mercredi 24 novembre 2021

Saintes/Covid-19 : un nouveau centre de vaccination à l'Oasis Fleurie

L'espace Mendès France ayant fermé ses portes, c'est prochainement à l'Oasis Fleurie, non loin du centre hospitalier de Saintes, qu'auront lieu les vaccinations contre le Covid-19

C'est à l'Oasis Fleurie, 8 rue du dr René Laennec, que seront désormais effectuées les vaccinations contre le Covid-19, l'injection de la troisième dose en particulier. Cette maison d'accueil pour les familles de personnes hospitalisées (située en face du CH de Saintes) accueillera donc ceux et celles qui sont invités à recevoir une nouvelle injection (ou à se faire vacciner tout simplement). 

Le centre, qui devrait fonctionner dès la semaine prochaine avec deux médecins et quatre infirmières, a été ouvert par l'ARS en partenariat avec la Croix Rouge. Le dr François Ehlinger en assurera la direction. Les patients y seront reçus du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h sans interruption.

lundi 22 novembre 2021

Saintes/cathédrale Saint-Pierre : concert d'orgue samedi 27 novembre

L'APCOS (Association pour la Protection et la Connaissance des Orgues de Saintes) organise un concert du marché samedi 27 novembre à 11 h à la cathédrale Saint-Pierre

Cédric Burgelin, titulaire de l'orgue de la cathédrale, interprétera des œuvres de Buxtehude, Bach, Pachelbel, Bruhns et Kneller, en relation avec la période de l'Avent.

Entrée libre avec libre participation.

Renseignements : Tél :  06 85 47 87 24 - mail : saintesapcos@gmail.com - 

blog : https://apcossaintes.blogspot.com/

Saintes/Soroptimist : campagne de sensibilisation contre les violences à l'égard des femmes du 25 novembre au 10 décembre

La violence à l’égard des femmes et de filles est l’une des violations des droits humains les plus répandues, persistantes et dévastatrices au monde et c’est une menace pour des millions de filles et de femmes. Toutes les femmes peuvent en être victimes, quels que soient leur âge, leur condition sociale ou leur niveau d’études. Ces violences prennent de nombreuses formes : violence physique, sexuelle ou psychologique, mutilation génitale, mariage précoce, abus économique et exploitation, maltraitance de femmes âgées sans oublier le harcèlement sur les réseaux sociaux.

En 1991, le Centre pour le leadership mondial des femmes (CLMF) initie et coordonne une campagne mondiale « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste ».

En 2014, la couleur Orange devient la couleur emblématique de ces journées d’activisme. Elle symbolise un avenir meilleur et un monde plus juste, sans violences à l’encontre des femmes et des filles.

Les clubs Soroptimist du monde entier vont pendant 15 jours "oranger" leurs villes.

Durant cette période, les Soroptimist de Saintes mèneront plusieurs actions :

- En partenariat avec la Ville de Saintes, éclairage de l’Arc de Germanicus en orange

- Distribution dans les bars et restaurants de la ville d’affichettes avec les numéros d’urgence à mettre dans les toilettes des femmes.

- Distribution de 10 000 sacs à pain via les boulangeries de la ville, sur lesquels sont mentionnés les numéros d’appel nationaux et locaux des services assurant une prise en charge en urgence des femmes victimes de violences. Au niveau national, c’est un million de sacs à pain qui vont  être distribués.

- Diffusion du film "Made in Bangladesh" à l’Atlantic Ciné le 2 décembre à 20 h (gratuit pour les moins de 20 ans). Film retraçant le parcours d’une jeune femme de 23 ans qui travaille dans le textile. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.

- En partenariat avec La Compagnie de la Pierre Blanche, La Pintarde ou « le féminisme expliqué aux masses populaires » sera joué samedi 11 décembre à 20 h 30 à la salle de cinéma à Pont l’Abbé d’Arnoult.

• QUI SONT LES SOROPTIMIST ?

Les Soroptimist sont des femmes actives, des professionnelles engagées, qui visent à améliorer les conditions de vie des femmes, des filles en leur donnant accès à l’éducation, l’autonomisation et le leadership.

Organisées en clubs, elles s’engagent auprès de leur communauté. Par des actions ciblées, elles lèvent des fonds, soutiennent des causes, mènent des initiatives pour accompagner, financer des projets en direct ou en partenariat. Créée en 1921, cette ONG représentée à l’ONU et dans ses agences compte aujourd’hui plus de 75 000 membres et 3 000 clubs dans 132 pays et interviennent dans les domaines de l’éducation, l’autonomisation, la lutte contre les violences, la santé, l’environnement et le développement durable.

 • Renseignements : www.soroptimist.fr - mail : saintes@soroptimist.fr

FB : Club Soroptimist Saintes - Instagram : soroptimist_saintes 

samedi 20 novembre 2021

Saintes : des subventions du Conseil départemental pour l'amphithéâtre et l'église Saint-Eutrope

La Commission permanente du Conseil Départemental s’est réunie vendredi 19 novembre à la Maison de la Charente-Maritime de Saintes sous la présidence de Sylvie Marcilly

L'amphithéâtre de Saintes

Elle a voté deux subventions en faveur de la commune de Saintes afin de financer (à hauteur de 20%) des travaux de restauration dans le site du Vallon des Arènes :

• 523 308€ pour l’amphithéâtre : Porte des vivants (1ère tranche) et Porte des morts (2ème tranche). 

• 164 111€ pour l’église Saint-Eutrope (1ère tranche).

À Rochefort, le Département va acquérir un terrain situé rue des Tamaris et appartenant à la CPAM 17 afin d’y construire un nouveau bâtiment qui accueillera les services de la Délégation Territoriale Rochefort – Aunis-sud – Marennes-Oléron actuellement dispersés sur plusieurs sites. Le montant de cette acquisition s’élève à 265 000€.

Dans le cadre de l’enveloppe de 16,5M€ votée au profit du budget annexe des ports non concédés, la Commission permanente a procédé à deux individualisations :

• 1,2M€ pour la création d’une aire de carénage au port du Corps de Garde à Charron. 

• 900 000€ pour la réfection des écluses du port du Château d’Oléron.

