lundi 25 juillet 2016

Didier Catineau excédé par le bruit
du festival des Fous Cavés

« Aimeriez-vous que je vienne nuitamment sous vos fenêtres pousser à fond le son d’un autoradio » ? 


On dit que la musique adoucit les mœurs. Pas tout à fait si l'on en croit le courrier adressé aux organisateurs des Fous Cavés, festival qui fêtait ses 15 ans le week-end dernier à Port d'Envaux. A l'affiche, des groupes qui déroulent comme Naaman, Babylon Circus, Dope DD, Labess, Zoufris Maracas, Alborosie ou Tha TricKaz… assortis des décibels à la hauteur de l'événement.
Pendant deux jours, les riverains participent comme s'ils y étaient et les amateurs de musique classique, douce et chantante, prennent leur mal en patience. Tous sauf un… comme dans le village gaulois d'Astérix. Samedi soir dans sa maison de Plassay, pourtant située à 6 km du "foyer de détonation", Didier Catineau, blogueur bien connu de la région saintaise, est passé à la vitesse supersonique. Et pour cause, le bruit fait par les groupes couvrait le son de sa télé !

Excédé, il a envoyé un message "hostile" à l’association organisatrice pour « nuisances sonores de leur festival ».

« Messieurs,
Je tiens à vous signaler mon plus extrême mécontentement quant aux nuisances sonores insupportables qu’occasionne votre festival et notamment celui de 2016, tout particulièrement celui de ce soir samedi 23 juillet. J’habite à Plassay à 6 kilomètres à vol d’oiseau de votre festival et j’entends votre musique dans ma chambre comme si j’en étais le spectateur direct. Je me suis déjà exprimé sur ce sujet à de très nombreuses reprises auprès de vous et chaque année revient toujours le même problème. Que vous me répondiez que vous êtes éco-responsables, respectueux des normes est une chose, mais que vous ne fassiez rien pour atténuer le bruit insupportable de vos concerts est une atteinte que je ne supporte pas.
De même que sur une chaîne hi-fi ou autre, il y a des boutons qui modulent la puissance : utilisez-les ! Aimeriez-vous que je vienne nuitamment sous vos fenêtres pousser à fond le son d’un autoradio ? Et n’allez surtout pas me rétorquer que je n’aime pas les jeunes. Cela serait diluer un problème qui reste de votre responsabilit
J’ai déjà signalé à plusieurs reprises auprès des autorités compétentes cet état de fait, mais vous ne semblez en tenir nul compte. Je veux bien vous avertir que pour 2017, cela sera un peu différent et qu’il y aura très certainement des mesures coercitives prises à votre encontre. Tenez-vous compte du fait que de nombreux habitants subissent vos nuisances en désespoir de cause ? Si je suis le seul apparemment à vous en avertir, il n’empêche que d’autres devraient suivre !
Votre mépris évident à l’égard des habitants de la campagne saintongeaise, votre absence de dialogue, votre sentiment d’impunité aussi très certainement puisque vous animez de la sorte un espace rural en déshérence ne vous exempt nullement du respect essentiel dû à chacun d’entre nous, jeunes ou moins jeunes, aimant ou n’aimant pas votre programmation musicale. 
Alors qu’il serait tellement plus facile de s’expliquer, ce que je fais encore une fois ici même. Je tiens donc à vous exprimer ma colère qui ne s’éteindra vraisemblablement que dimanche matin après une nuit blanche que je vous remercie d’organiser pour moi qui la dénonce et les autres qui la subiront sans savoir que dire.
Je ne vous salue pas. Persiste et signe. Didier Catineau ».
.
Evidemment, les réactions de soutien aux Fous Cavés ont été nombreuses. Parmi elles : 

• « Mais c'est seulement deux soirs par an..... Partout où il y a un festival les riverains sont dérangés... C'est normal.... Cependant ce n'est que passage, ce n'est pas grave. La tolérance c'est aussi de savoir laisser les gens faire la fête 2 jours.... Vous avez les 363 autres de l'année pour être en paix. C'est plutôt équitable finalement »

• « Je suis loin d'être fan des arguments genre oh mais ça n'arrive qu'une fois par an, ouais sauf que si tout le monde fait quelque chose une fois par an chaque jour, et bien ça en fait le quotidien, donc je suis pour les gens qui grognent, ils ont bien raison de s'exprimer, même si on n'a jamais le droit de rien dire dans ce monde, à partir du moment où ça dévie de la majorité, il faudrait fermer sa gueule »,
• « très bonne initiative que les Fous Cavés même si certains ronchons locaux pleurnichent pour leur quiétude ! A croire que certains n'acceptent pas que leurs goûts en terme de musique ne soient pas les seuls acceptables et qu'un festival du genre peut aussi s'organiser autour de Saintes sans avoir leur aval ! Vivement l'année prochaine pour l'édition 2017 ! ».

