mercredi 26 septembre 2018

Saint Jean d'Angély : inauguration de la Biscuiterie "Jean et Lisette"

Structurer les filières des céréales et du bio à Saint-Jean-d'Angély


L'inauguration de la biscuiterie "Jean et Lisette" à Saint-Jean-d'Angély (parc d'activité Arcadys, avenue Gustave-Eiffel) aura mercredi 3 octobre à 11 h 30 en présence de  Françoise Mesnard, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine et élue de territoire des Vals de Saintonge, de la Saintonge Romane et de la Haute-Saintonge.

Dans cette biscuiterie, où une quinzaine de personnes travaillent d'ores et déjà, les travaux ont été achevés en mai dernier, et la production a démarré en juillet.

Pour l'aider à développer un outil de production polyvalent au service des marques locales qui sont inscrites au projet "Val Bio Ouest", cette entreprise devrait bénéficier de deux aides de l'Union européenne : 878 638,52 € pour le volet "Équipements de production", au titre du Fonds européen de développement régional ; 359 000 € du Fonds européen agricole pour le développement rural, au titre du programme "Liaisons entre actions de développement de l'économie rurale" - aide qui est en cours d'instruction.

La biscuiterie "Jean et Lisette" devrait disposer d'un outil de production dédié qui pourra répondre aux contraintes des marchés "Bio" (petites séries, traçabilité, qualité) ; et participe à la structuration de la filière des céréales autour d'un projet fédérateur.
Au-delà des débouchés pour les cultures locales de céréales, son ambition est de développer la culture de variétés de blés biscuitiers, et de proposer à long terme une marque de biscuits à 100 % locale.

Le chiffre d'affaires prévisionnel de cette biscuiterie en 2020 est de 7 M€, et 27 créations d'emploi en contrat à durée indéterminée sont prévues d'ici à 2020. Son objectif de production est de 8 millions de paquets de biscuits par an à l'horizon 2022.

• Maxence d’Audiffret a réuni autour de son projet les partenaires de la filière bio entre autres la Corab, Jean-Paul Bellot (Président de la Minoterie Bellot) et le groupe Léa Nature.
Deux objectifs: développer une marque régionale forte autour du bio et produire des biscuits innovants pour les acteurs de la filière bio.

Saintes : ce soir, un conseil municipal explosif ?

De mémoire de Saintais, on a rarement connu de période aussi délicate pour un maire en exercice

Archives : Séance de conseil municipal présidée par Jean-Philippe Machon aux côtés de Marie-Line Cheminade, Jean-Pierre Roudier et Frédéric Neveu
Est-ce la facilité dont on peut s'exprimer aujourd'hui sur les réseaux sociaux et communiquer ? Toujours est-il que plusieurs points chauds, qui font l'actualité sur le net et dans la presse, rejailliront forcément sur le conseil municipal organisé ce soir à 18 h. Séance où les élus de l'opposition demanderont « un vote à bulletins secrets sur les questions importantes », comme l'a souligné Renée Lauribe Benchimol dans une récente interview. Sur les rallonges budgétaires concernant de futures manifestations, certains élus de la majorité seront-ils tentés de voter blanc ?... En effet, plusieurs membres de l'équipe de Jean-Philippe Machon ont fait part ouvertement de leurs préoccupations quant à la façon dont les affaires municipales sont conduites, dont la première adjointe Marie-Line Cheminade. Ce conseil sera-t-il l'occasion de lever le voile sur les problèmes de fonctionnement ?

Sur le site Saint-Louis, non inscrit à l'ordre du jour, il est fort probable que l'opposition veuille aborder un sujet aussi brûlant. Souhaitant sauvegarder ce lieu riche en vestiges archéologiques au lieu d'en vendre une partie à un groupe privé (comme le projette la mairie), l'association ACMS, que préside Jean-Michel Méchain, et des citoyens ont tiré la sonnette d'alarme, lancé une pétition et écrit au ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Une réunion extraordinaire du conseil municipal devrait traiter ce dossier en octobre prochain.

Autre présence ce soir parmi le public, celle des syndicats, des associations et des agents quant au personnel municipal, certains services venant d'être réorganisés suite au départ de Carine Bonnard, DGS, et l'absence pour maladie de la DRH. Notons que le service événementiel est également en "souffrance". De même que le service culturel avec la démission de sa directrice, Isabelle Oberson. Les différends existant entre les services événementiel et culturel sont à l'origine de la démission de Dominique Deren de la responsabilité des fêtes de l'arc de Germanicus et celle tout court de la conseillère municipale Fanny Hervé, élue chargée des animations culturelles. Par qui sera-t-elle remplacée dans l'assemblée municipale ? Lydie Auriol ou Brigitte Bertrand ? En tant que salarié de la municipalité, Wolfgang Autexier, situé sur la liste Machon entre ces deux candidates, devra décliner cette opportunité.

Ajoutons à ce contexte "tumultueux" les gradins de l'amphithéâtre et les platanes de Saint-Pierre soulevés par Médiactions.

Au milieu de ces évidentes complexités, comment le premier magistrat, Jean-Philippe Machon, prendra-t-il le taureau par les cornes ?  Attendre et voir.

mardi 25 septembre 2018

Saintes : Soirée conférence pour débattre des impacts environnementaux sur la santé

L’association TerreHabitat17 organise jeudi 4 octobre à 20 h à Saintes une conférence-débat sur le thème Santé et Environnement


Les deux intervenants sont des professionnels de terrain : Serge Robert, ingénieur-chercheur et délégué de la structure nationale Réseau Environnement Santé, et Benoît Biteau, élu régional et paysan en agriculture biologique à Sablonceaux. Leurs connaissances et pratiques mettront les perturbateurs endocriniens, dont les pesticides, au centre des propos.

• Les invités
Serge Robert n’est pas seulement ingénieur-géologue ENSG et sédimentologue à l'IFREMER, mais également délégué régional du RES Nouvelle-Aquitaine. Le RES étant ce Réseau Environnement Santé présidé par André Cicolella, chimiste et toxicologue à l'origine de l'interdiction du bisphénol A dans les biberons et du perchloroéthylène pour le nettoyage à sec.
La soirée du 4 octobre, Serge Robert détaillera l’impact des dérèglements environnementaux sur la santé et abordera la question de la qualité de l’eau, notamment celle de la Charente.

Le conseiller régional de la Région Nouvelle Aquitaine, Benoît Biteau, est bien connu pour son combat de paysan en agriculture biologique, actuellement en proie au non-versement des subventions agricoles européennes. Paysan et écrivain, il décrira ce soir-là l’impact des différentes techniques agricoles sur l’alimentation et la santé.

• Conférence débat : jeudi 4 octobre à 20 h, Auditorium de la Salle Saintonge, Saintes. Entrée et participation libre. Contacts : terrehabitat17@gmail.com - www.terrehabitat17

Saintes : Grande réunion sur les compteurs Linky


Pour se rendre à la réunion salle Saintonge

Site Saint-Louis/Saintes : « nous sommes outrés qu'un site d'une telle richesse patrimoniale puisse être réservé à l'usage exclusif de la clientèle aisée d'un hôtel et d'une maison sénioriale de luxe »

Copie de la lettre ouverte adressée le 21 septembre dernier par deux saintaises, Dominique Cotta et Lolita Corroy Urdiales, à Françoise Nyssen, ministre de la Culture, concernant la sauvegarde du Site Saint-Louis. A l'heure actuelle, la pétition cumule 570 signatures dont 221 en ligne. Elle sera remise au maire Jean-Philippe Machon demain mercredi à l'occasion du conseil municipal.  

