lundi 26 mai 2014

Victoire du Front National
aux Européennes : Le loup
est entré dans la bergerie…


25,1% pour le Front National, 20,2% pour l’UMP et seulement 14,3% pour le Parti socialiste, la claque est sévère pour les partis classiques. 


Avec l’arrivée de Marine Le Pen en politique, le Front National a pris un nouveau rythme de croisière. Le père datait, il n’avait pas les mots qui correspondaient aux temps actuels. Sa fille, elle, les a trouvés.
Elle s’était lancée un défi pour les élections européennes, elle l’a relevé. En devançant l’UMP, son principal rival, le Front national a démontré qu’il comptait dans la vie d’une partie des Français. Oh, pas de tous car il faut prendre en compte l’abstention qui a été importante. Ceux-là ne votent pas : ils se sont mis aux abris, sans voix, sur la touche, désintéressés du problème. Strasbourg, Bruxelles, c’est loin !
Il n’empêche que ceux qui se sont exprimés ont envoyé un signal fort aux états-majors de droite et de gauche. Comme un avertissement qui rappelle d’autres époques.
Le FN est parvenu à démontrer qu’il comptait dans le paysage. Les résultats de dimanche sont préoccupants pour le PS et l’UMP : ils sont la démonstration du malaise véritable qui a envahi les électeurs ballottés par les fausses promesses depuis des décennies. Travailler plus pour gagner plus ? Les jeunes et les ouvriers n’y croient plus. Réduire le chômage, créer des emplois ? Oui, mais quand ? Et comment cautionner l’Europe quand les critiques fusent depuis des années et que seule l’approche des élections change les discours habituels ?
Serions-nous arriver à la fin d’un cycle où les élites et les décideurs sont dans l’incapacité d’une quelconque auto-critique ? S’ils ne parviennent pas à réinstaurer la confiance, le mécontentement des Français risque de s’accroître et les extrêmes auront alors de nouvelles marges de manœuvre.
Où peuvent-elles conduire ? L’histoire l’explique assez bien. Il y a, comme on dit, jurisprudence en ce domaine. Voilà la vraie question qui se pose aujourd’hui…

Manuel Valls a du pain sur la planche...

vendredi 23 mai 2014

Européennes : Une organisation
démocratique pour préserver
le projet commun
de notre civilisation


• Point de vue

C'est triste, ce désamour de l'Europe qui a été l'espoir de ma génération. Nous sortions de la guerre et nous espérions sortir de la barbarie idéologique qui déchirait le monde depuis le début du siècle.
Les puissances européennes, leurs ambitions, leurs divisions et leur concurrence avaient été la cause de tout cela. Et pourtant, l'Allemagne détruite était coupée en deux ; les pays issus de l'empire d'Autriche étaient occupés par la Russie qui avait créé l'Union Soviétique.
La guerre froide avait succédé à la guerre et nous voulions la paix et nous voulions retrouver la prospérité. Nous ne voulions pas de la banlieue de l'Histoire. Alors, nous avons entrepris de construire l'Union européenne dans la liberté. Le libéralisme économique a été inscrit dans le traité de Rome. Le droit européen de la concurrence a pris une place qu'il n'aurait pas du avoir puisqu'il est devenu un outil politique aux mains de l'exécutif européen, la Commission qui n'avait pas de légitimité démocratique.
La France a imposé la Politique agricole commune (PAC) avec le succès que l'on sait, mais avec les aigreurs créées par la réglementation qui en a découlé. Et puis il y a eu le traité de Maastrich. Nous avons été nombreux à tirer la sonnette d'alarme. L'intégration économique, qui avait toute la saveur d'une économie libertaire et la monnaie unique, ne pouvaient se concevoir sans une organisation politique et démocratique, de type confédérale.
Or, le niveau de développement des peuples européens, l'acceuil de ceux sortant de l'Union Soviétique, la réunification de l'Allemagne retrouvant son statut de grande puissance, rendaient extrêmement difficile la création de cet ensemble.
Giscard D'Estaing n'a pas réussi à faire adopter la Constitution européenne qui fut pourtant un travail remarquable. La crise financière de 2008, due au libertarisme économique et monétaire américain, a encore fragilisé l'édifice dont les élites restent séduites par la théorie du chaos, si bien enseignée à la Cité de Londres comme à Wall Street de New York et dans toutes les grandes business schools de la planète.
Les peuples sont désenchantés. Le projet européen semble privé de souffle. Il reste pourtant le gardien des valeurs de notre civilisation, de l'humanisme fondateur des libertés si attaqué dans le monde. Pour rester forte, cette civilisation doit se reconnaître et s'unir. Beaucoup pensent que c'est effectif et qu'un gouvernement commun est superfétatoire, encombrant et inutile. Nous avons pourtant besoin d'une organisation démocratique pour porter, construire et préserver le projet commun de notre civilisation. Elire un parlement, qui a de vrais pouvoirs, n'est pas une mauvaise idée. Alors faisons-le ! Allons voter de préférence pour ceux qui croient ce projet indispensable.

Xavier de Roux

Vide grenier
au centre socio-culturel de Pons



"Les Petites Personnes" à la médiathèque de Jonzac


• Du 10 juin au 3 juillet, la médiathèque vous invite à venir découvrir l’exposition « Les Petites Personnes » de l’artiste Christian Voltz , auteur et illustrateur de nombreux albums de littérature jeunesse. Il réalise, à partir de matériaux de récupération (fil de fer, bois, tissu) des personnages cocasses et singuliers.
Trente trois classes de la Communauté des Communes de Haute-Saintonge se sont prêtées au jeu de la création de « petites personnes » à la manière de Voltz, leurs productions seront également exposées à la médiathèque. Les enfants qui le souhaitent pourront s’exercer aussi à cette activité lors des différents ateliers qui se dérouleront  durant l’exposition. Venez nombreux découvrir l’univers créatif et original de Christian Voltz !


•  Les 7 et 14 juin prochains, la médiathèque vous propose une initiation à internet et à l’informatique, gratuite et ouverte à tous. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant en nous contactant au 05 46 49 49 09, il reste encore quelques places !  

Le Département à la rencontre des Charentais Maritimes


Les 23 rendez-vous à ne pas manquer !

Le lancement de la tournée par les conseillers généraux

La Rochelle : collection de céramiques vietnamiennes


Dans le cadre des années croisées France-Vietnam, les musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle ont souhaité mettre en lumière leur collection de céramiques vietnamiennes. Cette collection, qui n’a encore jamais été exposée, sera complétée par des œuvres prêtées par le Musée Cernuschi, musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris, afin de montrer l’évolution et les spécificités de cette production remarquable.
En parallèle, des gouaches et dessins d’André Maire, peintre voyageur du XXe siècle seront exposés. Ses œuvres, qui évoquent le Vietnam de façon originale, instaurent un dialogue entre œuvres anciennes et contemporaines, entre Orient et Occident.

Peintures à découvrir
à l'Abbaye de Fontdouce

A découvrir à l'abbaye de Fontdouce - Saint Bris des Bois - de 10 h 30 à18 h 30

• Jusqu'au dimanche 25 mai :

Quand Mireille Lambot peint, son cœur s'ouvre et tout ce qui est autour d’elle disparaît. Les notions de temps et de lieu n'existent plus. Sa création ouvre une fenêtre sur un monde irréel et merveilleux, à la manière d’un conte pour enfant, où tout est possible, où tout peut arriver... Les fleurs comptent parmi ses thèmes de prédilection. Ses nouvelles toiles autour des « Tournesols » expriment sa sensibilité, son plaisir, sa gaieté naturelle de création comme autant de prétextes à ses compositions autour de la lumière, dans la diversité chromatique d'une véritable coloriste. Elle immortalise ses sensations et éveille les sens du spectateur. Des toiles à voir, à effleurer et à déguster.

•  Du lundi 26 mai au dimanche 8 juin

Marie-Pierre Le Sellin a longtemps travaillé en collaboration avec le Museum National d’Histoire Naturelle dans le domaine de l’aquarelle botanique. Aujourd’hui, elle partage son temps entre les expositions, les salons de peintures et quatre ateliers qu'elle anime à La Rochelle, Angoulins, Matha et Niort. Elle peint avec sa propre sensibilité : elle peut autant s'émouvoir d'une lumière sur une façade de maison que d'un coucher de soleil. Elle aime se renouveler en se remettant en question à chaque fois. Ne s’enfermant dans aucun style ou type de sujet, elle  reste libre de ses choix. Elle ne peut s'imaginer ne peindre que des natures-mortes ou des oiseaux, la peinture étant pour elle plus qu'une passion. Sa pratique de l'aquarelle a évolué vers une peinture plus libre qui lui permet d'aborder d'autres thèmes et de travailler sur grands formats. Son orientation reste figurative avec une prédilection pour les fleurs et les paysages.



L'été au haras de Saintes


Tout l'été, le Haras national de Saintes vous fait découvrir son patrimoine à travers des visites et de nombreux événements culturels et sportifs. Un programme complet et varié vous attend pour satisfaire le plus grand nombre. 

• Visites et ateliers du 8 juillet au 29 août. Tous les lundis, mardis et vendredis à 15h, le Haras propose des visites guidées.

- Tous les mardis à 13 h 30, un atelier dédié aux enfants est programmé pour un premier contact avec les poneys.

- Tous les mercredis de 15 h à 16 h, les visiteurs pourront découvrir le haras en attelage.

- Tous les jeudis à 15 h des visites thématiques sur certaines facettes des métiers du cheval sont organisés.

- Tous les jours de 14 h à 17 h, le Haras propose également des visites libres.

Magnifique ! (photo Guy Biasini)
Expositions : le Haras national de Saintes héberge au « château » des expositions sur le thème du cheval.

- Du 17 mai au 27 juillet, l'exposition « Arts et haras » présente des peintures, sculptures, photos et dessins sur « la plus belle conquête de l'homme ».
- Du 1er juillet au 31 octobre « les Caracoles », exposition en extérieur sur le cheval composée de peintures sur bâches, prendra place sur le site.