• « Ça sent la menace ..... et c'est drôle finalement ! Préparer sa petite vengeance, ça s'apprend aussi à l'école, au collège, dans les facultés ?ou alors peut-être devrions-nous stopper les concerts, la fête de la musique, le 14 juillet aussi ? »

• « Monsieur, au vu des récents évènements d'actualité dans le monde et plus particulièrement en France, ne pensez-vous pas que les gens ont plus que jamais besoin de la légèreté d'une fête? Ce besoin de rassemblement. La musique est fédératrice pour beaucoup... Est-ce si détestable d'entendre ou de regarder les gens heureux s'unir lors d'un festival? Ma question, auriez-vous écrit un courrier à la FFF si l'équipe de France avait gagné l'Euro?... Vous avez la chance de vivre dans un bien bel endroit de la Charente-Maritime, endroit qui vibre deux soirées par an, de bonheur, de quiétude et de gens heureux de vivre Monsieur. Ne nous reprochez pas de profiter de la vie deux fois par an plus fort que le reste de l'année. Soyez rassuré, nous sommes partis, vous pourrez dormir ce soir ».
• « Ouais moi aussi je vais aller beugler parce que le Blues Passion à Cognac 3 jours par an, c'est vraiment bruyant ! Merde mes gosses ne peuvent pas dormir ..... ggggrrrrr … mais Lol ... Ne vous laissez pas intimider... ouiiiiiiiiiii rébellion de Didier à fond et ses copains qui ont mal aux oreilles ! On a peur en plus ... on tremble ! Faut habiter 6 pieds sous terre quand on veut pas de bruit ! Non mais sans dec .... heureusement que c pas le hellfest ! Y'aura toujours des pas contents ! Si c'est moins fort vous aurez 7000 festivaliers qui gueuleront ! parce que un festival sans musique à fond bah c'est nul ! »

• « Mais c est fou ça ! L événement était cadré, carré, aucun voisin n'est venu se plaindre, pas de violence, les concerts faisaient des sons qui ne grésillaient pas, les festivaliers étaient réglos. Où est l'extrême violence ? Ce que je lis, c'est un journaliste qui ne vient pas traiter le sujet de l'intérieur, qui critique et quand on lui expose des arguments, se contente de rétorquer que cela fait du bruit. Alors oui les festivals ça fait du bruit, oui ça ne ramène pas des gens que vous voudriez voir, mais ça amène une ouverture d'esprit. Je suis passée faire un tour et lire quelques uns de vos articles. Vous râlez constamment, vous tapez sur la jeunesse, sur ce qui peut être novateur... On est courtois mais vous ne voulez rien entendre. Venez, constatez de l'intérieur. C'est le boulot d'un journaliste non ? Alors faites-le… Et une fois que vous y serez, vous serez face à des faits, face à une réalité et non à des suppositions.

• « Et du coup, en tant que bon journaliste, vous avez fait des recherches, étudié votre sujet, constaté qu'en fait, il y a une législation sur les niveaux sonores qui est de 105dBa, que l'étude de voisinage se fait sur les logements contigus à l'établissement, que les systèmes son sont en majorité doté de limiteurs pour ne pas dépasser ce seuil, qu'à six kilomètres la pression acoustique a suffisamment baissé pour être vivable, que l'événement a lieu sous autorisation préfectorale et commission de sécurité, et que par conséquent, comme tout est dans les normes pour assurer la sécurité du public, des employés et des riverains. Vous avez décidé de soit passer prendre une paire de bouchons d'oreilles distribués gratuitement aux stands de prévention qui font chuter le niveau sonore de 20dB (ce qui revient à vous plonger dans le silence, en cas de brouhaha ambiant), soit de partir en week-end voir vos amis quelques kilomètres plus loin, le temps de la manifestation, par respect, pour ne pas que votre confort égoïste ne vienne restreindre la liberté de la majorité ? »

• « Un festival c est quelques jours par an, ça fait vivre le coin, découvrir les environs etc.... Bouchons dans les oreilles, laines de verre, absence ou autres.... Ça fait 7 ans que je subis les francos et ses dérives sur La Rochelle et je trouve des solutions. Et pourtant je travaille, j ai une vie tout comme vous. A force de râler les festivals risquent de se retrouver à l oubliette comme beaucoup de libertés... A bon entendeur ».