  
« Madame la Ministre de la Culture, 

Le site Saint Louis est menacé de vente par la ville de Saintes à des promoteurs privés, bâtisseurs de béton. Le 26 septembre 2018, Monsieur Machon, maire actuel de Saintes, sollicitera le vote du Conseil Municipal pour obtenir l'autorisation de signer le compromis de vente de ce site historique à l'acquéreur retenu.
Situé sur un promontoire au centre de la ville de Saintes (en Charente Maritime), le site Saint Louis assure une très belle vue panoramique qui domine toute la cité. Ce belvédère possède notamment le logis du gouverneur datant du début du 17è siecle et une chapelle en très bon état. Ce site possède de surcroît une réserve archéologique très riche, comme le détaille le Rapport Final d'Opération - diagnostic archéologique préventif - de 553 pages réalisé par le service d'archéologie départemental de la Charente-Maritime, publié en janvier 2017.
Suite à la parution du mot des élus de l'Opposition dans le bulletin mensuel n° 38 de septembre 2018, nous, citoyens, sommes nombreux à être outrés d'apprendre qu'un site possédant une telle richesse patrimoniale puisse quitter le domaine public saintais, en catimini, pour être réservé à l'usage exclusif de la clientèle très aisée d'un hôtel et d'une maison sénioriale de luxe. A notre grande surprise, les grands projets culturels, archéologiques, sociaux, environnementaux et citoyens, votés et validés par la précédente municipalité ont donc été purement et simplement balayés, écartés, ainsi que tous les engagements citoyens issus du débat public et de la concertation avec la société civile de l'époque. Et tout ceci sans tenir compte des conclusions du diagnostic archéologique préventif départemental !
La ville de Saintes est un haut lieu historique qui possède des atouts culturels et touristiques non encore exploités à ce jour. Dotée d'importants monuments romains tels l'amphithéâtre, l'arc de Germanicus, les thermes, l'aqueduc encore visibles aujourd'hui, d'autres merveilles d'époques diverses attendent leur mise en valeur.
Le contenu de notre musée archéologique, le plus riche et fourni de France est stocké depuis peu, rendu inaccessible au public en attente d'un lieu propice. De plus, par son histoire et son architecture exceptionnelle, l’église Saint-Eutrope est inscrite au titre du Bien 868 de l’Unesco "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle France" depuis 1998.
Cette ville rayonne aussi par la qualité de ses événements culturels au delà de nos frontières. Citons par exemple l'Abbaye aux Dames, cette Cité de la Musique dont le festival annuel de Musique classique est mondialement connu.
Alors que le site Saint-Louis représente une chance unique, non encore valorisée à sa juste mesure, de donner une dimension nationale à la ville de Saintes, voire davantage si un projet sérieux l'y conduisait, il partirait ainsi dans les biens du privé !
Un tel mépris pour l'Histoire avec un grand H, mais aussi pour ses habitants et toutes nos histoires de vie est offensant. Ce site accueillait auparavant l'ancien hôpital de Saintes et sa maternité. Nombreux sont ceux d'entre nous qui y sont nés et qui y ont vécu la fin d'un proche.
Comment peut-on brader le bien commun sans tenir compte d'une réelle concertation avec la population qui a montré déjà dans le passé son attachement réel à ce lieu historique ? Nous avons lancé une pétition citoyenne qui circule actuellement sur papier et sur internet pour en informer le plus grand nombre.
www.change.org/p/lolita-corroy-urgent-sauvons-le-site-st-louis-de-sa-vente-prévue-le-26-septembre-2018 

Madame La Ministre de la Culture, nous avons recours à vous et vous sollicitons instamment de vérifier avant la date du 26 septembre si ce compromis de vente est légal et bien raisonnable, eu égard aux conclusions du diagnostic archéologique préventif et des projets sérieux précédemment engagés.
Nous, citoyen.ne.s, habitant.te.s de Saintes, sommes respectueux de l'Histoire et soucieux des processus démocratiques de notre pays. Nous manquons cruellement d'informations précises et complètes afin d'évaluer de façon exhaustive la profonde gravité de ce choix (politique ? économique ? financier ? ), mais nous sommes très inquiets du devenir citoyen de ce site historique qui est le cœur de notre patrimoine.
Aussi, nous vous remercions par avance de l'attention que vous porterez à notre requête ».