mercredi 12 mai 2021

Mortagne : déambulations artistiques les 22, 23 et 24 mai

A Mortagne-sur-Gironde, des ateliers d'artistes s'ouvrent au public durant le week-end de la Pentecôte les 22, 23 et 24 mai. Au programme, visite des ateliers (céramiste, plasticien, sculpteur, photographes), expositions d'invités, animations ponctuelles sur le trajet entre deux ateliers : chansons, lectures. A noter sur vos tablettes !


Saintes : Découvrez le grand musée de L'Escorial avec les Amis de Saintes

Avec le déconfinement proche, les Amis des Musées de Saintes sont de retour ! En partenariat avec le Gallia, l'association propose une conférence vendredi 21 mai à 14 h 30 dont le thème sera "L'Escorial, création unique des Habsbourg". Fabrice Conan viendra nous raconter l'histoire et nous détailler toutes les richesses artistiques de ce palais devenu musée, situé près de Madrid.

• Pour plus de confort, cette conférence se tiendra dans la grande salle du Gallia.

Saintes : Daniel Dartigolles, tête de liste aux Régionales pour la Charente-Maritime

Conduisant la liste "Charente-Maritime" aux Régionales de Nouvelle-Aquitaine dans le sillon de Geneviève Darrieussecq, Daniel Dartigolles était à Saintes récemment aux côtés de Maryline Cheminade, première adjointe UDI au maire de Saintes, Bruno Drapron. Elle sera en seconde position.

Daniel Dartigolles conduire la liste Charente-Maritime aux Régionales. Maryline Cheminade sera en seconde position. Bruno Drapron, actuel maire de Saintes,
ne se représente pas aux Régionales

Daniel Dartigolles, directeur territorial de Pôle Emploi de Charente et Charente-Maritime (en poste à Jonzac de 2000 à 2002), est candidat aux Régionales des dimanches 20 et 27 juin prochains. Le challenge est de taille : l’objectif est de mobiliser les électeurs face à un poids lourd de la politique, le socialiste Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine depuis 2016 et président de la région Aquitaine de 1998 à 2015. A l’occasion de ce scrutin, la République en Marche a déployé les grands moyens puisque c’est à Geneviève Darrieusceq, ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, qu’elle a confié le soin de conduire les opérations en Nouvelle-Aquitaine (avec ses partenaires que sont le Modem, Territoires de progrès, Agir et le Parti Radical). C’est précisément sa rencontre avec cette personnalité bien connue à Mont de Marsan - dont elle a été maire - qui a motivé Daniel Dartigolles (Modem) à s’engager à ses côtés. « Elle réunit de nombreuses qualités, la proximité, le progrès, le pragmatisme. Elle est attentive aux autres, sincère et efficace ». 

Durant cette campagne, de nombreux sujets seront au programme. Daniel Dartigolles se rend donc sur le terrain, ouvrant le dialogue avec celles et ceux qui agissent et s’investissent. En cette période de Covid, l’étape incontournable à Saintes était le centre de vaccination, situé au Hall Mendès France, où il a été reçu par Sophie Cagigal del Solar, responsable du site. Le centre de vaccination est le fruit d’une collaboration réussie entre la Ville, la Croix-Rouge, l’Agence régionale de santé, les médecins (dont le dr François Ehlinger, chef de centre) et les infirmières. Certains d’entre eux étaient à la retraite et ont repris du service. Depuis son ouverture, près de 15 000 doses ont été délivrées et le rythme des vaccinations s’accroît (rendez-vous résultant de Doctolib, des services de ville et de la CDA). Ouvert du lundi au vendredi, il reçoit la population de Saintes et ses environs. Après avoir démarré avec 100 à 150 vaccinations par jour, le nombre est passé à 450 et devrait atteindre les 800 en juin. L’important, comme l’a souligné le Gouvernement, est qu’un maximum de personnes soient protégées afin que cette épidémie puisse être maitrisée. 

Outre le Covid qui occupe une large part des préoccupations puisqu’il rejaillit sur la vie économique, seront abordés différents volets dont la santé (déserts médicaux, télémédecine), l’éducation (la Région a en charge les lycées), la formation professionnelle, l’emploi des jeunes, la mobilité, les transports, le désenclavement, la réduction de la fracture territoriale, l’aide à la ruralité, etc. « Nous souhaitons être proches des communes qui ont besoin de nous. Ce sont elles qui dynamisent le territoire » souligne Daniel Dartigolles favorable à un lien étroit avec les acteurs locaux. On ne gère bien que de près, dit-on… et la Nouvelle-Aquitaine est si vaste !

Régionales/Les candidats déclarés

• Le président socialiste Alain Rousset brigue un nouveau mandat. Son vice-président, l’écologiste Nicolas Thierry, fait bande à part en conduisant les Verts. La République en Marche mise sur la ministre déléguée aux Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq (Modem), ancienne conseillère régionale d'Aquitaine entre 2004 et 2015. Du côté des Républicains, c’est Nicolas Florian qui a été investi. Le Rassemblement National a désigné Edwige Diaz, conseillère régionale d'opposition, et La France Insoumise Clémence Guetté. Guillaume Perchet représentera Lutte Ouvrière. Enfin, Eddie Puyjalon, conseiller régional sortant, proche de Jean Lasalle, sera le chef de file du Mouvement de la Ruralité (soutenu par Résistons).

Saintes/Elections : La Ville cherche des assesseurs

• ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES ET RÉGIONALES 

Les dimanches 20 et 27 juin 2021, auront lieu les élections départementales et régionales. La Ville de Saintes lance un appel au volontariat pour occuper un poste d’assesseur bénévole


 Les missions : contrôler et faire signer la liste d'émargement, suppléer ou assister le président et procéder au contrôle d'identité des électeurs et des procurations, participer à la clôture du scrutin et au dépouillement des votes.

Une seule condition : être inscrit sur la liste électorale de Saintes

Une réunion d’information et de formation à l’attention des membres du bureau de vote aura lieu le vendredi 15 juin.

La Municipalité dédie également des créneaux de vaccination pour les bénévoles le souhaitant.

👉 Vous êtes intéressés ?

Inscrivez-vous par mail à l'adresse : assesseurs@ville-saintes.fr

➕ d'infos : https://www.ville-saintes.fr/actualite/elections-departementales- regionales-2021/

Covid-19/Guadeloupe : Quinze professionnels de santé de Nouvelle-Aquitaine partis renforcer les équipes du CHU de Pointe-à-Pitre

Compte tenu de la forte tension sur l’offre de soins en Guadeloupe et de l’ampleur de la troisième vague dans ce territoire, le Ministère des Solidarités et de la Santé a sollicité l’ARS Nouvelle-Aquitaine pour qu’elle organise rapidement la solidarité entre professionnels de santé, dans le cadre du dispositif Renfort RH Crise, afin de maintenir les capacités d’hospitalisation en soins critiques de patients Covid-19.

• La Guadeloupe : un territoire sous tension

Le territoire guadeloupéen a activé l’ensemble des leviers disponibles sur l’île pour augmenter les capacités en réanimation et en soins critiques, mais le besoin en renfort RH venant de la Métropole s’est révélé urgent. La mobilisation des professionnels est désormais cruciale pour la prise en charge des patients atteints du Covid-19, mais aussi de tous les autres patients et permettre aussi un roulement des équipes hospitalières afin qu’elles puissent prendre du repos.

La solidarité entre soignants

L’ARS Nouvelle-Aquitaine et les équipes des établissements de santé s’étaient déjà fortement mobilisées  pour organiser le transfert de patients de régions sous tension, puisque 110 personnes ont été prises en charge depuis le mois de novembre 2020. De même, au cours de la première vague, 260 professionnels de santé néo-aquitains, exerçant dans des établissements publics ou privés,  se sont portés volontaires pour aller aider leur homologues de régions plus impactées (Ile-de-France et Grand-Est).

Ce nouvel appel à la solidarité entre soignants a été entendu. Quinze professionnels de santé se sont portés volontaires pour aller renforcer les équipes du CHU de Pointe-à-Pitre et sont déjà sur place : 4 internes d’anesthésie- réanimation du CHU de Bordeaux ; 4 infirmiers des Centres hospitaliers de Pau et de Bayonne-Côte basque ; 3 infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux et du CHU de Poitiers et 4 aides-soignantes des Centres hospitaliers de Pau et de Bayonne-Côte Basque et du CHU de Poitiers,

La durée estimée de leur mission est de 15 jours. Ces établissements qui se sont mobilisés pour faciliter le départ de leur personnel dans des délais rapides ont aussi accueilli récemment des patients d’Ile-de-France.

