mercredi 29 juin 2022

La Rose des Vents : 120 danseurs et danseuses de haut niveau en Haute-Saintonge

Des spectacles de danses traditionnelles hauts en couleurs enchanteront la Haute Saintonge du 9 au 14 juillet prochains

Le groupe « Barvinok » Ukraine

Créé en 1993, le groupe « Barvinok », d'Ukraine, propose des danses des régions de son pays et du monde d'un tel niveau qu'il est lauréat de plusieurs concours panukrainiens et internationaux d'art chorégraphique. Les lettons du groupe « Dancari », tout comme les lituaniens de l'ensemble « Pryjazn » (qui signifie fraternité) mettront en valeur leur pays à travers leurs danses et leurs tenues. Enfin, le groupe « Xihuitzilli » apportera le folklore et la culture mexicaine.

Ensemble lituanien « Pryjazn »
Le groupe "Dancari" Lettonie
Le groupe mexicain « Xihuitzilli »

Cinq spectacles au programme

Le spectacle d'ouverture de ce Festival « La Rose des Vents » aura lieu le samedi 9 juillet à 21h au Centre des Congrès de Jonzac où les 4 troupes de danses se succèderont tout au long de la soirée. Le Festival se poursuivra le dimanche 10 juillet à 21h au Parc Barabeau de Jarnac-Champagne avec les 120 danseurs pour une nouvelle représentation et un spectacle différent. La ville de Jonzac accueillera le groupe mexicain « Xihuitzilli » au Centre culturel des Carmes le mardi 12 juillet à 21h pour un spectacle « spécial Mexique ». Les 4 troupes de danses se retrouveront à Pons le lendemain, mercredi 13 juillet à 21h, pour un nouveau spectacle au Pied du Donjon, avant une clôture de ce festival le jour de la Fête Nationale au Parc des Charmilles de Saint-Germain-de-Lusignan à 21h.

Des spectacles époustouflants de danses folkloriques (différents à chaque représentation) à ne pas manquer ! 

Une action en faveur de l'Ukraine !

Ce festival sera une parenthèse enchantée pour tous ces jeunes ukrainiens et une occasion d'affirmer et de partager leur identité. L'association "Arts et Spectacles en Haute Saintonge" a décidé d'aider la troupe de danse d'Ukraine « Barvinok » à participer au festival. Si vous aussi, vous voulez participer aux frais engagés pour leur venue (transport, logistique, etc.), vous pourrez faire des dons dans les différentes urnes déposées sur les lieux de spectacles !

Venez nombreux ! Renseignements au 05 46 48 25 30 ou par e-mail : communication.arts.spectacles@orange.fr

Toutes les infos sont également disponibles sur www.arts-et-spectacles.e-monsite.com

Renseignements pratiques :

Samedi 9 juillet à 21h : Spectacle d'ouverture au Centre des Congrès de Jonzac. Tarifs : 15€ / Étudiants et -16 ans : 10€ / Gratuit pour les moins de 5 ans; Réservations : OT de Jonzac : 05.46.48.49.29 ou sur HelloAsso*.

Dimanche 10 juillet à 21h : Spectacle au Parc Barabeau [ou salle polyvalente suivant météo] de Jarnac-Champagne. Tarifs : 12€ / Étudiants et -16 ans : 10€ / Gratuit pour les moins de 6 ans; Renseignements et réservations : 05.46.48.25.30 ou sur HelloAsso*

Mardi 12 juillet à 21h : Spectacle du groupe mexicain "Xihuitzilli" au Centre culturel des Carmes de Jonzac [ou salle des fêtes suivant météo]. Entrée gratuite (offert par la municipalité); Renseignements : 05.46.48.25.30.

Mercredi 13 juillet à 21h : Spectacle au pied du Donjon de Pons [ou salle polyvalente suivant météo] (Entrée gratuite (offert par la municipalité); Renseignements 05.46.48.25.30).

Jeudi 14 juillet à 21h : Spectacle de clôture au Parc des Charmilles (derrière la Mairie) de Saint-Germain de Lusignan [ou salle polyvalente suivant météo]. Tarifs : 12€ - Étudiants et -16 ans : 10€ / Gratuit pour les moins de 6 ans; Renseignements et réservations:05.46.48.25.30 ou sur HelloAsso*.