CONTRAT DE RELANCE ET DE TRANSITION ÉCOLOGIQUE (CRTE)

Dans le cadre de la politique contractuelle de l’Etat avec les collectivités, le Département va s’associer aux CRTE de la Communauté d’agglomération de Saintes et des Communautés de Communes Aunis Atlantique, Aunis sud, de l’île d’Oléron et de la Haute-Saintonge.

COVID-19/AIDE AUX ASSOCIATIONS

Dans le cadre du dispositif d’aide aux associations ayant subi des pertes à la suite de la crise sanitaire, des aides sont attribuées :

PLAN SANTÉ

• À 5 associations porteuses d’ateliers et de chantiers d’insertion pour un total de 120 000€. 

• À 21 associations culturelles et sportives pour un total de 246 600€.

Pour l’acquisition et/ou la rénovation d’un cabinet médical, le Département accorde des subventions aux Communes de Cozes, La Clotte, Meschers et Saint-Hilaire-de-Villefranche. 

► Une aide départementale est attribuée à un médecin généraliste s’installant dans une zone "fragile" éligible.

► Une autre aide départementale est votée en faveur d’une étudiante en 1ère année de 3° cycle ayant le projet de s’installer dans une zone éligible au titre de la désertification médicale à l’issue de sa formation, soit une bourse de 40 400€ sur 3 ans.

POLITIQUE DE L’AUTONOMIE

Le Département soutient la mise en œuvre d’actions individuelles et collectives des proches aidants de personnes âgées et de personnes en situation de handicap. Des subventions permettant de financer leur formation sont accordées aux diverses structures porteuses de projet.

PLAN VÉLO DÉPARTEMENTAL

Une participation de l’Etat de 75 000€ au titre du Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (FNADT) est sollicitée pour l’étude de définition et de programmation d’un "Plan vélo du quotidien".

ASSAINISSEMENT DES COMMUNES

Une enveloppe d’un montant de 3,8M€ a été votée au titre du Programme 2021. La Commission permanente a procédé à l’individualisation des subventions accordées à Eau 17 pour la réalisation de 20 opérations dont les principales concernent :

• Des stations d’épuration à Saint-Genis-de-Saintonge (500 000€), Sainte-Marie-de-Ré (375 000€) et Saint-Saturnin-du-Bois (280 000€).

• Des mises en place de réseau d’assainissement à Marsais (280 000€), Bougneau (316 000€) et Forges d’Aunis (332 000€).

REVITALISATION DES PETITES COMMUNES

La Commission permanente a voté des subventions attribuées à 73 Communes pour un montant total de 1,368M€.

AIDE AU LOGEMENT COMMUNAL À LOYER LIBRE EN MILIEU RURAL

Des subventions sont accordées à 13 Communes pour des travaux de rénovation. Leur montant total s’élève à 70 304€.

AIDE AUX ÉCOLES

Le montant total des subventions attribuées pour des gros travaux ou des constructions, extensions et réfections de locaux scolaires s’élève à 809 256€. Les deux principales concernent l’extension du groupe scolaire de Nieulle-sur-Seudre (339 050€) et la construction de 3 classes et d’un bloc sanitaire à Arvert (188 230€).

DÉFENSE EXTÈRIEURE CONTRE L’INCENDIE

Le montant total des subventions s’élève à 106 000€ ; 23 Communes en sont bénéficiaires.

PLAN PATRIMOINE

Les deux principales subventions sont accordées :

• À la Commune de Saint-Savinien-sur-Charente pour le projet de réhabilitation d’une friche SNCF en pôle musical (328 617€).

• À la Communauté de Communes de l’île d’Oléron pour la réhabilitation du moulin de La Brée-les-Bains (480 745%).

ÉQUIPEMENTS SPORTIFS

Le montant total des aides départementales attribuées par la Commission permanente s’élève à 806 872€, dont :

• 250 000€ à la Communauté d’agglomération Rochefort-Océan pour l’extension du golf de Saint-Laurent-de-la-Prée.

• 202 139€ à la Commune de Sablonceaux pour la construction d’une salle multi-activités.

• 235 860€ à la Commune de Saint-Jean d’Angély pour la réhabilitation du complexe sportif du Coi (2e tranche).

PARTENARIAT SPORTIF/YANNICK BESTAVEN

Une subvention de 150 000€ est attribuée à l’association YB Sailing pour la préparation du Vendée Globe 2024, dont Yannick Bestaven a remporté la précédente édition.

PETITE ENFANCE

Une aide départementale est attribuée pour l’ouverture de Maisons d’assistants maternels (MAM) aux associations porteuses :

• À Saint-Sauveur d’Aunis (MAM Happy dream). 

• À Saint-Porchaire (MAM Le nid des hirondelles)

vendredi 19 novembre 2021

Eglise de Cozes : Boris Lusseau, sculpteur sur glace renommé, à l'œuvre pour la restauration du patrimoine dimanche 5 décembre

Graziella Bordage et la municipalité de Cozes organisent un événement exceptionnel de sculpture sur glace, dimanche 5 décembre à 15 h place sud de l’église de Cozes. Venez nombreux !


Un an après la réussite de l’opération de beach-art, réalisée par l’artiste Jben, qui avait permis de dynamiser la campagne de don en faveur du financement des travaux de l’église de Cozes (https://cozes.fr/eglise-saint-pierre-fondation-du-patrimoine), c’est maintenant au tour de la célèbre confiserie Lopez, maître artisan glacier à Royan, labellisée « Entreprise du patrimoine vivant », de donner un joli et généreux coup de main en faveur de la souscription publique en cours menée par la Fondation du patrimoine (www.fondation-patrimoine.org/63656).

Le chef glacier de chez Lopez, Boris Lusseau, est également un sculpteur sur glace renommé. Il a remporté de nombreuses fois le titre de vice-champion de France de cette discipline. Il mettra son art et son talent au service de l’intérêt général et de la restauration du patrimoine en sculptant la fable du Renard et de la Cigogne dans un bloc de glace (des allusions à cette fable sont gravées sur les chapiteaux historiés façade sud).

La première tranche d’urgence des travaux de restauration de l’église Saint-Pierre de Cozes a été réalisée courant 2020-2021 pour un montant de 290.000€ afin de reconstruire la toiture du collatéral sud effondrée en 2018.