Benoît Elleboode, Directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine tient à remercier très chaleureusement ces établissements et ces professionnels pour leur solidarité et leur engagement sans faille dans la lutte contre la pandémie, qui dure depuis plus d’un an maintenant. 

lundi 10 mai 2021

Accélérer encore la vaccination et favoriser le dépistage : mobilisation générale des acteurs en Nouvelle-Aquitaine

Communiqué de l'ARS :

Centre de vaccination de Jonzac ouvert pour l'Ascension, samedi 15 et dimanche 16 mai

Pour accompagner au mieux et sécuriser le calendrier de réouverture annoncé par le président de la République et en prévision des week-ends prolongés à venir, synonymes de déplacements et de retrouvailles, le ministère des Solidarités et de la Santé lance une vaste opération de mobilisation. Deux objectifs : accélérer la campagne de vaccination tout en incitant les Français à se faire dépister avant de retrouver leurs proches. En Nouvelle-Aquitaine, grâce à l’engagement des délégations départementales ARS, en lien avec les Préfectures et les collectivités et à la mobilisation des acteurs de terrain, des opérations vont permettre d’accélérer encore la vaccination, avec également des actions ciblées en direction des publics précaires. Un accès facilité au dépistage va également être mis en œuvre dans la perspective du week-end de l’Ascension.

> De nouvelles actions pour accélérer encore la vaccination

 Il s’agit d’adapter le dispositif à la semaine du 10 mai en proposant des opérations renforcées sur les 3 premiers jours de la semaine et en maintenant un accès à la vaccination, malgré le pont de l’Ascension, au travers de l’ouverture d’un maximum de centres de vaccination et de la mobilisation des professionnels de santé libéraux, qui disposeront cette semaine de livraison de doses (Astra Zeneca et Janssen).

Plusieurs dispositifs ont d’ores et déjà été programmés sur les 12 départements de la région, comme par exemple :

- Renforcement des capacités des centres, horaires d’ouverture élargis, opérations «coup de poing» :

- Corrèze : organisation d’une soirée vaccination à Tulle (18h-22h) et renforcement des capacités des centres (plus de 3 000 rendez-vous supplémentaires Pfizer et Moderna),

- Creuse : ouverture du centre de vaccination de Guéret jusqu’à 21 heures et opération « coup de poing /sans rendez-vous » au centre de vaccination de Sainte Feyre le samedi 15 mai,

- Lot-et-Garonne : ouverture de  chaque centre de vaccination pour   au moins une nocturne  de 18h00 – 21h00  (Villeneuve-sur-Lot : lundi 10 mai, Marmande : mardi 11 mai et jeudi 13 mai,  Agen et Nérac : mercredi 12 mai) et des « opérations coup de poing » portées par le SDIS à Castillonnès (samedi 15 mai) et à Tournon d’Agenais (dimanche 16 mai).

- Landes : 11 sites de Maisons de santé pluri-professionnelles (MSP) seront mobilisés cette semaine pour des opérations de vaccination avec Moderna (Labrit, Samadet, Roquefort, Labouheyre, Aire, Castets, Dax Aspremont, Hagetmau, Pissos, Gabarret) et le Cabinet Voissard à Mont-de-Marsan et une « opération flash » sera réalisée dans la Communauté de Communes du Pays d’Orthe et Arrigans, dépourvue de centre de vaccination (mardi 11 et mercredi 12 mai avec l’intervention du centre mobile de vaccination tenu par la CPAM),

- Gironde : dans les centres de vaccination de Lacanau et Arcachon, des créneaux de vaccination Astra Zeneca seront proposés pendant toute la semaine (primo injection) et une augmentation des dotations du centre de vaccination d’Arcachon est prévue

•  Ouverture des centres de vaccination les jours fériés et les jours de week-end, notamment sur les sites touristiques et les plus grands centres de vaccination :

- Charente : 6 centres de vaccinations seront ouverts le jeudi de l’Ascension (La Couronne, Portes du Périgord, centre hospitalier de Ruffec, centre hospitalier d’Angoulême, Lunesse-Angoulême, centre hospitalier de Cognac), ainsi que le samedi 15 (La Couronne, centre hospitalier d’Angoulême, centre hospitalier de Cognac, Montmoreau, Terres de Haute Charente, Jarnac), et le dimanche 16 : le centre hospitalier d’Angoulême,

- Charente-Maritime : 5 centres de vaccination seront ouverts le jeudi de l’ascension (la Rochelle, l’Ile de Ré, Royan, Jonzac et Montlieu). Ces centres ouvriront aussi le samedi 15 mai et 4 d’entre eux ouvriront le dimanche 16 mai (Royan, Jonzac, Montlieu, La Rochelle),

Corrèze : sur ce long week-end, 16 centres seront ouverts dont 5 centres le jeudi de l’Ascension (Objat, Argentat, Uzerche, Meymac, Ussel),

- Creuse : ouverture du centre de vaccination de Sainte Feyre le jeudi 13 mai et organisation d’une opération « coup de poing /sans rendez-vous » le samedi 15 mai,

- Dordogne : 7 centres ouverts le jeudi 13 mai (Périgueux, Bergerac, Sarlat, Ribérac, Nontron, Excideuil, Vauclaire), tous les centres ouverts le samedi 15 mai (sauf John Bost, Madeleine, Pasteur), 4 centres ouverts le dimanche 16 mai (Périgueux, Sarlat, Ribérac, Vauclaire) et le centre de Saint Astier sera ouvert en soirée jusqu’à 20h (10 et 11 mai).

- Gironde : La grande majorité des centres de vaccination restent ouverts au cours du week-end avec notamment celui du mégacentre de Bordeaux-lac,

- Landes : tous les centres vaccineront le jeudi de l’Ascension et le vendredi, quasiment tous seront ouverts le samedi et le centre de Capbreton sera ouvert le dimanche,

- Lot-et-Garonne : 4 centres de vaccination (Marmande, Villeneuve-sur-Lot, Nérac et Agen) seront ouverts 6 jours sur 7,

- Pyrénées-Atlantiques : livraison de doses supplémentaires permettant d’ouvrir pour le département 2600 rendez-vous supplémentaires pour les centres de vaccination volontaires et une opération « aller vers » à St Jean-de-Luz,

- Deux-Sèvres : en plus des ouvertures déjà prévues sur plusieurs centres, 1 500 créneaux supplémentaires seront proposés par la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé du Niortais à l’espace Noron de Niort. Ces créneaux supplémentaires seront proposés le jeudi de l’Ascension et durant le week-end,

- Vienne : plusieurs centres seront ouverts pendant le week-end de l’Ascension, le jeudi 13 mai (polyclinique de Poitiers, clinique de Châtellerault, centre de Civray, centre de Lusignan et  mégacentre de Poitiers), le vendredi 14 mai (CHU site de Loudun et de Montmorillon, clinique de Châtellerault, centre de Civray et mégacentre de Poitiers), le samedi 15 mai (polyclinique de Poitiers, clinique de Châtellerault, centre de Lusignan, mégacentre de Poitiers) et le dimanche 16 mai (clinique de Châtellerault et mégacentre de Poitiers).

- Haute-Vienne : ouverture à Limoges d’un centre éphémère de vaccination les 13, 14 et 15 mai en partenariat avec la ville de Limoges et d’un centre de vaccination avec le SDIS dans un quartier prioritaire opérationnel dès le jeudi 13 mai, y compris durant le week-end de l’Ascension, avec un rythme de démarrage de 180 injections/jour.

• Opérations en direction des publics précaires, plusieurs opérations sont en cours d’organisation :

 - Charente : plusieurs opérations sont en cours d’organisation en lien avec les Permanences d’accès aux soins de santé (PASS) et le centre de vaccination départemental,

- Dordogne : demande d’attribution de  doses de Janssen afin de proposer, avec l’appui des PASS de Périgueux, Bergerac et Sarlat une vaccination aux personnes en situation de précarité les plus éloignées des préoccupations de santé,

- Gironde : opération vaccination des publics précaires (maisons relais, pensions de famille, appartements de coordination thérapeutique – ACT, gens du voyage).

- Vienne : mise en œuvre d'une opération vers les publics précaires accompagnés par la PASS du CHU de Poitiers et construction en cours d'une opération vers les publics précaires accompagnés en Lits halte soins santé (LHSS),

- Haute-Vienne : des opérations de vaccination à destination des publics précaires via le dispensaire de l’ordre de Malte et l’association ARSL, gestionnaire des Lits Halte Soins Santé (LHSS), vont être également initiées à partir de cette semaine avec 400 doses.

> Un accès au dépistage facilité 

Les laboratoires d’analyses médicales et les pharmacies sont pleinement engagés et mettrons tout en œuvre pour assurer un volume important de tests durant toute la semaine de l’Ascension (du 10 au 16 mai). Les dépistages sont conseillés prioritairement du lundi au mercredi, avant le pont de l’Ascension, mais aussi au retour de ce pont, même quand on est asymptomatique.