- Du 2 au 31 août, l'exposition Marie-France Berthollet dévoilera des portraits de chevaux faits au pastel. Autres événements culturels
- Le 14 juin, l'exposition « éclosion de talents » présentera ses plus belles compositions florales.
- Du 11 au 14 juillet, des animations sont organisées sur des thèmes tels que l'Orient, les Ch'ti ou encore la libération. Seul ou en famille, vous pourrez découvrir un marché semi-nocturne, une trocante ou un bal populaire.
- Le 20 août, la projection du film « Cheval de guerre » réalisé par Steven Spielberg, est programmée sur le site en plein air et sur écran géant.

Événements équestres
- Les 19 et 20 juillet, un concours de saut d'obstacles amateurs et clubs est organisé.

- Les 30 et 31 juillet, un concours d'élevage présentera les plus beaux éléments des races françaises de selle et anglo-arabe.

Enfin, une animation équestre « Tissao, un cheval de spectacle » est en cours de programmation : un cheval ibérique dressé pour le spectacle vous sera présenté en liberté.
• Informations pratiques 
Pour plus d'informations, contactez directement le Haras national de Saintes par téléphone au 05 46 74 80 13 ou par mail à harasdesaintes@ifce.fr, ou rejoignez la page facebook Haras national de Saintes.

Brahms et Schubert en l’Église Saint-Vivien de Saintes


Pour cet ultime concert de la saison professionnelle du conservatoire municipal de musique et de danse, Guillaume Corti, pianiste et Jean-Nicolas Richard, violoncelliste, interprèteront deux sonates incontournables de Brahms et de Schubert.  

La sonate n°1 en mi mineur de Brahms et la sonate « Arpeggione » de Schubert illustrent tout à la fois la richesse des timbres du piano et du violoncelle et la différence d’approche entre ces deux compositeurs-phares de la période romantique. La sonate n°1 en mi mineur de Johannes Brahms est un triple hommage aux maîtres du compositeur : Haydn, Mozart et surtout Bach, dont il utilise le thème de l’art de la fugue. La sonate « Arpeggione » de Franz Schubert, en référence à un instrument à six cordes frottées également appelé guitare-violoncelle, est l’une des pièces les plus réussies du compositeur, contemporaine du célèbre quatuor « La jeune fille et la mort ».
Le conservatoire distille tout au long de l’année une saison professionnelle gratuite avec les concerts de musique de chambre des professeurs, les « concerts sandwich » au musée de l’Échevinage et, organisés par l’association de l’Abbaye Aux Dames, les « apéros-découverte ».
Ces différentes propositions permettent d’aborder le concert classique de différentes manières afin d’en élargir le public et d’en moderniser l’approche. Les professeurs du conservatoire sont des artistes en résidence dans leur ville, tous musiciens de haut niveau. Guillaume Corti est ainsi, entre autres, le pianiste du Grand Chœur de l’Abbaye Aux Dames et Jean-Nicolas Richard, le violoncelliste du quatuor Kadenza.


• Guillaume Corti a étudié le piano au Conservatoire national de région de Metz où il obtient des diplômes d’études musicales de piano et musique de chambre. En 2005, il obtient le diplôme d’état de professeur de piano. Depuis lors, il partage son activité entre enseignement et concerts. Professeur au conservatoire de musique et de danse de Saintes, il accompagne les classes du département vocal. Il se produit régulièrement en récitals et concerts avec le Grand Chœur de l’Abbaye aux Dames dirigé par Michel Piquemal, dans le cadre des Nuits Romanes et du Festival de Saintes.
• Jean-Nicolas Richard est titulaire d’un premier prix de violoncelle et d’un diplôme d’études musicales au Conservatoire national de région de Boulogne-Billancourt ainsi que d’un premier prix à l’unanimité de la Ville de Paris en violoncelle et musique de chambre. Passionné, il se produit avec le quatuor Kadenza lors de festivals ou de saisons musicales avec des musiciens de renom (Alain Meunier, Dana Cioccarlie, Amanda Favier, le quatuor Talich, Laurence Malherbe…). Jean‑Nicolas Richard est par ailleurs Directeur du conservatoire municipal de musique et de danse de Saintes.

• Infos : Vendredi 23 mai à 20h30 Église Saint-Vivien Entrée libre dans la limite des places disponibles : Tel. 05 45 92 88 79  

Saintes : Les Verts s'interrogent sur la politique des espaces verts et jardins annoncée par la nouvelle municipalité


EELV Saintonge Cognaçais : Anticiper les changements de pratiques

La loi n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national prévoit l'arrêt de l'utilisation des pesticides par les collectivités locales à compter du 1er janvier 2020. Cette interdiction conduira à une évolution de la gestion des espaces publics vers plus d'interventions manuelles ou mécaniques nécessitant plus de main d'œuvre. Si on souhaite ne pas augmenter le nombre d'heures d'intervention des salariés, il sera alors indispensable de hiérarchiser les espaces et prévoir des zones de moindre intervention. C'est ce que propose la gestion différenciée. Sa mise en place doit s'accompagner d'une pédagogie permettant à la population de s'approprier et ainsi de mieux comprendre la logique de gestion. Il implique donc une réflexion approfondie sur un zonage construit avec les citoyen(ne)s afin d'éviter de tondre systématiquement ce qui est une abbération tant économique qu'environnementale (coûts, temps, CO2, baisse de la biodiversité). 
L'ancienne municipalité de Saintes s'était orientée vers cette pratique afin de protéger les citoyens, les agents utilisateurs de pesticides et de préserver la biodiversité. Nous avons ainsi pu voir fleurir du lin, des coquelicots dans les zones de jachères fleuries ; voleter des papillons à proximité de parcelles non tondues ; le bois raméal fragmenté au pied des arbres pour limiter le désherbages tout en protégeant les sols et les arbres eux-mêmes. Enfin, chacun peut constater la présence en ce moment des orchidées pyramidales sur les talus peu tondus.


EELV Saintonges Cognaçais n'a pas besoin de pétition pour affirmer que cette évolution est bénéfique pour tous. EELV Saintonges Cognaçais s'interroge donc sur le virage de la politique des espaces verts et jardins annoncé par la nouvelle municipalité de Saintes et sera particulièrement vigilant quant à une éventuelle massification de l'usage des pesticides. Il en va de la santé des Saintaises et des Saintais. EELV Saintonges Cognaçais alerte également la population sur le coût financier de cette orientation : prix des plants, essence pour les tondeuses, pollutions sonores et coût de la pollution de l'eau par les pesticides. Détachons Saintes de la représentation erronée du «faire propre» pour mieux l’orienter vers une prise en compte des hommes comme des êtres vivants. La biodiversité est un patrimoine à protéger qui pourra constituer un écrin vert mettant en valeur notre patrimoine bâti.

Vivienne Breuil, secrétaire du groupe local EELV Saintonge Cognaçais
Stéphane Trifiletti, porte-parole régional EELV Poitou Charentes, porte-parole du groupe local EELV Laurence Marcillaud conseillère régionale EELV 
Laurence Henry conseillère municipale EELV de Saintes, conseillère communautaire EELV


Saintes renoue
avec les arts numériques


Cet événement, qui se tiendra samedi 24 mai, propose de faire découvrir les arts numériques aux habitants en les invitant à des ateliers et des performances d’artistes.

Les arts numériques se développent à la croisée de formes de création variées parfois méconnues du grand public. Afin de faire découvrir ces créations actuelles et novatrices et de montrer que les arts dits « numériques » sont à la portée de tous, l'accent est mis cette année sur le mélange des genres. L'Espace culture multimédia des médiathèques municipales propose donc de découvrir ou de redécouvrir des formes artistiques hétéroclites.
• Samedi après-midi, la médiathèque François-Mitterrand accueillera les ateliers de création multimédia stop motion « Soupe Opéra » et « Makey Makey ». Les participants pourront s’initier au stop motion en réalisant une courte séance animée.
• Samedi soir, à 20h30, le théâtre Geoffroy Martel, accueille le spectacle « Déjà Vu ». Emblématique du retour des arts numériques à Saintes, c'est l'exemple parfait d'une création artistique multimédia « live » avant-gardiste et accessible à tous.
Croisement entre arts numériques (art vidéo, VJing, création 3D), musique et mapping scénographique, Déjà Vu se définit comme un cinéma « artiviste ». Déjà Vu sera suivi du spectacle de musique électronique et audiovisuel proposé par Stéphane Le Garff, artiste hybride, plasticien des images et des sons.  
Programme complet sur la page facebook de Saintes : http://bit.ly/RDVArtNum

Saintes : Le nouveau président
Jean Philippe Machon lance un audit social des services de la Communauté d'agglomération


Suite à leurs rencontres avec les partenaires sociaux vendredi 16 mai et avec les membres de la direction mercredi 21 mai, Jean-Philippe Machon, président de la Communauté d’Agglomération de Saintes, et Geneviève Thouard, vice-présidente déléguée aux ressources humaines, ont pris rapidement la décision de commander un audit social de l’ensemble du personnel employé à la communauté d’agglomération.
En choisissant de recourir d’un commun accord à cet audit, élus, direction et partenaires sociaux veulent porter un regard critique et objectif sur le fonctionnement et l’organisation des services. Il s’agit de dresser un état des lieux de la situation actuelle et de définir si besoin les pistes nécessaires à l’amélioration des conditions de travail et à la régulation des tensions.
La Communauté d’Agglomération de Saintes a vu le jour au 1er janvier 2013. L’élargissement rapide  de son périmètre et de ses compétences a entrainé de nombreux bouleversements et une charge de travail considérable pour tous les agents territoriaux. Après une année marquée par le changement, l’audit doit ainsi permettre de comprendre et de connaître la réalité du vécu des salariés communautaires dans un esprit d’écoute, d’échange et de proximité.
L’objectif reste à terme la mise en place d’une organisation et d’un climat de travail propres à rendre le meilleur service possible aux habitants.
Afin de garantir la neutralité de cet audit, il sera réalisé sous la gouvernance de Madame Thouard.