L’élan citoyen de près 200 donateurs, particuliers et entreprises mécènes, a déjà permis de collecter plus 42.000€ (sur l’objectif global de 70.000€) en faveur de ce projet d’intérêt général pour notre territoire.

La seconde tranche des travaux de restauration du clocher et de la tour d’escalier, estimée à 465.000€, débutera en 2022.

Puis viendra, en 2023-2024, la 3ème tranche à hauteur de 340.000€ pour restaurer la nef de l’église.

Ces trois tranches de travaux sont soutenus par les collectivités locales (Etat, Région, Département), la Mission Patrimoine Stéphane Bern, Le Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres et l’association Patrimoines Cozes et alentours.

Cependant, la route est encore longue… Le renard et la cigogne ont donc décidé de mettre leurs différends de côté et de prendre la pose pour des œuvres d’art éphémères. Être visible et recueillir des dons est nécessaire pour contrer la disparition qui les menace !

L’agence Impulsdon accompagne la mairie de Cozes pour créer et mettre en oeuvre cette stratégie de collecte de dons, la communication auprès des donateurs, la prospection et la fidélisation des mécènes.

Cet événement unique sera donc non seulement l’occasion de marquer le lancement de la seconde tranche des travaux et du redémarrage de la campagne de don, mais également de réunir tous les partenaires publics et donateurs privés.

jeudi 18 novembre 2021

Saintes : soupe solidaire offerte mercredi 24 novembre

Dans le cadre du Festival des Solidarités et du Festival AlimenTerre, projection-débat : "Nourrir le Changement"

• Mercredi 24 novembre, glanage au Marché Saint Pierre de Saintes. rendez-vous à midi au Cafésol (rez-de-chaussée de la Maison de la Solidarité, 1 Esp. du 6ème Régiment d'Infanterie à Saintes).

Avec les aliments glanés dans la matinée, sera réalisée une soupe à partager ensemble lors d'un repas original et convivial en soirée.

Programme : 

- 12h : Glanage de légumes au marché St Pierre (RDV à la maison de la solidarité)

- 14h30 : Cuisine en collectif au Cafésol

- 19h : Soupe solidaire offerte

- 20h : Ciné-débat au Cafésol "Nourrir le changement" suivi d'une discussion avec des maraîchers de Saintonge (La Pousse Tranquille).

 Cet évènement est gratuit et ouvert à tous

mercredi 17 novembre 2021

Evolutions des offres TER : des demandes exprimées en comités de lignes intégrées au service annuel 2022

Consciente que l'offre ferroviaire se construit avec ceux qui prennent le train, la Région Nouvelle-Aquitaine organise le dialogue avec ses usagers à travers des réunions publiques : les comités de lignes. Plus récemment, elle a mis en place des plateformes digitales qui permettent à tous de proposer des améliorations du service. En 2020, malgré la crise Covid-19, ce dialogue a pu se poursuivre. 572 propositions ont été déposées et traitées pour aboutir à des évolutions d'horaires, de qualité de service en gare, dans les trains. D'autres propositions, nécessitant un travail plus en profondeur, ont abouti à la réalisation d'études.

Ainsi, suite aux comités de lignes 2021, des évolutions d'offres sont d'ores et déjà intégrées pour le prochain service annuel soit le dimanche 12 décembre 2021, illustrant l'écoute de l'exécutif régional aux remarques exprimées par les usagers et à un dialogue citoyen constructif.

 • Angoulême - Saintes - Royan

Suite aux ajustements des horaires TGV au Service Annuel 2022 sur l'axe atlantique, les horaires des TER ont également été modifiés pour maintenir les correspondances TER/TGV à Angoulême notamment. 

Cela a conduit notamment à retarder le TER 864325 au départ de Saintes arrivant à 8h31 à Royan. Cet horaire n'étant plus compatible avec les besoins des élèves du lycée Atlantique notamment, la Région a demandé à SNCF d'ajuster les horaires. Ainsi, au Service Annuel 2022, le train arrivera à Royan à 8h18, compatible avec un début des cours à 8h35. La correspondance à Saintes avec le TER 864622 venant d'Angoulême (départ 6h41) sera assurée.

Par ailleurs, afin de maximiser le nombre de correspondances TER/TGV, sujet largement plébiscité lors des comités de lignes, le dernier TER partant d'Angoulême pour Saintes a été décalé de 21h10 à 21h45. Ce nouveau positionnement permet la correspondance avec 2 TGV (de Lille et Paris Montparnasse) au lieu d'un seul.

 • Bordeaux - Mont-de-Marsan 

La nouvelle offre ferroviaire, bien qu'améliorant l'offre TER (+ 2 allers-retours Bordeaux-Mont de Marsan + 1 aller-retour Morcenx-Mont de Marsan) suite à la mise en œuvre de la démarche Optim'Ter, a fait l'objet de demandes d'ajustement en particulier sur le premier train du matin à destination de Bordeaux et le retour du soir.

En effet, alors que deux départs de Mont-de-Marsan à 5h15 et 5h49 sont actuellement proposés en 2021, il était prévu de les remplacer par un seul départ à 5h29 sans arrêt intermédiaire (excepté Morcenx) pour accélérer le train et réduire le temps de parcours pour ceux qui sont en correspondance TGV à destination de Paris.

Aussi, suite aux sollicitations reçues, la Région a demandé à SNCF Voyageurs d'insérer des arrêts supplémentaires sur :

 - Ter 866019 au départ de Mont-de-Marsan à 5h29 : ajout des arrêts Labouheyre, Ychoux et Pessac

- Ter 866043 au départ de Bordeaux 20h31 : ajout des arrêts Ychoux et Labouheyre. 

 Ces ajustements pourront être effectifs dès le début du Service Annuel 2022, soit le 12 décembre 2021.

 • Bordeaux - Le Verdon

Bien que des évolutions d'offre TER soient programmées en 2022, suite au déploiement de la démarche Optim'TER sur la ligne Bordeaux - Le Verdon (+5,7% de trains.km, avec en particulier un aller/retour quotidien supplémentaire Lesparre-Bordeaux), des ajustements des circulations des TER ont été réclamés pour desservir le Nord Médoc.