*HelloAsso:www.helloasso.com/associations/arts-et-spectacles-en-haute-saintonge

Fontaines d'Ozillac/Saint-Ciers du Taillon : Bach passionnément samedi 9 et dimanche 10 juillet

Samedi 9 juillet à 21 h église de Fontaines d'Ozillac, dimanche 10 juillet à 11 h 30 église de Saint-Ciers du Taillon. Au programme de l'ensemble vocal intermezzo dirigé par Claire Marchand :

Nativité :

• Pachelbel : Magnificat

• Sicut locutus est (extraits du Magnificat)

• Vom Himmel hoch :

Luther : choral

Böhm : choral pour orgue

Praetorius : Motet à 5 voix

Schein : Motet à 3 voix

Bach (extrait du Magnificat)

Passion :

• Schütz : die mit Tränen säen

• Kuhnau : Tristis est anima mea

• Bach : Komm, Jesu komm

Résurrection :

• Montevedi : Cantate Domino

• Schütz : Singet dem Herrn

• Haendel : Singet dem Herrn

• Buxtehude : Cantate Domino

• Bach : Singer dem Herrn

Champagnolles : les 100 ans du vélodrome des acacias samedi 2 juillet

PROGRAMME DU SAMEDI 2 JUILLET 

10 h 00: Ouverture des festivités par Georges Bertrand, maire de Champagnolles

10 h 15: Grand Prix AMCC (Elimination Cadets et Cadettes) : 15 tours

10 h 50: Grand Prix Domaine du Seudre (Course aux points Cadets et Cadettes) : 18 tours

11 h 30: Grand Prix Vélo Club champagnollais (Scratch Cadets et Cadettes) : 15 tours

12 h 00: Restauration rapide

14 h 00: Grand Prix SARL Vivanbois (Elimination Dames) : 18 tours

14 h 35 : Grand Prix Groupama  (Elimination Juniors, Séniors, Professionnels) 30 tours

15 h 15 : Grand Prix Crédit Agricole Saint-Genis de Saintonge (Course aux points Dames) : 24 tours

15 h 50 : Grand Prix Domaine du Chêne (Course aux points Juniors, Séniors, Professionnels) : 24 tours

16 h 20: Interprétation de la chanson du Vélo-Club et entracte

16 h 55: Grand Prix SAS Yves Roudier (Scratch Dames) : 25 tours

17 h 15: Remise du maillot à la première du classement général, parrainé par la Communauté de communes de Haute Saintonge

17 h 30: Grand Prix de la mairie de Champagnolles (Scratch Juniors, Séniors, Professionnels) : 25 tours

17 h 50: Remise du maillot au vainqueur du classement général parrainé par le Département

18 h 00 : Inauguration du vélodrome par Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental de la Charente-Maritime

18 h 50 : Grand Prix Super U Gémozac (Américaine Juniors, Séniors, Professionnels) : 100 tours

20 h 00: Repas champêtre et spectacle

23 h 00 : Feu d'artifice

• Interviews d'anciens coureurs, animations, hommages et expositions ouvertes au public de 10 h à 19 h.

mardi 28 juin 2022

« De Saintes à l’Océan » : le patrimoine de la Vallée de la Charente mis en lumière par la série documentaire Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine

Avis aux amateurs de patrimoine et d’histoire : un nouveau cycle consacré au patrimoine de la Vallée de la Charente, de Saintes à l’Océan, est disponible sur le site Internet et la chaine YouTube Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine.

Réalisé par la Région Nouvelle-Aquitaine, ce cycle de quatre vidéos thématiques vous invite à découvrir le patrimoine lié à la navigation sur la partie basse de la Charente, en aval de Saintes, autour de l'arsenal de Rochefort et jusqu'à l'embouchure du fleuve sur l'océan. Au programme : les aménagements de l'arsenal, des forts et des redoutes, des phares et des balises, des canaux et leurs écluses, des barrages, des ponts mobiles et des ponts suspendus.

A retrouver sans tarder sur : https://www.videoguidenouvelleaquitaine.fr/destinations/de-saintes-locean !

• Zoom sur les quatre vidéos documentaires réalisées :

L’arsenal de Rochefort

Ce documentaire retrace l'histoire et l'organisation de l'arsenal de Rochefort, vaste complexe créé en 1666 dans un méandre de la Charente pour la construction et l'armement des navires de guerre de la Marine Royale Française.

La navigation sur la Charente

Pour améliorer les conditions de navigation sur la Charente et faciliter la traversée du fleuve, d'importants aménagements ont été réalisés tout au long du 19ème siècle, comme la construction de canaux à Saint-Savinien et Chaniers ou la construction du pont transbordeur de Rochefort et du pont suspendu de Tonnay-Charente. Ce documentaire en fait le récit.

Les forts de l'embouchure de la Charente

Pour protéger l'arsenal de Rochefort, 14 forts et redoutes ont été bâtis de part et d’autre de l’embouchure de la Charente à partir du 17ème siècle, avec notamment plusieurs chantiers menés par Vauban. Parmi les constructions plus récentes se trouve le célèbre fort Boyard, achevé en 1860. A découvrir à travers de magnifiques vues aériennes dans ce documentaire de 9 minutes !

Les phares de l'estuaire de la Charente

Chassiron, le phare des Baleines, Antioche et leurs semblables, signalent les dangers des côtes et récifs aux marins qui abordent la rade de l'île d'Aix et l'embouchure de la Charente. Ce documentaire retrace l'histoire et l'évolution technique de ces inestimables aides à la navigation édifiés sur les îles d'Oléron, de Ré, d'Aix, mais aussi sur des rochers en pleine mer ou sur la côte.

• Un nouveau format et une nouvelle formule

Le projet de médiation culturelle patrimoniale Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine évolue aujourd’hui vers une nouvelle forme, avec des vidéos plus longues (6 à 8 minutes), sur des sujets plus vastes, s’inscrivant dans des cycles thématiques. Ces 4 vidéos sur la Charente viennent inaugurer le premier cycle consacré au patrimoine maritime et fluvial, qui sera bientôt complété par 4 vidéos sur l’estuaire de la Gironde, puis une série sur Bidart au Pays Basque. Le rythme de publication est d’un nouveau documentaire par mois, mis en ligne sur la chaîne YouTube Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine -YouTube et sur le site internet du même nom : www.vidéoguidenouvelleaquitaine.fr

Les Amis des Musées de Saintes fêtent leurs 50 ans : remise d'un tableau au musée de l'Echevinage et de dessins au musée Dupuy Mestreau

Jeudi 9 juin dernier, les 50 ans des Amis des Musées de Saintes ont été marqués par deux événements, la remise d’un tableau d’Anathase Bourgeois au musée de l’Echevinage et de six dessins au musée Dupuy Mestreau. Une sympathique manifestation en présence du maire Bruno Drapron, de Philippe Ravon, président des Amis des Musées, de Matthieu Dussauge, conservateur en chef, et d'une nombreuse assistance. 

Philippe Ravon présente le tableau peint à la Roche-Courbon par Anathase Bourgeois
C. Sebert-Badois, propriétaire de la Roche-Courbon, intéressée par cette œuvre
L’œuvre remise au musée de l’Echevinage a été peinte par d’Athanase Bourgeois qui se passionnait pour la nature. Retouchée par Courbet, elle a été réalisée à La Roche-Courhon avec Corot et Auguin. Elle synthétise ainsi le mouvement qui s'est constitué en une petite colonie d'artistes, pendant un an (1862-1863), dans les environs de Saintes. Entré dans l'histoire de l'art sous le nom de « Groupe de Port Berteau », il a été remis à l'honneur lors de l'exposition Courbet en Saintonge (2007) portée par les Amis des Musées de Saintes. Ce tableau appartenait à M. Morand, juge de paix à Saintes. La mairie l’a acheté à ses descendants. Matthieu Dussauge a salué l’investissement de la ville, « soutien qui vient enrichir les collections et permet un renouvellement des accrochages ». Le public peut ainsi découvrir les nombreuses richesses artistiques dont dispose la ville. 

« Au musée Dupuy Mestreau, le dédicataire des six dessins, Abel Mestreau (1855-1939), reste surtout connu pour avoir acquis, en 1905, le bel hôtel de Montconseil afin d'y rassembler et mettre en scène ses multiples collections. Réalisés par un artiste saintais, ces dessins nous dévoilent un autre aspect de cet homme aussi soucieux de conserver et protéger la présence des objets que la vie des arbres, dont l'auteur nous indique qu'il était leur ami et si souvent leur sauveur » a expliqué Philippe Ravon. Ces croquis ont été offerts par Mme Bonnaud.

