jeudi 19 septembre 2019

Saintes : Zone de gratuité au Silo « Donnez ce que vous voulez, prenez ce que vous voulez »

L’association // Parallèle // Saintes s’associe à l’œil du Silo et Cyclad pour organiser une grande Zone de Gratuité le dimanche 6 octobre 


Depuis janvier 2016, le groupe Facebook // Parallèle // Saintes est un groupe local dont le but est de valoriser le réemploi et la mutualisation de biens entre particuliers plutôt que l'achat de produits neufs. C'est un réseau de gens qui ne se connaissent pas forcément mais qui peuvent être intéressés par : donner, prêter, se rendre des services et ceci gratuitement. Un marché parallèle, donc, qui nous permet de lancer simplement une annonce parce qu'on a un frigo qui déborde de nourriture deux jours avant de partir en vacances, un fauteuil dont on ne veut plus, mais qui pourrait servir à quelqu'un d'autre ou encore parce qu'on a besoin d'une perceuse pour 10 minutes ou d'un fond de peinture sans avoir l'utilité d'un pot entier que l'on irait acheter dans un magasin.
Un réseau pour se rendre service de manière simple et sans prise de tête. Avec plus de 4500 membres, le réseau est devenu association en 2018 pour faire vivre ses idées dans le monde réel.
Pour cette zone de gratuité hébergée par Le Silo à Saintes, les univers sélectionnés sont : petit électroménager, vaisselle, linge de maison, décoration, multimédia (informatique/dvd/cd ) jeux et jouets (enfants, bébés, adultes), puériculture, accessoires et chaussures, vêtements, livres (le tout en bon état, ou qui fonctionne). Pour les gros objets (machine à laver, canapé, etc), un panneau d'affichage sera mis à disposition, venez avec une photo ou un descriptif.

• Le Silo / 97 rue de Taillebourg / Saintes 
9 h 30 – 15 h : Dépôt des dons
10 h 30 – 17 h 30 : Ouverture de la zone de gratuité
Contact / 06 30 62 61 63 / juliette.ascone@sfr.fr

mercredi 18 septembre 2019

Brie sous Archiac : la (magnifique) renaissance de l’église


Surplombant la plaine où les vignobles s'étirent à perte de vue, l'église Notre-Dame de l'Assomption ne passe pas inaperçue. Ayant fait l'objet d'une importante restauration, sa silhouette blanche apparaît sur le coteau, au détour du chemin. Une visite s'impose !

La réalisation de la porte d'entrée a été confiée à Hervé Charlassier
Edifiée au XIIIe siècle, elle a connu, comme nombre de ses sœurs, moult transformations et mutilations au cours des siècles. Plus récemment, des chutes de plâtre ont entraîné sa fermeture en juin 2014. Un état des lieux, confié par la commune à l'architecte Emmanuel du Chazaud, a révélé une situation préoccupante : l'église était comme dans une serre, ses pierres ne respirant plus. Pire, des tirants étant oxydés, le clocher risquait purement et simplement de s'effondrer. L'émotion a alors été grande dans la communauté, municipalité et habitants étant attachés à ce monument emblématique.
La dernière restauration remontait aux années 90 avec la réfection de la charpente et le changement de poutres. Face à l'urgence, un devis a été établi de l'ordre de 750.000 euros comprenant la réfection des enduits intérieurs et extérieurs, la restauration de la chaire avec réalisation d'un escalier en bois, la protection des vitraux figurés et ornementaux du XIXe siècle, la porte d'entrée, l'électricité et les moulures extérieures. Hormis le sol, tout l'ensemble a été pris en compte.

Vitrail de Marion Delannoy
La chaire a retrouvé son emplacement d'origine
Après les procédures d'usage, les artisans se sont mis à l'œuvre : Hervé Charlassier, charpentier renommé (dont on a pu admirer le travail à l'église de Sainte-Colombe), les Compagnons de Barbezieux, l'entreprise Delestre, Marion Delannoy, vitrailliste et l'Atelier du Vitrail qui s'est chargé de la rosace. Les habitants ont été étroitement associés à cette restauration et leur générosité, sous forme de dons, est à souligner. L'église rénovée a été inaugurée en 2018 en présence de nombreuses personnalités.

Outre des offices, l'édifice accueille des concerts et expositions. Une belle manière de le faire vivre ! Des couples choisissent de s'y marier, ayant succombé à la beauté tant de l'édifice que du site.

Original ce plafond en bois qui reprend le principe de la croisée d'ogive
Parmi les sculptures, le baptême de Jésus
Devant l'église, façade nord, se trouve une reconstitution de la grotte de Lourdes qui a été valorisée. Aménagée en 1920 par le curé de Brie-sous-Archiac, y est disposée une croix qui, dit-on, contiendrait un peu de bois du jardin des Oliviers de Jérusalem...

L'abbé Moreau est à l'origine de cette grotte
Du bois du jardin des oliviers...
• Les objets, découverts durant les travaux, sont exposés dans une vitrine située dans le chœur.

• Les travaux ont été financés à 80% par le Conseil Départemental, les 20% restants se repartissent entre la commune et les dons.

• L'objectif a été de reconstituer la chaire telle qu'elle était au XVIIIe siècle. En effet, elle avait été déplacée et la replacer telle que les bâtisseurs l'avaient conçue importait aux amoureux du patrimoine. La réalisation de l'escalier y conduisant a été confiée au charpentier Hervé Charlassier, de même que la colossale porte d'entrée.


• Une habitante s'est chargée de repeindre les statues tandis qu'une artiste originaire de Brie sous Archiac offrira prochainement une sculpture de la Vierge à cette église que vous aurez plaisir à découvrir si vous ne la connaissez pas.

• Depuis le XIXe siècle, plusieurs collectes ont accompagné les travaux de restauration de l'église du village saintongeais de Brie-sous-Archiac : en 1860 les voûtes, en 1891 le campanile, en 1926 le clocher.

