lundi 18 juin 2018

Voyage de trois mois de l’Ile de Pâques à la Chine : Alain Quella-Villéger dans les pas de l’écrivain Pierre Loti

Emmanuel Macron en visite à Rochefort au musée Pierre Loti

Professeur agrégé d'histoire-géographie, membre de l’Académie de Saintonge, Alain Quella-Villéger vient d’effectuer un voyage de trois mois à la découverte de lieux décrits et dessinés par l’écrivain Pierre Loti. Dans l’interview qui suit, il nous livre les impressions ressenties lors de son périple. 

Historien et spécialiste des récits d'exploration, Alain Quella-Villéger a écrit de nombreux ouvrages concernant cet auteur dont la maison, à Rochefort, a été transformée en musée. Ses restaurations seront financées par un loto du patrimoine lancé par Stéphane Bern, d’où un récent déplacement du Président de la République dans cette demeure d’écrivain.
 

Alain Quella-Villéger répond à nos questions :

L'Ile de Pâques, un lieu énigmatique...
• Spécialiste de Pierre Loti, vous avez entrepris un grand voyage dans les pas de cet auteur célèbre. Quand l'idée vous est-elle venue ?

Je connais déjà des lieux que mentionne Pierre Loti, mais un élément nouveau a permis de compléter l’éventail de mes découvertes. En retraite depuis septembre dernier, donc libre de mon temps, j’ai eu l’idée de retrouver certains endroits de l’hémisphère sud où l’écrivain s’est rendu. Je suis donc parti trois mois, de la mi-février à mai. Ce voyage m’a conduit à Buenos Aires en Argentine, Valparaiso au Chili, la Terre de Feu, le détroit de Magellan, la Patagonie. Alors qu’il est jeune marin, ce sont les premières descriptions de Loti.

Rue Pierre Loti à Valparaiso (© Alain Quella-Villéger)
S’y ajoute l’Ile de Pâques. Mesurant 25 km de longueur, elle est connue pour ses fameuses statues érigées dos à la mer et face aux maisons, en symbole de protection. Selon la tradition, chaque "moai" porte la responsabilité de la partie du monde qu'il regarde. Les premières populations qui ont peuplé l’Ile de Pâques venaient de Polynésie.
Loti a passé plusieurs jours sur cette île. Fasciné par les statues, il a rencontré les habitants, échangé, dessiné. Il a réalisé un travail d’enquête intéressant. La tête Moaï, exposée actuellement au quai Branly à Paris, a été ramenée en 1872 par l'amiral de La Flore. Il commandait la frégate française sur laquelle Pierre Loti s'était embarqué à Valparaiso. Outre l’Ile de Pâques, il a ainsi pu visiter les Marquises et l'archipel de la Société.

Volcan Rano-kau sur l'île de Pâques: dessin de Loti et photo d'aujourd'hui (© Alain Quella-Villéger)

A Tahiti, l’intérêt était d’aller jusqu’à la cascade Fautaua. Sur place, j’ai rencontré Daniel Margueron, spécialiste de Loti, ainsi que des chercheurs. Il est très précieux d’aller sur le terrain, on prend conscience de beaucoup de choses ! A Papeete, un buste de Loti, inauguré en 1934, a été réparé et réaménagé. La présence de ce buste est contestée par des représentants de la littérature polynésienne qui estiment que cet écrivain incarne la présence coloniale.

Cascade de la Fautaua, Tahiti (souvent citée dans Le Mariage de Loti)
(© Alain Quella-Villéger)
Boutique tahitienne à Papeete
(© Alain Quella-Villéger)
Ensuite, je suis passé par Sydney en Australie où sont conduits des travaux universitaires sur Loti. Au Japon, à Nagasaki, j’ai donné une conférence. Afin de compléter mes recherches à Kyoto, j’ai cherché à identifier les temples que Loti mentionne dans cette ville. Il y a en un qui me pose problème !

Le monument dédié à Loti à Nagasaki (parc de Suwa)
(© Alain Quella-Villéger)
L’escale suivante était en Chine. J’ai animé des conférences à Shanghai, ville hors du circuit de Loti. Par contre, il était à Pékin durant la révolte des boxers. Ayant déjà visité cette cité, j’ai préféré découvrir une partie du territoire qui m’était inconnue. 

• Comment organise-t-on un tel voyage ?

Des regroupements de compagnies aériennes proposent des billets "Tour du monde". Oneworld® de British Airways fournit presque 1000 destinations dans plus de 150 pays. Air France, quant à elle, dessert l’hémisphère nord. Tout est une question d’organisation. J’ai l’habitude de voyager et j’ai appris à me débrouiller, même si la Chine est un peu plus compliquée ! Ce voyage de trois mois m’a enthousiasmé, le détroit de Magellan, l’île de Pâques, ces lieux en bordure du monde qui ont suscité la curiosité de Loti…

Détroit de Magellan : le site de Puerto de Hambre décrit par Julien Viaud (Pierre Loti) en 1871 ("Port-Famine")
(© Alain Quella-Villéger)
• Y avez-vous retrouvé des ambiances, des sensations décrites par Pierre Loti dans ses écrits ?

