lundi 25 mai 2020

Mieux comprendre la loi Littoral

Vient de paraître aux éditions La Geste "La loi Littoral - la Côte en péril" écrit par Laurent Bordereaux, professeur en Aménagement de l'espace, urbanisme à l'université de La Rochelle et co-responsable du master Droit public. Un guide citoyen à découvrir !


La loi du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dite « loi Littoral », demeure depuis plus de trente ans la pierre angulaire et le texte emblématique du système français de préservation des espaces côtiers.
Grande loi d’équilibre, son domaine d’application est au cœur de l’écosystème terre-mer ; elle a toujours suscité des débats passionnés entre élus, aménageurs, associations de protection de l’environnement et habitants du bord de mer.
La loi Littoral doit aujourd’hui répondre aux problématiques des risques naturels et des énergies renouvelables et cesser de faire l’objet d’assouplissements répétés qui la fragilise. Au-delà de la présentation des grandes règles de la loi (bande des 100 mètres), ce livre se veut un guide citoyen de la loi Littoral.

Hôpital de Saintes : Plan de reprise des activités hors Covid-19


Depuis le 11 mai, l’hôpital de Saintes reprend progressivement ses activités hors Covid-19. Les consultations et les hospitalisations programmées, non-urgentes et qui avaient été suspendues avec le confinement, peuvent désormais être reprogrammées dans le respect des protocoles mis en œuvre.
Conformément aux recommandations nationales, le Centre Hospitalier de Saintes s’est adapté pour reprendre la prise en charge de l’ensemble des patients relevant de son territoire.
Cette reprise a été organisée de manière à permettre, dans un délai très rapide, de revenir à un dispositif à même de faire face à un éventuel rebond épidémique.
L’ensemble des gestes barrières et de distanciation ont été et sont toujours mises en œuvre au sein de l’établissement avec un haut niveau de rigueur.

Accès aux urgences

Le principe du tri mis en place au début de la crise sanitaire et la séparation des flux de patients entre urgence Covid-19 et urgence non Covid-19 demeure.
Ainsi, le tri des patients est encore réalisé au niveau du Poste Médical Avancé qui constitue toujours le point d’entrée unique des urgences saintaises.
Deux filières distinctes sont maintenues au niveau du service des urgences : une filière urgences Covid-19 et une  lière urgences non Covid-19.

Capacités des soins critiques

Après validation de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, le Centre Hospitalier de Saintes est revenu à une capacité en réanimation conforme à la normale permettant de soutenir son plan de reprise d’activité en médecine et chirurgie.

Consultations et hospitalisations programmées dans les autres secteurs

Une prise de rendez-vous à nouveau possible :
En médecine, chirurgie, obstétrique et imagerie et pour tous les patients dont l’état de santé nécessite une consultation ou une hospitalisation programmée, la prise de rendez-vous est à nouveau pleinement possible, notamment pour des motifs médicaux non priorisés et non pris en charge durant le confinement.

Des consignes renforcées pour les patients :
Lorsque le recours aux consultations à distance n’est pas possible, un contact préalable avec le patient est mis en œuvre afin de l’informer des consignes applicables au sein de l’établissement.
Ainsi, un document rappelant les mesures sanitaires en vigueur est adressé aux patients avant leur consultation ou hospitalisation. Ces mesures sont rappelées oralement par les secrétariats médicaux lors de la prise du rendez-vous et la veille du rendez-vous lorsque cela est possible.

Un nouveau protocole pour entrer dans l’hôpital :
Pour garantir la sécurité des patients et des professionnels, un nouveau protocole d’entrée dans l’établissement a été mis en place.
Les patients valides doivent désormais obligatoirement rentrer dans l’hôpital par le hall d’accueil dotés d’un masque. Une hôtesse d’accueil vérifie que le patient est bien doté d’un masque et lui demande de réaliser une friction hydro-alcoolique. Le patient doit se présenter seul. Une nouvelle friction hydro-alcoolique sera réalisée à l’accueil ou au secrétariat du service concerné.
Dans tous les cas, un patient présentant des signes cliniques Covid-19 dans les quinze jours précédant sa venue doit recontacter le secrétariat du service concerné afin d’envisager un rendez-vous à une date ultérieure.

Des mesures sanitaires strictes dans l’hôpital :
Pour se protéger et protéger les autres, le port du masque est obligatoire tout au long du parcours du patient dans l’établissement. Cette obligation est également valable pour tous les professionnels de l’hôpital.
L’organisation des services de consultations a été adaptée pour respecter les règles de distanciation, notamment dans les salles d’attente.
Le nettoyage des espaces d’attente et des consultations est réalisé de manière rigoureuse et fréquente grâce à des protocoles d’hygiène renforcés.

Communication et renseignements
Pour toute question afférente à cette reprise et pour en connaître les modalités particulières applicables à certains services (psychiatrie, maternité par exemple), les usagers sont invités à prendre contact avec le secrétariat des services concernés.
Le Centre Hospitalier de Saintonge publie régulièrement des informations sur son organisation via différents supports :

Covid-19/Nouvelle-Aquitaine : 1 822 personnes sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie

>> Cas confirmés rapportés par les laboratoires de Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression à bas bruit dans notre région avec 24 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 23 mai, ce qui porte le total à 5 234 depuis le début de l’épidémie.

En raison de la mise en place de la nouvelle plateforme de remontée des données de dépistage des laboratoires, les chiffres indiqués ci-dessus sont probablement sous-estimés.


>> Prise en charge et décès en Nouvelle-Aquitaine

• 378 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (+ 4 par rapport à la veille)
• 57 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (+ 1 par rapport à la veille)
• 1 822 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+ 1 par rapport à la veille)
• Depuis le début de l’épidémie, on déplore 382 décès (1) parmi les personnes hospitalisées (le même nombre que la veille)
(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 24/05 à 14h


>> Situation dans les EHPAD de Nouvelle-Aquitaine

Les chiffres collectés dans le tableau de Santé publique France sont les données déclaratives qui ont été transmises par les établissements entre le 1er mars et le 24 mai 2020 à 9h.
Il est question de signalements pouvant émaner de structures ayant déjà fait des signalements ou même ayant clôturé des situations (cas suspects testés négatifs ou retour à la normale dans l’EHPAD).

L’ARS Nouvelle-Aquitaine procède à une vérification de ces données, en lien avec les établissements. Sont ainsi identifiés dans cette base de données :
- les signalements en doublon,

- les cas suspects testés négatifs,

- les situations revenues à la normale.

Au total, 398 EHPAD ont été concernés par un cas confirmé ou suspect de Covid-19 depuis le début de l’épidémie.
En isolant les signalements clos (tests négatifs ou retour à la normale dans l’établissement), il est établi qu’au 24 mai, 107 EHPAD sont actuellement concernés par une situation de Covid-19 confirmée ou suspecte parmi des résidents ou le personnel, soit 11,9 % des EHPAD de notre région (898 EHPAD en Nouvelle-Aquitaine).

Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

mercredi 20 mai 2020

Hôpital Pellegrin : Le geste du cœur de Maïté Thébault et la commune de Chamouillac

En ces temps de Covid-19, la population ne reste pas les bras ballants face aux réalités de l'épidémie ! Dernièrement, Maïté Thébault, couturière, et la commune de Chamouillac ont offert des masques, des charlottes et autres accessoires au service de post-réanimation de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux où sont soignés des malades atteints du Covid-19. 
Un geste à souligner. 


Devant sa machine à coudre, Maïté Thébault s’affaire. Si ce maudit coronavirus n’avait pas confiné la population, elle serait déjà installée à  Jonzac, dans les anciens locaux de Créacœur. « En tant que salariée de cette association, j’ai exprimé mon souhait de reprendre l’activité couture à Claude Belot. Je le remercie pour sa compréhension et j’ai pu signer vendredi une convention avec la mairie de Jonzac pour l’occupation des locaux de la rue Paul Bert » explique-t-elle.
Dès le 2 juin prochain, elle y effectuera, comme par le passé et dans un atelier réaménagé, retouches, confection et repassage. Qui ne s’est pas retrouvé un jour devant une fermeture éclair récalcitrante, un ourlet à faire ou un tas de linge à plier ! « La liquidation de Créacœur a été un sacré coup dur pour les personnes qui y travaillaient. C’est alors que j’ai pensé à reprendre le flambeau comme auto-entrepreneur ».
En attendant le jour de son ouverture, elle réalise à la maison des masques en tissu, lavables et réutilisables. Elle en a déjà livré à l'Intermarché de Jonzac, l’épicerie de la Lure à Boisredon, dans sa commune, sans compter d’autres contacts.