Les échanges ont été multiples et variés. Réponse de Didier Catineau : « Quand 90 moutons ont tort, que sont les 10 suivants ? 100 moutons unis ? Allez ! Les plus grandes victoires sont silencieuses et j'envie cette génération de "gens" qui acceptent tout sans broncher et qui pourtant bêlent sans cesse le mot "liberté ". Fin de la récréation ».

On attend donc les 16 ans des Fous Cavés en 2017. Didier Catineau se sera-t-il converti à l'esprit festivalier (après avoir côtoyé celui du château du Douhet !) ou bien restera-t-il sur ses positions ? Question !

3 commentaires:

Anouk Chauvet a dit…

Bonjour à tous!

De retour du festival des Fous-Cavés à Port d'Envaux, mon village natal, je découvre cette plainte un peu injuste à mon goût, j'ajoute mon humble avis au débat!

Je voudrais tout d'abord féliciter les organisateurs du festival, qui, lors de cette 15ème édition, ont fait, une année de plus, preuve de leur expérience. Le travail des bénévoles, ainsi que l'accueil des villageois et des commerçants ont fait de cet événement un rendez-vous estival incontournable, pour les jeunes et les moins jeunes! J'ai moi-même participé au pôle-jeunesse, qui propose des activités ludiques, artistiques, éducatives et gratuites aux enfants dans la journée. Les concerts du soir étaient tous de qualité, avec 2 scènes et un son excellent, venons en aux faits! Ce monsieur qui se plaint des nuisances sonores exagère un peu je crois. D'abord pas de nuit blanche, la musique s'arrête je crois avant les 3h du matin! J'ai moi même campé à quelques mètres de la grande scène, je me suis couchée chaque soir au cours du dernier concert programmé, avec des boules Quiès je l'avoue, mais pas à cause des bonnes vibrations de la musique, mais juste pour éviter les ronflements de mon compagnon, beaucoup plus gênants! Mon père, âgé de 78 ans, qui vit à moins d'un kilomètre du site a très bien dormi aussi!!!

Je suis très heureuse de voir que le village où j'ai grandi accueille ce festival, je salue au passage monsieur le maire, Sylvain Barreaud, ainsi que les membres de la municipalité, qui ont beaucoup œuvré pour faire de Port d'Envaux un village riche en activités culturelles, je pense aussi au site extraordinaire des Lapidiales, aux berges de la Charente où l'ont peut se baigner, naviguer, se restaurer dans un cadre magnifique et bien sûr au festival des Fous-Cavés. J'invite monsieur Catineau à participer activement à la prochaine édition, à venir avec nous devant la scène pour une musicothérapie, les vibrations de la musique font du bien au corps et à l'esprit!

Merci à Nicole Bertin pour cet article!

Anouk Chauvet - 45 ans - Artiste peintre chanteuse!

Unknown a dit…

Bonjour, je tiens quand même à signaler gentimment que M. catineau estime avoir reçu des insultes de la part des festivaliers ce qui n'a aucunement été le cas. Il est en droit de se plaindre néanmoins tant que l'événement est légal et que tout se passe bien, ce qui a été le cas, personne n'a à être accusé de sa gêne personnelle. Passez une bonne journée.

Pierre Rambo a dit…

En ces jours difficiles de haines et de tuerie il est dure de pouvoir critiquer cette bande de jeunes qui une fois par an propose de la culture en milieu rural. A moins que l'on se renferme dans les églises ou les mosquées et que une fois par an on se foute sur la gueule. Voilà à quoi peut conduire le refus de la culture pour tous Monsieur Gatineau! Et oui Monsieur sortez de chez vous et allez voir un peu cette jeunesse heureuse de partager, de danser, de faire la fête tout simplement.