Soucieuse de préserver la vitalité de ce territoire, et malgré le surcoût annoncé par SNCF Voyageurs, la Région a demandé à SNCF d'amorcer le 1er TER du matin depuis Le Verdon au lieu de Lesparre (arrivée à Bordeaux à 7h45 vs 7h46 au SA 2021). Le soir, le dernier TER sera terminus Le Verdon et non plus Lesparre comme prévu initialement (départ Bordeaux à 18h58 vs 18h28 au SA2021). Ainsi, le Nord du Médoc verra le nombre de TER maintenu en heures de pointe du matin et du soir, afin que les usagers du quotidien puissent disposer de solutions de mobilités efficaces.

Ces ajustements pourraient être effectifs dès le début de l'année 2022.

 • Bordeaux - Agen

Dans un contexte de plan de transport adapté lié aux travaux de mise en accessibilité de la gare de Bordeaux Saint-Jean, le nombre de voies disponibles en gare est limité et contraint à supprimer des TER sur cette ligne en heure de pointe le matin notamment. Attentive aux réactions des usagers, la Région, après concertation avec l'association d'usagers de cette ligne (AUTPSG) a adapté le plan de transport depuis le 27 septembre. 

Depuis, suite à la saturation de certains trains, la Région a demandé l'ajustement des compositions des TER : à partir du 19 octobre 2021, le TER 866806 Agen 6h29 - Bordeaux 7h50 sera en unité multiple (doublement des trains). 

Quant aux évolutions des horaires au SA2022, afin d'atteindre l'ambition de renforcement d'offre TER régionale sur la liaison Bordeaux-Agen, en particulier vers La Réole et Marmande, des ajustements de la politique de desserte étaient envisagés par SNCF pour fiabiliser la circulation des TER, sur une infrastructure ferroviaire très contrainte (circulations TGV, Intercités, TER, fret).

Après concertation avec les communes situées sur la section entre Langon et La Réole, il a été convenu de conserver les arrêts TER à Saint-Macaire, Saint-Pierre d'Aurillac, Caudrot, et Gironde-sur-Dropt, en privilégiant les horaires en heures de pointe du matin et du soir. A ce titre, il sera possible depuis ces 4 gares notamment, d'arriver à Bordeaux à 6h46 et 8h. Le soir, le TER partira de Bordeaux à 18h04, y compris pour desservir Caudrot. En effet, suite à l'insistance de la Région, face aux demandes des territoires et des usagers, SNCF a pu ajouter un arrêt supplémentaire.

En revanche, suite aux évolutions horaires des TGV de 2022 imposés par SNCF Réseau, les horaires des TER évoluent d'environ 30 minutes sur cette ligne.

 • Bordeaux - Sarlat

Les horaires de cette ligne seront modifiés de manière significative afin de tenir compte des bougés horaires de TGV au Service Annuel 2022.

Suite à ces ajustements, un horaire pertinent ne pouvait plus être proposé au départ de Mauzac (24) en direction de Bordeaux le matin, notamment pour les besoins des détenus du centre de détention en permission.

 Suite aux sollicitations du maire de la commune de Mauzac, la Région a demandé à SNCF d'engager des études. Les conclusions étant favorables, la desserte de Mauzac pourra être effective, dès le début du Service Annuel 2022 : 

- Sarlat 7h53 - Mauzac 8h34 - Bordeaux 10h18. 

- Bordeaux 7h42 - Mauzac 9h24 - Sarlat 10h02.

 Par ailleurs, un arrêt TER supplémentaire sera proposé l'après-midi, ce dernier n'étant possible qu'en transport à la demande en 2021. Au total, Mauzac bénéficiera de 6 arrêts TER par jour en 2022 vs 4 en 2021.

• Limoges - Uzerche - Brive

Au Service Annuel 2021, à la demande des usagers, les horaires de la ligne Limoges-Brive via Uzerche ont évolué afin de retarder les départs de Limoges en pointe du soir (départs vers '35 au lieu de '10 auparavant). Ces adaptations ont eu pour conséquence de décaler l'offre en pointe du matin également.

Lors du comité de lignes du bassin de Brive de cette année, des usagers ont demandé une desserte supplémentaire en direction de Limoges permettant une arrivée avant 9h pour les arrêts intermédiaires (dont Pierre-Buffière et Saint-Germain-les-Belles notamment). 

La Région a obtenu la révision de la politique d'arrêt du TER Brive 6h48 - Limoges 8h08 : l'ensemble des arrêts seront desservis au Service Annuel 2022a lors que cette circulation était semi-directe jusque-là. 

Ainsi, en semaine, des arrivées à Limoges seront possibles à 7h28, 8h08 et 9h14 le matin depuis tous les points d'arrêt de la ligne à partir du dimanche 12 décembre prochain (contre 7h29 et 9h19 actuellement). 

 

Culture et éducation/Saint-Germain de Lusignan : réunion animée par les députés Raphaël Gérard et Bruno Studer mercredi 24 novembre

 « 4 ans d’action en faveur de la culture et de l’éducation »

Raphaël Gérard, député de la Charente-Maritime, organise une réunion publique afin de faire un bilan des travaux de la commission des affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale en présence de Bruno Studer, député du Bas-Rhin et président de la commission des affaires culturelles et de l’Education.

Depuis le 29 juin 2017, la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation s’est réunie plus de 300 fois pour un total de plus de 600 heures de réunion et l’examen de près de 50 textes, projets de loi et propositions de loi confondus tels que la réforme du bac, Parcours Sup, la loi de programmation de la recherche, la loi concernant l’audiovisuel, le droit d’auteur, le Pass’sport, le Pass’Culture, le harcèlement scolaire, la lutte contre les fausses informations, l’école inclusive, l’engagement associatif, la lutte contre les contenus haineux sur internet, la fonction de directeur d’école, les cantines vertueuses, l’accès aux colonies de vacances...

Cette commission se réunit afin de travailler sur des textes en lien avec l’enseignement scolaire, l’enseignement supérieur, la recherche, la jeunesse, les sports, les activités artistiques et culturelles, la communication et la propriété intellectuelle.

La crise sanitaire de la Covid-19 a bien évidemment laissé sa trace dans les travaux de la commission, sans pour autant l’empêcher d’accomplir ses missions, aussi bien législatives que d’évaluation et de contrôle avec un usage renforcé des réunions à distance ou en format mixte.

