mardi 16 juillet 2019

Saintes : Ne manquez pas le salon de la BD antique !



Saintes vous invite à ses jeux romains les 19, 20 et 21 juillet

Réservez votre week-end ! Les journées gallo-romaines - sur le thème "Ludi romani" - invitent le public à un voyage dans le temps à travers l’antique cité de Mediolanum jusqu’à l’un de ses sites majeurs : l’amphithéâtre construit aux premiers siècles de notre ère.
« L’Empereur Tibère et sa suite viennent à Mediolanum pour inaugurer l’Arc érigé par Caius Rufus Julius, monument dédié à la famille impériale. A l’issue de la cérémonie, il est offert de grands jeux aux citoyens de Mediolanum sur le sable de l’arène ».



Gratuité du musée archéologique et de l’amphithéâtre durant les trois jours.
Billets d’accès aux soirées à l’amphithéâtre : à retirer à l’accueil de l’amphithéâtre et à l’office de tourisme de Saintes du 17 juillet au 19 juillet (gratuit - jauge limitée)
Renseignements : Direction de l’Événementiel – 05 46 92 34 72




Unesco : le sénateur Bernard Lalande soutient les savoir-faire du Cognac

Bernard Lalande, sénateur de Charente-Maritime, vient d'écrire une lettre de soutien afin que les savoir-faire du Cognac soient inscrits au patrimoine culturel et immatériel de l’Unesco


« Sénateur de Charente-Maritime depuis le 28 septembre 2014, membre de la Commission des finances et du Comité national de surveillance des Investissements d’avenir, questeur du Sénat depuis le 4 octobre 2017, je travaille dans ces fonctions à la promotion et la valorisation des savoir-faire et de la culture du Cognac.
C’est d’ailleurs ce qui m’a conduit à participer au groupe d’études vignes et vins au Sénat.
Issu d’une famille de viticulteurs principalement établis sur la commune de Vallet (commune de Charente-Maritime associée à Montendre) j’ai, jusqu’à mon élection au Sénat, exercé la profession d’expert-comptable et commissaire aux comptes au sein du cabinet que j’ai fondé en 1981 à Montendre, et dont une bonne partie de la clientèle était constituée d’entreprises du Cognac.
Cofondateur et vice-président de la Communauté de communes de Haute-Saintonge, en charge du développement économique, j’ai là aussi eu à cœur de soutenir l’économie du Cognac dans son ensemble.
Cet engagement depuis toujours pour les professions du Cognac m’a valu d’être nommé officier du Mérite agricole le 31 juillet 2012.
La préservation des savoir-faire du Cognac est primordiale pour la région où je suis né, sur un plan économique et social, dans un territoire où les emplois relèvent, pour la majeure partie, de la filière.
C’est en ce sens que je soutiens le rapprochement des départements de Charente et Charente-Maritime, pour donner au « nouveau département » un espace de travail pertinent, fondé sur une histoire et une économie communes, liées au Cognac.
La préservation des savoir-faire du Cognac est également majeure pour l’économie nationale : plus de 200 millions de bouteilles expédiées sur la campagne 2017-2018, dans 158 pays, soit 3,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, qui contribue largement à l’excédent commercial des vins et spiritueux français (un quart de la valeur totale des exportations).
Je poursuis cette action pour un univers fort de l’alliance entre savoir-faire ancestraux et technologies modernes, développés par des professionnels passionnés par un produit qui n’a pas dévoilé tous ses secrets, même à un expert comme je peux l’être.
Les savoir-faire du Cognac sont hérités de nos ancêtres. J’en ai moi-même hérité des miens et transmis à nos descendants, comme je l’ai fait à mon fils qui a repris l’exploitation familiale.
Il s’agit d’une tradition orale, d’un apprentissage long et d’un engagement exigeant, tant de l’apprenti que du maître, qui imposent, à chacun des deux, humilité et respect.
Les métiers du Cognac sont divers, pour parvenir à la dégustation in fine d’un produit hors du commun. Mais chaque professionnel connaît l’univers des autres et adapte ses pratiques aux contraintes qu’ils rencontrent. C’est en particulier le cas pour la transition écologique des métiers et du produit.
La production est un chaînon de solidarité professionnelle, un équilibre économique précieux et fragile qui unit tous les membres de la communauté des professionnels du Cognac. A chaque fois qu’un membre a failli par le passé, l’impact économique a été ressenti par l’ensemble des professionnels.
La dégustation elle-même, pour les amateurs avisés, répond à une certaine coutume qui de fait les conduit à intégrer cette communauté. Cette coutume est toujours perpétuée, même si parallèlement se développent des modes de consommation différents, issus de la créativité de grands chefs en France comme à l’étranger.
L’inscription des savoir-faire du Cognac au patrimoine culturel et immatériel de l’Unesco consacrerait une pratique qui allie tradition et innovation et réunit, au sein d’une même communauté, tous les passionnés du Cognac, professionnels et consommateurs, à travers le monde ».

