jeudi 12 décembre 2019

Saintes : les élus votent contre le transfert de la compétence "plan local d'urbanisme" à la CDA

Question à Pierre Dietz, qui conduit la liste Saintes en Confiance aux élections municipales, au sujet du transfert de la compétence Plan local d'urbanisme à la Communauté d’Agglomération, sujet traité mercredi soir lors du dernier conseil municipal : 
- « Que pensez-vous de la position de la mairie qui a souhaité conserver sa compétence afin de gérer ce domaine au plus près du territoire et estimé que les communes seraient appelées à se positionner à nouveau suite au renouvellement des assemblées en 2020 ? »

La liste Saintes en confiance
• Pierre Dietz : « Après s’être invectivés comme à chaque conseil municipal, les trois frères ennemis en campagne, Jean-Philippe Machon, Bruno Drapron et Philippe Callaud sont intervenus sur un sujet très important, le transfert de la compétence Plan local d'urbanisme à la Communauté d’Agglomération. Après les effets de manches de Philippe Callaud, l’intervention de Bruno Drapron, vice-président et émissaire de la Communauté d’Agglomération, et les explications orientées du Maire, réglant ainsi ses comptes avec l’intercommunalité, les conseillers municipaux, en leur âme et conscience, ont voté à bulletins secrets, se prononçant contre le transfert de la compétence en matière d’urbanisme. Les habitants de Saintes et des autres communes composant l’intercommunalité sont ainsi privés d’une réflexion cohérente à l’échelle du territoire de la CDA, par exemple en matière d’économie et d’emploi. La ville de Saintes s’isole donc un peu plus »… 

Réforme des retraites/Saintes : rassemblement mardi 17 décembre

Communiqué intersyndical des Unions locales CGT et FO de Saintes, de la FSU 17, de Solidaires 17 et de l'UNL17 qui appelle au retrait du projet de réforme des retraites, à la poursuite des assemblées générales sur les lieux de travail et d'études pour décider la reconduction de la grève débutée le 5 décembre et aux rassemblements tous les jours à 10 h 30 devant le palais de Justice de Saintes, et notamment mardi 17 décembre où une manifestation, suivie d'une AG, sera organisée. 




.

Conseil municipal/Saintes : « Jean-Philippe Machon, vous avancez masqué » regrette François Ehlinger au sujet des assises végétalisées de l'amphithéâtre

Mercredi, s’est tenu le dernier conseil municipal de l’année 2019. Un ordre du jour fourni avec la présentation du rapport sur les orientations budgétaires comprenant, entre autres, l’amphithéâtre et le site Saint-Louis. Des aménagements qui ne font pas l’unanimité et dont il sera question lors de la campagne des élections municipales. D’ailleurs les principaux candidats opposés à Jean-Philippe Machon étaient présents dans les rangs…

Jean Philippe Machon aux côtés de Nelly Veillet et Liliane Arnaud

L’affluence, signe qui ne trompe pas, reflète l’approche de scrutins importants pour la ville. Mercredi soir, elle était moins dense que lors des grandes manifestions (gilets jaunes, mouvements syndicaux), mais il ne restait plus une place dans l’espace réservé au public. Et pour cause, les Municipales des 15 et 22 mars se profilent à l’horizon et la campagne promet d’être animée.

Dans les rangs, on notait la présence de candidats qui ont officialisé leur participation, Pierre Dietz, ex adjoint du socialiste Jean Rouger (Saintes en confiance), Pierre Maudoux (Pour et avec les Saintais), Rémi Catrou (Saintes écologique et Solidaire). Au sein même du conseil, Bruno Drapron, ex adjoint UDI de Jean-Philippe Machon redevenu conseiller municipal, fourbit ses armes et s’est allié en la circonstance avec le PRG Philippe Callaud, élu de l’opposition (liste de gauche d’Isabelle Pichard en 2014).

En face, Jean-Philippe Machon (centre droit) vient d’annoncer qu’il briguera un second mandat et conduira la liste "Saintes 2026, belle, durable vivante".
D’autres formations peuvent s’ajouter et l’on ignore à ce jour qui portera la bannière d’En Marche.

Dans l'assistance, Pierre Maudoux et Pierre Dietz, candidats aux municipales
Un nouveau conseiller : Romain Guérive

En début de séance, un hommage est rendu à Annie Tendron, décédée brutalement. Le maire salue son dévouement et son implication dans les associations et dossiers traitant du handicap. Elle était conseillère communautaire et administratrice du CCAS.

Dominique Deren, démissionnaire lors du dernier conseil, est remplacée par Romain Guérive, kinésithérapeute, qui s’avère être le dernier de la liste de Jean-Philippe Machon.
Adjointe aux sports, Dominique Deren ne sera pas remplacée. Le nombre d’adjoints sera désormais de 9. Une décision de « bon sens alors qu’il n’y a plus de comités de quartiers et que nous sommes en période pré-électorale » précise le premier magistrat.

Applaudissements en hommage à Annie Tendron

Une modification relative au montant des indemnités de fonction du maire, des adjoints et des élus délégués est votée.
Elle entraîne les commentaires de Laurence Henry (opposition) à l’encontre du maire : « vous n’avez pas diminué vos prétentions personnelles. A Angoulême, ville plus importante que Saintes, les indemnités y sont inférieures de 20% ». 
« Loin des maximales, elles n’ont pas bougé depuis le début de notre mandat » souligne l’intéressé.

La seconde salve concerne le faible recrutement féminin dans les effectifs de la ville. « Ça y est, la campagne a commencé ! Le conseil municipal vous sert de tribune pour me caricaturer » rétorque le maire. Et cette situation n’en est qu’à ses débuts…


Jean-Philippe Machon : « Pour investir, il faut trouver des partenaires financiers »

Le DOB (débat d’orientation budgétaire) est présenté par Frédéric Neveu. Après une diminution, la dotation globale de fonctionnement de près de 27 milliards d’euros est quasi stable. En raison de la reprise de l’investissement public local ces deux dernières années, le fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (CTVA) croît de 350 millions d’euros pour atteindre 6 milliards d’euros (+ 6%). Les aides de l’Etat quant à l’investissement restent aux montants fixés l’an dernier (dont 1 milliard d’euros pour la dotation d’équipement des territoires ruraux). Les dotations de solidarité urbaine et rurale augmentent chacune de 90 millions d’euros. 10 millions d’euros serviront à financer les mesures du projet de loi « engagement et proximité » qui bénéficieront aux petites communes.
A noter que le manque à gagner de la taxe d’habitation ne sera pas totalement compensé, les collectivités perdant ainsi la possibilité de pouvoir fixer leurs taux.

Les perspectives sur le niveau d’endettement font ressortir la nécessité d’un emprunt au budget principal (400.000 euros en 2019, 5,895 millions d’euros en 2020 estimés).
Le programme d’investissement sera recentré sur les priorités : site Saint-Louis, quartier Saint-Eutrope et amphithéâtre, ensemble inscrit dans le projet « Action cœur de ville » ; travaux sur les édifices protégés dont les arènes, voirie et équipement des services ; acquisitions foncières ; mise en accessibilité de certains bâtiments et d’arrêts de bus.

Quelles sont les marges de manœuvre pour Saintes ? La ville est moins endettée passant de 35 millions d’euros à 27,7 millions d’euros. A une époque, le plan de rénovation urbaine a plombé les finances et l’actuelle municipalité a assumé la fin de cette opération nécessaire.


S’il admet que Frédéric Neveu a fait un beau plaidoyer, Philippe Callaud n’a pas la même lecture des chiffres : « vous dites que l’épargne brute des collectivités locales est en hausse, qu’on va pouvoir investir, que tous les signes sont au vert. Pourtant, le village gaulois que nous sommes va mal dans cet univers de bonnes nouvelles. Les charges à caractère général augmentent et Saintes n’investit plus depuis des années. C’est avec cette baisse d’investissement que vous avez désendetté la ville. Vous manquez de souffle et vous ne faites pas rêver les Saintais malgré les dépenses effectuées dans le domaine événementiel ». 
Jean-Philipe Machon réagit : « vous constaterez que nous n’avons pas augmenté les impôts locaux malgré la baisse de la DGF. Pour nous aider, il faut trouver des partenaires financiers. Comment avons-nous réalisé l’entrée de Bellevue, la passerelle, les ronds-points des pompiers ou de Saintronic ? Les aides de l’Etat, du Département et de la Région sont déterminantes ». 

Amphithéâtre, site Saint-Louis, pont de Lormont : Travaux en vue

• Amphithéâtre : « arrêtez de parler de béton »…

Outre le quartier Saint-Eutrope, il s’agit de réaliser des travaux importants à l’amphithéâtre pour assurer sa protection, son confortement ainsi que la pérennité de ce joyau archéologique qui contribue à l’attractivité et l’embellissement de la cité. La création d’une autorisation de programme permettra d’identifier l’ensemble des coûts.
Les travaux de valorisation comprennent l’aménagement d’un prototype d’assises végétalisées (jauge de 4000 spectateurs) ainsi qu’un investissement dans des équipements scéniques, l’accessibilité du site et le stationnement.
Montant global 7.080.000 euros (de 2020 à 2024). Des subventions seront perçues de la DRAC et du loto du patrimoine.