Saintes : Choqué par l'augmentation des indemnités des élus de la CDA,
Pierre Maudoux (Modem)
lance une pétition


Ils « mâchonnent » l'argent public

Rien de mieux « qu'un nouveau souffle » pour gonfler l'indemnité mensuelle des élus de la Communauté d'agglomération de Saintes.
Pour son Président, Monsieur Machon, cette indemnité passe de 3.000 à 4.105 euros, soit une augmentation de 1.105 euros, une somme bien supérieure à ce que perçoivent mensuellement bon nombre de retraités saintais. Ces mêmes retraités qui, comme beaucoup d'actifs, voient aujourd'hui leur revenu stagner.
Quant à l'augmentation substantielle, elle aussi accordée aux 15 vice-présidents ( + 59% pour l'un et + 16% pour les quatorze autres ), Monsieur Machon explique qu'elle se justifie par la charge de travail supplémentaire qu'ils auront dans le futur, avec le transfert de compétences de la mairie vers la CDA. Convenons que nos élus de la CDA ont le sens de l'anticipation, surtout lorsqu'il s'agit de leur intérêt personnel. Et souhaitons que ce même souci de l'anticipation conduise Monsieur Machon à baisser l'indemnité de ses adjoints à la mairie puisqu'ils verront, eux, leur charge de travail diminuer. Voilà un très mauvais signal envoyé aux habitants de la CDA qui vont redouter une nouvelle hausse d'impôts et aux fonctionnaires territoriaux qui devront se serrer la ceinture.
Au nom du groupe « un nouveau cap », je lance une pétition pour un retour des indemnités des élus de la CDA à leur montant d'origine.

Pierre Maudoux 
Pétition en ligne sur le site http://www.petitionduweb.com/Petition_-1002368.html

mercredi 21 mai 2014

Trizay : Une nouvelle boutique
de produits fermiers


A Trizay (entre Saintes et Rochefort), le parc floral « Les Jardins de Compostelle » inaugure samedi 24 mai prochain sa nouvelle boutique dédiée aux produits fermiers de la Saintonge Romane et à l’artisanat d’art. Le Parc Floral se déploie sur deux hectares surplombant le lac de loisirs du Bois Fleuri. Création de l’architecte paysagiste rochefortais Jean-François Galinet, sur une inspiration hispano-mauresque, ce jardin comporte 6 séquences : roseraie, la source, les nymphes, le grand canal, les broderies et le cloître.


• La création d'une boutique de productions fermières

Depuis janvier 2014, un projet de développement touristique a été mis en place pour relancer la fréquentation du parc floral. Le parc a été restauré au cours du premier trimestre et l’accueil et la boutique ont fait l’objet de travaux de rénovation. Il a été décidé de consacrer cette boutique à une thématique « terroir » en lien avec les jardins en y présentant à la vente les produits des producteurs fermiers participant au guide du Pays de Saintonge Romane ainsi que de l’artisanat d’art et des livres. Au total c’est une gamme de plus de 30 produits fermiers proposés : pineau, cognac, cocktail, liqueurs, vins de pays, méthode traditionnelle, jus de raisin, jus de pomme, nectars de fruits, huile de chanvre, confitures de fruits, confits de fleurs, miel, rillettes et foie gras de canards, savons et produits de beauté au lait de jument, cosmétiques naturelles, lentilles.
L’artisanat d’art est également présent avec du linge de maison réalisé en « lirettes » – tissage traditionnel de Saintonge - poteries (vases, bols, tasses, petites boites), cartes postales des paysages et de la flore de Saintonge par un photographe d’art et une sélection de livres sur les jardins, les paysage et l’histoire de l’art.
- Les jardins et la boutique sont ouverts tous les jours sauf le lundi de 15 h à 19 h jusqu’au 31 octobre. Tel. : 05 46 82 19 64. www.trizay.com

Cette inauguration sera l’occasion de présenter les animations du printemps et de l’été proposées par le Parc floral.
Les grands moments en seront :
► Les « Rendez-Vous Jardins » les 30, 31 et 1er juin : L’après-midi : visites sensorielles et initiation à la cuisine florale, le 30 juin à 21 h : Contes aux Jardins avec la conteuse Nina Gomez et le musicien Fayçal El Mezouar (dans le cadre d’Ici et Là par le Pays de Saintonge Romane)
► Journées Nationales du Patrimoine de Pays les 14 et 15 juin : « la culture du chanvre, hier et aujourd’hui » 
► Les balades commentées dans la vallée maraichère de l’Arnoult pour découvrir la faune, la flore et les paysages de l’Arnoult : 19 juin, 17 juillet, 7 et 28 août, 20 et 21 septembre

Saintes : Le traité de libre-échange transatlantique fait couler de l'encre


• Communiqué d’ACDN France 
Succès de la première réunion publique Stop-TAFTA à Saintes 

 La salle Saintonge était comble mardi 20 mai. Plus de 80 personnes se pressaient pour débattre du traité de libre-échange transatlantique, baptisé "TAFTA" en anglais, qui fait actuellement l’objet de négociations secrètes entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. 


Ils ne font pas dans le Tafta...
•  Projet de zone de libre-échange transatlantique (extrait de Wikipédia) 

La zone de libre-échange transatlantique (abrégé ZLET ou en anglais : Transatlantic Free Trade Area, soit TAFTA) ou partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (anglais : Transatlantic Trade and Investment Partnership, abrégé TTIP) est un accord commercial et d'investissement en cours de négociation entre l'Union européenne et les États-Unis, envisagé pour 2015. Si le projet aboutit, il s'agira de la plus importante zone de libre échange de l'histoire, couvrant plus de 46 % du PIB mondial, et même 51,3 % si elle s'étend également à l'ensemble des membres de l'Aléna et à ceux de l'AELE3. Ce projet est parfois présenté comme le premier pas vers l'établissement d'une Union transatlantique réalisant l'unité économique du Monde occidental.

• Enjeux 
Les accords transatlantiques devraient induire « une harmonisation progressive des réglementations et de la reconnaissance mutuelle des règles et normes en vigueur ». Ces négociations portent en effet moins sur les droits de douanes (déjà faibles entre les États-Unis et l'Europe – leur annulation étant plutôt à l'avantage de l'Europe) que sur les normes, réglementations et autres « barrières non tarifaires » au commerce transatlantique. Comme pour toute négociation commerciale, elles sont susceptibles de présenter des avantages pour chacune des parties participantes à la négociation du fait de la facilitation des échanges économiques. En effet, dans la lignée de la pensée économique ricardienne, étendre les possibilités d'échange est source de richesse. Pour les salariés, cela nécessitera au moins une anticipation et un accompagnement social pour les secteurs menacés car il est nécessaire d'accompagner la transition professionnelle des salariés des secteurs qui cessent d'être compétitifs. Mais la remise en cause des normes et réglementations par les acteurs économiques dominants remettront en cause les modèles sociaux et culturels, ce qui va bien au-delà des problèmes de formation et d'adaptation, car cela peut être à l'origine de la destruction des équilibres économiques et sociaux qui sont souvent à la base de la résilience de ces systèmes qui amortissent les effets des crises et compensent les absences des systèmes étatiques. Certaines personnalités, comme Pierre Hillard, considèrent que le marché transatlantique pourrait être un premier pas vers la création de structures politiques mondiales telle que l'Union transatlantique.

• Critiques
Ce projet d'accord fait l'objet de vives critiques tant sur la forme que sur le fond.

• Négociations secrètes 
Les travaux se font dans le plus grand secret et les citoyens, au contraire des représentants des consultants des firmes multinationales, ne peuvent avoir accès aux documents préparatoires.

• Possibilités pour les entreprises d'attaquer les États 
Des éléments clés des textes en discussion ont cependant été révélés. Le point essentiel est la possibilité offerte aux entreprises de poursuivre des États dont la politique entraverait leur activité commerciale, même s'il s'agit d'une politique de santé publique. Comme des entreprises ont déjà dans d'autres cadres poursuivi des États au nom du respect d'accords commerciaux internationaux, les critiques supposent que le traité permettra de faire de même en Europe comme aux États-Unis. Si le cigarettier Philip Morris s'en prend à l'Australie et à l'Uruguay pour leur législation anti-tabac, il risque d'en être de même dans les pays intégrés à cette zone de libre-échange.

• Déréglementations 
Les textes en discussions contiennent des mesures de déréglementations de l'alimentation, de la santé publique, de l'éducation, de la vie privée et du code du travail. De fait tous les secteurs, même ceux pensés comme non-marchands, seraient touchés par cet accord et les normes et réglementations remises en cause comprendraient (liste non exhaustive) le salaire minimum, les normes sanitaires pour l'alimentation et la sécurité, la protection de l'environnement, le contrôle de l'impact carbone, la protection des données numériques personnelles, la réglementation de la finance, le soutien des États pour l'accès à tous à l'éducation et à la santé. Des tentatives de suppression des réglementations en matière de santé publique sont aussi confirmées par les discours des associations patronales.
Ainsi l'Association nationale des confiseurs américaine explique que « l’industrie américaine voudrait que l’APT avance sur cette question en supprimant la labellisation OGM et les normes de traçabilité » et le National Pork Producers Council affirme que « les producteurs de porc américains n’accepteront pas d’autre résultat que la levée de l’interdiction européenne de la ractopamine ».

• Acteurs
La mise en place du marché transatlantique nécessite la coopération de plusieurs institutions et de groupes de pression principalement représentant les intérêts économiques. Les pouvoirs politiques sont sous représentés, et ce d'autant plus qu'il a été demandé aux négociateurs « de préserver un certain degré de discrétion et de confidentialité »

mardi 20 mai 2014

25 listes
aux élections européennes


• Scrutin du dimanche 25 mai
Les électrices et les électeurs inscrits sur les listes électorales en Charente-Maritime vont recevoir au plus tard le samedi 24 mai 2014 une enveloppe contenant les bulletins de vote et les circulaires des listes de candidats. 25 listes sont en présence dans la circonscription Ouest dont dépend le département de la Charente-Maritime. Elles sont consultables sur le portail internet des services de l’État, à l'adresse suivante http://www.charente-maritime.gouv.fr (rubrique Politiques publiques/Citoyenneté-élections) ainsi que sur le site du ministère de l’intérieur http://www.interieur.gouv.fr (rubrique élections).
Toutes les listes n'ont pas déposé en totalité les documents de propagande électorale (circulaires -ou professions de foi- et bulletins de vote) destinés aux électeurs et aux mairies du département de la Charente-Maritime.
De ce fait, les enveloppes ne comporteront pas l'ensemble des circulaires -ou professions de foi- et bulletins de vote pour chacune des 25 listes en présence. Le jour du scrutin, tous les bureaux de vote du département de la Charente-Maritime fermeront à 18 h.