MM. Dussauge, Ravon, Mme Bonnaud
Parmi les arbres, le fameux chêne de Pessines
Les Amis des Musées de Saintes ont cinquante ans ! 

Ils remercient la municipalité qui les a autorisés à célébrer leur cinquantenaire dans les musées et Matthieu Dussauge, conservateur en chef, et ses services, qui leur ménagent toujours un accueil chaleureux.
Les conférences mensuelles, données par des historiens de l'art ou des commissaires d'expositions, accueillent un public varié et sont suivies une fois sur deux, par la projection d'un film sur le même thème ou le même artiste. L'association organise en outre des voyages visant à faire connaître le patrimoine de la Saintonge ou permettant de visiter les expositions majeures qui se tiennent dans les grands musées de Paris ou de la région.
Contact : amis.musees.saintes.17@gmail.com

Philippe Ravon, Bruno Drapron. Bon anniversaire, les Amis des Musées !

La petite histoire : En 1863 déjà, le peintre Louis-Augustin Auguin, sous l'impulsion de Gustave Courbet, de Corot et Pradelles, avec qui il expose dans la sous-préfecture de Saintes, fait le projet de fonder une société des Amis des Arts, qui est finalement créée par le conservateur Louis Audiat. C’est seulement en 1972 que Paul Josse, maire de Saintes, avec l’appui de personnalités du monde de l’art et des musées, fonde l’association des Amis des Musées de Saintes.
Aujourd’hui, elle est membre de la Fédération Française des Sociétés des Amis des Musées (FFSAM) et contribue par ce réseau au rayonnement des musées de Saintes. Elle a pour objectif de participer à l'acquisition ou à la restauration de collections publiques locales et de soutenir la publication d'études concernant ces dernières.
Attentive à la vie et au devenir des musées, elle les défend sans relâche et leur apporte à l’occasion et bénévolement une aide concrète.

• Rappelez-vous, c'était en 2007 et en 2019
• Livre publié aux éditions le Festin à l'occasion d'une première exposition "autour de Courbet en Saintonge" organisée à Saintes en 2007 à l'initiative de Philippe Ravon


• En 2019, la célébration du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet a été l’occasion pour les musées de Saintes et l’Institut Courbet d’Ornans de présenter une exposition inédite sur l’artiste et sur son séjour saintongeais, au travers de lettres, d'objets et d'une vingtaine d’œuvres rassemblés pour la première fois au musée de l'Echevinage

« Excepté la Franche-Comté natale qui constitue son principal réservoir d'inspiration, la Saintonge, parmi les régions de France où il s'est rendu, a particulièrement marqué Gustave Courbet. Elle représente une parenthèse dans son oeuvre qui a longtemps embarrassé les historiens de l'art. 
Fin mai 1862, sous l'impulsion du critique Castagnary, Courbet se rend en Saintonge pour une semaine. L'accueil chaleureux qu'il y trouve le détermine à rester une année. Il donne libre cours à sa nature dionysiaque en repoussant tous les tabous. Courbet se livre, comme il ne l'avait encore fait, à tous les genres de la peinture. En août, Corot vient le rejoindre chez le mécène Étienne Baudry et son passage donne lieu à une étonnante confrontation.
À l'automne 1862, Courbet s'installe à Port-Berteau, sur les rives de la Charente où il retrouve ses élèves Auguin et Pradelles. Avec eux, il multiplie les pochades sur le motif. Cette production, qui donne lieu début 1863 à une exposition singulière à la mairie de Saintes, suscite une véritable vision saintongeaise. C'est sur cette expérience collective du plein air que l'accent s'est principalement porté. Franchise gestuelle, énergie, célébration de la pâte dans une peinture travaillée au couteau préoccupée de valeurs de tons, tel est le principal legs transmis par « le Passeur de Port Berteau » à ses camarades. Bousculant toutes les règles admises, l'artiste voit dans l'épanouissement de la matière et le culte de la sensation les conditions de la liberté.
Cette aventure amorce la naissance d'une école de paysage qu'Auguin fondera à Bordeaux à la fin des années 1860 ».