Des opérations sont en cours d’organisation sur l’ensemble du territoire de Nouvelle-Aquitaine avec notamment une mobilisation des équipes de médiateurs Lutte Anti-Covid (LAC) financés par l’ARS. Sont notamment prévus :

- Charente

Dépistage en lien avec l’éducation nationale et les laboratoires d’analyse médicale pour les professionnels et les jeunes des établissements scolaires : mardi 11 mai au collège Claude Boucher de Cognac et dans les écoles élémentaires et maternelles Alain Fournier d’Angoulême,

Opération de présentation et de distribution des autotests par les médiateurs LAC de la Croix Rouge mercredi 12 mai (15h-19h) sur le parvis de la gare d’Angoulême,

 - Dordogne :

Des opérations de prévention et sensibilisation sont prévues cette semaine du 10 mai sur les territoires de Bergerac, Issigeac, Sarlat, Périgueux et Ribérac avec un accent le mercredi du départ et le dimanche pour le retour sur les territoires de proximité. Ces actions seront réalisées en partenariat entre les animatrices de santé des centres hospitaliers, les médiateurs LAC, la protection civile et la CPAM (à confirmer),

- Gironde :

Ouverture des centres de dépistage : Bordeaux Mably (jeudi 13 mai), Hall des Chartrons (vendredi 14 mai), Aéroport de Mérignac (pendant tout le pont), Ambarès-et-Lagrave (vendredi 14 Mai), Libourne (vendredi 14 mai),

Des centres temporaires de dépistage sont prévus à Lanton (mercredi 12 mai), Montalivet et Carcan (vendredi 14 mai), Lacanau (samedi 15 mai), 

 - Landes :

 Des opérations de prévention, de sensibilisation, ainsi que de dépistage à l’aide de tests antigéniques dans les marchés (mardi 11 mai à Tarnos, mercredi 12 à Peyrehorade, vendredi 14 à Saint-Vincent-de-Paul et à Mimizan, samedi 15 à Tyrosse), dans les campings (jeudi 13 mai au camping Naturéo de Seignosse et au camping de l’Arbre d’Or à Parentis) et sur l’aire d’autoroute de l’A63 de Saugnac-et-Muret, organisées par les équipes de médiateurs LAC (lutte anti-covid),

 - Lot et Garonne :

Des opérations ciblées de dépistage  sont prévues dans les gares de Marmande le mercredi 12 mai de 15h à 19h (avec le SDIS et les médiateurs LAC du SDIS) et d’Agen le dimanche 16 mai de 15h à 19h (avec les médiateurs LAC du SDIS),

 - Deux-Sèvres :

Une opération de dépistage est organisée samedi 15 mai par les médiateurs LAC sur l’aire d’autoroute les Ruralies (A10) (10h à 16h).

> Elargissement de la cible vaccinale

 Suite aux annonces du Président de la République du 6 mai, la cible vaccinale est élargie aux publics suivants :

· Aux personnes de 50 ans et plus, qui peuvent se faire vacciner à compter de ce jour (sur rendez-vous),

· Aux  personnes âgées de 16 et 17 ans atteintes de pathologies à très haut risque de forme grave de Covid-19.

A noter : Tous les majeurs auront la possibilité de prendre rendez-vous pour se faire vacciner, en cas de doses non-utilisées le lendemain (créneaux de RDV disponibles), dès le 12 mai.


Abbaye de Trizay : Expo d’art contemporain, Fête des métiers d’art, Rallye aventure, Rencontres médiévales "Architecture et décor des monastères médiévaux en Aquitaine"

Le renouveau du prieuré de Trizay, édifié au XIe siècle, relève du miracle. D’aucuns se souviennent de l’ancienne cour de ferme, des hangars et d’une salle capitulaire transformée en grange. Créée sur les chemins de Saint-Jacques à une époque où les routes étaient incertaines, cette étape n’était plus qu’une histoire ancienne que les siècles avaient transformée en propriété agricole. Dans les années 1990, un homme s’émut de la situation. Michel Doublet, maire de Trizay, prit alors son bâton de pèlerin pour rendre à ce patrimoine en ruine sa dimension spirituelle et culturelle oubliée. La démarche était ardue mais l’élu, opiniâtre, parvint à concrétiser son projet. 

Sculptures à découvrir dans les jardins de l'abbaye : œuvre d'André Bémant et statue de G. Charpentier

Plusieurs décennies se sont écoulées. Désormais, ce patrimoine, qui figure parmi les fleurons de l’art roman saintongeais, est sauvé des menaces qui pesaient sur lui et des animations y sont organisées. Le site abrite des expositions d'art contemporain.

Les rendez-vous de mai 2021

• Première exposition du centre d'art contemporain « Etre(s) sensible(s) » dans le cadre de GR 2021. 

Grâce aux collections du Fonds Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes, sept abbayes du réseau Abbatia accueillent des expositions d’œuvres d’art contemporain en lien avec l’histoire du site (Trizay, Saintes, Fontdouce à Saint-Bris des Bois, Saint-Amant de Boixe, Celles-sur Belle, Charroux, Saint Savin sur Gartempe). Au total, les œuvres de 58 artistes seront exposées. Infos sur le site d’Abbatia : www.abbatia.eu

A Trizay, faisant la part belle à l’abstraction picturale et aux paysages photographiques éthérés, le choix d’œuvres ambitionne de restituer la sérénité des lieux propices à la réflexion et à la méditation. Entre quête spirituelle et éveil des sens, l’exposition met en lumière la diversité de nos états d’âmes.

Avec les œuvres de : Claire Aumaître, Martin Barré, Michel Blazy, Katinka Bock, Henry Callahan, Jean Degottex, Marc Deneyer, Simon Hantaï, Florence Henri, Mariusz Hermanowicz, Sara Holt, Georges Jeanclos, Chrystèle Lerisse, Tania Mouraud, Bernard Piffaretti, Emmanuelle Villard.

• Tarif : 5 €/personne en visite libre avec l’abbaye. Gratuit - 12 ans. Port du masque nécessaire. Expo visible à partir du 19 mai tous les jours à partir de l’autorisation de réouverture de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h jusqu’au 29 juin. Renseignement : 05 46 82 34 25 - www.abbayedetrizay17.fr

Trizay : les derviches tourneurs de Michel Blazy

Collections à découvrir également à l'abbaye aux dames de Saintes et l'abbaye de Fontdouce

• Fête des métiers d'art « Entre traditions et innovations »

Sous réserve d’autorisation préfectorale. Animation le dimanche 16 mai de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h.

Démonstration de savoir-faire d’artisans d’art.

Les spécialités : Broderie d’or, calligraphie/enluminure, dentellière, ébéniste, filage de verre (bijoux), potière, taille et gravure sur pierre, tisserande, vannier, vitrail.

Tarif : 5 €/personne (prix d’entrée abbaye). Gratuit -12 ans. Port du masque nécessaire. Renseignement : 05 46 82 34 25 - www.abbayedetrizay17.fr

• Rallye aventure "Kayak et abbaye"

Samedi 22 mai : De 13 h 30 à 17 h venez vivre une expérience unique, sportive, nature et historique !

Partez à la rencontre de la Vallée de l’Arnoult en kayak entre amis ou en famille tout en résolvant les énigmes du rallye. Vous y découvrirez la richesse de ce que l’on nomme le « petit patrimoine », ses paysages naturels, sa faune et sa flore, son canal, ses maraîchages, ses écluses, comprendre pourquoi l’abbaye s’est installée à cet endroit au Moyen âge, l’utilisation de ce cours d’eau au fil du temps.

Une dégustation de produits du terroir, dont les légumes de la vallée maraîchère de l’Arnoult, sera proposée à l’abbaye. Circuit 4 km aller retour. Sur réservation. 8 participants minimum, 15 maximum. Durée : environ 3 h.

• Tarif : adultes (à partir de 12 ans) : 24€/personne ; enfant (à partir de 6 ans, jusqu’à 12 ans sous la responsabilité des parents) : 12,50€/personne. Renseignement : 05 46 82 34 25 - www.abbayedetrizay17.fr

• Rencontres médiévales de Trizay : "Architecture et décor des monastères médiévaux en Aquitaine"

Sous réserve d’autorisation préfectorale samedi 29 mai, conférences grand public par des spécialistes du Moyen Age.

Sous la présidence d’Eliane Vergnolle et la coordination scientifique de Christian Gensbeitel, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne, dans le cadre du programme de recherches « Monasticon Aquitania » et en partenariat avec le réseau « Abbatia »

Sur inscription. Limité à 60 personnes.

Tarifs : 15 €/la journée et 12 € la demi-journée. Gratuit pour les étudiants, les guides conférenciers agréés. Sur présentation d’un justificatif. 