Forts de toujours mettre en lien les acteurs locaux et les textes de la commission, Raphaël Gérard et Bruno Studer seront à l'écoute du public le mercredi 24 novembre à 18h30 à la salle des fêtes de Saint-Germain de Lusignan afin d’échanger sur tous les enjeux du milieu de la culture et de l’éducation.



Boscamnant/Xavier Bertrand, candidat au congrès des Républicains pour la Présidentielle : « mes priorités sont l’autorité, les territoires et le travail »

Avec Michel Barnier, Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Philippe Juvin, Xavier Bertrand se présentera aux suffrages des adhérents LR (les Républicains) lors du congrès qui désignera le candidat du parti pour l'élection présidentielle de 2022. Entre temps, celui qui fut ministre de la santé et du travail, réélu à la présidence de la Région des Hauts de France en 2021, fait campagne sur le terrain. S’étant déclaré candidat à la présidence de la République relativement tôt, il est revenu sur sa décision de faire cavalier seul et a repris sa carte chez Les Républicains, formation qu’il avait quittée en 2017. Rendez-vous donc le 4 décembre prochain pour la désignation de l’heureux élu…

Xavier Bertrand accueilli par les Jeunes Républicains à Boscamnant
Xavier Bertrand : « Je n'ai pas d'adversaires au sein de ma famille politique »

Lors du banquet républicain organisé le 6 novembre dernier dans la salle municipale de Boscamnant, en présence des personnalités départementales dont Didier Quentin, président de la fédération de Charente-Maritime, David Labiche, secrétaire départemental, Corinne Imbert, Daniel Laurent, sénateurs, Loïc Girard, Françoise de Roffignac, conseillers départementaux, Véronique Laprée, conseillère régionale, Pierre Borde, maire de la commune, de nombreux points d’actualité ont été abordés.

Xavier Bertrand répond à nos questions

• Xavier Bertrand, vous êtes aujourd’hui au cœur du Sud Saintonge, hors des grandes villes habituelles. Pourquoi ce déplacement à Boscamnant ?

Dans le cadre de la campagne du congrès, je vais à la rencontre des habitants pour présenter mon projet qui est fidèle aux valeurs de la droite. Il permettra au pays de rester debout et de réconcilier les Français aussi. Il s’articule autour de trois grands défis nationaux : l’autorité, les territoires et le travail. Ce sont les priorités qui sont les miennes. Boscamnant est sur ma route aujourd'hui ! 

Pourquoi ai-je fait le choix de participer au congrès des Républicains ? Tout simplement parce qu’il représente le rassemblement. Je vais expliquer mon parcours, mes différences, détailler ce que je veux faire : en l’occurrence mettre fin à l’impunité, rétablir l’autorité, organiser vraiment la riposte de l’Etat, ce qui n’a pas été fait depuis longtemps, insister sur l’importance des territoires. Dans un département comme la Charente-Maritime, il ne doit plus y avoir de zones blanches, de citoyens de seconde zone. Je serai un président qui agira pour que chacun puisse bénéficier des mêmes opportunités, à la ville comme à la campagne. Lors du dialogue qui va s’instaurer avec les Hauts-Saintongeais tout à l’heure, je serai attentif à leurs remarques, j’ai besoin de cet échange avec eux. 

• Sur sa page Facebook, le député LREM Raphaël Gérard a souligné les difficultés financières rencontrées par le centre hospitalier de Boscamnant et l’Ehpad de Montguyon en poursuivant « espérons que ce déjeuner autour de Xavier Bertrand ne soit pas juste une réunion entre vieux copains mais qu’il sera le signal d’une prise en compte par les élus de la majorité départementale qu’il est temps de passer aux actes ». Que lui répondez-vous ?

Je trouve que son intervention est déplacée. Je lui rappelle qu’Emmanuel Macron est au pouvoir depuis 5 ans. Quand j’ai pris des responsabilités dans le domaine de la santé il y a de nombreuses années, j’ai toujours veillé à ce que l’on puisse anticiper et trouver des solutions pour les personnes âgées. Entre mon attitude qui consistait précisément à trouver des solutions et lui qui se réveille parce que je viens ici, je vais le laisser à ses polémiques...

• On constate un vrai manque de médecins généralistes en milieu rural. Ce constat résulte de la rigueur du numerus clausus de 1971 qui permettait alors de fixer le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine. Quelles solutions souhaitez-vous apporter ?

Nous rencontrons les mêmes difficultés dans les Hauts de France. Quand j’étais ministre de la santé, entre le moment où j’ai pris mes fonctions et mon départ, nous sommes passés de 5500 médecins formés par an à 8000. J’ai remonté le numerus clausus alors que les technocrates n’y étaient pas favorables. Un plus grand nombre de professionnels de santé est nécessaire, pas uniquement des médecins. En même temps, réduire la paperasserie redonnera du temps médical aux praticiens pour soigner. Aujourd’hui, les médecins généralistes me disent que leur temps médical est de 40%, il faut atteindre 90%. 

• Le numerus clausus est supprimé dès 2021, mais s’agit-il vraiment de la fin des quotas ?

Le gouvernement dit que le numerus clausus est supprimé, c’est un effet d’annonce puisque les capacités d’accueil des universités restent limitées. Certaines familles, quand elles le peuvent, préfèrent envoyer leurs enfants étudier en Espagne ou au Portugal. Nous avons besoin de plus de professionnels de santé, qu’ils soient libéraux ou salariés. Plus de maisons de santé, moins de paperasse et plus de temps pour s’occuper des patients…

• Il faut aussi donner envie aux jeunes médecins de s’installer dans les zones dites prioritaires ? 

Certains médecins veulent travailler à la campagne, d’autres en ville. Quel que soit leur choix, l’important est qu’ils puissent exercer en milieu rural. En milieu rural, se pose aussi le travail du conjoint. Toutes ces questions sont à étudier.

• Tous les jours, les médias télévisés rapportent des actes violents dans les quartiers, de l’insécurité. Votre position à ce sujet ?