Aider des personnels soignants de l’hôpital Pellegrin

Véronique Guichard est infirmière en post-réanimation au CHU de Pellegrin, en charge de malades atteints du Covid-19. Sa mère, qui n'est autre que Maïté, s’est émue quand elle a appris que son service manquait de charlottes et de calots de protection.
« Au travail » se dit-elle. Après avoir acheté la matière première en grande surface (alèse plastifiée d’un surmatelas), elle a réalisé 16 charlottes et 22 calots. De son côté, le maire de Chamouillac, Serge Jourdain, a fourni des boîtes de gants, des tabliers et d’autres charlottes (issus du stock de la cantine de l'école).
Parfait, le colis était prêt ! Maintenant, il fallait l’acheminer à Bordeaux et nous étions en période de confinement, donc pas de sortie en dehors des motifs habituels. « J’en ai parlé avec le premier magistrat qui m’a fourni une attestation expliquant la raison de mon déplacement à Pellegrin... en espérant la compréhension des gendarmes si je devais justifier ma sortie. J’ai fait le trajet en voiture sans problème et la livraison s’est déroulée dans de bonnes conditions. J’avoue toutefois que j’avais le cœur battant. Un moment donné, j’ai pensé à ce que devaient ressentir les résistants durant la Seconde Guerre mondiale ! ».
Maïté Thébault étant une femme généreuse et volontaire, une telle initiative de sa part n’a pas surpris ses proches ! Inutile de vous dire que cette contribution "chamouillaise"  à la cause soignante a été appréciée par le personnel infirmier.

Et maintenant, il ne reste plus qu’à souhaiter bonne chance à Maïté Thébault dans son nouveau parcours professionnel !

• Si vous désirez acquérir des masques, prendre contact au 06 13 63 73 44. Pour être opérationnel, il suffit de glisser une feuille de kleenex ou une lingette dans l’ouverture du masque. Après usage, on jette cette feuille et le masque peut être lavé. Contrairement au masque jetable, il est utilisable autant de fois qu'on le veut. Prix trois euros l’unité.

Jonzac : Distribution de masques à la salle des fêtes

Commencée lundi à la salle des fêtes, la remise de masques à la population se termine aujourd'hui mercredi à 18 h 30.  

Lundi, premier jour de distribution des masques. Sur cette photo, Jack Ros et ses collègues (de l'ancien et nouveau conseil municipal) accueillent des Jonzacais
Masques blanc et noir : Christophe Gadrat et Christelle Pothier, nouveaux conseillers
Réunis pour une photo collector : Madeleine Perrin, Christine Joubert, Catherine Catin, Pierre Jean Ravet (qui préfère la visière au masque version 'Ramsès"), 
Christel Brière et Thomas Procureur 
C'est au total 11.000 masques qui seront distribués à la population. Aujourd'hui est le dernier jour et les portes sont ouvertes jusqu'à 18 h 30. Chaque Jonzacais est invité à se munir d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. Lui sera remis un masque "grand public" en tissu répondant aux normes AFNOR (lavable 10 fois) offert par le Conseil départemental et deux masques jetables donnés par la ville de Jonzac, soit 3 masques par personne. L'accueil est réalisé par des élus de l'ancien et du nouveau conseil municipal. La nouvelle équipe, autour de Christophe Cabri, sera installée le 27 mai prochain.

• Les personnes ne pouvant se déplacer sont invitées à contacter la mairie au 05 46 48 04 11

mardi 19 mai 2020

Procédure d'attribution de 11 emplacements pour l'exploitation ou la réalisation de pontons de pêche au carrelet

Une procédure d’attribution prochaine de 11 emplacements en vue de l’exploitation ou la réalisation de pontons de pêche au carrelet, répartis sur les communes de Saint-Laurent-de-la-Prée, Soubise, Saint-Nazaire-sur-Charente et Saint-Palais-sur-Mer est ouverte


Les fiches descriptives des emplacements et la procédure relative aux modalités de candidature seront affichées pendant un mois, du lundi 18 mai au jeudi 18 juin inclus, dans les mairies concernées.

Elles sont en outre téléchargeables sur le site internet des services de l'État en Charente-Maritime :

http://www.charente-maritime.gouv.fr/Politiques-publiques/Mer-littoral-et-securite-maritime/Peche-de-loisir/Peche-aux-carrelets/Peche-aux-carrelets-Avis-de-vacance-d-emplacements-de-ponton-de-peche-et-modalites-d-attribution 

Poursuite de la réouverture des plages, des plans d'eau et des musées

Nicolas Basselier, préfet de la Charente-Maritime, a pris de nouveaux arrêtés de réouverture de plages, de plans d’eau et de musées

34 communes ont obtenu une dérogation d’ouverture de plages
L’instruction par les services de l’État des demandes de dérogation pour la réouverture de plages, plans d’eau et musées, sollicités par les maires, s’est poursuivie en début de semaine, en veillant toujours au strict respect des consignes sanitaires : diffusion et affichage des consignes de sécurité à l’entrée et à la sortie des lieux autorisés, contrôle des mesures d’hygiène et de distanciation physique, autorisation des seules activités dynamiques et limitation des horaires sur les plages.

Les aspects touchant à la protection de la biodiversité sont également pris en compte dans cette instruction. La secrétaire d’État Emmanuelle Wargon était lundi à La Tremblade dans le cadre de l’opération « On marche sur des œufs » visant à sensibiliser la population à la présence des oiseaux venus nidifier sur nos plages.

- Le préfet a autorisé le mardi 19 mai la réouverture deplages dans 12 communes : 

Aytré, Bourcefranc-Le-Chapus, Dolus d’Oléron, La Brée-les-Bains, La Flotte, La Tremblade, Les Mathes-La Palmyre, Les Portes-en-Ré, L’Houmeau, Marennes-Hiers-Brouage, Saint-Georges-de-Didonne, Saint-Georges d’Oléron.

Toutes les plages pour lesquelles les maires ont fait une demande sont maintenant rouvertes en Charente-Maritime. 34 communes ont ainsi obtenu une dérogation d’ouverture de plages.

- La réouverture d’un plan d’eau a été autorisée à Rochefort.

- Enfin, le préfet a autorisé la réouverture de 12 musées dans les communes de Grand-Village-Plage, Jonzac (Carmes), La Rochelle, Saintes, Saint-Martin de Ré, Saint-Pierre d’Oléron et Trizay.

Les dérogations accordées aux maires pourront être retirées à tout moment en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et/ou du manque de respect par la population des mesures sanitaires et des règles de distanciation physique.

vendredi 15 mai 2020

Charente-Maritime : la Région soutient les entreprises, la formation, l'emploi, le social, la culture et l'économie

A situation exceptionnelle, Commission permanente exceptionnelle. C'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vendredi 15 mai à l'Hôtel de Région à Bordeaux. C'est ainsi que 264 délibérations, 1853 dossiers d'aides et 39 opérations de travaux ont été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset.
 Cette Commission permanente inédite a permis de voter des subventions pour un montant total de 172 104 617,20 euros. Et plusieurs dossiers-phare concernent la Charente-Maritime, dont les suivants :

La Région adhère à l'Institut du Numérique Responsable

L'Institut du Numérique Responsable (INR) est un think tank crée en 2018, association réunissant le GreenIT et le ClubGreenIT qui sont des groupes de réflexion de référence sur l'impact du numérique. Cette association, située au cœur de l'Université de La Rochelle, s'appuie notamment sur un conseil scientifique composé d'universitaires experts du Numérique Responsable, et compte déjà parmi ses adhérents de nombreux organismes Les thèmes abordés par l'association sont : les aspects techniques (éco-conception des équipements et des services numériques, économie d'énergie, réemploi et recyclage) les usages, les aspects sociaux (accessibilité numérique, amélioration pour l'utilisateur), l'économie du partage et l'amélioration de la coopération, le rôle du numérique pour glisser vers une économie plus sobre, vertueuse et circulaire. L'adhésion de la Région à cette association sera un outil indispensable d'aide à la décision politique : elle permettra un accès à une base de connaissances développée depuis plus de quinze ans sur ce thème, un partage d'expériences entre les membres, une visibilité de la collectivité sur le plan national sur le Numérique Responsable, et elle permettra d'engager une démarche de labellisation. De plus, la Région Nouvelle-Aquitaine pourra contribuer et bénéficier des avancées du collège « Collectivités » au sein de l'Institut du Numérique Responsable. A cet effet, la Région Nouvelle-Aquitaine verse la somme de 4 000 euros.