Petit meurtre
à l'Abbaye de Fontdouce...


L'abbaye de Fontdouce, située à Saint Bris des Bois (non loin de Saintes),  propose de nombreuses activités. Parmi les nouveautés qui sortent des sentiers battus, un parc accrobranches et un jeu où vous êtes invités à jouer les détectives : "Petit meurtre à Fontdouce". Objectif : s’approprier le patrimoine de proximité à travers une activité ludique.


• Prenez de la hauteur ! Le parc accrobranches compte 60 activités dont deux tyroliennes géantes en toute sécurité (avec ligne de vie continue). Accessible dès 3 ans.
•  Soyez curieux ! Partez à la découverte de l'abbaye et démasquez le coupable ! Le jeu, inspiré du célèbre Cluedo, est destiné aux enfants entre 9 et 13 ans, accompagnés d'un adulte. L'histoire : 1305, Abbaye de Fontdouce. Une réunion secrète a lieu entre le roi Philippe le Bel et l’archevêque Bertrand de Got dans le but de conspirer contre les templiers. Ce soir-là, un moine est retrouvé mort dans les jardins de l’Abbaye. Qui l’a tué ? Avec quelle arme ? Dans quel but ? C’est à vous de découvrir le coupable parmi les six suspects grâce aux différentes énigmes et aux indices qui se trouvent dans les pièces de l’Abbaye.


Soutien à la filière mytilicole
charentaise-maritime confrontée
à une surmortalité des moules


Béatrice Abollivier, préfète de la Charente-Maritime, a organisé récemment une table ronde en présence des représentants des professionnels, des collectivités territoriales et des parlementaires, d’Ifremer ainsi que des services et partenaires de l’État, suite au phénomène de sur-mortalités de moules que connaissent les mytiliculteurs, en particulier ceux de la Baie de l’Aiguillon.
Depuis les premiers signalements de mortalités, les services de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) ont saisi l’IFREMER en vue des analyses à effectuer et se sont rendus sur le terrain pour constater les premières mortalités en mars. Les derniers constats réalisés montrent une mortalité totale sur les filières du Pertuis breton.
Les bouchots du nord de la Charente-Maritime sont, quant à eux, touchés entre 40 et 60 %. Les filières mytilicoles et les bouchots du Sud-Charente sont moins touchés, entre 10 et 20% (Baie d’Yves, Baie de la Malconche, Boyardville).
 Les résultats des analyses effectuées par Ifremer ne permettent pas encore d’expliquer ce phénomène. En particulier, aucun facteur infectieux connu (virus ou bactérie) n'a été détecté.
Pour autant, une baisse très marquée de la salinité des eaux a été enregistrée sur l’ensemble de la Baie de l’Aiguillon. L'Ifremer poursuit ses analyses pour identifier avec certitude les causes de ces mortalités.
 Dès le 9 avril, les préfets de la Charente-Maritime et de Vendée ont saisi les ministères pour les sensibiliser à la situation et demander un soutien pour les professionnels touchés. Les aides possibles sont de plusieurs ordres : Calamités agricoles, si le caractère de calamité est reconnu par le Comité de gestion des risques en agriculture lors d'une réunion prévue le 11 juin ; Fonds d’allègement des charges, qui prendrait en charge de manière partielle les intérêts bancaires, courts, moyens et longs terme. Une simulation financière est en cours de réalisation avec la participation des CRC. Exonération des redevances : le Ministre des finances et des comptes publics doit être saisi par le ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie pour demander l’exonération. Étalement des cotisations sociales ENIM et MSA : le directeur de l’ENIM a déjà été saisi, et toute demande de professionnel sera examinée avec attention.
 Mesures d’activité partielle mise en place par la DIRECCTE, en collaboration avec l’ENIM. L’ensemble de ces mesures a déjà été annoncé aux professionnels. La DDTM est en contact permanent avec les professionnels de la mytiliculture et reste à l’écoute du CRC pour étudier le cas des entreprises les plus en difficulté. Un lien constant est également entretenu avec la DDTM de Vendée. Néanmoins, au-delà de la mobilisation des dispositifs précités, la situation mérite des réponses exceptionnelles comme l'ont fait valoir les parlementaires aux côtés de la profession. Des démarches en ce sens seront entreprises par ces derniers auprès du Secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

L'auteur Santiago Gamboa à la médiathèque de Jonzac


Dans le cadre des Musiques et Littératures métisses qui se déroulent du 6 au 8 Juin à Angoulême, la médiathèque de Jonzac recevra en avant-première l’auteur Santiago Gamboa mercredi 4 Juin à 18 h. Entrée libre. Venez nombreux !


Né à Bogota en 1965, Santiago Gamboa a étudié la littérature à l’Université nationale de Colombie, puis la philologie hispanique à l’Université de Madrid. Après avoir été journaliste au service (en langue espagnole) de RFI et correspondant au quotidien El Tiempo, il est actuellement attaché culturel de l’ambassade de Colombie à l’UNESCO. Il est l’auteur d’une œuvre romanesque cosmopolite, en résonance avec l’actualité et qui mêle, sur divers territoires, les destins de personnages souvent en rupture puisqu’éloignés de leur pays d’origine.

Médiathèque Haute-Saintonge, 39 rue des Carmes à Jonzac tél. 05 46 49 49 09

Elections européennes du 25 mai
Vote par procuration


Le 25 mai prochain, les citoyens éliront leurs représentants au Parlement européen pour 5 ans. 74 sièges de députés sont à pourvoir en France dont 9 pour la circonscription Ouest dont fait partie la Charente-Maritime.
L’élection se déroule selon le principe du scrutin de liste à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel.
Les électeurs absents le jour du scrutin disposent de la possibilité de voter par procuration en désignant un autre électeur. Les électeurs peuvent effectuer leur démarche au tribunal d’instance, au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie du domicile ou du lieu de travail. Cette démarche, gratuite, doit être faite le plus tôt possible, la procuration devant parvenir à la commune du mandant avant le jour du scrutin.
Pour cela, il convient de se munir d'un titre d'identité et d'un formulaire de procuration fourni au guichet des administrations désignées ci-dessus. Ce formulaire est disponible sur le site internet www.service-public.fr. En cas d'impossibilité de se déplacer, les personnes peuvent solliciter par écrit les services de gendarmerie ou de police les plus proches, en joignant un certificat médical.
Le mandataire (celui qui reçoit la procuration) choisi doit voter dans la même commune que le mandant (celui qui donne la procuration) et doit jouir de ses droits électoraux. Le mandataire ne reçoit pas de courrier signifiant la procuration. Le mandat doit l'en informer. Tous les renseignements et les formulaires accessibles sur :

Saintes : Les dix ans
des marchés romanesques


Organisés par Soroptimist International, club de Saintes, les marchés romanesques auront lieu samedi 24 mai sur le marché Saint-Pierre. De nombreux écrivains sont attendus. Ne manquez pas ce rendez-vous original en terre saintongeaise. 


Le dynamique club organisateur !
« Dix ans de Marchés Romanesques ! Soit dix jours consacrés à fêter plusieurs centaines d’auteurs. Félicitons-nous pour ce bonheur. Place Saint-Pierre, parmi les commerçants, comme à la médiathèque et dans nos restaurants, nous avons travaillé ensemble à accueillir des écrivains de toutes origines, de diverses renommées, et si heureux d’avoir rencontré leur public saintais qu’ils souhaitent revenir. Reste que par ces temps de crise et de tempête, il devient difficile de poursuivre et soutenir une opération culturelle ! Pourtant, quand tout sera oublié, aura disparu, il restera l’écrit et les livres : notre plus sûr héritage. Merci aux organisatrices bénévoles du Club Soroptimist, merci à tous ceux qui nous aident à sauvegarder le meilleur de notre mémoire pour nos enfants » écrit Madeleine Chapsal

• Programme : Vendredi 23 mai à 20 h : dîner débat au repas du Bis Saint Georges avec Madeleine Chapsal, Jacqueline Peker, Elise Fischer, Thérésa Revay, Claude Durand, Jean-Joseph Julaud Ouvert à tous. Réservations 05.46.93.04.91 ou par mail : claude.gangloff@free.fr
Samedi 24 mai : Dédicaces sur le marché Saint-Pierre de 9 h à 12 h30. A midi, proclamation des résultats du concours des élèves. De 15 h à 18 h : rencontre et débat avec les auteurs sur les thèmes de leurs livres, salle des Jacolins, médiathèque François Mitterrand.

• Ecrivains invités 

Madeleine Chapsal : marraine des Marchés Romanesques qu’elle a créés. Journaliste et romancière, écrit aussi pour le théâtre et la télévision. Journaliste à Sud-Ouest, agence de La Rochelle, Prix de l’Académie de Saintonge.