L'histoire de l'église contée par Hélène Surget (bulletin municipal 2014)

 2018 : Renaissance de l'église

Personnages ornant les chapiteaux

Parmi les vitraux, un hommage à Lourdes

Saint-Fort sur le Né : Jean-Paul Pinaud nous a quittés

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Jean-Paul Pinaud à l'âge de 74 ans. Artisan mécanicien à Saint-Fort sur le Né, passionné par le monde de la moto et des machines à vapeur, il laissera le souvenir d'un homme bienveillant et authentique, porteur des valeurs humanistes.
Ses obsèques seront célébrées vendredi 20 septembre à 15 h en l'église de Verrières (16). L'inhumation aura lieu au cimetière de Sait-Fort sur le Né.
Nous adressons nos sincères condoléances à son épouse Joëlle, cruellement frappée par ce deuil brutal, et toute sa parenté.

A gauche de la photo, Jean-Paul Pinaud aux côtés de Cédric, jeune pilote moto
 - Recueillement à la chambre funéraire "Le Plassin" Gensac La Pallue : jeudi 19 septembre de 15 h à 18 h

Vigilance feux de forêt : Passage au niveau risque très sévère

Au regard des conditions météorologiques actuelles, le département de la Charente-Maritime est placé au niveau « Risque très sévère » du plan de vigilance feux de forêt 


Ce changement de niveau de vigilance entraîne les conséquences suivantes

- pour les services opérationnels, il entraîne un pré-positionnement de moyens terrestres des sapeurs- pompiers du SDIS, sur les massifs forestiers du département.
- pour les particuliers : en vertu des dispositions de l’arrêté préfectoral n° 08-2942 17 juillet 2008, relatif à la protection des bois et forêts contre l’incendie, il est interdit de porter ou d’allumer du feu, y compris sur les terrains privés, à l’intérieur ou jusqu’à une distance de 200 mètres des bois et forêts. Il est rappelé qu’il est interdit de fumer dans les zones boisées. Cette interdiction s’applique également aux usagers des voies publiques traversant ces terrains. Aucune allumette ou matière incandescente ne doit être jetée sans s’assurer qu’elle soit complètement éteinte.
- les maires des communes concernées sont invités à prendre les dispositions utiles pour limiter et prévenir le risque d’incendie. Il est recommandé de restreindre les accès forestiers pendant la période l’alerte très sévère.
Les feux d’artifice, qui sont assimilés aux feux de plein air, sont soumis aux mêmes interdictions et doivent être différés ou supprimés si la situation le commande Conseils de comportements :
- n'allumez ni feu ni barbecue aux abords des forêts
- ne fumez pas de cigarette en forêt ni de mégot jeté par la fenêtre d'une voiture
- ne procédez pas à des travaux source d'étincelles les jours de risques d'incendie
- si vous êtes témoin d'un incendie , donnez l'alerte en composant le 18 ou le 112 en localisant le feu avec précision,
- en attendant les secours, confinez vous dans votre maison, elle est le meilleur abri
Pour toute information d’ordre général, retrouvez la campagne de prévention nationale des feux de forêt sur le site : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr.vpn.e2.rie.gouv.fr/campagne-feux-forets

Campagne complémentaire de distribution de comprimés d’iode stable autour de la centrale nucléaire du Blayais

60.000 PERSONNES ET 116 ÉTABLISSEMENTS CONCERNÉS 

Le centrale du Blayais
Les personnes et les établissements recevant du public (ERP), dont les établissements scolaires, situés dans un rayon de 10 à 20 km autour de la centrale nucléaire du Blayais, recevront dans les prochains jours un courrier des pouvoirs publics leur permettant de retirer gratuitement des boîtes de comprimés d’iode stable dans les pharmacies participant à l’opération.
Cette campagne vient en complément de la distribution d’iode, effectuée en janvier 2016, dans un rayon de 0 à 10 km autour des centrales nucléaires françaises. En cas d’accident nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour les personnes. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde, organe essentiel à la régulation hormonale. Cette glande est particulièrement sensible chez les jeunes et les femmes enceintes (fœtus). La prise de comprimés d’iode stable permet de saturer la glande thyroïde qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.
Prendre ses comprimés d’iode stable sur instruction de la préfète fait partie des actions de protection des personnes en cas d’accident avec l’évacuation, la mise à l’abri, etc.

Sensibiliser les riverains aux 6 réflexes à adopter 

Au-delà de la distribution préventive d’iode stable, cette campagne a pour objectif de sensibiliser les riverains aux risques potentiels liés à une installation nucléaire et aux moyens de s’en protéger. Bien que tout soit mis en œuvre pour éviter un accident nucléaire, les pouvoirs publics doivent anticiper une telle éventualité et font appel à la responsabilité des personnes en les associant à cette importante action de prévention des risques sanitaires. Les 6 réflexes à adopter en cas d’alerte nucléaire sont systématiquement rappelés à cette occasion : se mettre à l’abri rapidement dans un bâtiment en dur, se tenir informé à l’aide des médias, ne pas aller chercher ses enfants à l’école, limiter ses communications téléphoniques, prendre le(s) comprimé(s) d’iode stable sur instruction du préfet selon la posologie et se préparer à une éventuelle évacuation.

Les acteurs impliqués 

La campagne est mise en œuvre au niveau local par le préfet, avec le concours de la division régionale de l’ASN, de la centrale EDF, des maires et de la commission locale d’information (CLI). Les professionnels de santé jouent également un rôle essentiel dans cette campagne avec 21 pharmaciens d’officine, chargés de la dispensation des comprimés et 92 médecins libéraux pouvant apporter des informations et conseils à leurs patients dans les zones concernées.
Des réunions d’information ont été organisées, en amont, à l’attention des maires et des professionnels de santé. Des outils de communication : dépliants d’information, affiches détaillant les réflexes à avoir en cas d’alerte nucléaire, leur ont également été distribués.