Aide à l'investissement pour une entreprise de matériel d'équitation

La société Antares Sellier France est spécialisée dans la fabrication de selles sur mesure haut de gamme, de casques d'équitation et la vente de matériels d'équitation. La totalité des selles et des casques haut de gamme sont « Made In France » et « Made in Nouvelle-Aquitaine ». Afin de gagner en productivité et gagner en parts de marché, l'entreprise a choisi d'investir dans un nouveau bâtiment, dont la superficie permet d'installer des machines plus performantes et d'optimiser les postes de travail. L'entreprise souhaite aussi créer un pôle commerce digital. Dans ce cadre, toute la structure informatique doit être revue. Le développement de plusieurs applications et la refonte des sites Internet sont en cours. Sur le plan technologique, l'entreprise va investir dans diverses machines, afin de se développer et gagner en productivité. Sur le plan informatique, elle va investir dans un configurateur de selles. Ce projet de développement est soutenu par la Région à hauteur de 181 665 euros.

Aide à l'investissement et au recrutement d'un cadre pour une entreprise d'emballages durables

La société Lyspackaging (région saintaise) est spécialisée dans la conception, la production et la commercialisation d'emballages en matière 100% végétale issue de la canne à sucre. L'entreprise possède une unité industrielle qui fabrique des bouteilles, pots et bouchons en matière végétale compostable et offre un service d'étiquetage pour ses contenants. Le programme d'investissement a pour objectif d'augmenter les capacités de production des contenants, par soufflage ou par injection, de pouvoir fabriquer les bouchons ainsi que les préformes à souffler en interne et d'être donc moins dépendante des sous-traitants. Ces investissements vont permettre à l'entreprise d'être plus autonome tout en augmentant le chiffre d'affaires. De plus, un progiciel de gestion intégré est déployé de façon à piloter l'ensemble de l'unité de production. Par ailleurs, dans sa démarche de structuration de ses fonctions, l'entreprise a recruté un directeur opérationnel en charge de l'organisation de la production et des process. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient cette entreprise dans son projet d'investissement à travers une aide de 51 926 euros ainsi que le recrutement d'un cadre qui accompagnera sa croissance au moyen d'une aide de 27 582 euros.

Soutien à un projet innovant d'équipements modulables, connectés et recyclables

Située à Rochefort, l'entreprise Simair est un équipementier aéronautique depuis plus de 40 ans. Elle dispose de savoir-faire sur deux activités complémentaires : le travail du métal, regroupant toutes les étapes de l'élaboration de pièces unitaires ou de sous-ensembles destinés à la construction d'aérostructures et la conception et l'assemblage d'équipements de cabines à destination des constructeurs et des compagnies aériennes. Pour répondre aux enjeux de différenciation et de compétitivité, l'entreprise développe une stratégie d'innovation de produits et de services répondant aux besoins spécifiques des clients. Aujourd'hui, 3 000 avions par an sont reconfigurés et les équipements intérieurs détruits car spécifiques à chaque compagnie, ce qui représente un coût considérable de destruction et de réaménagement. Pour pallier cette difficulté et répondre aux exigences en matière environnementale, l'entreprise propose une nouvelle gamme d'équipements modulables. Elle a réalisé des premiers éléments mais souhaite développer une seconde génération de produits plus légers, utilisant des matériaux recyclables, connectés et adaptables tout au long de leur vie. A cet effet, c'est une aide régionale de 892 316 euros qui est votée.

Participation financière à l'étude d'état des lieux

La Communauté de communes de l'Ile-d'Oléron, en partenariat avec les communes de l'île et l'Office National des Forêts, ont élaboré depuis quelques années le programme « Oléron Qualité Littoral ». Il s'agit d'un diagnostic préalable précis du site, d'un programme global d'aménagement intégrant les enjeux de préservation des espaces naturels, de l'amélioration des conditions d'accueil du public et de la valorisation des modes de déplacements doux.  Dans ce cadre, l'intercommunalité a confié à une équipe pluridisciplinaire une étude globale de définition de cinq secteurs définis. Ce diagnostic conduira à la détermination de propositions de requalification durable, établies en concertation avec les acteurs locaux. Parallèlement, pour chaque site, la Communauté de Communes établira, en lien étroit avec le Service Départemental d'Incendie et de Secours de Charente-Maritime, un diagnostic de la surveillance de la baignade permettant d'identifier l'opportunité et la faisabilité d'adapter ou de reconfigurer la baignade surveillée. En soutien à ce projet d'état des lieux, la Région Nouvelle-Aquitaine accorde une aide de 42 263 euros.

Développement d'un nouveau produit laitier

Le Beurre AOP Charente-Poitou est emblématique des signes de qualité régionaux et son cahier des charges a été révisé en 2019. Or la crème, indispensable à la fabrication de ce beurre, ne bénéficie d'aucun signe de reconnaissance. Le projet porté par le Syndicat des Laiteries Charente-Poitou vise donc à envisager la production d'une crème répondant aux spécificités du cahier des charges du beurre AOP et aux nouvelles attentes sociétales. Le plan d'action prévoit notamment la coordination de la démarche, une approche du marché, la rédaction d'un cahier des charges et diverses analyses qualité et sensorielles. La Région apporte son aide à ce syndicat pour un montant de 11 187,96 euros.

Soutien développement artistique d'une société d'accompagnement d'artistes

Cristal Production est une SCIC à laquelle la Région adhère en tant que coopérateur. L'objectif est d'accompagner les artistes dans leur carrière afin de leur permettre de vivre décemment de leur art en accédant ou en demeurant dans le régime de l'intermittence, dans un cadre respectueux de la légalité et de la sécurité. Par ailleurs, Cristal Production est une entité d'un groupe qui comprend un label indépendant, une maison d'édition, et un studio d'enregistrement. La société propose des prestations en direction des artistes et des organisateurs occasionnels de spectacle.  En 2019, près de 500 artistes et techniciens ont été employés par Cristal Production dans le cadre de 600 manifestations. En soutien au développement de ses activités artistiques en 2020, le Conseil régional accorde une aide de 35 000 euros.

Aide à l'organisation des résidences francophones du festival de la Fiction TV de la Rochelle en 2020

Le Festival de la Fiction se propose de mettre en place la première étape d'une Résidence des Écritures Francophones, ouverte aux auteurs francophones de fictions pour la télévision. A terme, La Résidence des Écritures Francophones est un projet global de résidence d'écriture qui traitera de toutes les écritures : littérature, théâtre, cinéma, télévision, bande dessinée. Le Festival de la Fiction TV a inauguré en 2018 avec ce projet, la première étape d'une aventure créative d'accompagnement de la création pour la télévision. L'objectif de cette résidence est d'offrir aux auteurs un lieu de travail, d'échange et de concentration, dédié à la création qui puisse leur permettre de développer ou de concourir à finaliser leur œuvre. En 2020, quatre sessions de résidence seront organisées. Le Festival de la Fiction TV est un des rares festival régionaux à être soutenu directement par le CNC (avec le festival du film francophone d'Angoulême et le festival international du film de la Rochelle). Par ailleurs, il constitue un atout déterminant pour l'accueil de tournage en région car l'ensemble des sociétés de productions françaises de séries TV et de fictions TV sont présentes à la Rochelle pendant la durée du festival. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet de résidence à hauteur de 15 000 euros.

Financement des investissements pour des établissements agricoles privés

Le territoire de la Nouvelle-Aquitaine comporte 3 types d'établissements privés agricoles sous contrat avec le Ministère de l'Agriculture : les Maisons Familiales et Rurales au nombre de 55 qui adhèrent à une Fédération Régionale (FRMFR), les établissements agricoles au nombre de 19 qui adhérent au Conseil National de l'Enseignement Agricole Privé (CNEAP) et les 2 établissements agricoles qui adhèrent à l'Union Nationale Rurale d'Education et de Promotion (UNREP). Ces établissements privés assurent des missions de formation initiale dans le cadre de contrats passés avec le Ministère de l'Agriculture et ne bénéficient pas de contribution forfaitaire de fonctionnement. La Région Nouvelle-Aquitaine contribue au financement des investissements de la MFR de Cravans à travers une aide de 99 101 euros pour les travaux d'implantation d'équipements sportifs multisport et du LP Agricole Privé le Cluzeau à Sigoulès-et-Flaugeac grâce à une aide de 412 413 euros pour les travaux de rénovation de bâtiment et la création d'une infirmerie.