Madeleine Chapsal (photo d'une précédente édition)
Suzanne Foriscetti : D’origine française et toscane, études en arts appliqués, a parcouru les mers, fascinée par les voyages. « Une Enfance en Charente », « Le fabuleux Destin de Champlain, de Brouage à Québec »,
« La Force de rêve. De la Méduse à la Suzanne ».
Francis Lachaise : Professeur d’allemand, puis principal de collège, passionné d’histoire allemande et d’histoire locale des années 1950. Président de l’association «Les Ecrivains de la côte». « Tranches de vie en terre de Charentes »,« La Rochelle au quotidien sous la botte allemande (1940-1941) », « la Rochelle à l’heure américaine (1950- 1964) » « La Rochelle base américaine de l’Otan (1950- 1967) », « Le mur de Berlin, abrégé d’histoire », « Le camp américian de Croix-Chapeau (1952-1966) »,« Vertige et faux-semblants (nouvelles fantastiques) ».
Corinne Monget : chef d’entreprise, a inventé un personnage pour enfants «TAMI la fourmi» ce qui la conduit à créer sa propre maison d’édition. « Tami la fourmi voudrait être... »,« est très fatiguée », « veut changer de métier » « Le tour du monde de Tami la fourmi »,« fait du sport », « fait la cuisine »,« à la fête foraine »,« La cigale et Tami la fourmi », « va à l’école ».
Olivier Fouché : Etudes de droit, enseignant, caricaturiste, dessins de presse, illustrations, auteur de BD, directeur de la collection «Croît Vif Junior».« Le secret des huîtres de la Fine Princesse Claire », « Pacha Botté et l’ogre de Crazannes », « Emile et Ronron, amis des cagouilles ». Frédéric Neveur : Etudes de géographie culturelle, voyages, enseignant, auteur d’ouvrages fantastiques pour adolescents et concepteur de jeux (game designer).« Le Suicide du ver de terre »,« La Molécule Nimus »,« Le petit Fossoyeur d’âmes ».
Alain Paillou : Ecole supérieure des Arts Appliqués Duperré. Maquettiste de presse. Illustrateur pour la presse, la publicité, l’édition scolaire et scientifique. Auteur de BD. « Parabellum »,« Les Quatre »,« Normandie t.1 et t.2 »,« Le Service t.1 et t.2 ».
Elie Treese : Professeur de Lettres et musicien (père américain guitariste et banjoïste). « Ni ce qu’ils espèrent, ni ce qu’ils croient », « Les Anges à part ».
François Wiehn : Professeur de Lettres et musicien (père américain guitariste et banjoïste). « Ni ce qu’ils espèrent, ni ce qu’ils croient », « Les Anges à part ». Enseignant à la Faculté de droit de Poitiers, carrière d’avocat,
 eut des fonctions municipales à Saintes. « Dictionnaire des Peintres
de Charente-Maritime ».
 Jacqueline Peker : Après les drames de la guerre et Maisons-Alfort, a travaillé dans un grand laboratoire puis créé une clinique vétérinaire. Fait rayonner l’homéopathie vétérinaire. « Le Temps n’efface rien » poèmes-préface de Madeleine Chapsal,« Cheval et Homéopathie »,« Mes rencontres avec des Homéopathes remarquables ».
Elise Fischer : journaliste de presse et de radio, productrice et animatrice d’émissions littéraires, écrit pour la jeunesse, nombreux prix littéraires : « Mystérieuse Manon », « Appelez-moi Jeanne », « Un Rire d’ailleurs », « La Lorraine au cœur », « Les Noces de Marie-Victoire », « Au péril de la vérité », « Je jouerai encore pour vous », « La Tante de Russie ».
There
sa Revay : Etudes littéraires, traductions de romans anglo-saxons et allemands, prédilection pour les grandes fresques historiques. « La Louve blanche »,« Tous les Rêves du monde », « Dernier été à Mayfair »,« L’autre Rive du Bosphore ». 

Claude Durand : Traducteur de Gabriel Garcia Marquez, éditeur de Soljenitsyne, directeur des éditions Fayard (1980-2009), ancien président de la Commission d’avances sur recettes. Prix Médicis. « J’aurais voulu être éditeur », « J’étais numéro un », « Lilette », « Agent de Soljenitsyne », « Le Pavillon des écrivains », « Rue de Babylone ».
 Jean-Joseph Julaud : Professeur, journaliste et poète. Créateur de la collection «pour les Nuls». « Ça ne va pas ? Manuel de Poésiethérapie», « Le français correct pour les Nuls »,« La Poésie française pour les Nuls », « L’Histoire de France pour les Nuls en BD, t.5 », « L’Histoire de France pour les Nuls ».
Michel Lis : Le Jardinier, journaliste, grand reporter, chroniqueur de radio et de télévision, érudit, poète, lauréat de l’Académie de Saintonge. « Mes saisons en Saintonge »,« Journal d’un curieux de Saintonge »,« Les Miscellanées illustrées des plantes et des fleurs ».


Françoise Barbin Lécrevisse : Spécialiste des produits et recettes du terroir charentais, lauréate de plusieurs concours gastronomiques, intervient dans la presse écrite, à la radio et la télévision. « Cuisine et Pineau », « Cognac et Cuisine d’aujourd’hui » (en français et en anglais), « Charentes gourmandes ».
Anne Bert : a cessé son activité de mandataire judiciaire à la protection des majeurs pour poursuivre son projet d’écriture. Collabore au magazine Le Salon Littéraire. Lectures Publiques. « S’inventer un autre jour », « L’Emprise des femmes », « L’Eau à la bouche ». 
Thomas Brosset : journaliste à Sud-Ouest, agence de La Rochelle, Prix de l’Académie de Saintonge. « La Rochelle sur les traces de la Ligue hanséatique », « Les Filles de La Rochelle ».
Christel Delcamp : Etudes de droit, enseignante, Prix des Mouettes. « L’Homme qui mesurait sept chaussettes et demie », « Les Déroutées ».

lundi 19 mai 2014

La « nouvelle » grotte
de Lascaux ouvrira en 2016


Fin avril dernier, la ministre de la Culture Aurélie Filipetti a inauguré en Dordogne le chantier de "Lascaux 4", vaste complexe combinant une réplique de la célèbre grotte et un centre voué à l’art préhistorique, un projet "prioritaire" pour l’Etat un temps menacé par des coupes budgétaires.


Lascaux 4, qui doit ouvrir au printemps 2016, combinera un fac-similé intégral de la grotte découverte en 1940, visitable en condition via un système de torche interactive, des cinémas 3D, un centre d’expositions et de conférences sur la préhistoire, soit un complexe de 11.000 m2 visant à faire de Montignac (la commune abritant Lascaux) une "capitale" de la préhistoire.
Le financement de Lascaux 4 n’a pas été sans remous. L’Etat avait d’abord annoncé son désengagement au nom de coupes budgétaires décidées en 2012 dans les projets de la Culture. Devant une levée de boucliers (Région Aquitaine et département de Dordogne contribuent chacune à hauteur de 16,6 millions d’euros sur un budget de 57 M), l’Etat avait finalement confirmé sa participation (4 M) à Lascaux 4, un projet culturel qualifié alors de "prioritaire". L’Europe (12 M), le futur exploitant (2 M) et le mécénat via une souscription nationale (5,8 M) doivent boucler le financement.
En 2012, le choix de l’architecte - le cabinet norvégien Snohetta, auteur du Pavillon du Musée 9/11 à New York - donna lieu lui aussi à une brève polémique. Jean Nouvel, non retenu, s’en était pris au concept de "Lascaux-land" choisi, estimant qu’il ne fallait pas banaliser Lascaux par un programme « d’attractions didactiques pour grands et petits enfants ».

La grotte originelle de Lascaux, joyau pariétal considéré comme la "Chapelle sixtine de la préhistoire" est depuis 1963 fermée au public pour la préserver. C’est une réplique (d’environ 80% des fresques) à flanc de colline, à quelques centaines de mètres, que 250.000 personnes par an visitent depuis 1983 : Lascaux 2. Mais le flux de visiteurs et véhicules endommage la colline de Lascaux, d’où la nécessité de la "sanctuariser", en créant une nouvelle réplique, plus grande mais plus loin, à 1 km environ.
Lascaux 4 attend 400.000 visiteurs par an. Par ailleurs Lascaux 3, exposition-réplique itinérante de la grotte, suit son tour du monde lancé fin 2012. Inaugurée à Bordeaux, elle a passé plusieurs mois à Chicago puis Houston, et vient de s’installer à Montréal jusqu’en septembre. Bruxelles, Philadelphie, Shanghai, Tokyo figurent parmi les options des années à venir.

Association des Journalistes du Patrimoine

Un manuscrit inédit de Philippe Pétain refait surface


Un manuscrit inédit du maréchal, dont Charles de Gaulle fut un temps le « nègre », revient sur le devant de la scène quatre-vingt ans après sa rédaction. Dans ce texte, le « héros de Verdun » évoque l’histoire des différentes batailles de la Grande Guerre. 


C’est l’histoire d’un manuscrit disparu et oublié qui refait surface, comme dans un film policier, révélant à l’opinion les analyses du maréchal Pétain sur la première guerre mondiale. Écrit dans l’Entre-deux-guerres, alors que Pétain jouit d’une grande popularité auprès des anciens combattants, ce livre n’évoque que l’histoire des différentes batailles de ce conflit meurtrier. A l’époque où il rédige ce texte, le « héros de Verdun » est considéré comme celui qui a préservé le mieux les vies humaines dans les tranchées, à l’inverse des autres gloires de l’État major français. Le « général républicain », comme on le surnomme alors, est désireux de livrer sa propre version d’un conflit où il a le sentiment que d’autres lui sont passés devant au moment de tirer les bénéfices de la victoire. Foch est couvert d’honneurs, tandis que Pétain attend son heure.
Ce livre, intitulé La guerre mondiale 1914-1918 (Privat éditeur), long de 351 pages, avec 47 chapitres et 77 croquis, n’est pourtant pas destiné à régler des comptes. Pétain l’aurait pu : durant le conflit, sa préoccupation du sort des soldats lui a valu, de la part de Foch ou de Mangin, le soupçon d’être un « défaitiste ». Pétain s’est pourtant toujours limité à souligner que « le feu tue », afin d’éviter les immenses offensives très coûteuses en vies humaines.

