mardi 17 février 2015

Saintes : Quand Philippe Callaud
joue les trouble-fête à l'assemblée générale
de la caisse locale du Crédit Agricole.

Depuis que le Crédit Agricole a décidé de transférer son siège de Saintes à Lagord, le climat est tendu. Les prises de position des élus sont nombreuses en raison des conséquences que va entraîner ce départ : moins d'emplois sur Saintes, donc moins de retombées économiques, difficultés pour les familles soumises aux déménagements et que deviendront les locaux laissés vacants par la banque ? Toutes ces questions agitent les édiles depuis des mois ainsi que Richard Baron et Lucien Normandin, responsables de l'association de défense l'Aremut, qui ont carrément été exclus du conseil des sociétaires. 
Mardi soir, avait lieu l'assemblée générale de la caisse locale de Saintes au hall Mendès France. On se souvient que l'an dernier, il avait fallu montrer patte blanche pour y entrer. Cette année, Philippe Callaud, conseiller municipal de l'opposition, a créé un certaine animation en présentant sa candidature au mandat d'administrateur. 

Philippe Callaud
Les responsables lui firent remarquer qu'une liste de sept personnes était pré-établie, mais il ne voulut rien entendre, montant sur la scène et détaillant au public ses motivations. Sa candidature "surprise" fut donc acceptée malgré la lettre que lui avait adressée la direction (copie ci-jointe) expliquant clairement pourquoi elle ne pouvait répondre favorablement à sa requête pour avoir critiqué les décisions choisies par la banque de se "délocaliser".
« D'après ce que j'ai compris, j'ai obtenu le plus grand nombre de voix de la salle » souligne Philipe Callaud qui regrette que ses propres résultats n'aient pas été annoncés. Malgré tout, c'est la liste officielle qui a été élue en raison des votes déjà effectués dans les agences que se sont cumulés. Philippe Callaud n'a pu s'empêcher de revenir sur la décision du CA de quitter la cité santone : « c'est un funeste projet » dit-il, reprenant l'expression d'un président départemental, « lequel ne devrait pas s'insérer dans des affaires privées » lui répondit-on. Pour les décideurs, le siège de la banque restera en Poitou-Charentes, c'est là l'essentiel.
On ignore si Philippe Callaud tentera sa chance une nouvelle fois l'an prochain. Après tout, pourquoi pas ?

Courrier adressé par la direction du CA à Philippe Callaud

1 commentaire:

Philippe Dupuy a dit…

Si je comprends bien, on peut être candidat à la condition de la fermer ou de dire "Amen" à toutes les décisions prises par les gens en place ? Drôle de conception du mutualisme