Les problèmes de sécurité, je les connais bien. En tant qu’élu local, je ne les découvre pas aujourd’hui ! Il faut protéger ceux qui nous protègent, les gendarmes, les policiers, les pompiers, les maires. Je suis favorable à une peine minimum obligatoire d’un an de prison si l’on s’en prend physiquement à une personne dépositaire de la force publique. La première des choses est de mettre fin aux impunités : nos policiers sont devenus des cibles, les gendarmes aussi. Si je suis élu, je lancerai la réalisation de 20.000 places de prison supplémentaires avec des procédures raccourcies. En effet, entre le moment où l’on décide la construction d'une prison et son ouverture, dix ans s’écoulent. Il faut donc des procédures d’urgence et les communes qui accepteront d’avoir un centre pénitentiaire sur leur territoire recevront une dotation globale de fonctionnement de l’Etat renforcée. Il faut aussi que les peines soient fermes. Nous devrons alors changer la constitution et un référendum serait organisé à l’automne 2022 pour que les Français puissent donner leurs avis sur le sujet. 

• Si vous êtes élu, vous serez un président ferme ?

Un président doit faire respecter l’ordre. Ce que je ne veux pas, c’est que les gens finissent par se cloîtrer chez eux, raser les murs, baisser la tête parce qu’ils ont peur. Les problèmes de drogue par exemple, il y en a partout, en milieu urbain et rural. Nous devons éviter que le contexte actuel finisse par des affrontements, c’est pourquoi je suis déterminé sur le sujet. 

Quel regard portez-vous sur les partis « extrêmes » ?

Pour moi, les extrêmes profitent des problèmes sans apporter de solutions. En conséquence, je les combats. Personnellement, j’ai une seule famille, celle des Républicains, qui est majoritaire à la Région des Hauts de France. Je n’ai jamais rejoint d’autre formation, je n’ai trahi personne et je ne suis pas allé voir Emmanuel Macron. 

• Le 4 décembre sera un grand jour pour les candidats au congrès des Républicains dont vous faites partie. Qu’est-ce qui fera, selon vous, la différence ?

L’envie de gagner et mon parcours !

Echange avec les participants
Lucas Meunier, jeune républicain de 4e circonscription

Repas républicain organisé par les instances départementales. Parmi les sujets abordés, les Présidentielles bien sûr, la situation sanitaire, la politique migratoire, le désenclavement des territoires, le développement durable, l'écologie, l'emploi, la jeunesse, etc

Didier Quentin, Xavier Bertrand, Corinne Imbert

mardi 16 novembre 2021

Boscamnant : Pierre Borde décoré de l’insigne d’officier dans l'Ordre national du Mérite par Jean-Pierre Raffarin

Samedi était un grand jour pour Pierre Borde, maire de Boscamnant depuis plus de 30 ans

Jean-Pierre Raffarin distingue Pierre Borde
Décidément, la salle municipale de Boscamnant occupe le devant de la scène. Une semaine après la venue de Xavier Bertrand, candidat des Républicains pour l’investiture à l’élection présidentielle, Pierre Borde, maire de la commune, est à son tour à l’honneur. En effet, en ce 13 novembre, il reçoit l’insigne d’officier dans l'Ordre national du Mérite remis par l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. De nombreuses personnalités assistent à l’événement, Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental, Estelle Leprêtre, sous-préfète, Raphaël Gérard, député, Daniel Laurent, sénateur, Jean-Guy Branger venu tout spécialement de Surgères, Christophe Cabri, conseiller départemental, de nombreux maires et bien sûr conseillers municipaux, famille et amis du récipiendaire.

Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental, félicite Pierre Borde
Une nombreuse assistance

Après l'allocution de David Baquedano, maire adjoint, Pierre Borde prend la parole, s’exprimant non pas en tant qu’élu mais en homme tout simplement, racontant son parcours, témoignant de son expérience. Ses paroles, auréolées de sincérité et générosité, touchent l’assistance : « je sors de ma réserve » dit-il. Pierre Borde, qui avoue « avoir eu de la chance », se caractérise par ses engagements dans le monde agricole et l’élevage en particulier où il a toujours placé la barre à une hauteur respectable, ses animaux (de race Holstein) étant primés en France et à l’étranger. Miser sur la qualité, protéger l’environnement font partie de ses démarches (au sein de la Fredon, organisme de référence du végétal représenté par J. Rouillé), de même que sa volonté de servir une cause commune, celle d’un monde respectueux où chacun apporte sa pierre à l’édifice. Il parle aussi de sa foi et de cet amour qui « déplace des montagnes » selon la formule consacrée. Un ciment pour forger des relations solides que le contexte actuel, individualiste, ne favorise pas forcément.

 L'insigne d’officier dans l'Ordre national du Mérite
Des fleurs offertes par Dominique Bussereau à Nadine Borde
Pierre Borde aux côtés des personnalités et du conseil municipal

A son tour, Jean-Pierre Raffarin rend un bel hommage à cet humaniste qu’est Pierre Borde, resté fidèle à sa commune - il a été élu pour la première fois en 1977, maire en 1989 - tout en valorisant son savoir-faire à l'extérieur. « Si vous recevez, c’est que vous avez beaucoup donné ». Il est entre autres impliqué dans la Croix Rouge, le secourisme, les dons d’organes et du sang, la protection de la nature. Et d’ajouter : « vous privilégiez la qualité en agriculture, vous êtes un véritable entrepreneur, vous valorisez la ruralité en même temps que les territoires ». La vision d’un monde qui avance et ne reste pas recroquevillé sur lui-même ! Ce comportement, Pierre Borde l’a adopté dans sa vie familiale, professionnelle et communale où « les décisions sont prises ensemble à la mairie ». 

Pour l’ensemble de ses actions, Pierre Borde est décoré de l’insigne d’officier dans l’Ordre national du Mérite sous les applaudissements du public. Suivent des remises de cadeaux, gestes d’amitié et de reconnaissance qui vont droit au cœur de l’intéressé tandis que son épouse Nadine se voit offrir des bouquets de fleurs. Cette sympathique cérémonie s’achève par le traditionnel verre de l’amitié.

Les présents du conseil municipal

• Aux côtés de son épouse Nadine et de sa famille, Pierre Borde parle avec émotion de son père disparu. Des paroles qui touchent Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental. De même, l’évocation de son enfance rurale rappelle des souvenirs à Jean-Pierre Raffarin dont le père était exploitant agricole dans la Vienne (laiterie).

