a pas opté pour ce système. L’audit que nous avons demandé nous porte à redéfinir notre politique, il est une base de discussions. Notre volonté n’est pas de faire disparaître les services existants. Mais le Département ne peut servir de variable d’ajustement ». C'est-à-dire à boucher les trous. En conséquence, chaque structure doit rechercher une gestion équilibrée.
Marylise Fleuret-Pagnoux, élue rochelaise, estime qu’un délai doit être laissé aux prestataires avant toute décision hâtive. Les Saintais Fabrice Barusseau et Christophe Dourthe appellent à la prudence.  Qui dit prestataire, par exemple, sous-entend engagement avec l’employeur. Or, si la personne vient à décéder, le prestataire, invoquant une rupture du contrat, peut se tourner vers les héritiers en leur demandant de clarifier la situation financièrement. D’où des situations tendues qui pourraient être évitées si chaque partie était avertie correctement…
Se pose également, pour les services, le problème de recrutement des personnels (féminins pour la plupart) : « quand on a 20 ou 25 ans, on n’a pas envie de faire ce travail parce qu’il est dur ». Peut-être qu’avec une bonne pédagogie, l’aide à la personne apparaîtrait comme un métier comportant une véritable dimension humaine. Dossier à suivre...

La modernisation de l’Etat


En l’absence du préfet Eric Jalon nommé à Paris, Michel Tournaire, secrétaire général de la Préfecture, répond aux préoccupations des élus : la gestion de la ressource en eau avec des mesures adaptées aux conditions météorologiques, l’organisation de la période estivale entre la profession agricole et les estivants ; les aides versées aux agriculteurs (celles touchant le bio et l’environnement, qui connaissent un retard conséquent, seront mises en paiement en novembre) ; l’avancement des dossiers, dans le cadre du Plan Etat/Région, quant aux transports ferroviaires en particulier. Plus généralement, l’Etat intervient dans la lutte contre le terrorisme et la crise migratoire. Dans le cadre de la modernisation de ses services, de nouvelles délivrances par voie informatique devraient concerner à l’avenir les cartes grises et les permis de conduire.

L'info en plus

• La loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) de 2015 prévoit une réforme importante de la tarification et de la contractualisation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Elle prévoit la disparition des conventions tripartites qui concernaient les EHPAD, les Petites Unités de Vie et les accueils de jour autonomes et les remplace par des Contrats Pluriannuels d'Objectifs et de Moyens (CPOM) à compter du 1er janvier 2017. Pour ces structures, la contractualisation sous CPOM est imposée. Dans 5 ans, l'ensemble des 107 EHPAD du Département doit être couvert par un CPOM co-signé avec leur gestionnaire et l’ARS.
Le président Bussereau propose d’ajouter les résidences autonomie portées par les organismes gestionnaires d'EHPAD et de limiter la conclusion des CPOM au département afin d'en faciliter le pilotage. Le contrat fixera les objectifs qualitatifs, mais également financiers, des établissements sur 5 ans et remplacera les procédures contradictoires annuelles. Il donnera plus de visibilité aux gestionnaires quant aux financements dont ils disposeront, plus de souplesse quant à l'affectation des résultats et à la gestion des moyens entre les structures couvertes par le CPOM, mais également plus de responsabilité puisque le Département ne financera plus les déficits.

• 40 EHPAD sont déficitaires sur la section dépendance dont 8 habilités à l’aide sociale. Le montant total des déficits cumulés des exercices 2015 et précédents selon la tarification antérieure s’élève à - 1 196 260 € reportés sur les exercices 2017 à 2019. La nouvelle réglementation offre au Département la possibilité, et non l’obligation, de financer ces déficits y compris ceux issus des comptes administratifs 2016. Ces déficits seront traités au cas par cas, sous condition de retour à l’équilibre et de l’amélioration de l’organisation et de la gestion.

Jacky Quesson (Saint-Genis) et Michel Doublet (Trizay)
David Baudon (La Jarrie) et Sylvie Marcilly (Fouras)
• Le préfet Eric Jalon a rejoint le nouveau Gouvernement. La Charente-Maritime attend donc son successeur (dans les semaines qui viennent ?).

• La Nouvelle-Aquitaine n’a pas transféré la compétence « Transports » au  Département. Une déception pour Dominique Bussereau.

• Schéma d’aménagement numérique : Des négociations sont en cours et les partenaires que sont les intercommunalités sont motivés. Objectif : un maillage complet en 2025. Il faudra donc être patient !

• Recharges des véhicules électriques : 114 prises devraient voir le jour dans le Département à l’horizon 2018.

• Ecotaxe du pont de l’Ile d’Oléron : Le recours a été rejeté par le Conseil Constitutionnel. Le dossier revient donc au Tribunal Administratif fin juin. Aurons-nous une consultation des Oléronnais, organisée par le Conseil départemental, pour ou contre un péage à l’entrée du pont ? A suivre !

• Lundi 25 septembre, une session regroupant les conseillers départementaux de la Charente-Maritime et de la Charente se tiendra à l’annexe du Conseil départemental de Saintes. Les dossiers pouvant être mutualisés seront abordés : tourisme, fleuve Charente, électrification de l’étoile ferroviaire de Saintes, etc.

• Agriculture : la canicule va pénaliser les récoltes ; 50% de fourrage en moins ; baisse de 30 à 40% chez les céréaliers, problèmes d’irrigation. Les réserves de substitution reviennent sur le devant de la scène. Quand pourra-t-on les faire ? Deux dossiers en Aunis et sur la Boutonne seront déposés en juillet, précise Françoise de Roffignac.

Françoise de Roffignac sur les dossiers agricoles
Discussion entre Sylvie Mercier (Thénac) et Christophe Cabri (Jonzac)
Au moment du déjeuner, Christophe Cabri et Marie-Pierre Quentin (Royan)