De Gaulle, « nègre » de Pétain 

Comment est-il possible que ce manuscrit ait été ignoré jusqu’à nos jours ? Sa découverte, très rocambolesque, reste encore entourée aujourd’hui d’un certain mystère. Les historiens savaient que Pétain avait tenté de laisser, comme la plupart des autres maréchaux de la Première Guerre, des mémoires sur le grand conflit. Il avait même demandé à un certain colonel de Gaulle, qu’il estimait alors, de lui prêter main forte et d’être son « nègre » comme on dit aujourd’hui. De Gaulle aimait écrire. Pétain n’avait aucun style. Il était un esprit précis et intelligent mais sans cette fantaisie qui donne à l’écriture une force permettant de la distinguer du simple compte-rendu militaire. Pétain était surnommé « Précis-le-sec ». C’est tout dire. Aussi, quand la brouille entre de Gaulle et Pétain avait abouti à la rupture entre les deux hommes en 1927, beaucoup pensaient que le projet était tombé à l’eau et que Pétain n’avait rien laissé par écrit. La publication de ce livre prouve le contraire.

Une redécouverte rocambolesque 

Il a fallu plus de soixante-dix ans avant que la communauté historique ne le découvre. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, par un mystère qui reste encore entier, le manuscrit passe dans les mains d’un maçon italien, dont on ne connaît que le prénom, Giuseppe, qui avait effectué quelques travaux de réfection dans une propriété du maréchal à Villeneuve-Loubet, sur la Côte d’Azur. Ce Calabrais qui avait fui la pauvreté et le fascisme n’avait aucune familiarité avec la politique. Il n’était pas pétainiste. Mais, peut-être pour rémunérer ses services (troc, don, vol ?), il se retrouve après guerre en possession de cet étrange manuscrit, rangé dans une valise avec une gravure du maréchal Pétain au dos. Mort en 1989, le maçon a une fille, Nicolina, qui a entendu parler de l’histoire de ce manuscrit bizarre. Mais elle n’y prend pas garde et pendant près d’une décennie, ce travail continue à rester paisiblement dans une valise, oublié de tous, jusqu’à ce qu’un érudit, Jean-Jacques Dumur, après un véritable parcours du combattant, ne parvienne à faire authentifier ce texte par les autorités. On est en 2010. Le manuscrit a dormi plus de quatre-vingt ans dans un coffre. Dans le style qui est le sien, le futur chef de l’État français a laissé le récit de la première guerre mondiale, sans s’intéresser le moins du monde à la vie des soldats, à leurs souffrances, à leurs espoirs. A peine évoque-t-il les mutineries pour ne suggérer que la nécessité de faire taire la « propagande pacifiste ». Mais Pétain se montre très précis en matière d’histoire militaire. Il ne se contente pas du front de l’ouest mais évoque tous les autres fronts, en Italie, dans les Balkans, en Asie et même en Afrique. C’est, de ce point de vue, un document exceptionnel qui est agrémenté de croquis très précis, comme les officiers d’État-Major savaient alors le faire. 

Source : Jacques de Saint Victor dans le Figaro.fr

Préchernac :
voyage au pays merveilleux
de la musique et des contes


A Thénac ​samedi 31 mai, voyage au pays merveilleux de la musique et des contes


À partir de 10 h, marché artisanal, jeux en bois, contes, théâtre, concerts, films et restauration en continu
11 h apéritif concert. Ensemble jazz ASMA
14 h 30, départ en fanfare avec l'orchestre de rue ASMA
14 h 45, vaguelettes et clapotis Jeff d'Argy. De son coffre aux trésors, le marin conteur de chansons sort des objets étranges et hétéroclites au fil d'un spectacle dans lequel il raconte, chante, danse devant un décor incitant aux voyages houleux.
 Dès 15 h 30, contes, livres et ateliers Dans L'îlot livres, en partenariat avec "Croît vif junior", un conte toutes les demi-heures. L'îlot livres, paradis de la lecture, sera habité par dix auteurs des éditions du Croît Vif junior qui viendront présenter leurs albums jeunesse et animer plusieurs ateliers (dessin, coloriages). Trois de ces auteurs Sophie Salleron, Pierre Dumousseau et Jeff d'Argy vous raconteront les plus belles de leurs histoires sous l'arbre à conter.
16 h Mini-concert classique par l'orchestre de cordes ASMA
17 h 30, les Crogs Concert spécial jeune public suivi d'un goûter gourmand ! Au fil du concert, les enfants se laisseront entraîner par des danses traditionnelles simples que les Crogs aiment faire partager. « En piace ». 
16 h 30, la boîte à joujoux Spectacle librement inspiré de Claude Debussy. Un vieux monsieur qui a retrouvé la boîte à joujoux de son enfance, l'ouvre et fait revivre le temps d'un rêve, les personnages qui l'habitent : une poupée, un polichinelle, un petit soldat et son capitaine. Un spectacle théâtral et musical pour le jeune public. Création Arts aux Villages
19 h, la compagnie Révolante fait son théâtre !
19 h 30, la compagnie arts aux villages fait son concert : Benjamin, The Movietones, Jeff d'Argy et autre surprises Soirée : Préchernac voit la musique en grand !
20 h 30 Quatuor Kadenza : Un quatuor de caractère et de grande sensibilité. Grand concert "Voyages". Un spectacle familial et populaire. Si la musique peut faire rêver et raconter des histoires, elle peut aussi pour notre bonheur nous amener à voyager. Dvorak, Bruch, Piazzola, musiques traditionnelles arrangées nous fourniront le passeport permettant de découvrir divers pays et contrées. Irlande, Argentine, en passant par la Tchécoslovaquie, ou encore Israël et les États-Unis seront visités par une des formations les plus mythiques de la musique classique : le quatuor à cordes.
22 h West Seine Story, orchestre d’Harmonie de Boulogne-Billancourt, 60 musiciens. L’Orchestre d’Harmonie de Boulogne-Billancourt vous présente son nouveau spectacle consacré aux comédies musicales. Les demoiselles de Rochefort, les Blues Brothers, Notre Dame de Paris, Starmania, le Fantôme de l'opéra, West Seine Story vous offre une (re)découverte de près d’un siècle de comédies musicales. Au rythme de la projection d’extraits des plus célèbres films musicaux, 60 musiciens accompagneront, sur la scène, les voix magiques d'Isabelle Turschwell et d'Ayme, chanteurs professionnels habitués des grandes scènes parisiennes et télévisuelles.

Européennes : La Nouvelle Donne


Communiqué du mouvement La Nouvelle Donne 

A l’occasion de l’élection des députés au Parlement Européen du 25 mai prochain, le mouvement Nouvelle Donne présente en France 7 listes de candidats porteurs d'une volonté politique renouvelée et de valeurs humanistes au centre des préoccupations de nos concitoyens. Inspiré de la méthode Roosevelt et de son « New Deal » pour sortir de la crise de 1929, Nouvelle Donne a été créé le 28 novembre 2013 autour de Pierre Larrouturou et des personnalités comme Susan George, Edgar Morin, Christiane Hessel, Bruno Gaccio, Cynthia Fleury, Marie- Monique Robin, Patrick Pelloux et son confrère de La Rochelle, Frédéric Pain.
Notre ambition est de redonner à la politique sa dimension citoyenne et aux citoyens l’espoir d’un progrès social durable. Près de 8000 citoyens en France nous ont rejoints, venant d’horizons très divers, mêlant les déçus des partis traditionnels à des personnes de la société civile sans engagement politique antérieur, tous animés de la même volonté de partager leurs connaissances et leurs expériences pour une Europe citoyenne au service de chacun, a contrario des politiques de droite et de gauche passées et présentes, sous l'emprise de la finance, qui nous conduisent toutes dans une impasse. Réhabiliter la politique.
A Nouvelle Donne, les règles sont celles du strict non cumul des mandats, de la rotation des élus et de la transparence envers les électeurs. Nouvelle Donne est un parti de solutions élaborées sur la base de valeurs humanistes et environnementales prenant en compte les connaissances, les contraintes et les impacts de chaque alternative. Il nous paraît essentiel de prendre le temps de consulter et d’écouter nos concitoyens en permanence dans l'optique d'un renouveau démocratique.

• Nos propositions pour sortir de la crise 

Dans un contexte de faible croissance, lutter contre le chômage, les paradis fiscaux, refinancer les États sans l'intermédiaire des banques, partager le temps de travail, sauver le climat en se souciant des transitions écologiques et énergétiques, débloquer l’Europe, la doter d'un statut social qui sera approuvé par référendum, sont quelques unes de nos priorités exposées sur notre site internet (www.nouvelledonne.fr) dans le but de préparer un monde meilleur et cohérent, incompatible avec la dérive néolibérale des économies de nos pays. Notre niveau de vie, notre cadre de vie et notre qualité de vie constituent les objectifs majeurs de Nouvelle Donne et nous plaçons le bien-être des citoyens au cœur de l’action politique. Les propositions de Nouvelle Donne pour les élections européennes ont la volonté de promouvoir une Europe véritablement démocratique, sociale et environnementale. Rebâtir une Union Européenne proche des citoyens. Notre mouvement a des propositions relatives aux institutions et aux orientations politiques à prendre au sein de l'U.E. afin de réduire le poids des lobbies, le dumping fiscal, social et salarial, infléchir l'Europe technocratique que nous connaissons actuellement sur des bases plus resserrées et recentrées vers un mode sociétal cohésif, solidaire et durable qu'elle n'aurait jamais dû quitter. Redonner leur souveraineté aux citoyens, plus de pouvoir au Parlement Européen et permettre à un petit nombre de pays d’avancer sans être bloqués par les autres sont pour nous des principes essentiels.
Comment avons-nous désigné nos candidats ? Au cours du mois d’avril, Nouvelle Donne a désigné ses candidats aux élections du Parlement Européen selon des modalités novatrices qui correspondent aux valeurs et à l’esprit de notre mouvement. Dans chaque euro-région, une commission composée d’adhérents tirés au sort a auditionné les candidats afin de constituer la liste pour la circonscription Ouest, comprenant les régions de Bretagne, Pays de Loire et Poitou-Charentes, et sélectionné les neuf membres de cette liste qui réunit trois générations : 1. Emmanuel Poilâne, natif d'Angers (49), 44 ans, Citoyen du monde et militant associatif, actuellement Directeur de la Fondation France Libertés 2. Mary Haway, Nantes (44), 39 ans, Citoyenne européenne, coordinatrice pédagogique et formatrice. 3. Clément Barailla, Nantes (44), 21 ans, Étudiant et citoyen engagé 4. Nadège Lefeuvre 5. Jean-Marie Bourry de Jonzac (17), 60 ans, retraité 6. Marie Clais 7. Michel Mahaut 8. Léa Carlat 9. Stéphane Liger

• En cinquième position de cette équipe pour l’Ouest, Jean-Marie Bourry réside à Jonzac en Charente Maritime. Âgé de 60 ans, notre candidat est retraité du ministère de l’Intérieur après avoir occupé des postes de responsabilité en France et à l’étranger au sein de la mission de l’ONU pour le maintien de la paix.