Bernard Lalande, sénateur

Jonzac/14 juillet : Sapeurs-pompiers à l'honneur pour la fête nationale

Les traditionnelles cérémonies du 14 juillet se sont déroulées dimanche en présence des autorités civiles et militaires. Des gerbes ont été déposées au monument aux morts et devant la statue de Marianne, place de la République. 


De gauche à droite, Christophe Cabri, conseiller départemental, Claude Belot, maire de Jonzac, Jérôme Aymard, sous-préfet et Raphaël Gérard, député
Autorités civiles et militaires, représentants des Anciens Combattants
La fanfare de l'Ecole des Arts sous la direction d'Hervé Sardin

Cérémonie place du château avec présentation du matériel de la caserne de Jonzac
Un nombreux public

Lors de cette manifestation, plusieurs sapeurs-pompiers 
ont été distingués. Toutes nos félicitations

6 médailles d’honneur pour ancienneté :
• Echelon OR(30ans de service) : Adjudant Pascal Terrière, Sergent-chef Jorge Ramos,
• Echelon Argent (20 ans de service) : Lieutenant Brice Bernard,
• Echelon bronze (10 ans) : Sergent Martin Johann, sapeur Robreau Grégory, Sapeur Vincent Verdier.

Avancement de grade :
• Le Sergent Jorge Ramos promu sergent-chef,
• Le Sapeur Lyse Volcov promue caporal,
• Le sapeur Aristide Piton promu Caporal.






Félicitations
• Cérémonie place de la République avec dépôt de gerbes


Les porte-drapeaux
Jeune recrues parmi les sapeurs-pompiers de Jonzac
Cette cérémonie s'est terminée dans la cour du château  par une aubade

Croix-Gente/Démolition de l’église moderne : le chantier sera terminé cette semaine


L’église moderne de Croix-Gente n’est plus qu’un souvenir. L’Evêché, en effet, s’est trouvé dans l’obligation de détruire cet édifice - abandonné depuis un certain temps - qui comprenait de l’amiante et présentait des fragilités.
Si sa construction fut longue (plusieurs périodes avant et après la Seconde Guerre mondiale), sa démolition confiée à l’entreprise Céline Crouzeau de La Rochelle a été rapide. Les vitraux ont pu être sauvés. Les travaux devraient être terminés cette semaine. Pour l’heure, les engins s’emploient au déblaiement des gravats et matériaux.
Reste la fresque qui est conservée : désormais exposée aux éléments extérieurs et pour la protéger des intempéries, un traitement serait opportun.


Travaux de déblaiement. L'amiante a été placé dans un conteneur à part

Ainsi se tourne une page de l’histoire de Croix-Gente qui provoque quelques pincements au cœur. De nombreux habitants se souviennent y avoir participé aux pèlerinages, importants à une époque, y avoir fait leur retraite de communion et leur communion et c’est là que le père Bernard Tourneur a été ordonné prêtre.

Différents objets ou mobilier, entreposés dans l'église, sont déposés à l'extérieur.
Les personnes intéressées peuvent les prendre librement.
 • Près de Montendre, Croix-Gente est un lieu de pèlerinage qui comprend une petite chapelle dédiée à Marie. Vers 1930, pour faire face à la grande affluence et abriter les fidèles par mauvais temps, un nouveau sanctuaire est édifié. Financé par des dons, il construit en plusieurs étapes. Désormais, il appartient à nos souvenirs…


• Infos : En poste à Montendre, le père Albert Yon pourra bientôt profiter d’une retraite méritée. En septembre, lui succédera le père Bergson Julien qui arrive d’Haïti. Nous lui souhaitons la bienvenue.