Aide à la construction de Maisons de Santé Pluriprofessionnelle au Gua

La commune du Gua souhaite construire une Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP). Le site d'implantation du projet se situe à proximité de tous les commerces et services, proche d'axes routiers constituant le principal centre de gravité du bourg. Le projet a été initié et est porté par les professionnels de santé libéraux qui se sont depuis constitués en association. Il regroupe deux médecins généralistes, quatre infirmières, un pharmacien et l'EHPAD la Coralline. Un dentiste, installé récemment et provisoirement dans un local communal, rejoindra sous peu l'association et s'établira dans la Maison de Santé. Trois autres professionnels ont rejoint récemment le projet : un troisième médecin, une psychanalyste, une cinquième infirmière. Le projet immobilier est porté par la commune et les professionnels seront locataires de leur cabinet. La Région Nouvelle-Aquitaine s'associe à ce projet à travers une aide de 200 000 euros.


Et à Pérignac

La commune de Pérignac souhaite elle aussi construire une Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP) à proximité directe du cœur de bourg. Le projet a été initié par dix acteurs de santé libéraux : trois médecins, deux infirmiers, deux chirurgiens-dentistes, deux pharmaciens et une secrétaire médicale. Deux nouveaux médecins ont rejoint le projet dont un jeune médecin qui a remplacé un départ à la retraite et un interne qui effectue des remplacements et qui à terme va intégrer la MSP. Les médecins s'engagent à devenir maîtres de stage dès qu'ils le pourront. Le projet immobilier est porté par la commune et les professionnels seront locataires de leur cabinet. Le début des travaux est prévu pour avril 2020 avec une réception des travaux prévue en mars 2021. Pour la construction de cette MSP, la Région Nouvelle-Aquitaine accorde une aide de 158 200,14 euros.

Création d'un équipement public sur l'Ile d'Aix

Dans le cadre du Contrat de dynamisation et de Cohésion de Marennes Oléron - Rochefort Océan - Royan Atlantique, le territoire souhaite concilier valorisation et préservation des patrimoines du territoire dans une approche économique et durable. La Commune de l'Île d'Aix et le Département de la Charente-Maritime ont décidé de créer en 1997 le Syndicat mixte pour la Sauvegarde, la Valorisation et l'Animation des Sites de l'Île d'Aix. L'aménagement du pôle socioculturel et touristique constitue l'un des projets les plus importants porté par le Syndicat mixte, tant dans ses enjeux que par les moyens techniques et financiers qu'il nécessite. L'opération consiste en la création d'un équipement public qui permettra de pérenniser et développer des activités associatives, en proposant des locaux pour la création d'un "pôle associatif". Un des objectifs principaux est de maintenir une vie culturelle et sociale dynamique sur l'île. Le but est également de positionner l'île d'Aix sur le tourisme d'affaires et de groupes. L'augmentation d'activité en avant et arrière-saison, permettra la création et la pérennisation d'emplois. Afin de soutenir ce projet, le Conseil régional vote une aide de 300 000 euros.

Soutien aux festivals

La Région est une terre riche de festivals qui contribuent à la mise en œuvre des priorités régionales en matière d'accès de tous à la culture, de développement de l'emploi artistique, et de diffusion de la culture de manière équilibrée sur le territoire. Le soutien aux manifestations culturelles participe au développement de l'offre artistique de proximité en encourageant l'animation culturelle des territoires régionaux et valorisant les acteurs régionaux. Les manifestations dites d'intérêt international et national sont des rendez-vous identifiés comme essentiels à l'économie générale et au dynamisme en région des domaines artistiques et culturels dont ils assurent la valorisation. Aussi, plusieurs aides sont accordées et maintenues malgré les annulations inhérentes à l'épidémie de Covid-19 :

50 000 euros à l'association « Festival de la fiction »  pour la 22ème édition du Festival de la Fiction en 2020,
250 000 euros à la SAS Les Francofolies pour la 36ème édition du Festival des Francofolies en 2020,
76 500 euros à l'association « Abbaye aux dames de Saintes » pour la 49ème édition du Festival de Saintes en 2020,
13 500 euros à l'association « Jazz entre les deux tours » pour la 23ème édition du festival « Jazz entre les deux tours » en 2020,
20 000 euros à l'association « CREA » pour la 35ème édition du festival « Humour et Eau Salée » en 2020,
20 000 euros à la SARL « Production 114 » pour la 33ème édition du festival « Un violon sur le sable » en 2020.

Programme de soutien à la création contemporaine

Le Centre National des Arts de la Rue et de l'Espace Public (CNAREP) Sur le Pont, structure professionnelle du spectacle vivant, développe un projet de production à l'échelle de son territoire d'implantation. Située à La Rochelle, elle propose un programme de soutien à la création contemporaine pensée pour l'Espace Public. En 2020, son projet artistique et culturel se développe ainsi : Un programme d'action sur le territoire rochelais en accueillant des projets artistiques qui vont à la rencontre et/ou qui intègrent les habitants et en privilégiant des partenaires travaillant dans ce sens, une mise en lien entre les ressources artistiques et les personnes par le déploiement d'actions de médiation, comme le développement de la relation aux centres socio-culturels, les partenariats avec les établissements du premier et du second degré et l'Université de La Rochelle, la participation des personnes à des projets artistiques, le développement de partenariats à l'échelle locale, régionale et nationale mais également le pilotage du réseau coopératif de partenaires en Nouvelle-Aquitaine « les Fabriques Réunies » afin d'accompagner la création artistique en proposant des co-productions, des co-résidences et des codiffusions. La Région s'associe à ce projet à hauteur de 200 000 euros.

Améliorer les pratiques en agriculture biologique

La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne les structures ayant répondu, conformément au critère de sélection à l'Appel à Manifestation d'Intérêt (AMI) "Accompagner les organisations professionnelles agricoles dans le développement de pratiques agro-écologiques sur les zones à enjeu qualité de l'eau". C'est le cas de la Corab Centr'Atlantique de Saint-Jean-d'Angély. Il s'agit d'une coopérative agricole spécialisée dans la collecte, le tri, le stockage et le conditionnement de grains biologiques destinés à l'alimentation humaine. La coopérative et ses adhérents sont 100% bio. En répondant à l'AMI, la Corab fait monter en compétence ses conseillers techniques sur la fertilisation des grandes cultures en Agriculture Biologique afin d'améliorer les pratiques de ses adhérents. C'est donc une aide régionale de 18 348 euros qui lui est accordée.

Emmanuelle Wargon en déplacement à La Tremblade lundi 18 mai

Pour débuter cette semaine qui s’achèvera par la journée de la biodiversité, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la Ministre chargée de la Transition Écologique et Solidaire, se rendra à La Tremblade lundi 18 mai dans l'après-midi afin d’observer les différentes espèces d’oiseaux qui ont réinvesti les plages pendant la période de confinement.

Alors que celles-ci vont progressivement rouvrir au public, la Ministre échangera avec les acteurs locaux sur les mesures mises en place pour préserver ces oiseaux tout en accueillant à nouveau les habitants et touristes.

Pour cette visite, Emmanuelle Wargon sera accompagnée d’Allain Bougrain-Dubourg, Président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), de Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et d’Agnès Vince, directrice du Conservatoire du Littoral, des acteurs essentiels qui œuvrent au quotidien pour la protection de la biodiversité et à la sensibilisation du grand public.



Région Nouvelle-Aquitaine, « acteur majeur de la Culture à Poitiers »

La Commission permanente du Région Nouvelle-Aquitaine vient d'attribuer plus de 2,445 M€ de subventions pour le Théâtre Auditorium de Poitiers, l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine, l'Orchestre des Champs Elysées, l'ensemble Ars Nova.


Si dans le contexte de crise sanitaire, ces baisses peuvent heurter, elles sont à remettre en perspective du soutien apporté par la Région aux acteurs du spectacle vivant sur ce territoire, et au rééquilibrage nécessaire en région.

• Pour Poitiers, malgré les baisses, la Région reste la 1ère collectivité partenaire du Pôle d'excellence musicale TAP & Orchestres


L'engagement historique de la Région auprès des opérateurs du spectacle vivant marque la reconnaissance de la dynamique artistique de Poitiers. Son soutien est ainsi de 3,3 M€/an pour 22 opérateurs dont le Centre Dramatique National La Comédie, les SMAC Jazz à Poitiers et Le Confort Moderne, le Centre Beaulieu, et la salle de La Blaiserie, ainsi que 12 compagnies.

La Région soutient également 7 festivals chaque année pour 205 000 €, dont les Expressifs, le Poitiers Film Festival, ou bien Filmer le Travail, sans oublier le festival de Danse "A Corps" en lien avec l'Université de Poitiers, et la Région a apporté une importante participation de 200 000 € sur la Biennale Traversée en 2019.

Pour le TAP, c'est donc le maintien de l'intégralité de la subvention du Poitiers Film Festival (75 000 €), le maintien également de l'intégralité de la subvention au Festival « A corps » (9 000 €), et la Région pourrait aussi participer à atténuer les pertes de recettes du Cinéma TAP Castille liées au 4 mois de fermeture complète dans le cadre du Fonds de soutien associatif.