Port du masque nécessaire - 05 46 82 34 25 - www.abbayedetrizay17.fr

• L'info en plus 

• Le bourg actuel de Trizay date du XIXe siècle. Il a été construit autour de l’église qui remonte à cette même époque. D‘après les fouilles qui ont été faites, le village primitif se trouvait aux alentours du prieuré. A la fin du XXe siècle, la commune s’est beaucoup développée et le nombre d’habitants a largement progressé. S’il est un exemple de maîtrise de sa modernisation par un village charentais, Trizay pourrait en être le modèle. Situé à quelques kilomètres de Rochefort et depuis longtemps spécialisé dans le maraîchage, cette commune s’est profondément transformée depuis la fin des années 70 tout en conservant son identité.

• Les vitraux créés par l’artiste Richard Texier à l'abbaye de Trizay ont été réalisés par l’atelier Duchemin. Ces « rayons de soleil » donnent à l’ancien prieuré une dimension spirituelle retrouvée grâce aux efforts conjugués des collectivités, de la fondation Gaz de France et surtout du sénateur Doublet, que ses amis ont baptisé « l’abbé de Trizay » ! L’iconographie de ces « joyaux de verre », qui s’inspire de la Renaissance, met en scène l’homme, le ciel, la terre et les astres. 

• Le prieuré Saint-Jean-l'Évangéliste de Trizay, est un ancien prieuré bénédictin fondé au XIe siècle, dépendance de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Il est classé monument historique. « Traditionnellement appelé "abbaye de Trizay", il faut prendre garde de ne pas confondre cet ensemble avec les restes de l'abbaye de Trizay, une ancienne abbaye cistercienne transformée en exploitation agricole située en Vendée sur la commune de Bournezeau » soulignent les historiens.

Abbaye de Trizay : « Le chemin le plus court d’un homme à un autre, c’est l’art » (André Malraux)

GR 2021 : Exposition pour les curieux d’art contemporain et de patrimoine dans sept abbayes de la Nouvelle-Aquitaine

Prieuré de Trizay (non loin de Beurlay)

Prieuré de Trizay. Il en a fallu du courage et de la volonté pour tirer ce patrimoine remarquable de sa léthargie. Devenu exploitation agricole après la Révolution, l’ensemble avait perdu sa vocation première. La salle capitulaire et le réfectoire semblaient s’être endormis, livrés aux aléas de l'histoire. Tiré de l’oubli dans les années 1990 par le Conseil Général et le sénateur maire de l’époque, Michel Doublet, le site abrite aujourd’hui un centre d'art contemporain où sont organisées de nombreuses expositions. A partir du 19 mai prochain, un grand rendez-vous attend le public. Baptisé GR 2021, il lancera la saison culturelle. Outre Trizay, six autres abbayes de Nouvelle-Aquitaine réserveront des surprises. A ne pas manquer !

Au fil des ans, le prieuré qu’on appelle « abbaye de Trizay » vit une renaissance éclatante. Il se révèle à travers des restaurations et des aménagements dont un jardin médiéval, que les dernières pluies ont habillé d’un vert soutenu, et d’une boutique que les visiteurs ont plaisir à découvrir. Les "classiques" du lieu, quant à eux, traversent le temps, figés dans une pierre calcaire travaillée et sculptée : l’immense réfectoire, le cloître, l’église romane entrouverte aux éléments tel un bénitier, les grandes salles qu’ornent des fresques médiévales. 

Chaque année, Trizay propose des rendez-vous que la crise sanitaire a malheureusement bouleversés. « Nous travaillons depuis des mois à la mise en place d’une grande exposition consacrée à l’art contemporain dans la Région » déclare Véronique Bergonzoni, responsable du site. Finalisée, elle accueillera les visiteurs à partir du 19 mai, date à laquelle le déconfinement offrira des libertés nouvelles. « Né de la collaboration entre Abbatia, le réseau d’abbayes de Nouvelle-Aquitaine, et le Fonds Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes, l’expo-évènement GR 2021 propose un circuit de visites inédit entre sept monuments historiques accueillant en leurs murs 90 œuvres d’artistes. Cette invitation à déambuler, de mai à juillet, répond avec force au besoin d’évasion, de culture et de beauté » souligne-t-elle.

« Les endroits dédiés à la culture ont un rôle à jouer pour dire, montrer, suggérer et réfléchir ensemble. Ainsi, chaque abbaye accueille un ensemble d’œuvres selon un fil rouge en résonance avec elle. Les sept expositions thématiques éclairent l’histoire de ces hauts lieux du patrimoine » ajoute Alexandre Bohn, directeur du FRAC. Situé à Angoulême, le FRAC Poitou-Charentes est l’un des trois fonds régionaux d’art contemporain de Nouvelle-Aquitaine dont les missions principales sont de constituer des collections et de les diffuser sur l’ensemble du territoire, notamment via des actions de médiation.

Les abbayes qui participent au GR 2021 sont Celles-Sur-Belle dans les Deux-Sèvres, Charroux et St-Savin-Sur-Gartempe dans la Vienne, Saint-Amant-De-Boixe en Charente, Trizay, Saintes et Fontdouce en Charente-Maritime. Chaque site propose un thème, le son à l’Abbaye aux Dames de Saintes, l’eau à Fontdouce…

Dans l'ancienne église romane (© Nicole Bertin)
Derviches tourneurs de Michel Blazy et sculpture de Georges Jeanclos
A Trizay : Etre(s) Sensible (s), entre réflexion et méditation

Véronique Bergonzoni explique la démarche qui accompagne l’exposition Etre(s) Sensible (s) avec « un choix d’œuvres qui ambitionne de restituer la sérénité des lieux propices à la réflexion et à la méditation. Entre quête spirituelle et éveil de nos sens, elle met en lumière la diversité de nos états d’âme ». Plusieurs artistes y présentent le fruit de leur travail (collection du FRAC Poitou-Charentes) :  Claire Aumaître, Martin Barré, Michel Blazy, Katinka Bock, Henry Callahan, Jean Degottex, Marc Deneyer, Simon Hantaï, Florence Henri, Mariusz Hermanowicz, Sara Holt, Georges Jeanclos, Chrystèle Lerisse, Claude Lévêque, Tania Mouraud, Bernard Piffaretti, Emmanuelle Villard.

 « Ascèse, spiritualité, sérénité, voici résumée en quelques mots la vie monastique que nous fantasmons, et ce, plus particulièrement dans le cadre apaisé qu’offre l’Abbaye de Trizay ; une vie retirée, donc libérée des tentations matérielles, contribuant à une certaine hauteur de vue. L’histoire de l’art, elle aussi, a rencontré ce type d’aspiration : la recherche de création pure, libérée du plaisir des sens et provoquant des vibrations de l’âme dont l’art serait le seul langage ».

Alexandre Bohn commente l'exposition
Lors de la conférence de presse organisée jeudi dernier, Alexandre Bohn a commenté l’exposition qui réunit tableaux, photographies et sculptures. 

Première étape dans l’ancienne église romane. Pour révéler l’exaltation surréaliste, il faut des ruines. Grandioses, majestueux, émouvants vestiges dressés vers le ciel printanier. Des ruines abandonnées qui racontent, presque sans le vouloir, des histoires d’autrefois. Des ruines en décor de théâtre qui célèbrent l'ancien prieuré prêt à recevoir les "derviches tourneurs" de Michel Blazy entourant Kamakura, un bronze superbe de Georges Jeanclos. 

La découverte se poursuit à l’étage où apparaissent des toiles "contrastes", dont celles de Bernard Piffaretti, Martin Barré et Simon Hantaï, puis des photographies qui conjuguent des reflets, la position dans l’espace autour d’un banc, des arrêts sur image, des lignes-brindilles, des signatures pour se terminer en feu d’artifice avec un cercle rutilant qui suscite l’attention. « Je viens rompre ton silence pour te rappeler qu’ici, s’entrecroisent et se combinent intériorité et inspirations. Noir et blanc, couleur, réalité, illusion, miroir, qu’importe l’écrin pourvu que le voyage soit au bout du chemin » semble-t-il dire aux visiteurs. 

Les photos de Chrystèle Lerisse (présente sur les lieux) figurent parmi les "stations" de ce parcours : les bancs de brume sont auréolés de mystère tandis que la surface des eaux se fait manteau d’un monde insaisissable : sauras-tu le soulever, voire le pénétrer ? Visible, invisible, sous le signe de la lumière. Toujours. En Limousin et ailleurs !

L’art contemporain est source d’interrogation. Chacun y trouve ce qu’il recherche selon sa sensibilité. « Une nature humaine aussi bien disposée à l’épanouissement qu’à la mélancolie » pourrait-t-on conclure.