Le comité local Nouvelle Donne de Saintonge organisedes réunions publiques pour aller au-devant des électeurs et se faire le porte-parole de nos propositions pour une Europe plus sociale, démocratique et environnementale. Prochain rendez-vous à Montendre salle municipale le 21 mai à 20 h 30.

Européennes :
Les enjeux du 25 mai


Tribune libre de Dominique Bussereau, député 
et président du Conseil général 
de Charente-Maritime 

L’Europe est un espace économique vaste, attractif et puissant, incontournable sur la scène internationale. Les prochaines élections européennes permettront de désigner celles et ceux qui représenteront les 500 millions d’Européens pendant les cinq prochaines années. C’est une occasion unique et solennelle de peser directement sur le fonctionnement de l’institution européenne qui a permis de créer un espace dans lequel les touristes, les étudiants, les travailleurs, les familles, les marchandises, les services, les informations circulent librement, dans un espace où la paix est préservée. Notre volonté est de pérenniser cet espace comme une véritable communauté de nations et de peuples et de défendre leur sécurité, leurs intérêts et leurs identités par des politiques publiques nécessaires : règles du jeu de la concurrence économique, cadre de la compétitivité, énergie, contrôle des frontières européennes. Depuis la création de la première structure politique européenne, 8 000 lois ont été votées et une monnaie commune nous unit et nous protège contre les remous monétaires internationaux. La perspective est de faire maintenant fructifier cet héritage. En renouvelant le Parlement Européen le 25 mai, les citoyens auront la possibilité de voter pour leur Europe car le choix du Président de la Commission européenne dépendra des résultats de l’élection au Parlement Européen. Ce sera l’occasion de faire des choix d’avenir sur des sujets aussi importants que le soutien à la croissance, le financement de la recherche compétitive et des investissements à long terme, l’harmonisation nécessaire pour garantir une concurrence loyale, l’approvisionnement énergétique propre et à bon marché, une voix commune sur la scène internationale, la répartition des tâches en matière de défense. L’UMP a ainsi décidé de soutenir des personnalités expérimentées afin de porter ce changement, comme Alain Cadec et Elisabeth Morin-Chartier pour notre circonscription Ouest. J’ai pu constater, dans le cadre de mes responsabilités ministérielles et dans l’exercice de mes mandats, leurs compétences, la connaissance des dossiers et leur enthousiasme pour la défense de sujets fondamentaux, comme pour Alain Cadec celui de la pêche. Les candidatures d’Alain Cadec, d’Elisabeth Morin-Chartier, de Sally Chadjaa et d’Alexandre Grenot sont au service de notre volonté de faire de l’Union Européenne un acteur fort et actif, une grande puissance respectée et considérée.

vendredi 16 mai 2014

Jonzac : Le sous-préfet
Jean-Philippe Aurignac
nommé en Dordogne


Le sous-préfet de Jonzac, Jean-Philippe Aurignac, vient d'être nommé chef de cabinet du préfet de Dordogne, Jacques Billant (qui a succédé à Béatrice Abollivier, actuelle préfète de Charente-Maritime).
Jean-Philippe Aurignac devrait quitter Jonzac à la mi-juin. Il y était arrivé en 2012, après avoir été directeur délégué de la Direccte Aquitaine à Bordeaux. Les qualités d'écoute et l'ouverture d'esprit de cet ancien professeur à Sciences PO et à l'Université de Bordeaux 2 étaient unanimement appréciées. Nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouvelles fonctions.
Le nom de son successeur n'est pas encore connu.

A gauche de cette photo, Jean-Philippe Aurignac pour les cérémonies du 8 mai. Il vient d'être nommé directeur de cabinet du préfet à Périgueux en Dordogne

Exposition patchwork
et broderie à Jonzac


C'est mercredi que s'est inaugurée cette belle exposition au cloître des carmes. 

Les membres du club, femmes habiles de leurs mains !
De nombreuses œuvres sont exposées qui démontrent le talent des membres de ce club que préside Renée Roy. Cette année, l'invité d'honneur est le groupe de Goeree et Overflakkee. Le choix est aussi vaste que l'imagination ! A découvrir également d'intéressantes broderies et points de croix.

• A voir jusqu'au 26 mai, entrée libre de 10 h à 18h 30 tous les jours.








jeudi 15 mai 2014

Jonzac : Coline, Sarah Jeanne
et Ryan ont rendu hommage
à Marie, morte au camp d’Auschwitz à l’âge de 11 ans


Le 8 mai, qui commémore la libération des camps de concentration par les Alliés et marque la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, est un événement célébré chaque année. Il permet de sensibiliser les jeunes générations aux vieux démons qui peuvent surgir en des périodes agitées et raviver la mémoire. Le gouvernement de Vichy, en particulier, a commis des actes que nous ne devons pas oublier dont la rafle du Vel’ d‘Hiv les 16 et 17 juillet 1942. 

Ils s’appellent Coline, Sarah Jeanne et Ryan. Elèves de cours moyen, ils fréquentent l’école primaire André Malraux et préparent leur future entrée au collège. Ils vivent dans un pays en paix et jouent comme tous les enfants de leur âge, avec cette insouciance qui leur va si bien.
Cette année, dans le cadre scolaire, ils ont fait la connaissance de Marie, une petite fille qui a vécu les affres de la Seconde Guerre mondiale. En découvrant les lettres adressées à son père, en pénétrant son univers secret, ils ont réalisé que les situations pouvaient se suivre et ne pas se rassembler.

Les enfants et leur directeur Yvon Chevallier
Jeudi dernier, jour de la célébration du 8 mai, ils avaient le cœur qui battaient aux côtés de leurs camarades et d'Yvon Chevallier, leur directeur. Autour d’eux, devant le monument aux morts où flottait le drapeau tricolore, il y avait des hommes en uniforme, des personnalités à la mine grave dans leurs costumes foncés, des porte-drapeaux, le corps des sapeurs-pompiers, la fanfare et des personnes parmi lesquelles ils ont reconnu des êtres proches.


Bientôt, ils allaient prendre la parole devant ce parterre attentif : la timidité risquait-elle de les surprendre au détour d’une phrase, d’une émotion ? La volonté a été la plus forte. Marie, qui est devenue leur amie invisible, a poussé leurs limites : ils se sont exprimés en son nom, contant sa triste et brève existence qui rejoint celle des sacrifiés de cet horrible conflit.

Bernard Verhoest, président des Anciens Combattants
Ne pas oublier 

Dans le discours qui suivit ceux de Jean-Philippe Aurignac, sous-préfet, et Bernard Verhoest, président des anciens combattants, Jean-Claude Laby fit référence à la rafle du Vel’ d’Hiv. Arrrêtés, 7000 Juifs y vécurent dans l’humiliation, la dégradation physique, affamés, en plein mépris sous le regard indifférent de la gendarmerie et de la police tricolores. Les Allemands avaient appelé cette opération « vent printanier ». Un blizzard en réalité.
La France n’avait pas connu d’évènements aussi tragiques envers des compatriotes depuis la Saint-Barthélémy en 1592, où plus de 3000 protestants furent arrêtes ou passés au fil de l’épée, ou en 1307 quand Philippe le Bel, envieux de la richesse des Templiers, fit détruire l’ordre et brûler son grand maître Jacques de Molay. Cette France, qui brille de tous les feux de la liberté les jours de 14 juillet, possède des zones d’ombre…
 « Ni haine ni oubli » disent les rescapés des camps de concentration (dont Michel Cavaillès qui nous a quittés en 2012). Néanmoins, si le pardon est nécessaire, il ne faut pas oublier que les savants calculs des uns peuvent conduire à l’anéantissement des autres. D’où l’importance de transmettre le flambeau.

Jean-Claude Laby aux côtés de Ryan, Coline et Sarah Jeanne
Georges Weller, dans son livre « L’étoile jaune à l’heure de Vichy » relate le déroulement des opérations du Vel’ d’Hiv. Il a également rapporté les courriers d’une petite fille âgée de 10 ans, arrêtée à Paris avec sa mère, ce fameux 16 juillet 1942. Cette enfant, c’est Marie. Coline, Sarah Jeanne et Ryan en ont lu des extraits.
Prisonnière, elle ne comprend pas ce qui lui arrive. Au départ, elle s’accommode, puis elle tombe malade. Le plus extraordinaire, c’est qu’elle ne pense pas à son sort mais à celui de son père, cruellement absent. Dans sa huitième et dernière missive, elle demande une photo de ses parents. Elle ne la recevra jamais. Elle fut exécutée ou plutôt gazée - comme tant d’autres - à l’âge de 11 ans le 23 septembre 1942 dans le sordide camp d’Auschwitz.
On a du mal à comprendre comment un véritable système d’extermination a pu se mettre en place, comme si les efforts qu’avait fait l’humanité pour se civiliser au cours des siècles s’étaient finalement inclinés devant la barbarie organisée (les chambres à gaz et les fours crématoires correspondaient à des plans d’ingénieurs et leur construction était soumise à des appels d’offres auprès d’entreprises).
« Marie n’est pas morte seule, mais entourée de tous ces Français qui se battaient pour faire naître l’espoir et sortir de l’obscurité » souligna Jean-Claude Laby. « Elle est morte entourée de tous ceux qui ont su se lever, ces résistants torturés par la Gestapo, assassinés pour avoir dissimulé des alliés, fusillés un matin dans un village. Elle est morte entourée de tous ceux qui ont su dire non, qu’ils soient Français ou alliés débarqués sur les plages de Normandie. Le 8 mai, il est de notre devoir de rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France. Cet anniversaire est l’occasion de transmettre à la jeunesse un message d’espérance en l’invitant à respecter les valeurs nationales qui ont fait la richesse de notre civilisation».