Par ailleurs, la Région est engagée également dans un soutien aux 2 établissements supérieurs culture 1,152 M€ - l'EESI - École Européenne Supérieure de l'Image (872 500 €) et le Pôle Alienor Musique et Danse (280 000 €). La Région participe également au financement du projet d'un nouveau lieu à Poitiers pour l'EESI dans le cadre du CPER à hauteur de 900 000 €.

Il n'y a donc pas de sanction vis-à-vis de Poitiers avec 4,6 M€ d'engagements annuels qu'au titre de la politique Culture du Conseil régional, mais un besoin de rééquilibrage territorial notamment sur le spectacle vivant.

• Rééquilibrage territorial entre Scènes Nationales et Orchestres : les dotations aux scènes nationales à Angoulême, La Rochelle ou Niort sont revues à la hausse

La baisse du TAP (Scène nationale financée à plus de 75% par des aides publiques État/Région/Grand Poitiers) est également à mettre en regard du financement de la Région sur les autres scènes nationales de Nouvelle-Aquitaine, et le nécessaire rééquilibrage qui était demandé :

-          Théâtre d'Angoulême SN : 125 000 € (+ 25 000 € fin 2019)
-          La Coursive SN de La Rochelle : 125.000 € (+ 25 000 € fin 2019)
-          L'Empreinte Brive-Tulle SN : 300 000 €
-          Centre Jean Lurçat SN d'Aubusson : 227 000 €
-          Carré-Colonnes SN Blanquefort : 117 500 €
-          SN Sud Aquitain de Bayonne : 192 000 €
-          Le Moulin du ROC SN de Niort : 150 000 € (+ 50 000 € fin 2018)

Il en va de même pour les orchestres avec un fort déséquilibre entre les financements des orchestres basés à Poitiers, et les aides de 100 000 € pour l'Orchestre de Pau Pays de Béarn, ou de 35 000 € pour l'Ensemble Pygmalion à Bordeaux.

Jonzac : distribution de masques à la population lundi, mardi et mercredi prochains

Très attendus, 11.000 masques au total seront distribués lundi, mardi et mercredi prochains à la population. Rendez-vous à la salle de fêtes de 8 h à 18 h 30 (non stop). Chaque Jonzacais, muni d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile se verra remettre un masque "grand public" en tissu répondant aux normes AFNOR (lavable 10 fois) offert par le Conseil départemental et deux masques donnés par la ville de Jonzac, soit 3 masques par personne.
Pour les habitants qui ne pourraient pas se déplacer, prendre contact avec la mairie au 05 46 48 04 11.

Conditionnement de masques au Conseil départemental jeudi dernier (© Département 17)
La reprise scolaire : En maternelle, on compte 20 élèves à la Ruche, idem au Parc. A l'école élémentaire Malraux - Saint-Exupéry, 85 élèves ont retrouvé les bancs de l'école . « Nous avons fait le point avec les directeurs d'établissements, les enseignants, les parents d'élèves et la ville mardi et jeudi soir. Tout se passe bien » souligne Christophe Cabri qui travaille en étroite relation avec les acteurs de cette "rentrée".

• Les marchés : Ces rendez-vous du mardi et du vendredi matin drainent une large clientèle. La police municipale est chargée de réguler les entrées (45 personnes à l'intérieur de la halle au maximum).

• L'installation du prochain conseil municipal, comportant l'élection du maire et des adjoints, devrait avoir lieu le 27 mai prochain. Date à préciser.

Charente-Maritime : réouverture de plages dont Meschers, Royan et Saint-Palais, plans d'eau et musées

Le Préfet de Charente-Maritime autorise la réouverture de plages, de plans d'eau et de musées ainsi que les activités nautiques et de plaisance dans le cadre du déconfinement. 

Certaines plages vont rouvrir avec des horaires précis. Les activités dynamiques y seront privilégiées. Pas question de bronzage ou de pique-nique pour l'instant...
Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de covid-19, l’accès aux plages, plans d’eau et lacs demeure interdit sur l’ensemble du territoire, en application du décret n°2020-548 du 11 mai 2020.

Toutefois, selon les dispositions du même décret, le préfet de département peut, sur proposition du maire, autoriser leur accès ainsi que les activités nautiques et de plaisance à la condition que soient mises en place les modalités d’organisation et les contrôles garantissant le respect des consignes sanitaires applicables en tout lieu et en toute circonstance.

Par arrêté de ce jour, le préfet de la Charente-Maritime, Nicolas Basselier, a précisé les conditions dans lesquelles les activités nautiques et de plaisance sont autorisées dans le département, ce qui entraîne la réouverture de l’ensemble des ports de plaisance et des cales de mise à l’eau qui s’y trouvent.

S’agissant des demandes de réouverture des plages et des plans d’eau, qui ont donné lieu à des échanges approfondis entre les élus et les services de l’État dans le cadre d’un groupe de travail dont il avait confié l’animation au sous-préfet de Rochefort, le préfet de la Charente-Maritime a été particulièrement attentif aux dispositions que les maires prendront pour veiller au strict respect des mesures de distanciation physique et des autres consignes sanitaires : diffusion et affichage des consignes de sécurité à l’entrée et à la sortie des lieux autorisés, contrôle des mesures d’hygiène et de distanciations physiques, autorisation des seules activités dynamiques (promenade, baignade, pratique sportive individuelle ou encore pêche à pied) sur des plages horaires précisément définies. Les aspects touchant à la protection de la biodiversité ont également été pris en compte.

Cette procédure d’autorisation, sur demande des maires, s’applique également aux musées et aux monuments.

Après instruction des premières demandes qui lui ont été transmises, le préfet a autorisé le vendredi 15 mai la réouverture :
- de plages dans les communes d’Angoulins, Ars-en-Ré, Chatelaillon-Plage, Fouras, Ile d’Aix, La Couarde-sur- Mer, La Rochelle, Le Bois-Plage-en-Ré, Le Château-d’Oléron, Le Grand-Village-Plage, Loix, Meschers, Port des Barques-Île Madame, Rivedoux-Plage, Royan, Saint-Denis d’Oléron, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Palais-sur-Mer, Saint-Pierre-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, Sainte-Marie-de-Ré, Vaux-sur-Mer ;
- de plans d’eau dans les communes de La Couarde, Saujon, Trizay, Vaux-sur-Mer ;
- de trois musées à La Rochelle (musée maritime, musée du nouveau monde, muséum d’histoire naturelle).

D’autres dossiers sont en cours d’examen et feront l’objet de décisions dans les prochains jours.

Les dérogations accordées aux maires pourront être retirées à tout moment en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et/ou du manque de respect par la population des mesures sanitaires et des règles de distanciation physique.

mercredi 13 mai 2020

Saintes/associations : pas de réservations de salles municipales

Communiqué de la mairie de Saintes :


Certaines associations saintaises sont désireuses, depuis le 11 mai, de retrouver une activité plus normalisée, notamment par l'organisation de réunions restreintes de leur bureau administratif.

Consciente de ces besoins, la Ville de Saintes tient toutefois à rappeler que, afin de garantir le respect des règles de sécurité et de distanciation sociale durant cette première phase de dé-confinement, aucune salle municipale ne pourra être mise à disposition des associations locales avant le 2 juin prochain.
Cette organisation sera réétudiée en fonction de l’évolution des règles générales applicables après cette date butoir.

La Ville de Saintes compte sur la compréhension des associations quant aux règles de sécurité sanitaire à appliquer, et se tient en parallèle à la disposition de ces dernières par le biais du service Vie Associative.

Saintes/masques : Dispositif pour les retardataires


Les Saintais bénéficient depuis le vendredi 8 mai d’une distribution de masques gratuits.
5 centres de distributions ont été aménagés à cet effet :
Espace Mendès-France - Cours Charles-de-Gaulle
Maison des Associations - Salle Gérard-Philipe - 31 rue du Cormier
Cosec Yvon-Chevalier - 6 Allée de la Guyarderie (derrière Hyper U)
Centre de loisirs de Bellevue - 1 rue des Catives
Espace Saint-Exupéry - 6 rue Gustave-Courbet


Il devra être fourni comme pour les autres distributions :
• la pièce d’identité de la personne venue chercher les masques
• la pièce d’identité et/ou le livret de famille pour chacun des autres membres du foyer
• un justificatif de domicile de moins de 3 mois

Covid-19 : Point de situation à Chauvigny


Suite au signalement d’un cas de Covid19 chez un membre de la direction du Collège de Chauvigny ayant participé à plusieurs réunions de préparation en vue de la reprise de l’activité, l’ARS a engagé le 7 mai un dépistage auprès de 19 personnes. Sur les 18 premiers résultats, 3 autres personnes ont été détectées positives, portant à 4 le nombre de Covid dans cette communauté éducative et un dernier résultat est encore en attente. L’ensemble des 20 personnes a été placé en isolement, même les personnes dont les tests étaient négatifs.