Visite guidée. A gauche, la photographe Chrystèle Lerisse et Alexandre Bohn 
Mise en valeur de l'ancien prieuré de Trizay
Le cloître

• Abbatia : « Des abbayes pour un rayonnement contemporain » : En association depuis 2015, le réseau rassemble actuellement 14 abbayes de Nouvelle-Aquitaine. Il assure la pérennité des abbayes et anciens sites monastiques en mutualisant les moyens afin de répondre collectivement aux enjeux partagés.

• GR 2021 fait partie des projets académiques dans le cadre d’un partenariat FRAC Poitou-Charentes/Éducation Nationale représentée à Trizay par Virginie Montarou qui assure des animations auprès des scolaires. 

Avec le soutien du Ministère de la culture, la DRAC Nouvelle-Aquitaine et la Région Nouvelle-Aquitaine. 

• FRAC Poitou-Charentes : La collection compte actuellement quelque 1000 œuvres. Créée en 1983, l’association assure des partenariats avec les acteurs culturels régionaux, sociaux et éducatifs. L’objectif est de faciliter à un large public l’accès aux œuvres et aux démarches créatives contemporaines. 

Le jardin médiéval de Trizay

• Expo visible à partir du 19 mai tous les jours (à partir de l’autorisation de réouverture) de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h jusqu’au 29 juin. Tarif : 5 €/personne en visite libre avec l’abbaye. Gratuit - 12 ans. Port du masque nécessaire.

Renseignement : 05 46 82 34 25 - www.abbayedetrizay17.fr

dimanche 9 mai 2021

Alerte météo/Vigilance orange aux orages sur la Charente-Maritime

Météo-France a émis un avis de niveau orange pour un phénomène d’orages sur l’ensemble du département à compter de ce jour 16 h et jusqu’au lundi 10 mai.

Une virulente dégradation orageuse entraînera de fortes pluies pouvant aller jusqu’à 30 mm en moins d’une heure. Elle s’accompagnera de fortes rafales de vent pouvant allant jusqu’à 100 km/h localement. Les épisodes les plus violents interviendront en deuxième partie d’après-midi.

• Conséquences possibles

Des dégâts importants sont localement à craindre sur l’habitat léger et les installations provisoires ;

Des inondations de caves et points bas peuvent se produire très rapidement ;

Des coupures d’électricité et de téléphone peuvent affecter les réseaux de distribution pendant des durées relativement importantes ;

Quelques départs de feux peuvent être enregistrés en forêt suite à des impacts de foudre non accompagnés de précipitations.

• Conseils de comportement

* Je m’éloigne des arbres et des cours d’eau

* Je m’abrite dans un bâtiment en dur

* Je me tiens informé et j'évite de me déplacer

* Je protège les biens exposés au vent ou qui peuvent être inondés

* J’évite d’utiliser mon téléphone et les appareils électriques.

mercredi 5 mai 2021

Train des mouettes/Saujon/La Tremblade : ouverture le 13 mai

Le Train des Mouettes reprend du service à partir du 13 mai avec des trajets du jeudi au dimanche entre Saujon et La Tremblade au mois de mai et juin. A partir du 1er juillet, des trajets quotidiens sont proposés ainsi que la reprise des trains thématiques : le Train du marché et le Train des Loupiotes

Le Train du marché vous emmène faire vos emplettes au marché de La Tremblade tous les samedis matin au tarif réduit de 5€ pour tous ! Le Train des Loupiotes aura lieu tous les jeudis soir à partir du 15 juillet afin de profiter des animations nocturnes du village de Mornac sur Seudre.

Pour garantir la santé de tous, l'équipe met en œuvre une série de mesures sanitaires en gare et à bord du train : capacité d'accueil réduite de moitié, port du masque obligatoire à partir de 11 ans, marquage au sol, désinfection des rames plusieurs fois par jour, et mise à disposition de gel hydroalcoolique.

Nouveauté 2021

Cette saison, l’association Trains & Traction inaugure son train-restaurant "Seudre Océan Express". Une activité complémentaire au train classique qui sera proposée dès le mois de juillet en partenariat avec un restaurateur local. La rame de 4 voitures a été entièrement aménagées grâce au travail des bénévoles et d'entreprises locales. Toutes les informations et la date de lancement seront communiquées prochainement.

• www.traindesmouettes.fr

Pont de Ré : Mise en service de navettes électriques à partir du samedi 8 mai

À partir de ce samedi, les navettes électriques du Pont de l'Île de Ré reprennent du service. Avec ou sans vélo, traversez le pont pour 1€ l'aller - retour offert (dans la limite des places disponibles) ! 

À compter du samedi 8 mai, les navettes électriques du Pont de l'Île de Ré (piétons et vélos) reprennent du service pour le mois de mai : tous les samedis et dimanches ainsi que les jours fériés. À l'exception du week-end de l'Ascension, durant lequel la navette "piétons" et la navette "vélos" circuleront du jeudi 13 au dimanche 16 mai de 10 h 30 à 18 h 30. 

Et à partir du mercredi 2 juin, les navettes circuleront tous les mercredis, samedis et dimanches. 

À NOTER : En raison du couvre-feu en vigueur, le dernier départ de la navette de Sablanceaux (piétons et vélos) est à 18 h 30 jusqu'au dimanche 16 mai prochain. À partir du samedi 22 mai, le dernier départ (de Sablanceaux) se fera à 19 h 15 pour les piétons et 19 h pour les vélos, compte-tenu de l'assouplissement des restrictions sanitaires. 

• Pour plus d'informations sur les horaires et les conditions de circulation, rendez-vous en ligne sur le site du Département. 


Pour une véritable reconnaissance des sages-femmes

Aujourd’hui, 5 mai 2021, journée mondiale des sages-femmes, Olivier Falorni, député de Charente-Maritime, a cosigné une proposition de loi visant à faire évoluer la profession de sage-femme

« Elles font naître. A nous de les reconnaître. C’est pourquoi, en cette date symbolique, j’ai souhaité m’associer à la démarche de ma collègue, Annie Chapelier, afin que la profession de sage-femme, parmi les plus appréciées de nos citoyens, garante de ce moment unique de la naissance, puisse être enfin reconnue à sa juste valeur » précise le député.

Alors qu’en France, cette profession est considérée comme une profession médicale dans le code de la santé publique, la réalité est loin d’être aussi claire. En effet, la profession de sage-femme se situe entre le secteur médical et le secteur paramédical.

« La proposition de loi que j’ai cosignée est donc née de la nécessité d’entériner la profession de sage-femme comme une profession médicale physiologique à part entière. Dans cette perspective, cette proposition de loi vise à faire évoluer la formation initiale, le statut ainsi que les compétences des sages-femmes pour répondre à leur degré de responsabilités et de connaissances » indique Olivier Falorni.

La promotion des maisons de naissance et l’amélioration des parcours de soins en périnatalité sont également des ambitions au cœur de cette proposition de loi et qui servent un seul et même objectif : répondre au mieux à la santé génésique des femmes.

Infos : Signature à Bussac-Forêt, mise en place d'un contrat local de santé, Petites villes de demain, Antilles de Jonzac, perquisition au siège de la Région à Bordeaux

• Bussac-Forêt : signature de la convention « participation citoyenne »

Jeudi 29 avril, Estelle Leprêtre, sous-préfète de Jonzac, a signé avec Lise Mattiazzo, maire de Bussac-Forêt, et le Commandant Hoarau, commandant la Compagnie de gendarmerie de Jonzac, le protocole de « participation citoyenne » de la commune. Ce dispositif, expérimenté depuis 2006 dans de nombreux départements de France, est un outil efficace de lutte contre la délinquance. Il consiste à associer la population concernée à la sécurité de son environnement.

(© S.P. Jonzac)

Sur l’arrondissement de Jonzac, Bussac-Forêt sera la 8ème ville à signer ce protocole avec l’État. Cet engagement citoyen vient conforter les moyens de sécurité publique existants.

• Mise en place d’un contrat local de santé sur la Communauté de Communes de Haute-Saintonge :

Il est encadré par Fabienne Dugas Raveneau, chargée de mission, et Marie-Christine Bureau, vice-présidente de la CDCHS. Il s’agit de faire le point sur l’accès aux soins médicaux sur le territoire et de recenser les besoins (accompagnement médical des jeunes et moins jeunes, volet psychiatrique, etc). Cette action est conduite en lien avec l’ARS. Un comité de pilotage aura lieu à la mi-mai.