Cent ans après, les choses ont changé, mais quand on fait la part de choses, on partage tout ce qui est dit. Même si Valparaiso a été détruite par un tremblement en 1906 et si l’Ile de Pâques a évolué, ce sont des lieux forts. Idem à Tahiti à la cascade Fautaua qui se trouve en pleine forêt. Il faut deux heures de marche pour s’y rendre par un sentier. On y retrouve le paysage, les odeurs, les bruits, le chant de oiseaux. Le visiteur entre dans l’univers que Pierre Loti a connu.

• Ce voyage pourrait-il vous inspirer un futur ouvrage ?


En tant que tel, non et j’ai déjà écrit sur certains des lieux que Loti a visités. En revanche, le travail documentaire est captivant au Japon, en Chine, à Tahiti. Par des enquêtes sur le terrain et des interviews, je me transforme en reporter, c’est mon côté « Tintin » !

• Aujourd’hui, Loti est-il toujours aussi fascinant ?

Oui, nous sommes nombreux à être "bluffés" par sa vie extraordinaire. Il suscite toujours des réactions. Certains voyages qu’il a entrepris étaient difficiles à son époque et le sont encore. La traversée du Sinaï, par exemple, n’est plus possible.
Loti souffrait d’une instabilité notoire qui l’entraînait à bouger sans cesse. Pour lui, la sédentarité était impossible, il aimait vivre des vies différentes et sa vie sentimentale le prouve. Ses nombreux voyages relèvent du même principe, il avait peur de l’ennui et était curieux de tout. Il changeait d’identité, de costume.
Loti fut un goinfre et un gouffre : cette expression résume tout. Goinfre dans la jouissance, gouffre dans l’angoisse, la dépression…

A Papeete, Alain Quella-Villéger a été interviewé sur Pierre Loti par Tahiti Infos
• La semaine dernière, le président de la République, Emmanuel Macron, a visité la maison de Pierre Loti à Rochefort dont les restaurations vont bénéficier d’un loto du patrimoine. Comment s’est déroulée la visite ?

Au-delà de l’aspect protocolaire, c’était une visite très utile qui a duré une bonne heure. Emmanuel Macron et Françoise Nyssen, ministre de la Culture, ne connaissaient pas ce musée qu’ils ont découvert dans son état actuel, sobre et déshabillé. Le Président a posé de nombreuses questions. Attentif aux explications de Claude Stéfani, conservateur des musées de Rochefort, et de moi-même, il s’est attardé en plusieurs endroits et les échanges ont été denses avec ses interlocuteurs. Le montant de la restauration de la Maison Loti se situe entre 7 et 12 millions d’euros selon ce qui sera décidé. Certaines rénovations peuvent être très élevées et des choix seront à faire.
La Maison Pierre Loti figure parmi les 18 sites emblématiques retenus pour le loto du patrimoine.

Emmanuel Macron découvre la maison Pierre Loti aux côtés de MM. Stéfani et Quella-Villéger (© journal Sud-Ouest J.C. Sounalet)
Comment se portent les éditions du Carrelet dont vous êtes créateur ?

Elles suivent leur cours et je pense qu’elles essaient de faire un bon travail. Deux livres viennent de sortir en co-édition, ce qui est un moyen de partager l’investissement et d’avoir une meilleure distribution. Il s’agit de « Loti en Amérique » et d’une traduction d’un écrivain finlandais Göran Schildt. « Loti et Oléron » devrait être publié en 2019.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• Quelques informations sur le loto du patrimoine : 
comment ça marche ?

Fabriqués dans un site ultrasécurisé à Détroit aux États-Unis, les 12 millions de tickets à gratter du loto du patrimoine seront mis en vente le 3 septembre prochain dans un peu plus de 30.800 points de vente. 

lls seront vendus au prix de quinze euros. Leurs acquéreurs pourront espérer gagner jusqu'à 1,5 million d'euros. Pour cela, il faudra gratter les 4 des 18 monuments sélectionnés qui figurent sur chaque ticket. « Parmi les 12 millions de tickets, se cachent 6 gros lots à 1,5 million d'euros, 8 à 150.000 euros et une multitude de lots inférieurs. Au bout du compte, chaque acheteur a environ une 1 chance sur 3 d'empocher un gain d'au moins 15 euros » soulignent les responsables.
Pour chaque ticket, 1,52 euro sera reversé à la Fondation du Patrimoine. Un loto exceptionnel sera par ailleurs organisé le vendredi 14 septembre avec un gain de 13 millions d'euros à l'occasion du week-end des Journées du Patrimoine.

Aucun commentaire: