vendredi 30 septembre 2022

Cours d'eau, nappes phréatiques/Sécheresse en Charente-Maritime : certains minima jamais observés…

Le Trèfle à Usseau (entre Pons et Jonzac) : une grande avenue sablonneuse jonchée de cailloux

Ici coulait une rivière. Pont ancien d'Usseau dont l'origine remonte à l'époque romaine

A Usseau, le Trèfle, affluent de la Seugne, est à sec sur plusieurs kilomètres. Cette situation, qui se renouvelle chaque année, est accentuée par le réchauffement climatique puisque durant des mois, il n’est pas tombé une goutte d’eau. Chargé de l’environnement à la ville de Jonzac, le constat de Pierre-Jean Ravet, maire adjoint, est réaliste : « les débits de la Seugne sont faibles. C’est à Lijardière, près de Pons, que sont situés les repères servant à gérer la Seugne amont. Nous devrions avoir un indicateur autour de Saint-Germain de Lusignan par exemple »… 

Côté nouveau pont d'Usseau. L'herbe a envahi le lit du cours d'eau


Pont d’Usseau avant les pluies des jours derniers. Pas une goutte d’eau dans le Trèfle. Le lit sablonneux de la rivière ressemble à une avenue jonchée de cailloux où poussent, de-ci de-là, des parterres herbus. Bien décidée à profiter de l'opportunité, la menthe, à l’odeur exquise, fait oublier la triste réalité. Les arbres dévoilent leurs racines qui s’étendent le long des berges, telles des sculptures contemporaines dédiées à Dame Nature. Bientôt, le tronc d’un gros arbre barre la marche. Un autre penche sur cette cour des miracles improvisée. Le spectacle est saisissant : bienvenue dans un milieu aquatique dont les eaux se sont retirées. Certes, nous ne sommes pas dans la Mer Rouge au temps de Moïse !

Depuis des années (une vingtaine), les observateurs alertent l’opinion sur le problème de l’eau et ces questions deviennent cruciales. Quid de l’état des sources dans la région ? « Elles devraient être répertoriées, curées, débouchées. Et si elles ne sont pas alimentées, elles tarissent. Pour preuve, certains puits de Jonzac, qui servent à l’arrosage, sont à sec depuis quelques mois » souligne Pierre Jean Ravet.

Les arbres dévoilent leurs racines qui s’étendent le long des berges
Le lit de la rivière transformé en avenue sablonneuse

En ce qui concerne le Trèfle, la situation s’aggrave : « en période estivale, il est à sec, mais il n’est pas le seul. Les têtes de ruisseaux sont aussi privées d'eau puisqu’il n’y a pas de réserve en raison du manque de pluviométrie. Il faudrait que la pluie tombe abondamment en hiver et au printemps pour reconstituer les nappes ». La Seugne à Jonzac ne semble pas souffrir de ce phénomène de par sa position géologique. Par ailleurs, elle reçoit les rejets des eaux des Antilles, de la station thermale, de la station d’épuration, etc. « Autrefois, dans le secteur, nous avions deux mois d’assèchement, maintenant six, voire sept en certains endroits. La consommation des usagers est également plus importante. Que faire ? Il faut préserver les zones humides, créer des méandres, nettoyer les berges. Il y va de la survie des têtes de ruisseaux, de la faune et de la flore. Ça fait des décennies qu’on dénonce les mêmes choses ! ». La balle est dans le camp du Syndicat Mixte du Bassin de la Seugne (SYMBAS).

Des dispositions quant aux usages de l'eau ont été prises par les services de la Préfecture de Charente-Maritime : « La situation hydrologique en Charente-Maritime continue de se détériorer. Du fait des conditions météorologiques, avec plusieurs périodes de canicule intense, la baisse du niveau des nappes et des cours d’eau se poursuit, certains d’entre eux atteignant des minima jamais observés. Alors que la période d’étiage n’est pas achevée, il est nécessaire de limiter plus encore les usages de l’eau pour préserver au maximum la ressource pour ses usages prioritaires. De nouvelles mesures de restriction des usages de l’eau ont été prises le 28 septembre ».

Problème à Antignac

Arbres à l'horizon

Manifestement, il n'y a pas que la sécheresse qui inquiète les habitants. A Saint-Georges Antignac, des riverains se plaignent du manque d’entretien des berges. « L'état de cette rivière devient de plus en plus préoccupant » remarque l’un d’eux. A sec actuellement, son lit permet de découvrir les embâcles qui le jonchent. De là à craindre des inondations lorsque la rivière aura retrouvé son débit normal...

En 1988, cette situation avait fait l’objet d’un courrier à Dominique Voynet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement. Le préfet avait alors fait intervenir le directeur départemental de l’Agriculture et de la Forêt. Un octogénaire se désespère : « ce n'est quand même pas à moi, à 85 ans, d'intervenir sur la remise en état de ce cours d'eau » dit-il. A suivre...

• D’une longueur de 47 km environ, Le Trèfle prend sa source en Charente, à Condéon. Il conflue avec la Seugne en rive droite, après les communes de Saint-Grégoire-d'Ardennes et Saint-Georges-Antignac, à la limite de la commune de Mosnac.

jeudi 29 septembre 2022

Académie de Saintonge : Cérémonie de remise des prix dimanche 9 octobre à Royan

La traditionnelle cérémonie de remise des prix de l'Académie de Saintonge aura lieu le 9 octobre prochain à partir de 14 h 30 à Royan, salle Jean Gabin. Seront reçus deux nouveaux académiciens, Emmanuel de Fontainieu et Christophe Lucet. Le public est cordialement invité à cette rencontre

A noter la naissance de la chaîne de télévision de l'Académie sur : https://www.youtube.com/channel/UClPIFuAfNd75yjl7m4AliHg

L'an dernier déjà, la rediffusion (à titre d'expérimentation) de la cérémonie sur Youtube a rassemblé 450 téléspectateurs grâce à Blake Jones, ses caméras et son talent technique qu'il a gracieusement mis au service de l'Académie. C'est lui qui vient de créer la chaîne "Académie de Saintonge". Il viendra d'Allemagne cette année pour enregistrer et diffuser la séance publique sur cette nouvelle chaîne.

La première émission diffusée le 9 octobre sera en effet la retransmission en direct de la cérémonie des prix. Comme l'an dernier, ce programme restera visible au fil des mois.

Programme du 9 octobre :

• Discours d'ouverture par la directrice de l'Académie Marie-Dominique Montel

• Réception d'Emmanuel de Fontainieu au 13ème siège de l'Académie

• Réception de Christophe Lucet au 18ème siège de l'Académie

• Grand Prix 2022 de l'Académie de Saintonge décerné à Mickaël Launay et André Deledicq, pour "le Dictionnaire amoureux des mathématiques" (Plon)

• Prix de littérature à Elsa Fottorino "Parle tout bas" (Mercure de France)

• Prix Royan Atlantique à Charline Bourgeols-Tacquet, cinéaste, pour son film "Les amours d'Anaïs"

• Prix Champlain à Joël Selo "L'étonnant destin de Samuel Champlain" (La Geste)

• Prix La Rochelle Université à Benoit Lebreton (CNRS) pour ses cinq films didactiques sur les vasières

 Prix Aunis Sud à Pierrick Aupinel (INRAE) et ses travaux pour contrer les interactions chimiques néfastes aux abeilles

• Prix de I'lle d'Oléron à Pascal Zavaro et Julien Masmondet pour l'opéra "Le coq Maurice"

• Prix de la Haute Saintonge à Jean-Charles Chapuzet pour "Du bleu dans la nuit" (éd. Marchialy)

• Prix de Royan à Marie-Anne Bouchet-Roy et Jean-Christophe Ledoux "Si Aigue-Marine m'était contée" (éd. Bonne Anse)

• Prix Jacques et Marie-Jeanne Badois à l'Association des amis de l'Abbaye de Bassac qui restaure cet endroit magnifique

• Prix Jehan de Latour de Geay à Jean-Marie Digout "L'affaire Dreyfus" (éd. l'Homme en noir)

• Prix de Marennes à Benjamin Caillaud pour ses photographies du littoral

• Prix de la ville de Saintes à David Pacaud et Aurélie Allavoine, restaurateurs de tableaux

• Prix Claire Belon à Manuel Audigé pour son école de musique et l'organisation de concerts en vals de Saintonge.

Pons : Les songes d'une nuit au jardin !

Dernièrement, l'Association de Promotion du Patrimoine Pontois présentait "les songes d'une nuit au jardin", spectacle déambulatoire poétique animé par L'Ilot Théâtre, la troupe Nymané et Arts aux Villages Productions. Lieu de rencontre, l'hôpital des pèlerins et le jardin médicinal où des musiciens et Laure Huselstein, conteuse, ont conduit le public à travers une histoire peuplée de rêves, de chants, de danse, de lumières et de magie. Un clin d'œil aux vertus curatives des plantes qui poussent en cet endroit ! Lieu à découvrir et visiter


« Cette création a pu être réalisée grâce à l'aide de la Communauté de communes de Haute Saintonge, de la Ville et du Département. C'est l'association de promotion du patrimoine pontois qui a lancé l'idée début 2022, relayée par Rémy Ribot. Trois représentations ont eu lieu cet été » souligne Nadine Julliard.

Un rendez-vous à renouveler en 2023 !

Voûte de l'Hôpital des Pèlerins

Rivière Le Trèfle : une grande avenue sablonneuse jonchée de cailloux

Cours d'eau, nappes : certains minima jamais observés…

Ici coulait une rivière...

A Usseau, le Trèfle, affluent de la Seugne, est à sec sur plusieurs kilomètres. Cette situation, qui se renouvelle chaque année, est accentuée par le réchauffement climatique puisque durant des mois, il n’est pas tombé une goutte d’eau. 

Chargé de l’environnement à la ville de Jonzac, le constat de Pierre-Jean Ravet, maire adjoint, est réaliste : « les débits de la Seugne sont faibles. C’est à Lijardière, près de Pons, que sont situés les repères servant à gérer la Seugne amont. Nous devrions avoir un indicateur autour de Saint-Germain de Lusignan par exemple »… 

Plus d'eau à Usseau (ici le pont ancien dont l'origine remonte vraisemblablement
à l'époque romaine)
Une grande avenue...
Pont d’Usseau avant les pluies des jours derniers. Pas une goutte d’eau dans le Trèfle. Le lit sablonneux de la rivière ressemble à une avenue jonchée de cailloux où poussent, de-ci de-là, des parterres herbus. Bien décidée à profiter de l'opportunité, la menthe, à l’odeur exquise, fait oublier la triste réalité. Les arbres dévoilent leurs racines qui s’étendent le long des berges, telles des sculptures contemporaines dédiées à Dame Nature. Bientôt, le tronc d’un gros arbre barre la marche. Un autre penche sur cette cour des miracles improvisée. Le spectacle est saisissant : bienvenue dans un milieu aquatique dont les eaux se sont retirées. Certes, nous ne sommes pas dans la Mer Rouge au temps de Moïse !

Depuis des années (une vingtaine), les observateurs alertent l’opinion sur le problème de l’eau et ces questions deviennent cruciales. Quid de l’état des sources dans la région ? « Elles devraient être répertoriées, curées, débouchées. Et si elles ne sont pas alimentées, elles tarissent. Pour preuve, certains puits de Jonzac, qui servent à l’arrosage, sont à sec depuis quelques mois » souligne Pierre Jean Ravet. 

En ce qui concerne le Trèfle, la situation s’aggrave : « en période estivale, il est à sec, mais il n’est pas le seul. Les têtes de ruisseaux sont aussi privées d'eau puisqu’il n’y a pas de réserve en raison du manque de pluviométrie. Il faudrait que la pluie tombe abondamment en hiver et au printemps pour reconstituer les nappes ». La Seugne à Jonzac ne semble pas souffrir de ce phénomène de par sa position géologique. Par ailleurs, elle reçoit les rejets des eaux des Antilles, de la station thermale, de la station d’épuration, etc. « Autrefois, dans le secteur, nous avions deux mois d’assèchement, maintenant six, voire sept en certains endroits. La consommation des usagers est également plus importante. Que faire ? Il faut préserver les zones humides, créer des méandres, nettoyer les berges. Il y va de la survie des têtes de ruisseaux, de la faune et de la flore. Ça fait des décennies qu’on dénonce les mêmes choses ! ». La balle est dans le camp du Syndicat Mixte du Bassin de la Seugne (SYMBAS). 

Des dispositions quant aux usages de l'eau ont été prises par les services de la Préfecture de Charente-Maritime : « La situation hydrologique en Charente-Maritime continue de se détériorer. Du fait des conditions météorologiques, avec plusieurs périodes de canicule intense, la baisse du niveau des nappes et des cours d’eau se poursuit, certains d’entre eux atteignant des minima jamais observés. Alors que la période d’étiage n’est pas achevée, il est nécessaire de limiter plus encore les usages de l’eau pour préserver au maximum la ressource pour ses usages prioritaires. De nouvelles mesures de restriction des usages de l’eau ont été prises le 28 septembre ».

Problème à Antignac

Manifestement, il n'y a pas que la sécheresse qui inquiète les habitants. A Saint-Georges Antignac, des riverains se plaignent du manque d’entretien des berges. « L'état de cette rivière devient de plus en plus préoccupant » remarque l’un d’eux. A sec actuellement, son lit permet de découvrir les embâcles qui le jonchent. De là à craindre des inondations lorsque la rivière aura retrouvé son débit normal... 

En 1988, cette situation avait fait l’objet d’un courrier à Dominique Voynet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement. Le préfet avait alors fait intervenir le directeur départemental de l’Agriculture et de la Forêt. Un octogénaire se désespère : « ce n'est quand même pas à moi, à 85 ans, d'intervenir sur la remise en état de ce cours d'eau » dit-il. A suivre...

Côté nouveau pont d'Usseau

Sans commentaires !
Les racines des arbres s'étendent, telles des sculptures contemporaines...

Attention, obstacle !
                                          Le lit du Trèfle est obstrué par des arbres 

• D’une longueur de 47 km environ, Le Trèfle prend sa source en Charente, à Condéon. Il conflue avec la Seugne en rive droite, après les communes de Saint-Grégoire-d'Ardennes et Saint-Georges-Antignac, à la limite de la commune de Mosnac.

Limitation provisoire des usages de l'eau

Compte tenu de l’état de la ressource en eau, le préfet de la Charente-Maritime prend les mesures de limitation des usages de l’eau suivantes :