Les outils d’information à disposition 

Depuis le mois de juin, les personnes concernées peuvent s’informer sur le site www.distribution-iode.com avec sa foire aux questions pour les riverains, les maires et les ERP.
Un numéro vert 0 800 96 00 20 est disponible du lundi au vendredi de 10h à 18h et le samedi de 10h à 12h.
Des réunions publiques à l’attention de la population seront également organisées en Gironde :
- le 1er octobre à 18 h 30, salle Jacques Narbonne à Saint Martin Lacaussade, en présence de la sous-préfète de Blaye.
- le 11 octobre à 19 h, espace François Mitterrand à Lesparre, en présence du sous-préfet de Lesparre.
- le 16 octobre à 19 h, salle Joseph Despaze à Cussac Fort Médoc, en présence du sous-préfet de Lesparre.
• En Charente-Maritime :
- le 24 septembre à 18 h 30, salle des fêtes de Mirambeau, en présence du sous-préfet de Jonzac.
- le 15 octobre à 18 h, salle des fêtes de Saint Thomas de Conac, en présence du secrétaire général de la sous-préfecture de Jonzac.

Pourquoi le rayon du plan particulier d’intervention (PPI) a-t-il été étendu ? Décidée par le Gouvernement, l’extension de 10 à 20 km du rayon du PPI vise à organiser au mieux la réponse des pouvoirs publics ainsi qu’à sensibiliser et préparer la population à réagir en cas d’alerte nucléaire. Le PPI est un dispositif établi par l’État pour protéger les personnes, les biens et l’environnement face aux risques liés à l’existence d’une installation industrielle.
Si un événement nucléaire se produisait et qu’il était susceptible d’avoir des conséquences à l’extérieur du site, le préfet prendrait la direction des opérations et s’appuierait sur ce plan, qui est une des dispositions spécifiques du plan ORSEC départemental.
Cette extension, de 10 à 20 km, en ligne avec les recommandations des autorités européennes de sûreté nucléaire, concerne, pour la France, 2,2 millions de personnes et plus de 200 000 établissements recevant du public (ERP) répartis sur 1 063 communes.
Par ailleurs, l’Etat a pré-positionné, sur l’ensemble du territoire, des stocks de comprimés d’iode stable pour être en mesure de couvrir les besoins de toute la population française en cas de risque d’exposition à de l’iode radioactif. Sur ordre des pouvoirs publics, ils peuvent être distribués aux personnes concernées.

Accident de Boutenac/Touvent : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental, adresse un message de solidarité à l'agent blessé

Message de Dominique Bussereau, président du département de la Charente-Maritime et de l'Assemblée des Départements de France, ancien ministre :


« Un accident s'est produit hier sur la Route Départementale 730 à Boutenac-Touvent blessant grièvement l'un de nos agents de la Direction des Infrastructures alors qu'il assurait l'entretien des bords de chaussée.
À sa famille, j'adresse, au nom de l'Assemblée Départementale et de tous ses collègues du Département, l'expression de toute notre sympathie et de notre solidarité. Nous l'assurons de tout notre soutien et lui souhaitons un prompt rétablissement. Nous avons également une pensée pour ses collègues sapeurs-pompiers volontaires du Centre de Secours de Cozes et pour le Service Départemental d'Incendie et de Secours de la Charente-Maritime ».


lundi 16 septembre 2019

Saintes : à la découverte des patrimoines remarquables

L'église basse de Sait-Eutrope (© Nicole Bertin)
Les sites patrimoniaux remarquables ont été créés par la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (loi LCap). Ce dispositif a pour objectif de protéger et mettre en valeur le patrimoine architectural, urbain et paysager de nos territoires.

Afin de valoriser ces sites auprès des administrés et des visiteurs, le service Ville d’Art et d’Histoire de Saintes propose plusieurs rendez-vous pour en approfondir la connaissance dans le cadre de visites urbaines :


- Lundi 23 septembre : Saint-Eutrope à la ville, patrimoine et continuités. Rendez-vous 18 h sur le Parvis de Saint-Eutrope. Par le cabinet Lavigne

- Lundi 21 octobre : Rive droite jusqu’à la Gare, de la ville antique à la ville du XIXe siècle (dans le cadre des Journées nationales de l’architecture). Rendez-vous 18 h Place Bassompierre devant l’Arc de Germanicus. Par le cabinet Lavigne

L'arc de Germanicus
- Lundi 4 novembre : de Saint-Vivien à la ville, la question des espaces publics dans l’architecture. Rendez-vous aux Thermes de Saint-Saloine. Par le cabinet Lavigne

• Payant – Gratuit moins de 18 ans - Pass Culture  - Rens : 05 46 92 34 26

Journées du patrimoine : Voyagez à bord du Train des Mouettes !

Le Train des Mouettes vous fait découvrir l’univers des cheminots à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le samedi 21 et dimanche 22 septembre !

Tout au long du week-end, voyagez à bord du Train des Mouettes au tarif réduit de 4€. A Chaillevette, faîtes une halte afin de rencontrer les bénévoles de l’association, Trains et Traction, qui vous accueilleront au sein du dépôt de restauration ferroviaire. Là, vous découvrirez les vieilles machines sur lesquelles travaillent les passionnés tout au long de l’année.
En gare de Mornac sur Seudre, 4 véhicules classés Monuments Historiques seront en exposition. Ces wagons récemment rénovés ont été utilisé par les troupes américaines lors de la Seconde Guerre mondiale.
Aussi, pour profiter au maximum de ces deux journées, des horaires spéciaux ont été mis en place au départ des 2 gares principales, Saujon et La Tremblade.

Programme Samedi et Dimanche
Départs de Saujon
9h30 – 11h15 – 14h45
Départs de La Tremblade
9h50 – 11h30 – 15h10
Visite du dépôt ferroviaire de 8h30 à 19h00
Concert du groupe OHVS Jazz Orchestra à partir de 10 h en gare de Chaillevette – uniquement dimanche 22 septembre

Tarif et Réservation
Samedi 21 et Dimanche 22 Septembre : 4€ pour tous
Réservations et informations sur : www.traindesmouettes.fr

• Gare touristique de Saujon 3 chemin vert 17600
• Gare touristique de La Tremblade rue de la résinerie 17390 La Tremblade
Le Train des Mouettes, c’est 16 véhicules classés Monument Historique tractés par une locomotive à
 vapeur ou diesel, reliant sur 21 kilomètres La Tremblade à Saujon en Charente-Maritime.

La préfecture comme vous ne l'avez jamais vue !

A l'occasion des Journées du Patrimoine, la préfecture ouvre ses portes samedi 21 septembre 40, rue Réaumur à La Rochelle. Rendez-vous également à Saint-Jean d'Angély et Jonzac


• Visites guidées, gratuites, ouvertes à tous sur présentation d’une pièce d’identité
10H00 / 10H30 / 11H00 (+ COD) / 11h30
14H00 / 14H30 / 15H00 (+ COD) / 15H30

Au programme : 

- Visite de l’hôtel Poupet (résidence du préfet)
- Visite des jardins de la préfecture, dont le nouveau jardin entièrement rénové grâce aux élèves du Lycée horticole de Saintes
 - Visite du centre opérationnel départemental (COD - salle de gestion de crise) à la suite des visites de 11 h et 15 h, uniquement sur inscription par mail à l’adresse suivante : pref-invitations@charente-maritime.gouv.fr (nom, prénom et date de naissance de tous les participants)

NOUVEAU : Visite du rez-de-chaussée du château Vieljeux, abritant les services de l'Unité départementale de l'architecture et du patrimoine
Rue de la monnaie, La Rochelle
Accès libre, 10H-12H / 14H-16H

• Animations dans le jardin de la sous-préfecture de Saint-Jean d'Angély
samedi 21 septembre 28 Chaussée du Calvaire
Accès libre, 11H-13H / 14h00 à 18h00
- Séance de peinture sur chevalet par les associations La Palette Angérienne et le Chevalet de la Boutonne
- Exposition de vitraux contemporains Verre Clair

•Animations dans le jardin de la sous-préfecture de Jonzac
Organisé par l'office du tourisme de Jonzac
Samedi 21 septembre :
Accès libre, 11H-13H / 14h00 à 18h00
- 16h30 Bienvenue au Moyen âge au château de Jonzac ! Présentation de l'armement médiéval et de frappe de monnaie, saynètes costumées avec le public
Dimanche 22 septembre :
- Jeux traditionnels XXL
Pour la famille, 10 h-12 h / 14 h-17 h goûter offert

Fréquentation touristique : Un bilan estival jugé très positif par les professionnels

Le premier bilan de la fréquentation touristique estival 2019 réalisé par Charentes Tourisme auprès des professionnels du tourisme des Charentes est jugé très positif pour les acteurs du tourisme


Malgré une forte fréquentation pendant certains week-ends prolongés au printemps, la saison touristique a débuté timidement en raison des conditions météorologiques et un calendrier moins favorable qu’en 2018. La fréquentation estivale a levé les inquiétudes des professionnels avec un mois de juillet qui a enregistré un bon niveau d’activité : 58% des professionnels interrogés estiment leur bilan égal ou supérieur à l’année passée.
Tout au long du mois d’août, l’activité a été très soutenue (malgré une météo maussade la première quinzaine) laissant ainsi augurer une très belle saison estivale 2019.
Si certains professionnels n’hésitent pas à parler de « saison exceptionnelle », il conviendra d’attendre les résultats de septembre, troisième mois de l’année le plus important habituellement en terme de fréquentation, et des mois suivants pour dresser le bilan global de l’année touristique 2019.

 • A noter :

Ces résultats sont très proches de ceux des autres destination du littoral atlantique. Que ce soit en Bretagne, en Pays de la Loire, dans les Landes ou la Gironde, les résultats en juillet et août sont très positifs, annonçant une très bonne saison 2019.

 • Pour aller plus loin :

- Printemps : une avant saison mitigée : 57% des professionnels interrogés estimaient leur activité satisfaisante. Bien que certains ponts et longs week-ends comme Pâques ou l’Ascension aient été fortement plébiscités par les clientèles, les professionnels du tourisme étaient partagés suivant les territoires et secteurs d’activités sur le bilan du printemps.

 -  Juillet : une fréquentation plus faible en début de mois (à l’instar des années passées), mais des premiers résultats positifs au global : 58% des professionnels interrogés estiment leur activité égale ou supérieure à l’année passée. Certains mettent en avant les bonnes conditions météorologiques pour expliquer leur satisfaction, d’autres enregistrent des résultats en baisse par rapport à 2018, dont la plupart les justifie par une conjoncture économique peu favorable.

 -  Août : période la plus plébiscitée par les clientèles : 90% des professionnels jugeant leur activité égale ou supérieure à l’année passée. Bilan positif, confirmé cette année par des professionnels dont l’optimisme n’a jamais été autant marqué : « Un mois d’août au top », « mois d’août exceptionnel », « très bon mois d’août », autant de qualificatifs dithyrambiques qui permettent d’apprécier que l’activité a atteint un niveau qui était au-delà des attentes.

 • Par territoire

Après une activité jugée plus satisfaisante sur la zone intérieure que sur les zones insulaires et littorales au printemps (66% des professionnels de l’intérieur déclarent une fréquentation égale ou supérieure contre 52% pour les zones littorales et insulaires), la tendance s’est inversée pendant la haute-saison. Que ce soit en Charente, ou plus globalement sur les territoires intérieurs des Charentes, les professionnels affichent un optimisme moins marqué que leurs homologues du littoral ou des îles. Toutefois, nombreux sont ceux qui soulignent l’impact positif de la semaine fédérale du cyclotourisme à Cognac sur leur activité !

 • Par type d’activité

La saison a démarré timidement pour les professionnels de l’hôtellerie de plein air. Les résultats sur l’avant saison et le mois de juillet sont mitigés, un professionnel sur 2 interrogés estimant ses résultats en baisse par rapport à l’année dernière sur ces périodes. Une tendance à nuancer toutefois en raison des bons niveaux de fréquentation atteint en 2018. A l’inverse, le mois d’août est jugé « exceptionnel », 91% des professionnels estimant leur fréquentation égale ou supérieure à l’an passé.