• Petites Villes de Demain : 

Le programme concerne les communes de Jonzac, Montendre, Montguyon, Pons, Saint-Aigulin et Saint-Genis de Saintonge. Pour l’instant, les fonds mis à disposition concernent l’ingénierie. Une chargée de mission, Manon Mallet, a été recrutée afin d’apporter son aide aux élus dans l’élaboration de leurs projets. Des pistes sur Pons par exemple : la réhabilitation de l’habitat des commerces du centre ville, le devenir de la friche d’Intermarché pour redonner du dynamisme à ce quartier, la valorisation du patrimoine historique, etc. Sur Mirambeau, figurent le désenclavement du centre ville et d’autres dossiers à concrétiser. 

Le programme « Petites villes de demain » intervient au moment où la France connaît une crise sanitaire et économique sans précédent. Pour y faire face, l’État a décidé d’engager un plan de relance de 100 milliards d’euros. Sa concrétisation repose notamment sur la mobilisation des collectivités. Ainsi, les 1000 territoires engagés dans le programme « Petites villes de demain » se positionnent comme des acteurs pleinement engagés dans la relance, en raison de leur dynamisme, de la variété de leurs projets et de leur engagement dans un modèle de développement plus écologique. Outil de la relance au service des territoires, le programme « Petites villes de demain » ambitionne de donner aux élus de communes de moins de 20 000 habitants et à leur intercommunalité, lorsqu’elles exercent des fonctions de centralités, les moyens de concrétiser leurs projets de territoire pour conforter leur statut de villes dynamiques et respectueuses de l’environnement.

• A quand la réouverture des Antilles et des Thermes de Jonzac ? 

Aucune date n’a encore été fixée pour le complexe aquatique des Antilles et le temps commence à devenir long pour les responsables. La station thermale, quant à elle, rouvrira le 19 mai prochain.

En ce qui concerne le personnel des Antilles, fermées depuis plusieurs mois, il n’a été procédé à aucun licenciement. Les employés ont été déployés sur d’autre sites, dont les centres de vaccination, les collectivités, les espaces verts, etc.

• Prévention des AVC en Nouvelle-Aquitaine : 

Du lundi 10 au samedi 15 mai, l’association AVC tous concernéS  mène « la semaine de prévention des AVC en Nouvelle-Aquitaine » et sera présente sur huit marchés et sept départements de la région Nouvelle-Aquitaine.

Bilan : 150 000 AVC / an en France dont 18 000 en Nouvelle-Aquitaine - 1 AVC toute les 4 secondes en France - 2 AVC / heure en Nouvelle-Aquitaine – 2 000 décès par an. AVC tous concernéS - est une association de prévention des AVC qui réunit des victimes d’AVC ou d’aidants, et qui ont choisi de s’engager bénévolement pour mener à bien des actions de prévention.

• Jeudi 13 mai : #MinibusAVC marché de Montendre (17) ; vendredi 14 mai : #MinibusAVC marché de Montbron (16)

Au cours des rencontres : définition des facteurs de risques (notamment l’hypertension artérielle qui est retrouvée dans 80% des 150 000 AVC qui ont lieu chaque année en France, et l’arythmie cardiaque, responsable d’un AVC sur 5), et des symptômes d’un AVC.  

• Bordeaux/Perquisition à l'hôtel de Région de Nouvelle-Aquitaine 

Elle a été menée mardi 4 mai dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte suite à la plainte contre X déposée auprès du procureur de Bordeaux. Selon le communiqué de la Région, « le président Rousset, aussitôt sur les lieux pour accueillir les enquêteurs, leur a assuré son entière collaboration en les faisant assister dans leurs recherches par le DGS, la DGA chargée des ressources, le directeur de Cabinet, ainsi que le directeur adjoint des services informatiques de la Région, qui ont pu rapidement fournir les pièces demandées. Les enquêteurs ayant pu agir avec diligence, la perquisition s'est terminée à 15 heures. Le président Alain Rousset, désireux que toute la lumière soit faite sur cette plainte, continuera de satisfaire à toute demande du procureur et des enquêteurs ».

Pons/SR Motoculture : Plan France Relance, priorité à l'emploi

Dans le cadre du Plan de Relance, 2 milliards d’euros sont consacrés au développement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation pour tous les publics, dont ceux en situation de handicap. Le contrat d’apprentissage peut être conclu sans aucune limite d’âge dès lors que la personne recrutée est en situation de handicap. En Charente-Maritime, 3 880 dossiers de demandes d’aide exceptionnelle aux contrats d’apprentissage/professionnalisation ont été validés au 30 mars dernier

Boris aux côtés d'Estelle Leprêtre, sous-préfète, et de son employeur Stéphane Raux
Jeudi dernier, Estelle Leprêtre, sous-préfète de Jonzac, a visité l'entreprise pontoise SR Motoculture que dirige Stéphane Raux. En septembre dernier, il a recruté Boris qui prépare un CAP « maintenance de matériels parcs et jardins ». L’employeur est éligible à l’aide exceptionnelle Alternance mise en place par l’État dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution » (maximum 4 000€ pour un contrat en apprentissage et 5 000€ pour un contrat de professionnalisation), mais également à l’aide majorée mise en place par l’Afefiph pour le recrutement d’un alternant dans le cadre de l’épidémie du Covid-19.

Durant les échanges, Estelle Leprêtre a rappelé la mission du Service public de l’emploi de l’arrondissement de Jonzac « plus que jamais mobilisé auprès des entreprises et du public afin que les demandeurs d’emploi soient accompagnés et que les entreprises puissent trouver les compétences dont elles ont besoin » tandis que Boris a fait part de son expérience et ses motivations. Après un accident de moto en 2007 qui a bouleversé son parcours professionnel, ce père d'un enfant de deux ans « ne se voyait pas rester chez lui sans rien faire ». Il s'est alors investi dans plusieurs domaines avant de rencontrer Stéphane Raux. Travaillant et étudiant en alternance (entreprise/CFA de Saint-Germain), il approfondit dès lors ses connaissances dans la maintenance et la réparation des matériels de jardin. Bref, si votre tondeuse présente des ratés et si vous souhaitez en changer, vous pouvez vous adresser à SR Motoculture ! Ses activités, qui nécessitent l'aménagement de son poste de travail, sont accompagnées par Pôle Emploi, la Mission locale de Haute-Saintonge et Cap Emploi. Si tout va bien, son poste pourrait être pérennisé. 

Accompagner les demandeurs d’emploi et les entreprises à la recherche des compétences dont elles ont besoin

Elections départementales/Canton de Pons : Marie-Christine Bureau et Jacky Botton mobilisés pour « un canton ambitieux prêt à relever les défis des 39 communes »

Marie-Christine Bureau, vice-présidente sortante du Conseil départemental, et Jacky Botton, maire de Pons, tous deux vice-présidents de la CDCHS, ont décidé de briguer les mandats de conseillers départementaux sur le canton de Pons lors des élections départementales des 20 et 27 juin prochains. Leurs suppléants sont Mylène Robert, maire de Mirambeau, et Jean-Jacques Pallissier, élu de St-Genis de Saintonge

Soutenus par Dominique Bussereau, président du Conseil départemental, et Claude Belot, président de la Communauté de Communes de Haute-Saintonge, Marie-Christine Bureau, Jacky Botton et leurs suppléants souhaitent « poursuivre le travail commencé par l’équipe actuelle, porter les projets des 39 communes du canton de Pons, et faire entendre avec leurs collègues des autres cantons du Sud la voix de la Haute-Saintonge à La Rochelle ».

La présentation officielle de l’équipe a eu lieu vendredi dernier. Jacky Botton, maire de Pons, est candidat pour la première fois au Département : « La commune de Pons a toujours eu un élu au Conseil départemental, c’est pourquoi il m’a semblé important d’être présent à cette élection ». Son expérience à la mairie et à la CDCHS est précieuse : « quand nous sommes arrivés à la mairie il y a un an et demi, nous avons été rigoureux financièrement. Depuis, nous sommes moins contraints » explique-t-il.

Marie-Christine Bureau siège dans l’hémicycle départemental depuis 2014 :  « J'ai succédé à Daniel Laurent, dont j’étais la suppléante, quand il a été atteint par le cumul des mandats. A cette époque, les femmes n’étaient pas nombreuses dans les rangs du Conseil général ! Dans un premier temps, j’ai "hérité" de mon prédécesseur les infrastructures, puis je me suis consacrée au social lors de ce mandat. Le travail est important dans ce domaine - précarité, maintien des personnes âgées à domicile, handicap, petite enfance, etc - et nous avons beaucoup travaillé. Il est des sujets où les élus se retrouvent, qu’ils soient de droite ou de gauche, et le social en fait partie. Certaines situations vont au-delà de ce que l’on peut imaginer, c’est pourquoi le Département doit être réactif. L’action sociale et la solidarité représentent une part conséquente de son budget ». 