L'arrivée de Jean-Pierre Raffarin à Boscamnant, conduit par Dominique Bussereau
De gauche à droite, Estelle Leprêtre, sous-préfète, Raphaël Gérard, député, Christophe Cabri, conseiller départemental, Sylvie Marcilly, présidente du Conseil départemental, Dominique Bussereau, ancien président du Conseil départemental, Jean-Pierre Raffarin, ancien ministre, Pierre Borde, maire de Boscamnant, Jean-Guy Brangé, ancien sénateur,
Daniel Laurent, sénateur

• Jean-Pierre Raffarin a été conduit jusqu’à Boscamnant par Dominique Bussereau, ancien président du Conseil départemental : « j’ai eu un guide excellent » dit-il. Et pour cause, Dominique Bussereau connaît bien la circonscription Jonzac/Royan dont il a été député.  

• Présent à cette cérémonie, Joël Rouillé préside la Fredon, organisme pour la protection de la santé des végétaux et du patrimoine naturel auquel appartient Pierre Borde. La Fredon est reconnue Organisme à Vocation Sanitaire (OVS) pour le domaine végétal. Cette reconnaissance lui confère la mission de fédérer l’ensemble des professionnels du secteur végétal pour la gestion du risque sanitaire.

Mireille Calmel/Actualité littéraire : «Aliénor d'Aquitaine a totalement changé ma vie» !

Cette année, les éditions XO célèbrent les 20 ans du premier best-seller de Mireille Calmel "Le lit d'Aliénor" en proposant une édition collector, où différents scènes du livre ont été illustrées par le dessinateur Pierre Legein, ainsi qu'une adaptation en bande dessinée. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Mireille Calmel salue le premier roman de son fils Anaël Train "Le serment de Jaufré". Jaufré Rudel le troubadour, bien entendu !

Rencontre avec cette écrivaine talentueuse que Jonzac a reçu plusieurs fois à l'occasion de conférences à l'Université d'été et la médiathèque. 

Mireille Calmel aux côtés de son fils Anaël Train et du dessinateur Pierre Legein

• La réédition de votre premier roman, Le lit d’Aliénor, est un clin d’œil à votre carrière littéraire qui a commencé il y a 20 ans. Comment est né cet ouvrage qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires ?

Mireille Calmel : Ma vie a totalement changé avec la sortie de ce premier roman, Le lit d’Aliénor, qui vient d’être réédité en édition collector illustrée par XO. 25 livres en 20 ans, c’est une belle complicité ! J’ai la chance de travailler aux côtés d’une maison d’édition qui m’a toujours suivie dans mes choix, mes décisions. Avec le dessinateur Pierre Legein, est paru le premier tome d’une adaptation en BD du Lit d’Aliénor. 

Comment est né mon premier livre ? Quand je suis arrivée à Blaye, j’avais 20 ans, je voyais les ruines du château des Rudel et tous les personnages qui gravitaient autour d’Aliénor dont Loanna de Grimwald qui m’est chère, et le troubadour Jaufré Rudel parti pour Tripoli rejoindre sa princesse lointaine Mélissinde. J’avais envie de comprendre comment ils évoluaient. J’ai alors rencontré un cinéaste qui était un fan d’Aliénor et m’a fait connaître Régine Pernoud. Elle a grandement facilité mes recherches. Aliénor d’Aquitaine s’est imposée à moi. C’est un personnage fabuleux, elle n’a pas d’égal sur le plan politique ! Toutes mes héroïnes ont une personnalité, mais Aliénor m’a émue à certains moments. Je me sens "Aquitaine" comme elle. Je vis actuellement dans le Médoc et, coïncidence, je suis proche de l’ancien port d’où elle embarquait pour se rendre en Angleterre. Il y a même une pierre où elle aurait accouché de l'un de ses enfants qui porte le nom de « pierre de la reine ». Elle a bouleversé ma vie et elle est en train de changer celle de mon fils à travers Jaufré Rudel. Une double plume, c’est un cadeau exceptionnel pour moi.

• Votre fils Anaël Train vient de publier son premier roman. La relève est assurée si l’on peut dire !

En effet, Anaël a publié « le serment de Jaufré » qui deviendra l'un des troubadours les plus appréciés de la cour d'Aliénor d’Aquitaine et que la ville de Blaye connaît bien. Il fait revivre les personnages du Lit d’Aliénor auxquels j’avais renoncés parce que j’avais terminé la série. Ils s’étaient éteints sous ma plume et je ne voyais pas comment les faire revivre. Cela me paraissait impossible, même si mes lecteurs en avaient envie !

Anaël a repris le flambeau, a fait des recherches sur le sujet et commencé à rédiger. Après la rédaction de plusieurs chapitres, il m’a demandé ce que j’en pensais. J’ai été touchée par l’attention et bluffée par son écriture. Ingénieur du son, je ne le connaissais pas sous ce jour. J’ai découvert un véritable auteur disposant d’un solide potentiel. Il a donc continué et c’est ainsi qu’il a raconté l’histoire de Jaufré Rudel. J’ai vu naître une plume et je pense que ce sera vraiment une grande plume ! Il a écrit ce manuscrit il y a  5 ans qu’il a rangé sans savoir ce qu’il deviendrait. Les choses se sont enchaînées quand il a voulu le publier. Je lui ai donné un conseil : « Si tu veux tester les réactions, publie-le sur Amazon et tu verras les retours que tu en auras ». C’est ce qu’il a fait et il en a vendu 500 en peu de temps. Il l’a ensuite envoyé à France Loisirs qui a eu un coup de cœur pour son livre, de la même manière que pour le mien il y a 20 ans. Il est touchant de constater que cet heureux événement s’est produit au même âge avec les mêmes personnages ! Le serment de Jaufré est sorti en librairie le 7 octobre aux Editions du 123. L’accueil est très bon auprès des lecteurs. Séduite par son écriture, son éditrice lui a commandé deux prochains romans. 