Après une activité en avant saison jugée satisfaisante, les hôteliers affichent un optimisme moins marqué en juillet. Au mois d’août, les indicateurs repassent au vert : 85% des hôteliers affichent des taux d’occupation au ¾ plein ou complet.

 Les loueurs de meublés dressent un bilan satisfaisant. En comparaison avec la tendance générale, leur optimisme est plus marqué en avant saison et au mois de juillet, et légèrement inférieur en août. Tout comme les hôteliers, ils soulignent l’importance des réservations de dernière minute.

 Enfin, les sites de visite et de loisirs se montrent très satisfaits de leurs résultats durant l’avant saison et le mois d’août, en raison d’une météo et d’un calendrier favorable à leur activité. Au mois de juillet, le bilan est très partagé, près d’un site de visite sur deux annonçant une fréquentation inférieure à l’année précédente.

 • Zoom clientèle

Que ce soit au printemps ou au mois de juillet, la présence de clientèles de proximité a été jugé importante par de nombreux professionnels interrogés. Les clientèles françaises ont boosté l’activité : Pays de la Loire, Ile de France et Bretagne/Normandie sont les principales régions d’origine des clientèles citées.

La fréquentation des clientèles étrangères reste à des niveaux corrects sans connaître, comme l’année passée, une forte évolution. A noter toutefois, la diminution de la clientèle britannique en raison très probable du Brexit et une progression de la clientèle belge et allemande durant la haute saison.

• Enquêtes réalisées par Charentes Tourisme auprès d’un panel de plus de 1800 professionnels du tourisme des Charentes pour disposer des tendances de l’activité touristique. Synthèse réalisée à partir des résultats des enquêtes sur l’avant saison, les mois de juillet, et août. Plus de 450 répondants par enquête.  

vendredi 13 septembre 2019

Un nouveau pas vers la sortie des pesticides en viticulture : Le projet VitiREV est retenu !

Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée à la viticulture et aux spiritueux, se félicitent que la candidature du projet VitiREV « Innovons pour des territoires viticoles respectueux de l'environnement », porté en tant que chef de file par la Région, ait été retenue dans le cadre de l'appel à projets « Territoires d'innovation » lancé par l'Etat.


« Nous sommes fiers et plein d'ambition pour l'avenir de la viticulture, et plus largement de la transition agro-écologique de la Nouvelle-Aquitaine ».
Ce projet de territoire d'envergure, rassemblant tous les vignobles régionaux et plus de 130 partenaires, a pour objectif d'accompagner la sortie des pesticides dans la viticulture et faire émerger la viticulture de demain, respectueuse de l'environnement tout en restant à horizon 2030 une terre viticole dynamique et attractive pour ses habitants, les entreprises et leurs salariés, ainsi que pour les touristes attirés par cette destination. Il est co-construit par les professionnels de la filière, les collectivités territoriales et associations locales, ainsi que les acteurs de l'innovation et de la recherche de Nouvelle-Aquitaine dont 14 laboratoires d'innovation territoriale.
Pour rappel, l'origine du projet remonte à début 2018 : la Nouvelle-Aquitaine était lauréate, aux côtés de 23 autres porteurs de projets, dans l'appel à manifestation d'intérêt national Territoire d'Innovation Grande Ambition (TIGA) lui permettant en avril dernier de participer à cet appel à projet du Programme d'Investissements d'Avenir, dans le cadre du Grand Plan d'investissement.
Une enveloppe financière importante est dédiée avec 450 millions d'euros sur dix ans répartie entre 24 lauréats et avec 73,6 millions d'euros pour VitiREV.

• Rappel des structures fondatrices du projet VitiREV et membres du comité de pilotage :

Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), Interprofession des Vins de Bergerac et de Duras (IVBD), Interprofession des Vins du Sud-Ouest (IVSO),
Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV), Institut National de la Recherche Agronomique (INRA),
Bordeaux Sciences Agro (BSA), Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), Chambre d'Agriculture Régionale et Gironde, Cluster INNO'VIN, pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation, ATEGeRI, DRAAF.

Journées du Patrimoine/Saintes : évènement à l'amphithéâtre samedi 21 septembre

Cette 36e édition prendra cette année une tournure particulière au sein de la capitale saintongeaise.
Suite à sa sélection par la Mission Bern et le Ministère de la Culture l'insérant dans les 18 sites emblématiques patrimoniaux français mis en valeur par la Fondation du Patrimoine, l’amphithéâtre gallo-romain de Saintes sera à l’honneur.
Il sera notamment, samedi 21 septembre, le théâtre d’un moment exceptionnel avec la remise officielle par la Française des Jeux du chèque de soutien et la signature de la convention de souscription avec la Fondation du Patrimoine, visant tous deux à la préservation de ce site remarquable du territoire.







jeudi 12 septembre 2019

Le projet de l’artiste Claude Guyon : entrer dans l’infiniment petit de l’eau thermale de Jonzac !

Photographie de Claude Guyon montrant une étrange forme pyramidale...
Au Cloître des Carmes, Claude Guyon a présenté une formidable exposition sur l'esprit de l’eau. Loin des images traditionnelles qui mettent en scène la claire fontaine ou les vagues qu’on voit danser le long des golfes clairs, il est entré dans l’infirment petit de la goutte d’eau, ce que l’œil nu ne peut apercevoir.
Les résultats sont surprenants. Le sel, l’alun font apparaître en leur intimité des cristaux pyramidaux, voire des croix, formes qu’on retrouve généralement dans l’architecture antique.
De là à parler des origines de la vie, il n’y a qu’un pas que l’artiste, soucieux de compréhension, franchit avec cette joie que procure la recherche de la connaissance. Sa rencontre avec des scientifiques l’a conforté dans sa quête. En découvrant ses clichés, ils l'ont encouragé à poursuivre son travail.
Il a désormais un nouveau projet : photographier les composants de l’eau thermale jonzacaise qu’on dit « hyperminéralisée et contenant 6 800 mg/l de minéraux ». Evidemment, il lui faudra un laboratoire, les objectifs adaptés et beaucoup de patience pour révéler ce que le simple regard ne saisit pas.
Ayant fréquenté les Beaux-Arts de Bordeaux, Claude Guyon - à qui l’on doit les décors du Théâtre du Château - imagine déjà des tissus qui s’inspireraient des figures que révélera cette eau thermale. « C’est un trésor » assure-t-il.