Afin de réagir rapidement et face aux inquiétudes que provoquait cet événement, à l’approche de la reprise scolaire, un nouveau dépistage a été engagé dès le 9 mai pour auprès de 89 enseignants et agents de la municipalité intervenant dans les 5 écoles de la commune et la crèche.
L’ensemble des résultats, de la seconde vague de dépistage qui concernait les enseignants des écoles primaires et les agents de la commune, est désormais connu : 1 cas positif a été détecté

L’ARS Nouvelle-Aquitaine dispose désormais de l’ensemble des résultats de ces 89 dépistages. Une personne a été détectée positive. Il s’agit d’un personnel de l’équipe éducative de l’école de primaire les Guiraudières de Chauvigny.

L’ARS a, ce jour, immédiatement engagé les recherches nécessaires à l’identification des cas contacts de cette personne. Elle n’a eu aucun lien avec le cas positif du Collège de Chauvigny, ni avec aucune des 19 autres personnes du Collège qui ont fait l’objet du dépistage. La recherche des cas contacts a toutefois permis de d’identifier 2 personnes du cercle familial qui vont faire l’objet d’un dépistage. Quant aux 8 autres personnes contacts de son cercle professionnel, elles ont toutes été déjà dépistées, sont négatives et poursuivent leur isolement.

Une décision éventuelle de réouverture des écoles de Chauvigny

Le maire de Chauvigny, en lien avec le directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN) de la Vienne, a décidé une réouverture éventuelle de toutes les écoles de la commune à la fin de la période de quatorzaine du cas positif.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine va instaurer une surveillance très forte, en particulier sur les écoles de ce secteur du département de la Vienne, pour stopper toutes chaînes de contamination qui pourraient apparaître.
Toutefois, l’ARS Nouvelle-Aquitaine n’engagera pas de dépistage systématique de toutes les écoles des communes avoisinantes à la commune de Chauvigny : les personnes dépistées positives au Covid19 n’ayant pas eu de lien avec les communautés scolaires de ces communes, ce dépistage ne s’avère pas à ce stade utile.
Cette situation permet de rappeler à l’ensemble de la population que pour la période de déconfinement progressive qui s’ouvre, il est primordial de continuer à appliquer : les gestes barrières, la distanciation physique, le port du masque qui est obligatoire (transports en commun) et recommandé dans certaines situations (lieux confinés).

Covid-19 : Point de situation à Buxerolles dans la Vienne


L’ARS Nouvelle-Aquitaine a été informée de deux cas suspects au Covid19 dans la communauté éducative de Buxerolles (une enseignante et une animatrice). Un dépistage a immédiatement été programmé pour ces deux personnes et leur cercle familial, soit 5 personnes au total.
Dans l’attente des résultats, le maire de Buxerolles a décidé de repousser l’ouverture des établissements scolaires de la commune. Les 5 résultats sont négatifs.
La décision concernant l’ouverture des écoles, va être rapidement prise par le maire et l’éducation nationale.
Il convient de rappeler à l’ensemble de la population que pour la période de déconfinement progressive qui s’ouvre, il est primordial de continuer à appliquer : les gestes barrières, la distanciation physique, le port du masque qui est obligatoire (transports en commun, enseignants en milieu scolaire) et recommandé dans les lieux confinés.

Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

• Cas confirmés rapportés par les laboratoires de Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 9 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 11 mai, ce qui porte le total à 4 877 depuis le début de l’épidémie.
Pour rappel :
- Ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la
médecine de ville.
- Les chiffres des départements comprennent des cas n’ayant pas été encore géolocalisés et attribués au département du laboratoire qui a réalisé le test.

Depuis le 10 avril, un dépistage systématique dans les EHPAD ayant identifié au moins un cas confirmé de Covid-19, parmi les résidents ou le personnel, a été initiée dans l’ensemble de la région.

(Source : Santé publique France)

• Prise en charge et décès en Nouvelle-Aquitaine

• 458 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (- 29 par rapport à la veille)
• 75 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (- 9 par rapport à la veille)
• 1 677 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+ 24 par rapport à rapport à la veille)
• Depuis le début de l’épidémie, on déplore 362 décès parmi les personnes hospitalisées (+ 4)

1) Source Santé publique Nouvelle-Aquitaine au 12 mai à 14 h

• Situation dans les EHPAD de Nouvelle-Aquitaine


(Source : Santé publique France)

Les chiffres collectés dans le tableau de Santé publique France sont les données déclaratives qui ont été transmises par les établissements entre le 1er mars et le 12 mai 2020 à 9 h.
Il est question de signalements pouvant émaner de structures ayant déjà fait des signalements ou même ayant clôturé des situations (cas suspects testés négatifs ou retour à la normale dans l’EHPAD).
L’ARS Nouvelle-Aquitaine procède à une vérification de ces données, en lien avec les établissements. Sont ainsi identifiés dans cette base de données :
  - les signalements en doublon,
- les cas suspects testés négatifs,
- les situations revenues à la normale.

Au total, 375 EHPAD ont été concernés par un cas confirmé ou suspect de Covid-19 depuis le début de l’épidémie.
En isolant les signalements clos (tests négatifs ou retour à la normale dans l’établissement), il est établi qu’au 12 mai, 130 EHPAD sont actuellement concernés par une situation de Covid-19 confirmée ou suspecte parmi des résidents ou le personnel, soit 14,5% des EHPAD de notre région (898 EHPAD en Nouvelle-Aquitaine).
Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

COVID-19 : Conseils de désinfection et d’hygiène 
pour l’accueil du jeune enfant

Nettoyage des sols, des surfaces, hygiène des mains pour les personnels et les enfants... quels produits utiliser avec quel protocole pour neutraliser le virus tout en veillant à limiter le risque d’exposition à des substances chimiques préoccupantes ?
La circulation du COVID-19 oblige à renforcer la désinfection des locaux collectifs avec des produits efficaces contre les virus (virucides), notamment dans les crèches et les lieux d’accueil de la petite enfance.
C’est pourquoi, dans le cadre de la stratégie Petite enfance, l’ARS Nouvelle-Aquitaine en partenariat avec les experts hygiénistes du CPIAS Nouvelle-Aquitaine (Centre d’appui pour la Prévention des Infections Associées aux Soins), présente le travail réalisé par l’agence ingénieur conseil Alicse : une extension « spéciale COVID-19 » du Guide Reco-crèche à télécharger gratuitement.
Ce document de 6 pages, a pour objet de préciser les consignes du « Guide ministériel COVID-19 – Modes d’accueil du jeune enfant du 6 mai 2020 » afin d’aider les structures à choisir des produits de désinfection limitant à la fois le risque épidémique, mais aussi le risque d’exposition involontaire des enfants et du personnel à des substances chimiques préoccupantes.

• A télécharger : https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/covid-19-conseils-de-desinfection-et- dhygiene-pour-laccueil-du-jeune-enfant

mardi 12 mai 2020

Mesures spécifiques pour soutenir les professionnels du transport maritime et de la pêche

En cette période de crise sanitaire, le secteur maritime continue d’assurer sa mission stratégique d’approvisionnement du pays en denrées alimentaires et en marchandises. Pour faciliter la poursuite de cette activité économique essentielle, le Gouvernement a décidé de prolonger pour une durée de six mois après la fin de l’état d’urgence l’ensemble des titres professionnels maritimes. De plus afin de mieux protéger les marins pêcheurs, des dispositions spécifiques sont prises pour le calcul de leur indemnité d’activité partielle, tenant compte des particularités du mode de rémunération de la profession.


Les titres professionnels maritimes prolongés six mois après la fin de l’état d’urgence

Toutes les décisions individuelles administratives qui encadrent les activités et professions maritimes indispensables à la conduite des navires et à l’activité des marins, arrivées à échéance durant la période d’état d’urgence, sont prolongées jusqu’au 24 novembre 2020.

 La mesure s’inscrit dans la lignée des recommandations européennes et internationales. L’objectif est de limiter les conséquences économiques et sociales de l’épidémie de COVID-19, en permettant aux professionnels d’assurer leurs activités durant toute la période d’état d’urgence et la période de reprise qui démarre.

Il s’agit aussi de temporairement limiter les déplacements des agents de l’administration maritime amenés à se rendre dans des pays étrangers pour mener les plus de 12 000 vérifications annuelles du niveau de sécurité et de conformité des navires français, des équipages qui rejoignent des centres de formation pour suivre des stages de revalidation, mais aussi des médecins et infirmiers du service de santé des gens de mer qui assurent le contrôle de l’aptitude médicale des marins, déjà très fortement engagés dans la lutte contre le COVID-19.

 Les autorités françaises veillent toutefois à ce que cet assouplissement temporaire des règles ne compromette pas la sécurité maritime et la protection de l’environnement marin.

 Une indemnisation de l’activité partielle des marins pécheurs qui tient compte des spécificités de la profession.

Par un décret du 5 mai, le Gouvernement garantit que comme pour les autres secteurs d’activité, l’indemnité de chômage partiel versée par les employeurs aux marins, ainsi que l’allocation versée par l’État aux employeurs, couvrira 70 % de la rémunération brute des salariés. En effet, la grande majorité des marins du secteur de la pêche disposent d'une rémunération fondée sur un salaire forfaitaire et sur un salaire à la part. Or, les dispositions jusqu’alors en vigueur ne permettaient pas de prendre en compte une rémunération brute horaire suffisante pour le calcul de l'allocation et de l'indemnité d'activité partielle.

 Ainsi, le Gouvernement a précisé que pour les marins pêcheurs rémunérés à la part, la rémunération qui sert de base de calcul de cette indemnité repose sur un salaire forfaitaire majoré défini par arrêté, suivant la dernière catégorie déclarée au régime social des marins (Enim) pour la fonction exercée à bord du navire et le type de pêche concerné par la réduction d’activité.

Grâce à un mode de calcul simple et clair, cette mesure permet une application harmonisée du mécanisme de soutien à l’activité partielle pour le secteur de la pêche professionnelle sur l’ensemble du territoire hexagonal et ultramarin. Elle sera déployée localement par les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), en relation avec les directions interrégionales de la mer (DIRM), les directions de la mer (DM) et les directions départementales des territoires et de la mer (DDTM).

 Avec l’adoption de ces mesures, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et Jean-Baptiste Djebbari secrétaire d’Etat chargé des Transports souhaitent saluer à nouveau l’importante mobilisation de l’ensemble du secteur maritime dans ce contexte de crise exceptionnelle et rappeler la nécessité de protéger les marins pêcheurs au même titre que les autres salariés.

Prescriptions quant à la réouverture des marchés

Le préfet de la Charente-Maritime a adressé ce mardi 12 mai une circulaire aux maires du département confirmant l’autorisation de réouverture des marchés dans le cadre de la stratégie de déconfinement et précisant les règles d’organisation imposées dans les marchés.


Afin de lutter contre la propagation du virus Covid-19, plusieurs mesures ont été prises à partir du 17 mars 2020, dont l’interdiction de la tenue des marchés, sauf dérogation pour les marchés alimentaires afin de répondre à un besoin avéré d’approvisionnement de la population et sous réserve du respect de certaines conditions de nature à garantir la sécurité sanitaire des commerçants et des clients.

Par décret n°2020-548 du 11 mai 2020, les marchés (y compris les marchés non alimentaires) peuvent reprendre sans nécessité d’une dérogation préfectorale.

Le préfet a insisté sur le fait que la réouverture des marchés doit nécessairement se faire dans le respect des consignes sanitaires.

Dès lors, l’organisation des marchés, quelle qu’en soit la nature, devra se conformer aux prescriptions suivantes :

– des règles strictes d’organisation spatiale (contrôle des accès et régulation des flux, séparation des commerces et des étals, sens de circulation unique, matérialisation des distances au sol et des cheminements d’accès, installation de distributeurs de solution hydroalcoolique) ;

– des pratiques rigoureuses de vente et de distribution des denrées (protection en plexiglas, port du masque par les commerçants vendant des denrées alimentaires, incitation aux paiements sans contact) ;

– la diffusion et l’affichage des consignes de sécurité (affichage des consignes aux entrées et sorties, diffusion des messages par haut-parleur le cas échéant) ;

– des contrôles par les agents municipaux, qui devront s’assurer du respect de la jauge maximale autorisée ainsi que de l’ensemble des mesures barrières, tant de la part des commerçants que des clients.

Dans l’hypothèse où le préfet serait amené à constater que ces règles ne sont pas respectées, il pourrait être conduit à interdire les marchés dont la tenue présenterait un risque avéré pour la propagation du Covid-19.

Préfecture et sous-préfectures : modalités d'accueil

L’accueil général du public à la Cité administrative Duperré, l’accueil de la préfecture (cité administrative de Duperré et rue Réaumur) et des sous-préfectures sont maintenus fermés. Une réouverture progressive pour certains accueils à la Cité Duperré se fera à partir du lundi 18 mai prochain, sous certaines conditions.


• Ressortissants étrangers

La réouverture progressive des guichets dédiés aux ressortissants étrangers a été fixée au lundi 18 mai pour un accueil uniquement sur convocation de la Préfecture pour l’accomplissement des formalités liées à leur séjour :

1) remise de titres :
- Il n’y aura plus de remise de titres de séjour le mardi sans rendez-vous à compter du mardi 12 mai 2020,
- A partir du lundi 18 mai 2020, seront remis les titres de séjours traités juste avant le début du confinement. Les usagers n’ont aucune démarche à faire, ils seront convoqués par la préfecture

2) dépôt des demandes :

Le dépôt des demandes continuera à se faire uniquement sur rendez-vous pris en ligne ou fixé par la préfecture.
- Les attestations de demandeurs d’asile parvenues à expiration durant la période du 16 mars 2020 au 15 mai 2020 ont été prolongées de trois mois. Ces documents pourront donc être renouvelés à compter du 15 juin 2020.
- Les visas de long séjour, titres de séjour, récépissés et autorisations provisoires de séjour arrivés à expiration entre le 16 mars 2020 et le 15 mai 2020 ont été prolongés pour une période totale de six mois, à compter de leur date de fin de validité. Les formalités de renouvellement pourront donc être accomplies à compter du mois de septembre 2020.

Commissions médicales

Les commissions médicales des sites de La Rochelle et Saint-Jean d’Angély reprendront leur activité à partir du lundi 18 mai prochain.

S’agissant des usagers dont le rendez-vous n’a pu être assuré durant la période du 17 mars au 18 mai 2020, le dispositif suivant est mis en place :
- Les usagers dont le permis de conduire est suspendu, annulé ou dont le renouvellement est arrivé à expiration avant le 12 mars 2020 seront convoqués par les services de la Préfecture ou de la sous-préfecture. Il est inutile de prendre rendez-vous sur le planning de prise de rendez-vous.
- La validité des permis de conduire, qui ont expiré entre le 12 mars 2020 et le 24 mai 2020, a été prorogée de plein droit jusqu’au 24 août 2020. Ces usagers sont invités à prendre rendez-vous sur le site internet de la préfecture à partir du 15 juin.

Suspensions et annulations de permis de conduire

Le guichet des suspensions et annulations de permis de conduire ne sera pas rouvert aux usagers dans l’immédiat.

Les usagers peuvent obtenir tout renseignement lié à leurs droits à conduire de la manière suivante :
- En envoyant un courriel à l’adresse suivante : pref-usagers-de-la-route@charente-maritime.gouv.fr
- A partir du 18 mai 2020, en téléphonant le vendredi matin de 8h30 à 12h00 au numéro suivant : 0546274427

Pendant cette période de fermeture, les usagers pourront également :

- obtenir leur relevé de points uniquement par courrier, adressé à l’adresse ci-dessous, accompagné de la copie de leur permis de conduire ou d’une pièce d’identité, et d’une enveloppe timbrée au tarif recommandé avec accusé de réception, libellée à leur adresse ;
- Transmettre leur permis de conduire suite à la réception d’une lettre 48 SI à l’adresse ci-dessous ou le déposer dans la boîte aux lettres à leur disposition dans le sas d’entrée de la cité Duperré.

Adresse : Préfecture de la Charente-Maritime DCC/BRGE 38, Rue Réaumur CS 70 000 17017 LA ROCHELLE CEDEX

Consignes particulières d’accès du public à la Cité administrative Duperré et en sous-préfectures :

Les usagers devront se présenter munis de leur convocation au maximum 5 minutes avant l’horaire prévu afin de réduire leur temps d’attente à l’extérieur des locaux en raison de la limitation de la capacité des halls d’accueil.

L’usager concerné par la remise d’un titre ou le dépôt d’un dossier devra se présenter seul, porter un masque de protection grand public et se munir de son propre stylo.