Parmi les grands axes qui mobilisent les candidats, figurent l’éducation, le social, la fracture numérique, l’exclusion, la mobilité dans les zones rurales, les collèges, la voirie, le soutien aux petites communes via le fonds de revitalisation. Marie-Christine Bureau regrette que le Département ait perdu la compétence économique : « elle nous serait utile en cette période pour soutenir les projets du territoire. Le contexte a entraîné des fermetures temporaires et cette situation suscite forcément des inquiétudes. Fort heureusement, le secteur viticole et certaines entreprises fonctionnent bien » souligne-t-elle. 

Par les temps qui courent, il est difficile d’occulter la crise sanitaire : « Actuellement, nous sommes en phase de déconfinement. J’ose espérer que tout se passera bien. Il faut accélérer la vaccination. Les demandes sont nombreuses malgré une réticence envers AstraZeneca » remarque Jacky Botton. 

Qu’en est-il du positionnement politique de la liste puisque la droite et la gauche classiques ont été bouleversées par l’arrivée de la République en Marche ? Elle se situe dans la continuité de la majorité départementale actuelle, droite et centre droit. « Pour avancer, il faut être ouverts et optimistes, avoir l'esprit large ! Notre slogan est "un canton ambitieux pour relever les défis des 39 communes". Nous nous entendons bien et aimons travailler ensemble » soulignent les candidats. En face, sont annoncées une liste du Rassemblement national et une liste d’Union de la gauche.

Quant à la tenue de réunions publiques, la visibilité manque pour l’instant en raison de la situation sanitaire. Toutefois, on peut espérer une rencontre-débat sur Pons, Saint-Genis et Mirambeau puisque les chiffres du Covid sont à la baisse d'après les dernières informations !

• Qui sont-ils ?

- Marie-Christine Bureau est vice-présidente sortante du Conseil départemental. Elle appartient à la CDCHS et est adjointe à la mairie de Pérignac. 

- Jacky Botton est maire de Pons depuis 2019, vice-président de la CDC de Haute-Saintonge

- Mylène Robert, suppléante, est maire de Mirambeau depuis 2020, conseillère municipale et adjointe depuis 2008

- Jean-Jacques Pallissier, suppléant, est conseiller municipal de St-Genis de Saintonge depuis 2008. Il est exploitant agricole, président du syndicat de tabaculture des Deux Charentes, vice-président de la Coopérative Périgord Tabac.

• Parmi les projets, le Département met actuellement en place un schéma de prévention de l’enfance afin de prévenir les addictions que sont la drogue, l’alcool, le tabac, les jeux vidéo. Il s’agira d’une navette mobile qui ira à la rencontre d’une population fragilisée. Des éducateurs, des psychologues seront à son écoute. On pense souvent que les difficultés sont concentrées sur les grandes villes, mais les communes rurales ne sont pas épargnées. Ainsi, sur la ville de Pons, un plan de prévention de la délinquance va être installé par le conseil municipal. 

lundi 3 mai 2021

L’ARS Nouvelle-Aquitaine structure la filière régionale « endométriose » en mobilisant les professionnels de santé et les associations de patientes pour une prise en charge plus efficace

L’endométriose touche près d’une femme sur dix (1,5 à 2,5 millions de femmes) et représente la première cause d’infertilité en France. Cette pathologie reste encore mal connue des professionnels de santé et le diagnostic est souvent posé tardivement, en moyenne entre 7 à 10 ans. Mais, en cas de doute (douleurs durant les règles, douleurs pendant les rapports sexuels, dyspareunie, douleurs pelviennes fréquentes), consulter son professionnel de santé (médecin généraliste, gynécologue ou sage-femme) est une première étape indispensable.

> L’endométriose, qu’est-ce-que c’est ?

L’endométriose est une maladie inflammatoire et chronique de l’appareil génital féminin qui s’explique par le développement d’une muqueuse utérine (l’endomètre) en dehors de l’utérus, colonisant d’autres organes. Il s’agit d’une maladie complexe, qui touche uniquement les femmes en âge de procréer. Les symptômes varient selon les situations : il s’agit le plus souvent de douleurs durant les règles ou les rapports sexuels.

 > La stratégie nationale « endométriose » lancée en mars 2021, un enjeu de santé publique

Pour améliorer la prise en charge des femmes concernées et lutter contre l’errance thérapeutique à laquelle elles sont souvent confrontées, une mission d’élaboration de la stratégie nationale contre l’endométriose a été lancée en mars 2021 par le Ministre des Solidarités et de la santé, Olivier Véran.

Communiquer sur cette pathologie est un véritable enjeu de santé publique tant les symptômes peuvent être invalidants pour les femmes.

L’objectif de la stratégie nationale est de répondre aux 5 défis principaux que pose cette maladie, à savoir sa détection, le parcours de soins des patientes, leur prise en charge, la recherche et la communication.

Pour cela, plusieurs pistes de réflexion ont été engagées :

 • renforcer la formation et la sensibilisation de tous les acteurs concernés (médecins généralistes, gynécologues, sages-femmes, radiologues, médecins du travail, infirmiers scolaires) pour détecter plus précocement la maladie,

  • améliorer le parcours de soins en généralisant les filières de prise en charge dédiées à la maladie en lien avec l’ARS, pour orienter plus rapidement les patientes,

  • repenser les modalités d’accompagnement des patientes pour une prise en charge plus personnalisée à tous les niveaux de la maladie : traitement des douleurs, suivi psychologique, gestion de la maladie en milieu scolaire et au travail, accès à l’assistance médicale à la procréation,

  • amplifier et soutenir la recherche sur l’endométriose,

 • déployer une communication pour sensibiliser le grand public sur la maladie.

> L’ARS Nouvelle-Aquitaine mobilise les professionnels de santé (des établissements publics et privés), les libéraux et les associations de patientes au sein d’une filière régionale « endométriose »

A l’initiative de quatre promoteurs (CHU de Bordeaux, Clinique Tivoli de Bordeaux, CHU de Limoges, CHU de Poitiers) et dès l’année 2017, des réflexions ont été conduites en Nouvelle-Aquitaine afin de mettre en place une filière endométriose prenant en compte le parcours complet des patientes (du repérage avec diagnostic précoce au suivi thérapeutique), conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS).

La mobilisation s’est poursuivie et des travaux ont été menés avec des associations de patientes (ENDOFRANCE et ENDOmind), les fédérations hospitalières (FHF, FEHAP, FHP) les associations de professionnels et les URPS (médecins libéraux, sages-femmes et masseurs-kinésithérapeutes).

Pour fédérer et coordonner les actions qui sont menées dans la région, l’ARS Nouvelle-Aquitaine et ses partenaires (professionnels de santé, associations d’usagers, établissements de santé publics et privés) ont décidé le vendredi 30 avril dernier la création d’une association, l’AFENA (« Filière Endométriose Nouvelle-Aquitaine »), en présence du Ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran.

Elle aura son siège au sein des locaux de l’ARS Nouvelle-Aquitaine et recevra son appui pour réaliser ses missions.

Lors de l’assemblée générale, il a été désigné le Pr Hocké (CHU - Bordeaux) comme président, le Pr Roman (Bordeaux  - Tivoli) vice-président, le Pr Fritel (CHU - Poitiers) secrétaire et le Pr Gauthier (CHU - Limoges) trésorier.

Cette forte mobilisation et cet élan fédérateur devraient permettre aux femmes de notre région de trouver au plus près de chez elle un professionnel en capacité de répondre à son besoin de prise en charge.

Quelques exemples d’actions menées en Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de la filière régionale endométriose :

• Au CHU de Bordeaux, les Professeurs Claude Hocke et Jean-Luc Brun, les docteurs Géraldine Chauvin, Hélène Creux et Sandrine Frantz sont impliqués dans la filière endométriose, notamment dans l’organisation d’un Diplôme interuniversitaire sur la prise en charge de la maladie. Ils organisent depuis 2018 des formations pour les professionnels de santé. A la Clinique Tivoli de Bordeaux, sept praticiens ont une activité quasi exclusive en endométriose. Ils organisent plusieurs réunions pluridisciplinaires avec différents établissements publics et privés de Nouvelle-Aquitaine. Depuis 2018, ils ont mis en place un hôpital de jour dédié à l’endométriose accueillant 4 patientes chaque vendredi matin.

• Au CHU de Limoges, des réunions de concertation pluridisciplinaires sur l’endométriose sont organisées tous les 15 jours entre professionnels de santé publics et privé du Limousin. Le Pr Tristan Gauthier et le Dr Aymeline Lacorre organisent régulièrement des formations de développement professionnel continu afin de sensibiliser les professionnels de santé.

• Au CHU de Poitiers, la filière endométriose est coordonnée par le Professeur Xavier Fritel. En 2009, les sages-femmes se sont engagées sur le suivi gynécologique et la prévention. Elles ont mené des actions de sensibilisation auprès des femmes, via leur conseil départemental de l’ordre. Des actions de formation sont aussi organisées pour former les professionnels de santé à la détection de la pathologie. Le CHU de Poitiers organise régulièrement avec les associations de patientes des conférences au CH de Niort et au centre Clinical d’Angoulême.