A suivre !
Festons de glace (© Claude Guyon)
Claude Guyon et Claude Belot, maire de Jonzac lors de l'inauguration de l'exposition
Visite guidée
• Puisée à plus de 1 800 m de profondeur, l'eau thermale de Jonzac est issue de pluies tombées il y a plus de 30 000 ans au niveau du Massif Central et la bordure du Massif Armoricain. Elles se sont infiltrées dans des couches constituées d'une alternance de dolomites, grès, argiles qui ont rythmé leur parcours. Réchauffées, elles se sont minéralisées et ont poursuivi leur route jusqu'aux formations aquifères du Nord du Bassin Aquitain (Trias). Cette eau, issue d’un forage effectué par la ville de Jonzac en 1979, est utilisée à la station thermale de Jonzac ouverte en 1986. Un second forage va être réalisé dans les prochains mois, le premier ayant fait son temps.

Feston le long d'un fil d'araignée (© Claude Guyon)
Claude Guyon a rendu hommage à Ivacine Tanoné, chef du peuple brésilien Kariri Xocó. A ses côtés, il se bat pour la sauvegarde de l'environnement et des forêts. La coiffe rituelle qu'il porte sur cette photo lui a été remise par la cacique en personne. « Ainsi, je serai avec vous à Jonzac » lui a-t-elle dit.

Pacte de refondation des urgences : les mesures déjà engagées par l’ARS Nouvelle-Aquitaine afin d’aboutir à des solutions durables

L’ARS assurera en Nouvelle-Aquitaine la mise en œuvre des 12 mesures prévues dans « Le Pacte de refondation ». Elles permettront de compléter et d’amplifier la stratégie déjà engagée au sein de notre région dans le cadre du projet régional de santé (PRS).


Consolider l’offre de soins, en amont des urgences 

Afin de faciliter l’accès à la médecine de ville, l’ARS soutient le développement des maisons et des centres de santé. Ces structures, qui regroupent des professionnels médicaux et paramédicaux, permettent aux patients de bénéficier d’une prise en charge pluriprofessionnelle et répondent aux besoins de soins non programmés. Grâce à une politique volontariste, le nombre de maisons de santé en Nouvelle-Aquitaine (environ 170) a augmenté de près de 30 % depuis 2017. L’ARS accompagne également la création des centres de santé médicaux ou polyvalents, au travers d’une aide au démarrage de ces structures (15 projets de centres de santé retenus en 2017-2018).  
Le déploiement progressif des communautés professionnelles territoriales de santé (une trentaine de projets recensés en Nouvelle-Aquitaine), dont l’ARS soutient le développement en lien avec les unions régionales des professionnels de santé (URPS) et l’Assurance maladie, doit également permettre de mieux répondre à un égal accès à la médecine de ville. Ces communautés qui ont vocation à coordonner des professionnels de santé de premier recours et éventuellement de deuxième recours ainsi que des acteurs médico-sociaux et sociaux, ont notamment pour mission de faciliter l’accès à un médecin traitant et aux demandes de soins non programmés à l’échelle d’un territoire.
Pour les demandes de soins en dehors des heures d’ouverture des cabinets médicaux, le nouveau cahier des charges régional de la permanence des soins ambulatoires (PDSA), en vigueur depuis le 1er novembre 2018, vise notamment à :
- garantir dans l’ensemble de la région, une réponse adaptée aux besoins de soins, les soirées de semaine, les week-ends et jours fériés en adaptant les gardes des médecins (spécificités locales, démographie et activité) pour améliorer les conditions d’exercice des professionnels (limiter la fréquence des gardes) et l’attractivité des territoires ;
- favoriser le déploiement de dispositifs permettant de renforcer le lien ville/hôpital (ex : maisons médicales de garde adossées à un service d’urgence, expérimentations sur les soins non programmés…) ;
-  étendre la régulation libérale, au niveau des SAMU-Centre 15, entre 19h et 20h en semaine ainsi que le samedi matin entre 8h et 12h.

La mise en place de maisons médicales de garde (25 en Nouvelle-Aquitaine financées à hauteur de 450 000 €), en particulier, contribue directement au désengorgement des services d’urgences, en apportant une alternative immédiate pour la prise en charge des soins ne relevant pas de l’urgence vitale.

Enfin, une expérimentation est en cours dans le département des Landes. Les médecins libéraux se sont organisés pour étendre la régulation libérale à la tranche horaire 18h-20h (financée par l’ARS) et assurer une réponse aux demandes de soins non programmés durant ce créneau au niveau des cabinets médicaux.

Conforter le fonctionnement des services d’urgence 

Depuis plusieurs années, l’ARS mène une politique dynamique d’accompagnement et de suivi des structures d’urgences avec la réalisation d’un programme d’audit de l’ensemble des services. Cette démarche permet d’identifier et de diffuser les bonnes pratiques de prise en charge et d’organisation : le renforcement de la fonction d’accueil et d’orientation, l’amélioration des circuits internes aux urgences, l’organisation des filières pour la prise en charge des patients, la mise en place de gestionnaires de lits et la commission des admissions non programmées. Par ailleurs, différents outils contribuent à l’anticipation des tensions. Ainsi, le répertoire opérationnel des ressources (ROR), qui permet de disposer en temps réel des disponibilités en lits, comporte, depuis cette année, un module permettant de disposer de données prévisionnelles sur l’activité des services d’urgences.

Afin de répondre aux défis de la démographie médicale, un travail est mené afin de favoriser la mutualisation des ressources entre établissements et de renforcer l’attractivité de l’exercice médical. Ainsi, l’ARS promeut la mise en place d’équipes d’urgentistes de territoire au niveau des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Sur le modèle de l’équipe d’urgentistes de la Vienne, l’ARS a proposé d’étendre ce type d’organisations à d’autres territoires. Afin de généraliser ce dispositif, l’ARS a décidé de prendre en charge le financement, sur une année, de temps de chef de pôle urgentiste préfigurateur au niveau de chaque GHT. Ces préfigurateurs devront préparer la constitution d’une équipe d’urgentistes de territoire (travail préparatoire de concertation, harmonisation des pratiques, mise en place de protocoles avec les filières d’amont et d’aval).

Par ailleurs, des actions spécifiques sont conduites dans l’objectif d’améliorer la réponse aux demandes de transports urgents en journée, en lien avec les acteurs concernés (SAMU, transporteurs sanitaires, SDIS), avec la mise à disposition de ressources dédiées. Ainsi, l’ARS a financé, dès cette année, les premiers coordonnateurs ambulanciers au niveau de 5 SAMU, dispositif qui sera généralisé à l’ensemble des SAMU en 2020. L’ARS a également mis en place une plateforme régionale en vue d’apporter des réponses rapides aux demandes de transports dans le cadre des sorties d’hospitalisations et des services d’urgences, ce qui doit contribuer à faciliter la gestion de l’aval des urgences.

Enfin, le déploiement des médecins correspondants du SAMU, dont le nombre (70) a doublé en moins de deux ans, contribue à améliorer l’accès aux soins urgents dans les territoires les plus éloignés des structures d’urgence et à sécuriser les prises en charge, en lien avec la régulation des SAMU-Centre 15. Ces médecins interviennent en première intention, dans l’attente d’un relais de prise en charge par le SMUR.  

Adapter la réponse aux besoins des patients 

Pour limiter les hospitalisations évitables des résidents d’EHPAD et favoriser des réponses mieux adaptées aux besoins des personnes âgées, l’ARS finance actuellement 42 dispositifs d’astreinte ou de garde d’infirmier de nuit en EHPAD pour un montant total de 4 millions d’€ par an. Ces astreintes ou gardes mutualisées permettent de couvrir actuellement environ 200 EHPAD. L’objectif est de généraliser progressivement ce dispositif à l’ensemble des EHPAD de la région.

C’est dans cette même logique que l’ARS soutient, dans la Vienne, le dispositif de « télé-régulation » qui permet de mettre en lien les médecins régulateurs du SAMU-Centre 15 avec différents acteurs : EHPAD (48 établissements concernés), transporteurs sanitaires, sapeurs-pompiers et médecins correspondant du SAMU. Au niveau des EHPAD, la visiorégulation et la possibilité pour le personnel de transmettre en temps réel des bilans structurés au SAMU-Centre 15, aide à la prise de décision et contribue à limiter les hospitalisations des personnes âgées.

Les équipes mobiles de gériatrie (33 en Nouvelle-Aquitaine financées à hauteur environ de 12 millions d’€), équipes hospitalières pluridisciplinaires et transversales, jouent un rôle essentiel. Elles contribuent également à limiter les hospitalisations en intervenant dans les lieux de vie des personnes âgées.

Est actuellement expérimenté dans la région le recours à l’hébergement temporaire en EHPAD de personnes âgées dépendantes suite à une sortie d’hospitalisation, avec une réduction du reste à charge, comme prévu dans le pacte de refondation des urgences. Ce dispositif doit permettre de préparer le retour à domicile et constitue une réponse aux besoins d’aval des urgences.

mercredi 11 septembre 2019

Vallet : inauguration de la salle des fêtes et journées du patrimoine

L'inauguration des travaux de rénovation de la salle des fêtes de Vallet, qui portera le nom de Paul Lalande maire de 1977 à 1994, aura lieu samedi 21 septembre à 11 h 30. La population est cordialement invitée à cette manifestation organisée par Ludovic Poujade, maire délégué de Vallet et Patrick Giraudeau, maire de Montendre.

Souvenirs, souvenirs !


Saintes infos : travaux rue Lamothe, revêtement, portes ouvertes au golf

• PORTES OUVERTES DU GOLF


Le 14 septembre prochain, la Ville de Saintes et le Golf Louis-Rouyer-Guillet vous invitent au rendez-vous traditionnel de rentrée du golf de Saintes.
Vous pourrez profiter de la Journée Portes ouvertes pour découvrir le Golf, son environnement, ses activités et son restaurant de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.
De nombreuses animations gratuites rythmeront la journée.
La Société d’Archéologie et d’Histoire de la Charente-Maritime est associée à cet événement et proposera de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h une visite de l’aqueduc romain dont une partie de la structure se situe sur le site du golf saintais.
Renseignements : 05 46 74 27 61
www.golf-saintes.fr

• TRAVAUX RUE DE LAMOTHE 

La Ville de Saintes effectuera, à compter de mi-septembre jusqu’à mi-octobre (hors intempéries), des travaux de réfection des revêtements de la rue de Lamothe. Ces travaux porteront plus particulièrement sur :
- la réfection de la chaussée et des trottoirs,
- la mise aux normes d’accessibilité des cheminements piétons,
- l’optimisation de l’écoulement des eaux de pluie,
- la création d’une continuité piétonne entre la zone commerciale et la Récluse. L’accès des riverains et aux commerces sera maintenus. Les travaux d’un montant de 115 000 € TTC seront réalisés par l’entreprise SCOTPA.

• 2e PHASE DU PROGRAMME DE REVETEMENT

La Ville de Saintes déploie, à compter de début septembre et jusqu’à fin octobre, la 2e phase de son programme de revêtement. Il se compose de deux types de réfections :
- Réfection des trottoirs avec mise en accessibilité : - rue Camille-Corot - rue de l’Enclouse - rue de la Grange
- Réfection de chaussée : - rue de l’Enclouse - impasse Corbineau - place du Maine
Réalisés par l’entreprise SCOTPA, ces travaux seront susceptibles d’occasionner des contraintes ponctuelles de stationnement et de circulation, pour lesquelles une signalisation sera mise en place.

Port d'Envaux/Lapidiales : Femmes d'un seul homme...

 

Jonzac/Journées du Patrimoine : Des moments uniques à ne pas manquer !

À l'occasion de la 36ème édition des Journées Européennes du Patrimoine, sur le thème "Arts et divertissements", des visites guidées du musée archéologique, de l’exposition permanente et du chantier de fouilles de Jonzac sont organisées. Des spectacles vous sont offerts afin de faire revivre l'histoire de notre contrée, demandez le programme...

Serge Androver à Jonzac lors d'une précédente édition des Journées du Patrimoine
 En 2019, le thème des Journées du patrimoine est « Arts et divertissements ». Quand on sait que la devise de Jonzac est « Post bella otia pacis » : « après la guerre, les loisirs de la paix », on peut être sûr d’être charmé par les animations, les visites et les divertissements qui feront souffler un vent de liberté et de joie pour le plus grand plaisir des visiteurs

• Programme :
 Vendredi 20 septembre :

Visite guidée du musée archéologique des Carmes de Jonzac à 10 h
Se présenter à l’entrée du cloître des Carmes. Gratuit.
- Visites guidées de l’exposition permanente "La villa gallo-romaine de Jonzac" : un domaine agricole et viticole du Ier au VIIe siècle" à 14 h et 15 h 30.

• Samedi 21 septembre :

Le "Chronotour"parcours interactif et surprenant à travers les différentes époques de l’histoire de Jonzac par la Compagnie Arbalestrie et Imagerie.


- 14 h 30 au moulin de chez Bret avec Serge Androver en tenue romaine pour une démonstration de tir antique avec mise en situation du public. Frappe de monnaie romaine.

- 16 h 30 Bienvenue au Moyen âge au château de Jonzac !
Présentation de l'armement médiéval et de frappe de monnaie, saynètes costumées avec le public dans les jardins de la sous-préfecture.

- 18 h 30 rendez-vous aux Carmes de Jonzac "sur les pas de Pierre Ruibet et Claude Gatineau" héros de la Résistance, avec l'Office de tourisme.

Fin du Chronotour autour du verre de l'amitié.

• Au Moulin à eau 10 h – 12 h - 14 h – 18 h
 Ateliers médiévaux : ciergerie, magie et enluminure : venez-vous exercer avec la troupe « les Enluminées » !

- Visite libre du moulin à eau

• Temple protestant de 10 h à 19 h
- Découverte libre du Temple. Exposition « Femmes d’Espérance, Femmes de L’art » 

- Atelier de création de papier marbré de 14 h 30 à 17 h 30 rue Saint Gervais

• Dimanche 22 septembre 
•  20.000 lieues sous les mers
Au théâtre du château à 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h


Sur scène, le décor est planté, une maquette du Nautilus pour emporter l'imaginaire des petits et grands dans un monde de rêves peuplé d'aventures et d'explorations

• Les Mots d’Outre Temps Au château de Jonzac, Halima explore les origines, les sources, l’évolution de la langue française avec passion et de manière ludique au travers la relecture de textes connus. A 10 h 15 - 11 h 15 - 14 h 30 - 16 h 15 et 17 h 15

Ateliers médiévaux
Sur la place du château de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h : ciergerie, magie et enluminure

• Fauconnerie

Au parc des expositions de 10 h à 18 h. La compagnie Natur’Ailes fait revivre l’art séculaire de la fauconnerie. Surprenant et sensible, il mêle images et émotions. Le fauconnier présente des rapaces en vol et sur perche. La déambulation avec Wakan, aigle royal, est un moment privilégié.

mardi 10 septembre 2019

Urgences/Hôpitaux : les 12 mesures du plan de refondation

Afin de traiter en profondeur la question des urgences et de trouver des solutions durables, Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, a confié mi-juin une mission nationale au député Thomas Mesnier et au professeur Pierre Carli, président du conseil national de l’urgence hospitalière (CNUH). Mobilisés durant tout l’été, ils ont sillonné la France à la rencontre des acteurs de l’urgence et de l’ensemble de notre système de santé pour constater les tensions, prendre en compte les attentes des professionnels de terrain et recueillir leurs propositions pour refonder notre système.

« Les constats et les recommandations dont la mission m’a fait part sont clairs et précis. Ils en formaliseront pour novembre les attendus et en préciseront certaines conditions de mise en œuvre. Dès aujourd’hui, nous pouvons et nous devons passer à l’action pour apporter aux Français une alternative concrète et attractive au « tout-urgences », avec une boussole simple et efficace pour accéder facilement à l’offre de soins adéquate. Pour cela, nous devons créer le grand service d’accès aux soins qui manque à notre système de santé et dont les Français ont besoin pour obtenir une réponse rapide et concrète à leurs besoins. Nous devons changer les modes de financement, aller plus loin et plus vite sur la reconnaissance et la valorisation de toutes les compétences des soignants, mais aussi mieux protéger celles et ceux qui nous soignent. Nous devons, enfin, garantir que trouver des lits d’aval ne soit plus un casse-tête et regarder les besoins en face dans chaque territoire. J’ai décidé de consacrer plus de 750 millions d’€ de crédits jusqu’en 2022 pour mettre en place ces transformations. Parce qu’il importe avant tout d’apporter aux Français la traduction concrète et rapide de ces avancées, je demande à chaque agence régionale de santé, en partant des propositions des professionnels et en associant les élus locaux et les usagers, de veiller à ce que soit apportée dans les faits, la réponse adaptée aux enjeux spécifiques de chaque territoire et de chaque établissement. Avec ce pacte de refondation des urgences, nous complétons et accélérons la mise en œuvre de Ma santé 2022 pour inventer des organisations modernes, pour soutenir les professionnels de santé et ainsi, améliorer les soins pour tous dans notre pays » explique la Ministre.