dimanche 11 avril 2010

Charente Maritime :
Pas d’impôt « tempête » en 2010 et pas d’augmentation de la fiscalité en 2011


Expropriations : Le périmètre n'est pas figé…

La possibilité d’une hausse supplémentaire des impôts départementaux de 6%, annoncée la semaine dernière par le Président du Conseil Général, Dominique Bussereau, a été écartée.

Dominique Bussereau aux côtés de Corinne Imbert, conseiller général

Les temps sont durs pour la majorité. Des élections régionales difficiles et puis Xynthia, cette tempête dévastatrice... Lors de sa venue en Vendée et en Charente-Maritime , Nicolas Sarkozy l'avait annoncé : les maisons situées dans les "cuvettes de la mort" seraient détruites afin que de tels drames ne se reproduisent plus. Un périmètre a donc été établi et depuis sa présentation, la colère de personnes concernées est réelle. Un traumatisme pouvait donc en cacher un autre. Nombreux ne comprennent pas pourquoi leurs habitations seront rayées de la carte quand d’autres, situées à quelques encablures, seraient épargnées. Cette réaction est naturelle. Les maisons sont peuplées des choses de la vie, joie et tristesse conjuguées. En détruire les murs, c’est enlever à tout jamais les marques concrètes du "passage". Rompre le lien est forcément douloureux.
Les réactions ont été immédiates. On parle déjà d’actions en justice et certains resteront « malgré les pressions ». Les réunions organisées se sont déroulées dans un climat souvent délétère et l’arrivée du cabinet de Corinne Lepage, l’ex ministre de l’Environnement, a été remarquée. Un avocat est utile pour expliquer quels sont les droits et les marges de manœuvre en pareille circonstance !
Le délicat sujet des expropriations a été abordé par Dominique Bussereau qui ne peut se substituer à l’autorité du Préfet dans ce domaine. Chacun son job ! En améliorant certaines protections (digues), la cartographie pourrait être modifiée. Il agira « sans le klaxonner sur les toits, dans un souci d’efficacité ». Et d’ajouter : « je rends hommage aux maires qui sont à bout de nerfs. Mon rôle est de faciliter le dialogue ». Il recevra les associations et les élus (une fronde s’est constituée autour de Jean-François Faget, maire de Charron qui refuse de signer les arrêtés).


• Pas d’impôt tempête


L’information principale de ce point presse a été le retrait - si l'on peut utiliser ce terme puisqu’il s’agissait d’une éventualité – d’un impôt supplémentaire pour les Charentais Maritimes. « Pour faire face aux dégâts provoqués par la tempête, il nous manquait 11millions d’euros et nous avions envisagé un impôt solidarité. Or, deux éléments nouveaux sont intervenus. Nous pourrons récupérer la TVA sur les travaux dès cette année, soit 3,4 millions d’euros, et nous allons différer des programmes, ouvrages d’art, bâtiments départementaux, permettant une économie de 7,5 millions d’euros ». Un « petit bout d’emprunt » de l’ordre de 2 millions d’euros pourrait s’ajouter aux 85 millions votés en décembre dernier.

• Attentif aux « doléances » des habitants…

En écoutant la "base", Dominique Bussereau démontre qu’il est un élu de terrain. Pour s’être rendu dans les communes sinistrées et y avoir rencontré les victimes de Xynthia, il comprend leur traumatisme, de même qu’il sait les difficultés des citoyens frappés par la crise : « Cet impôt était perçu comme anxiogène » a-t-il déclaré. Il ne sera donc pas appliqué et, autre bonne nouvelle pour les contribuables, « il ne devrait pas y avoir d’augmentation de la fiscalité départementale en 2011 ».
Ces sujets d’actualité, il en sera question lundi, lors de la session du Conseil général qui s’ouvrira à la Rochelle (à ce sujet, en quelle zone a été classée la Maison du Département qui a été inondée ?). L’opposition, dont Bernard Lalande, conseiller général socialiste de Montendre, devrait monter au créneau. « La commune de Montendre a été largement aidée par le Département après la tempête de 1999. A cette époque, son maire était heureux de trouver la solidarité départementale » a souligné Dominique Bussereau. Il entrevoit déjà les attaques dont il va faire l’objet et prépare la riposte…

Dominique Bussereau interviewé par BFM TV

L’info en plus

• Les vertus des marais : La priorité est d’établir un Plan de prévention des risques en Charente-Maritime. Le marais, en jouant son rôle d’éponge, a permis d’éviter des drames. Des aides seront donc apportées pour reconstituer du « vrai marais avec des pelles qui fonctionnent ». Le Conservatoire du Littoral sera associé à ce dossier. Reste à connaître la position de l’UNIMA. De nombreuses terres littorales, en effet, ont été asséchées pour permettre aux agriculteurs de les exploiter.

• Les maisons démolies seront achetées à leur valeur avant tempête (une opportunité puisqu’elles ne valent plus rien et que les assureurs refuseraient tous nouveaux contrats). La situation n’est pas figée et le Préfet est ouvert au dialogue. Les experts pourraient d’ailleurs revenir… Ceci dit, nombreux se demandent pourquoi ce périmètre a été établi si rapidement alors qu’une vaste concertation aurait été nécessaire. On aurait évité les réunions houleuses des jours derniers.

Et la LPO ? Les mauvaises langues accusent les associations écologistes d’en rajouter quant au périmètre défini. Sur ce point, Dominique Bussereau a été clair. Appréciant Alain Bougrain Dubourg, il estime au contraire que la LPO (dont les nouveaux bâtiments ont été inondés à Rochefort) apporte son aide.

1 commentaire:

Unknown a dit…

Bonjour Nicole.

Vous écrivez:
"Ceci dit, nombreux se demandent pourquoi ce périmètre a été établi si vite alors qu’une vaste concertation aurait été nécessaire."

Pour certains, Xinthia est une belle aubaine.

En effet,se réapproprier l'estuaire et les marais de l'estuaire est un objectif comme vous pouvez le constater ici:http://www.cc-estuaire.fr/cce_vie/fr/images/stories/telechargements/CCTPTO.pdf
,Paragraphe 2.1 .

Alors,il faut aller vite pendant que la population ,traumatisée par cet événement, est supposée incapable de réactions.