Les Trois Monts : Brigitte Quantin et Bernard Seguin, candidats aux élections départementales avec leurs remplaçants Brigitte Rokvam et Quentin Blondeau

Brigitte Quantin et Bernard Seguin annoncent leur candidature, avec leurs remplaçants Brigitte Rokvam et Quentin Blondeau, aux prochaines élections départementales qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains. Avec le soutien de Dominique Bussereau, président du département de la Charente-Maritime, ils seront les candidats de la Majorité Départementale

Brigitte Rokvam, Quentin Blondeau, Bernard Seguin et Brigitte Quantin
Les électeurs seront appelés à élire les futurs conseillers départementaux du canton des Trois Monts (Montendre, Montlieu, Montguyon) qui comprend 42 communes pour plus de 23 880 habitants. Ce territoire rural situé au sud de notre département et au sein la Haute-Saintonge. Leur liste se nomme « Unis pour les Trois Monts »

Brigitte Quantin est âgée de 57 ans, 2 enfants, maire de Saint-Aigulin, adjointe au maire 2014-2020, vice-présidente de la Communauté de Communes de Haute-Saintonge. « La connaissance du terrain, l’implication locale au sein d’un territoire dynamique comme celui de la Haute-Saintonge, l’expérience, l’écoute, le souci de la proximité, voilà les cinq atouts de notre légitimité » souligne-t-elle. 

Bernard Seguin est âgé 63 ans, marié, 3 enfants, maire de Messac depuis 2008, Conseiller départemental depuis 2016 et vice-président de la Communauté de Communes de Haute-Saintonge : « Nous sommes une équipe expérimentée pour un travail de proximité, solidaire et humaniste ayant le souci de l’équilibre du territoire tout en respectant notre environnement »

Brigitte Rokvam est âgée de 63 ans, mariée, pharmacienne, conseillère municipale à Montlieu-la-Garde et conseillère départementale sortante.

Quentin Blondeau est âgé de 30 ans, en couple, éducateur à l’hôpital de Boscamnant, sapeur-pompier volontaire à Montendre depuis 2018 et impliqué dans la vie associative montendraise.

Elus de terrain et de dialogue, Brigitte Quantin et Bernard Seguin « s’engagent à mettre en œuvre de nouveaux projets de développement pour le canton, à défendre la ruralité et les communes, les services de proximité essentiels, la qualité de vie et l’aménagement des espaces ».

Leur programme portera notamment sur la mise en œuvre du Plan Santé afin d’inciter les jeunes médecins à s’installer dans notre territoire, le Plan Patrimoine contribuant à l’attractivité, la poursuite du Très Haut Débit initié par le Département, le développement du tourisme, le programme de soutien à la ruralité, aux communes et aux services de proximité, la modernisation des routes départementales pour plus de sécurité, la poursuite des aides exceptionnelles dans le cadre de la crise sanitaire, la solidarité active en faveur des personnes âgées, des personnes en situation de handicapées et des plus démunis, avec la volonté de créer des emplois de services à la personne, la poursuite du programme d’investissements dans les collèges, la rénovation des centres d’incendie et de secours pour une meilleure efficacité des interventions, le soutien aux associations socio-culturelles et sportives, acteurs essentiels participant à la cohésion sociale, le soutien à l’agriculture et à la viticulture, la préservation de la qualité de vie et de l’environnement. La préservation des paysages, des sites ou monuments remarquables est essentielle.

Dans ce contexte de crise liée au Covid-19, Brigitte Quantin et Bernard Seguin « sont mobilisés pour la santé de tous, répondre aux besoins sanitaires et assurer les missions essentielles auprès des plus fragiles. Ils restent à la disposition des habitants pour écouter et échanger, dans le respect des mesures sanitaires ». 

• Mail : unispourlestroismonts@gmail.com

jeudi 29 avril 2021

Jonzac : « Le forage est techniquement terminé. Mission accomplie pour l’instant » déclare Claude Belot

Avec un débit dépassant les 80 m3/h et une eau sortant à plus de 60 degrés, le troisième forage de Jonzac est plus performant que ses frères aînés, Soenna 1 et Lomega. Voilà qui ouvre des perspectives non seulement pour le développement des Thermes de Jonzac, mais aussi pour d’autres projets à définir.

 L'eau du Trias a été puisée à 1930 mètres de profondeur (© N. Bertin)                           
En ce printemps 2021, le grand chantier de Jonzac se situait non loin de la station thermale, sur la route d’Ozillac. Début avril, l’eau du Trias (250 millions d'années) a enfin jailli des entrailles de la Terre. Les élus, dont Claude Belot, président de la CDCHS, ne cachaient pas leur joie après 45 jours d’attente et d’efforts intenses, les ouvriers et les techniciens forant 24 h/24 et 7 jours/7. Durant le week-end, les dernières opérations concernaient les remontées de pression (enregistrement, hauteur de la nappe, etc) tandis que des caméras ont été introduites à l’intérieur des tubages et des crépines.  « Les mesures sont bonnes » remarque Jean-Luc Goeury du groupe Arverne. Le débit dépasse les 80 m3/h et d’après certaines mesures, il pourrait être supérieur. Quant à la température, elle est de 67 degrés au fond du puits et de 61 en surface.

« Dans la vie, il faut être opiniâtre ! Après les deux premiers forages de moyenne production, ce troisième est très prometteur. Il fournira largement les Thermes de Jonzac et pourquoi pas le réseau de chauffage géothermique. Le forage est techniquement terminé, des essais ont été effectués en ce qui concerne la stabilité et le débit pendant 72 heures. Mission accomplie pour l’instant ! » souligne Claude Belot. Il reste bien sûr des travaux à réaliser (descendre une pompe pour travailler le débit, assurer la stabilité, etc). La nature du sous-sol profond, composé de grès et de dolomite, offre des débits très intéressants. 

Quelles sont les opérations prévues par la suite ? La qualité de l’eau sera testée, les eaux thermales étant très réglementées. En mai prochain, une demande visant à exploiter le forage sera déposée auprès des Ministères de la Santé et de l’Environnement. Les volumes d'eau prélevés resteront inchangés puisque ce puits vient en remplacement du précédent. La procédure consiste en des analyses régulières étalées sur un an démontrant que la qualité de l’eau est stable. Si tout va bien, l’autorisation devrait être obtenue en 2023. En tant que maître d’œuvre pour la Ville de Jonzac jusqu’à la réception du puits définitif, Antea Group réalisera les travaux de raccordement jusqu’à la station thermale. 

« Le forage est techniquement terminé. Mission accomplie pour l’instant » déclare Cl. Belot

• Le groupe Arverne a réalisé le forage en quarante cinq jours. Prochain chantier pour Jean Luc Goeury et son équipe : un forage géothermique dans la région parisienne. 

mercredi 28 avril 2021

Les jeunes de l'intérieur : nouvelle exposition sur la façade de la Préfecture de La Rochelle

Le ministère de l’Intérieur accueille de nombreux jeunes dans ses services. Quels que soient leur statut ou leurs missions, ils sont une richesse pour les équipes des services de l’État. Pour eux, ce sont autant d’expériences formatrices et utiles pour tout le reste de leur parcours.

Aujourd’hui, le ministère de l’Intérieur s’engage à aller encore plus loin pour les jeunes en leur proposant 10 000 stages, contrats d’apprentissage, services civiques et autres opportunités.

Collégiens de troisième, lycéens, apprentis et étudiants jusqu’à 26 ans peuvent profiter durant toute l’année 2021 du Plan 10 000 jeunes.

Cette nouvelle exposition, voulue par le préfet de la Charente-Maritime, vise à valoriser la diversité des métiers des services de l’État et faire découvrir aux jeunes Charentais-Maritimes celles et ceux qui les incarnent : policiers, gendarmes, jeunes sapeurs-pompiers, personnels de la préfecture et des directions interministérielles de l’État.

Plus de cinquante offres (stages, apprentissage, services civiques, etc.) sont disponibles sur le site de la préfecture :

https://www.charente-maritime.gouv.fr/Publications/Concours-et-recrutements/Operation-10-000-jeunes

• Inauguration de l'exposition mercredi 28 avril devant la préfecture, 38 rue Réaumur à La Rochelle

Nicolas Basselier, préfet, inaugure d'exposition
Cette nouvelle exposition voulue par le préfet de la Charente-Maritime vise à valoriser la diversité des métiers des services de l’État
Iman, en service civique à la sous-préfecture de Jonzac, travaille au sein de l'équipe que dirige Estelle Leprêtre, sous-préfète