Evidemment, le terme « assises végétalisées » provoque une onde de choc chez les opposants au projet. « Les arènes sont en péril. Il faut donc intervenir rapidement, mais arrêtez de parler de béton, ce sont de fausses rumeurs. Oui, il y aura des assises végétalisées car elles correspondent à la politique actuelle de la DRAC qui consiste en la sauvegarde des monuments et leur valorisation. L’amphithéâtre a toujours accueilli des spectacles qui émerveillaient la population. Aujourd’hui, on ne peut plus en organiser en raison de la fragilité de la structure. Quand les actions prioritaires auront été accomplies, assainissement, Porte des Vivants, des assises permettront d’animer le site. L’amphithéâtre fait partie intégrante de la ville. Il n’est pas question de le figer, pourquoi en priver les habitants ? Rien n’a été fait sur l’ensemble du monument depuis les années 1920. Mobilisons nous pour sauver les arènes ! » explique Jean-Philippe Machon.

François Elhinger, Laurence Henry, Philippe Callaud, Josette Groleau
François Ehlinger ne partage pas cet enthousiasme : « vous arrivez en rampant, vous glissez des choses, mais vous n’avez qu’un seul objectif… Sous couvert d'écologie, vous pensez construire une guinguette à la Palu et en ce qui concerne le patrimoine, des gradins à l’amphithéâtre. Vous avancez masqué, avec un voile sur le visage. Vous voulez faire des arènes une salle de spectacle à ciel ouvert. Comment s’exprimer sur le sujet puisque j’ai été évincé du comité de pilotage ! »

Intrigué, Jean-Philipe Machon entend s’informer sur le fait que François Ehlinger n’a pas été convié à la dernière réunion de ce comité. Par ailleurs, il juge les propos tenus par l’élu « polémiques et axés sur des bases inexactes ». Et d’ajouter : « l’amphithéâtre originel avait des gradins. C’était bien sa vocation première de recevoir du public ? »

Dans les rangs de l’opposition, Serge Maupouet, Josette Groleau ou encore Renée Lauribe Benchimol s’interrogent. Quoi qu’il en soit, le drainage de l’arène est essentiel ainsi que les travaux de consolidation. Sinon, ce monument emblématique, inauguré vers 40 après J.C, passera un bien mauvais XXIe siècle !

Philippe Creachcadec, Bruno Drapron, Caroline Audouin, Marie-Line Cheminade
• Autorisation de programme projet urbain 
quartier Saint-Louis (dossier Christian Schmitt) : 

Le projet concerne le site de l’ancien hôpital ainsi que les abords (entre le cours Reverseaux et la rue Dangibaud). La municipalité estime judicieux d’inscrire cette requalification urbaine du quartier dans une approche incluant un belvédère paysagé, un ascenseur dont l’emplacement a été modifié, l’opération Belle-vie d’air confiée à Linkcity, la construction de logements sociaux, divers aménagements et réfections (gare routière). Coût de 2020 à 2027 : 9.820.000 euros.

• Autorisation de programme 
Ouvrage d’art, pont de Lormont :

La réhabilitation du pont de Lormont, qui franchit la voie de chemin de fer sur la rive droite et constitue l’une de voies d’accès au centre ville, est jugée prioritaire. Coût estimé à 2.685.000 euros (de 2020 à 2024).

Jean-Philippe Machon, Jean-Pierre Roudier, Françoise Bleynie

Saintes : Jean-Philippe Machon sera candidat aux Municipales de 2020

Dans le communiqué qui suit, l'entourage de Jean-Philippe Machon, maire sortant, annonce sa candidature aux élections de mars 2020. Le suspense est levé. Reste à savoir qui sont ses co-listiers, l'équipe précédente ayant explosé en vol...


• Communiqué de la liste Saintes 2026, belle, durable, vivante

« Le maire de Saintes sera candidat à un deuxième mandat, en mars prochain. Dans cette optique, il a fait le choix de dialoguer directement avec les Saintaises et les Saintais en leur adressant une lettre. Celle-ci sera distribuée, à partir d’aujourd’hui, jeudi 12 décembre, et durant la semaine à venir dans toutes les boîtes aux lettres de la ville. 
Jean-Philippe Machon y explique les raisons qui le poussent à vouloir poursuivre son action : rénover et embellir la ville et surtout rendre service aux Saintaises et aux Saintais qui font la ville au quotidien. C’est l’esprit « capitale » qu’il veut continuer à cultiver pour développer davantage l’attractivité de la cité. Saintes est à la croisée des chemins. Beaucoup a déjà été fait et les projets à venir sont encore nombreux au bénéfice des habitants. 
Fort de son expérience, de ses contacts et des compétences qu’il est parvenu à fédérer autour de lui, il se présente en candidat du rassemblement et de la proximité pour Saintes et ses habitants. Dans les semaines à venir, vous découvrirez les visages des femmes et des hommes qui l’accompagnent. 
Le 11 janvier 2020, il invite toutes les Saintaises et tous les Saintais à le rejoindre pour l’inauguration de la permanence de campagne à 11h30 au 52 de l'avenue Gambetta »