Les modules de prise de rendez-vous par internet seront de nouveau accessibles :

• pour les ressortissants étrangers le 2 juin 2020 sur des créneaux ouverts à partir du 15 juin 2020 sur le site www.charente-maritime.gouv.fr à la rubrique « prendre un rendez-vous ».

• pour les usagers des commissions médicales du permis de conduire à partir du 18 mai 2020.

Retrouvez tous les contacts des services de l’État en Charente-Maritime sur le site www.charente-maritime.gouv.fr

lundi 11 mai 2020

Saintes : la municipalité organise un déconfinement progressif

Communiqué de la Ville de Saintes :


Depuis le premier jour de la crise sanitaire, et suivant les mesures du Ministère de la santé, la priorité de l’équipe municipale ainsi que des services de la Ville et du CCAS a été la santé des Saintaises et des Saintais.
Dans le respect des mesures de sécurité imposées par l’état d’urgence sanitaire en cours, la municipalité avec les services de la Ville organisent le déconfinement progressif à compter du 11 mai pour une reprise des activités

• L’activité des services de la Ville

Tout en maintenant quand cela est possible l’activité en télétravail, les agents de la Ville seront désormais présents à raison de la moitié maximum des effectifs des services, et en respectant toutes les mesures pour garantir leur sécurité et celle du public qu’ils seraient amenés à recevoir.

• Les horaires des accueils en mairie et par téléphone ainsi que les cellules de crise

A partir du 12 mai, l’accueil de la Mairie, les services à la population et l’accueil téléphonique seront de nouveau ouverts toute la journée sur les horaires suivants : 9h-12h / 13h15-17h, du lundi au vendredi.
L’état civil et les services de l’urbanisme accueilleront également le public sur ces mêmes créneaux horaires.
Les 4 cellules de crise mises en place en mars dès le début de la crise sanitaire ainsi que le n° vert de la Ville 0 800 17 00 17 restent en place et opérationnels jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire.

• Les cimetières

Les cimetières seront ouverts sur leurs horaires habituels.

• Les écoles élémentaires et maternelles

- Les écoles élémentaires de Saintes rouvriront le mardi 12 mai
- Les écoles maternelles grande section le lundi 25 mai
- Les écoles maternelles petite section le lundi 1er juin.
Ces ouvertures organisées par la Communauté d’Agglomération de Saintes et l’Education Nationale se feront suivant les modalités définies directement par les Chefs d’établissements qui se chargent d’informer l’ensemble des parents des élèves de leurs classes. L’accueil des enfants des soignants et personnels prioritaires se fera dans leurs écoles d’origine.

• Les marchés

Les marchés, dont le nombre avait été réduit à deux durant la période de confinement, reprendront progressivement avec des mesures d’aménagement dès le mardi 12 mai, de 7 h à 13 h, selon le planning habituel :
- Mardi et vendredi : marché place du 11 novembre (cours Reverseaux)
- Samedi : marché place St Pierre (marché couvert et reprise du plein air)
- Jeudi : marché Bellevue (place des Catives)
- Dimanche : Marché St Pallais
Les marchés des mercredis (St-Pierre) et des jeudis (St-Pallais) reprendront plus tard suivant l’évolution de la situation sanitaire.
La Ville de Saintes mettra en œuvre les conditions pour garantir à chacun une sécurité optimale : sens unique de circulation, périmètre sécurisé, dispositif mis en place pour que les gestes barrières soient respectés, plan de marché adapté.

• Les musées et les médiathèques

Le musée de l’Echevinage et l’amphithéâtre rouvriront progressivement à partir du lundi 18 mai.
Les médiathèques proposeront un service de prêt restreint sur rendez-vous à compter du mercredi 20 mai.

• Le Golf Louis Rouyer

Le Golf Louis Rouyer Guillet de Saintes rouvrira également ses portes dès le lundi 11 mai, dans le respect des consignes de sécurité requises par la Fédération Française de Golf, et le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale.

Les services déjà fortement mobilisés durant la période de confinement (services techniques, police municipale, équipes du CCAS notamment) poursuivront bien entendu leurs activités en première ligne au service des Saintais.
Tous les autres services assureront leurs activités sans accueil physique.
Le maire, Jean-Philippe Machon, et le conseil municipal adressent à nouveau leurs plus vifs remerciements aux agents des services de la Ville et aux élus pour leur mobilisation exemplaire depuis le début de la crise sanitaire.

• L’ensemble des mesures est à retrouver sur le site de la Ville de Saintes www.ville-saintes.fr  et sur Facebook : @VilledeSaintes.

dimanche 10 mai 2020

Agence Régionale de Santé : Point de situation au collège Gérard Philippe de Chauvigny

Suite au signalement d’un cas de Covid-19 chez un membre de la direction du collège Gérard Philippe de Chauvigny (Vienne) ayant participé à plusieurs réunions de préparation en vue de la reprise de l’activité, l’ARS a engagé un dépistage auprès de 19 personnes, le jeudi 7 mai. Trois autres personnes ont été dépistées positives, portant à 4 le nombre de Covid dans cette communauté éducative.


Comme l’ARS le fait systématiquement dans la gestion des cas groupés, les médecins de l’ARS ont contacté l’ensemble des personnes afin de leur délivrer les consignes d’isolement, de renforcer dans leur quotidien l’application des mesures barrières pour protéger leurs proches et leur donner les recommandations en cas d’apparition des symptômes évocateurs de Covid-19. Ainsi, l’ensemble des 20 personnes a été placé en quarantaine, même pour les personnes dont les tests étaient négatifs.
Afin de réagir rapidement et face aux inquiétudes que provoquait cet événement à l’approche de la reprise scolaire, un nouveau dépistage a été engagé hier : 74 enseignants et agents de la municipalité intervenant dans les écoles de la commune ont été dépistés. 64 personnes ont pu être prélevées hier, 10 restent à dépister. A ce stade, 60 tests ont déjà pu être analysés, tous sont négatifs.

En cette veille de rentrée scolaire, cette situation permet de rappeler à l’ensemble de la population que pour la période de déconfinement progressive qui s’ouvre, il est primordial de continuer à appliquer :
• les gestes barrières,
• la distanciation physique,
• le port du masque qui est conseillé dans certaines situations (lieux confinés) et est obligatoire dans les transports en commun.

Seule une vigilance collective permettra d’assurer le bon déroulement de cette nouvelle phase.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine va  continuer de maintenir une surveillance très forte et une mobilisation réactive face à ces situations de cas groupés.

 • Toutes les informations à jour
www.gouvernement.fr/info-coronavirus




Covid-19/Dordogne : résultats des dépistages à l’Eglise-Neuve-de-Vergt

L’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine a été informée d’un cas confirmé de Covid19 à l’Eglise-Neuve-de-Vergt (Dordogne) le 30 avril dernier. La recherche des cas contacts a mis en lumière que cette personne avait assisté à des obsèques fin avril dans ce village.


L’ARS a tout de suite engagé, comme elle le fait pour la détection de tous les cas confirmés dans la région, une action pour repérer les cas contacts et assurer un dépistage visant à stopper la chaîne de contamination sur cette commune.
Au total 127 personnes ont été dépistées avec l’appui très réactif de la Maison de santé pluriprofessionnelle de l’Eglise-Neuve-de-Vergt et du service d’hospitalisation à domicile du Centre hospitalier de Périgueux.
Au 9 mai, ce dépistage avait permis de détecter 9 personnes positives au Covid19 (incluant le cas initial). Aucun cas n’étant grave, les patients n’ont pas été hospitalisés, mais ont été immédiatement isolées à domicile. L’ARS Nouvelle-Aquitaine, en lien avec les médecins du territoire, assure un suivi de leur état de santé et leur a rappelé les gestes barrières pour stopper la chaîne de contamination.
43 résultats étaient attendus ce jour. Ils sont tous négatifs.

Jeudi prochain, 12 personnes déjà dépistées négatives seront à nouveau testées, car leur dernier contact date de moins de 7 jours. Ces résultats seront connus en fin de semaine prochaine.

L’ARS se satisfait que cette situation ait pu être maîtrisée en moins d’une semaine grâce à la réactivité de tous les acteurs (ARS, secteur libéral, secteur hospitalier, laboratoire d’analyse).

Toutefois, cette situation permet de rappeler à l’ensemble de la population que, pour la période de déconfinement progressive qui s’ouvre, il est primordial de continuer à appliquer :
• les gestes barrières,
• la distanciation physique,
• le port du masque conseillé dans certaines situations (lieux confinés) et qui est obligatoire dans les transports en commun.

Seule une vigilance collective permettra d’assurer le bon déroulement de cette nouvelle phase.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine continue de maintenir une surveillance très forte et une mobilisation réactive face à ces situations de cas groupés.