Jean Grimbert distingué par Jean-Claude Beaulieu
Jean Grimbert (de Villexavier) et sa famille
Lors du vin d'honneur, Jean Grimbert félicité par Claude Belot et Madeleine Perrin
Durant cette cérémonie, Jean Grimbert, âgé de 90 ans, combattant dans un régiment d’artillerie coloniale en Indochine, a reçu la Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs. Cette distinction lui a été remise par Jean-Claude Beaulieu, conseiller général et colonel de réserve.



Ont remis des gerbes Jean-Philippe Aurignac, sous-préfet, le dr Beaulieu, conseiller général, Claude Belot, sénateur maire de Jonzac, Christine Cavaillès, présidente des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation, Michel Galley de l’association des victimes du STO, Jean-Claude Laby de l’Union nationale des combattants. 

• Après l’hécatombe de la guerre 14-18, les peuples sont repartis au combat en 1939. Avec une cruauté telle que la mémoire des Poilus, qui avaient tant souffert, en était bouleversée : à quoi donc avait servi leur sacrifice ? Les archives concernant Hitler sont révélatrices. Une succession d’évènements l’ont porté au pouvoir, lui qui voulait être peintre et avait échoué à l'examen d'entrée de l'Académie des Beaux-Arts de Vienne. L’histoire aurait-elle été différente s’il avait été admis dans cette école ? La question mérite d’être posée. La haine qui l’envahit fut contagieuse. Elle contamina ses compatriotes comme elle se répandit sur des Français soumis au dictat de l’occupant.

• La rafle du Vélodrome d’Hiver : Pour la première fois en France, des femmes et des enfants juifs sont raflés en juillet 1942. Les Juifs arrêtés sont transportés par autobus au Vélodrome d’Hiver ; les célibataires et les couples sans enfant sont conduits au camp de Drancy, puis déportés au camp d'Auschwitz. Les familles sont dirigées dans les camps de transit de Beaune-la-Rolande ou de Pithiviers où elles sont séparées de force dans des conditions atroces avant d'être à leur tour déportées vers Auschwitz. Cette opération entraîna l'arrestation de 13 152 Juifs (4 115 enfants, 2 916 femmes et 1 129 hommes.

• Le programme nazi prévoyait la déportation de 30 000 Juifs de la zone occupée et 10 000 de la zone libre. Le gouvernement français dirigé par Pierre Laval limite les arrestations aux Juifs étrangers ou considérés comme « apatrides ». Adolf Eichmann négocie avec la police française – Jean Leguay, délégué de la police de Vichy en zone occupée et René Bousquet, secrétaire général de la police française – qui accepte de collaborer et d'organiser seule la rafle.

• En 1993, une journée nationale commémorative a été instituée par le président François Mitterrand, mais c’est son successeur Jacques Chirac qui a reconnu, au nom de la République, la complicité de l’appareil de l’État français dans la persécution des Juifs.

• Auschwitz a constitué la plus gigantesque entreprise criminelle de l'histoire de l'humanité. Là, les nazis ont construit la plus scientifique usine d'extermination de tous les temps. Plus de 1 500 000 personnes sont vraisemblablement passées dans le complexe d'Auschwitz (Auschwitz I-Stammlager, Auschwitz II-Birkenau, Auschwitz III-Monowitz et leurs kommandos). Les historiens et les chercheurs ne sont pas d'accord sur le nombre des morts d'Auschwitz. Il semble qu'il a dû être voisin de 1 200 000 .

Montendre : Bernard Lalande
face à un ancien
de la Police nationale !


La vie municipale montendraise connaît actuellement des agitations. En effet, suite à une procédure concernant l'un de ses adjoints, Bernard Lalande, maire de Montendre, a apostrophé par deux fois l’un des nouveaux conseillers de l’opposition, Christian Hamelin. 

Il a le regard bleu et n’entend pas s’en laisser conter. Christian Hamelin serait-il le nouvel « adversaire » de Bernard Lalande, maire et conseiller général socialiste de Montendre ? Et pour cause, la procédure que vient de lancer l’opposition auprès du Tribunal administratif concernant Yves Poujade, maire adjoint, a de quoi contrarier les rangs de la majorité. L’entrée en matière, juste après les élections, est remarquée et tout cela n’est pas du goût du premier magistrat.
Lors d’un récent conseil municipal, il a dénoncé les faits et s’en est pris à Christian Hamelin à qui il a demandé, entre autres, de se présenter. En effet, installé depuis quelques années dans la cité des pins, ce nouveau résident y mène une vie discrète. Sa présence sur la liste « Montendre pour tous », que conduisait Marie Gruel, l’a propulsé sur le devant de la scène. L’intéressé, qui a pas mal bourlingué, n’a pas été intimidé. Cet ancien cadre de la fonction publique a donc révélé son curriculum vitae, Police nationale, etc. « Des personnalités, des ministres, j’en ai côtoyé tout au long de ma carrière ! C’est maintenant du passé » avoue le retraité. Evidemment, que Bernard Lalande ait dans ses rangs un ancien flic peut incommoder cet humaniste qui préférerait avoir une équipe « maîtrisée » ! Opposition y comprise.

James Bond à l'Office ?

Le ton a monté lundi dernier lors de l’assemblée générale de l’Office cantonal de tourisme, actuellement présidé par Micheline Nicolas et Jean-Luc Thébault (depuis le départ de Valérie Caillet Verduzier). Lorsqu’il a été question de renouveler le tiers sortant, Christian Hamelin a levé la main. Cette candidature a provoqué le veto et les commentaires musclés de Bernard Lalande, expliquant à l’assistance - un peu stupéfaite - les vilaines choses que Christian Hamelin voulait faire subir à son ami Poujade. Outre l’action en justice, désormais sous les projecteurs, s’y ajouta un détail croustillant : Christian Hamelin enregistrerait les débats au conseil municipal (à quand les micros ?). Dans ces conditions, accueillir un « James Bond » à l’Office pouvait sembler périlleux…
Suivit un vote où les sept noms, y compris celui de Christian Hamelin, furent validés. On nota une seule abstention, celle de Sylvie Simon. Les recommandations du maire n’avaient-elles pas porté leurs fruits ? Un coup de théâtre intervint deux jours plus tard quand un membre du bureau, Christine Palluat de Besset, absente lors de l’assemblée générale, souligna que ce vote n’était pas conforme. L’une des raisons ? Certains « élus » n’étaient pas à jour de leur cotisation comme le prévoient les statuts.
Christian Hamelin a parfaitement compris qu’on cherchait à l’éjecter du circuit : « Je n’avais pas payé la cotisation car je ne faisais pas partie de l’Office. Désormais, en tant que conseiller municipal, je souhaite m’impliquer dans cette structure. Je vais acquitter la somme que doit verser tout adhérent ».
On en saura plus sur son sort jeudi soir, une réunion extraordinaire étant organisée. Le gardera-t-on ou pas ? Le bureau de l’Office élira son nouveau président le 26 mai prochain. Il est évident que les responsables espèrent que le différend qui oppose Bernard Lalande à Christian Hamelin restera une affaire interne au conseil municipal. A suivre…

La liste conduite par Marie Gruel compte cinq élus au conseil municipal de Montendre. Sur cette photo de groupe, Christian Hamelin est le sixième à partir de la droite.
• Communiqué des élus de la liste « Montendre pour tous », commune de Montendre-Chardes-Vallet où ils expliquent le pourquoi de leur procédure envers un adjoint du conseil municipal de Montendre : 

Vendredi 2 mai 2014, les cinq conseillers municipaux de la liste « Montendre pour tous », opposition municipale de Montendre, ont déposé une requête auprès du tribunal administratif de Poitiers. Cette requête vise à dire le droit au regard d’une compatibilité douteuse entre le mandat d’un conseiller municipal de la commune de Montendre et la profession de cet élu. Il s’agit de Y.P. directeur de l’Etablissement Public Départemental Les 2 Monts qui développe six structures érigées sur deux sites : Montlieu-la-Garde et Montendre. A Montendre, le directeur gère trois établissements médico-sociaux : l’EHPAD les Vacances de la Vie, l’EHPAD spécialisé l’Orangerie et le logement foyer : appartements réservés à des personnes retraitées autonomes (EHPA).
Le moyen invoqué est celui de l’article L 237 du code électoral qui précise : « Les fonctions de conseiller municipal sont incompatibles avec celles de représentant légal des établissements communaux ou intercommunaux mentionné aux 1°, 2° et 3° de l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière (maisons de retraite publiques et hospices publics communaux ou intercommunaux) dans la ou les communes de rattachement de l’établissement où il est affecté ». Tous les éléments constitutifs de cette loi apparaissent rassemblés dans le cas précité. L’intervention du législateur est justifiée relativement aux pressions ou influences possiblement initiées par les directeurs de ces établissements sur les personnes âgées dépendantes physiquement, psychiquement ou moralement notamment lors des consultations électorales mais aussi relativement aux procurations délivrées sans contrôle extérieur. Cette démarche ne vise pas l’individu en tant que tel mais la contradiction entre une règle légale apparemment bafouée depuis deux mandatures et la profession de l’intéressé.
En séance publique du conseil municipal du 28 avril 2014 et avant que les points prévus à l’ordre du jour ne soient examinés, le maire, Bernard Lalande a violemment critiqué notre initiative. Cette démarche de l’opposition municipale n’a qu’un but : celui de faire prévaloir l’expression démocratique et républicaine dans la commune en toute transparence et en porte-parole de nos électeurs.

*La compatibilité n’a pas d’influence sur la possibilité du candidat d’être élu, elle n’empêche pas la personne d’être titulaire du mandat mais impose le choix entre son mandat et la fonction déclarée incompatible par la loi.
Les décisions du juge administratif sont susceptibles d’appel devant le Conseil d’Etat.

Les conseillers de l’opposition municipale « Montendre pour tous », Marie Gruel, Christian Hamelin, Roselyne Joly Lathière, François Xavier Caillet, Janique Criard Héraud.