Charente-Maritime : alerte orange vagues submersion, vigilance jaune crues et vents violents

Météo-France place le département de la Charente-Maritime en vigilance Orange Vagues submersion et Jaune pour Crues et Vents violents


L'intensification des pluies s'effectue en cours d'après-midi de ce jeudi sur le Sud-Ouest. Ces précipitations se poursuivent toute la journée de vendredi. L'état des sols saturés conduit à une vigilance particulière.
La situation sur le littoral est également à suivre avec un vent fort à très fort établi pour la nuit prochaine et demain matin.
Ainsi la vigilance est désormais de niveau orange pour le risque vagues-submersion sur le littoral.

Le Préfet de la Charente-Maritime a informé les communes littorales et les services concernés pour les placer en pré-alerte.

Dès à présent, la population doit se préparer :

• Pour les particuliers :
- Assurez-vous que vos proches résidents sur le littoral soient bien informés de la vigilance ;
- Protégez vos biens susceptibles d'être endommagés par la montée des eaux ou emportés par les vagues.
- Rangez ou fixez les objets sensibles aux effets du vent ou susceptibles d’être endommagés ;
- Préparez un kit d’urgence à monter dans les étages de votre habitation : eau potable, vivres, papiers d'identité, radio à piles, lampe de poche, piles de rechange, vêtements chauds, vos médicaments pour attendre les secours dans les meilleures conditions ;
* Pour les professionnels de la mer et les plaisanciers :
- Vérifiez l'amarrage de votre navire et l'arrimage du matériel à bord, et ne restez pas à bord.

Les consignes individuelles à la population pendant l’alerte :

Vagues-Submersion/Orange

• Consignes générales :

    - Tenez-vous au courant de l'évolution de la situation en écoutant les informations diffusées     dans les médias. Evitez de circuler en bord de mer.
    - Si nécessaire, circulez avec précaution en limitant votre vitesse et ne vous engagez pas sur     les     routes exposées à la houle ou déjà inondées.
    - Se tenir prêt à évacuer les lieux à la demande des autorités, prendre ses papiers d'identité et si     possible, fermer le bâtiment ;

• Habitants du bord de mer :

    - Fermez les portes, fenêtres et volets en front de mer.
    - Surveillez la montée des eaux.

• Plaisanciers :

    - Ne prenez pas la mer.
    - Ne pratiquez pas de sport nautique.
* Professionnels de la mer :
    - Évitez de prendre la mer.
    - Soyez prudents, si vous devez sortir.
    - A bord, portez vos équipements de sécurité (gilets).

• Baigneurs, plongeurs, pêcheurs ou promeneurs :

    - Ne vous mettez pas à l'eau, ne vous baignez pas.
    - Ne pratiquez pas d'activité nautique de loisirs.
    - Soyez particulièrement vigilants, ne vous approchez pas du bord de l'eau même d'un point     surélevé (plage, falaise).
    - Éloignez-vous des ouvrages exposés aux vagues (jetées portuaires, épis, fronts de mer)

Vigilance Jaune Vents

    * Limitez vos déplacements. Limitez votre vitesse sur route et autoroute, en particulier si vous     conduisez un véhicule ou attelage sensible aux effets du vent.
    * Ne vous promenez pas en forêt et sur le littoral.
    * Soyez attentifs si vous pratiquez des activités sensibles au risque météo ;
En ville, soyez vigilants face aux chutes possibles d’objets divers.
    * N’intervenez pas sur les toitures et ne touchez en aucun cas à des fils électriques tombés au     sol.

Vigilance Jaune Crues-Inondations

* Surveillez la montée des eaux ;
* Ne vous engagez en aucun cas, à pied ou en voiture, sur une voie immergée ;
* Ne pas prendre l'ascenseur pour éviter de rester bloqué ; ne descendez pas dans les sous-sols ;

Tenez-vous informés de l’évolution de la situation sur :

* Météo France
* Les réseaux sociaux de la préfecture : twitter @prefet17 ; facebook : préfet de la Charente-Maritime
* Radios : France Bleu, Demoiselle FM