• 25 livres en dix ans, vous êtes une femme inspirée ! Et d’ailleurs, les femmes sont toujours au centre de vos romans. Sous votre plume, elles paraissent si présentes…

Ce n’est pas un choix de ma part et ce n’est pas une volonté féministe : elles se sont imposées à moi, tout simplement. Comment naissent-elles sous ma plume ? J’effectue des recherches historiques sur l’époque où évolue mon héroïne afin de bien situer son contexte et il m’arrive de faire des rêves. Il y a des éléments que mon esprit cartésien ne comprend pas ! C’est comme si j’avais vu ces femmes dont certaines ont réellement existé. J’invente alors une histoire, je reste fidèle à la réalité historique et je comble simplement les blancs. Je vais souvent sur les lieux où elles ont vécu. Certains châteaux n’existent plus, mais leur mémoire y subsiste. Je m’imprègne des ambiances. Tous les sites ne sont pas comme la cité de Carcassonne ou Lascaux où demeurent des traces ! Je travaille sur les émotions, les atmosphères. J’aime la période médiévale qui vivait dans ce que l’on appelle « le merveilleux ». Tout y était magique ! Aujourd’hui, cela nous fait sourire car de nombreux phénomènes sont explicables par la science. Je me glisse dans la peau des personnages, j’éprouve pleinement leurs émotions, qu’elles soient douces ou fortes. La violence, l’amour. Pourquoi serait-il plus indécent de décrire une scène d’amour qu’une scène de bataille ? L’écriture ne doit jamais être vulgaire. 

• Quels sont vos projets ?

Je revisite la légende arthurienne autour de la fée Morgane. L’histoire se déroule en Bretagne dans un décor qui n’a pas changé au cours des siècles. 

Je travaille sur une série jeunesse avec une première édition « Le secret de Léonard » chez Belin Education et la parution de « Mystère au théâtre » pour les 8/10 ans. C’est une démarche imaginaire où j’invente des personnages. 

Je devrais bientôt commencer le roman de Jeanne de Belleville, née vers 1300, baptisée "la tigresse bretonne". Cette femme extraordinaire était mariée en secondes noces à Olivier de Clisson, personnage important de la Cour de France. Il finira mal, décapité pour avoir trahi. Ne voyant pas son époux revenir, elle se rend à Nantes où, effroi, elle voit sa tête piquée sur une lance à l’entrée de la tour Sauve-Tout. Folle de chagrin, elle vend alors une partie de ses biens, arme une flotte et devient pirate par vengeance.

• Vous avez une vie bien remplie. Pensez-vous un jour écrire votre autobiographie ?

Pour écrire mon autobiographie, il faudrait 10 tomes ! A l’heure actuelle, si je le fais, ce sera pour mes enfants. Je ne suis pas tournée vers mon passé et suis en paix avec mon histoire. Ma mère avait commencé à écrire la sienne, mais elle s’est éteinte avant. C’était une puissante guérisseuse qui travaillait dans le monde entier, uniquement par le bouche à oreille. C’est d’elle dont j’aurais envie de parler, mais est-ce que j’en suis digne ? Je m’en voudrais de faire des erreurs à son sujet...

• Infos

• Les éditions XO, dirigées par Bernard Fixot, ont lancé début novembre « Cléa », une collection de semi-poche. Parmi les titres, « Le bal des louves » de Mireille Calmel

• Deux salons du livre sur l’agenda de Mireille Calmel, à Roquebrune et Marseille.

lundi 15 novembre 2021

Saintes/Festival sur la place : Quatre jours de culture à la carte du 2 au 5 décembre

La Compagnie Coyote Minute propose la 4ème édition du festival Sur La Place (ou à emporter) dans le quartier Bellevue à Saintes. Quatre jours de culture à la carte, une version boule à neige mettant en valeur les acteurs de la scène locale : arts de la rue, concerts, spectacles, danse, toujours sur la plaine de Bellevue. Une programmation tout public, entièrement gratuite, certifiée sanitairement correcte, avec des dates inédites et la chaleur dans les cœurs.


Un événement Coyote Minute en partenariat avec La Ville de Saintes, L’association Boiffiers Bellevue, Le Conseil Citoyen, la Communauté d’Agglomération de Saintes, la SEMIS, le Conseil Départemental, la CGET et tous les bénévoles !


Les spectacles

• Soirée Impro

Théâtre avec le collectif TILT, les lycéens de Bellevue, Palissy et le petit Chadignac, Bruno Soulet et le public ! Rythmée par des impros musicales par Ludovic Bourgouin et Sylvie Hugon

• EclecticFingers

Reprises soul-jazz acoustiques de Sting à Lavilliers en passant par Marvin Gaye et les Red Hot Chili Peppers ...

• "Madame C - Le Crash Test"
Solo en création de clown pour adultes et grands enfants. Qui est Madame C ? Un personnage ? Un clown ? Un personnage de clown ? Une comédienne clownesque ou une clown comédienne ?  (spectacle est à partir de 10 ans)

• Paulo Lucazzo, alias PAUL UKE
Ce mauvais garçon du ukulélé joue de ce petit instrument en envoyant valser les étiquettes avec beaucoup d'humour et d'autodérision, n'hésitant pas à se frotter à tous styles musicaux : du gros Blues qui tache, du Reggae Rastacouère enfumé, du Death Métalélé, de la Funky à pattes d'eph', du Punk Rock de crétin crétu, mais aussi de la Bossa Nova chabada, de la Disco déglingo, du D'Jazz plein gaz, du Rap à fromage et de la Biguine du Poitou...
Dans ce spectacle Uke'n'Drôle, le public ne sera pas en reste puisqu'il jouera accessoirement son rôle mais sera également bruiteur, souffleur, ensemble vocal, figurant... et de temps en temps spectateur.

• La Soupe à la Grimace par la Compagnie Coyote Minute
Le grand banquet annuel, qui réunit les pires affreux du monde, c'est aujourd'hui ! Le grand restaurant aux trois étoiles noires « La soupe à la grimace », tenu par le fameux chef Putréfié est prêt à les accueillir. Aidé de Sally, le chef parviendra-t-il à conserver ses fameuses étoiles et à ravir tous ses convives ? Et le pire affreux au monde n’est pas forcément celui auquel on pense...
Un spectacle de "muppets" plein d’humour et de convivialité, vous êtes tous cordialement invités au banquet !

• « Isi & là » par la Cie i.si
Mr iSi, idiophoniste nomade, est à la recherche d’un lieu de vie, rien que pour lui. Il emmène avec lui ses malles et toute sa petite vie, son barda, seul ! On découvre peu à peu ses petites manies et son compagnon de route bien rangé ! Une journée presque ordinaire où s’invite le pouvoir, l’envie, la cruauté, les mesquineries, l’amour et la complicité.
Un spectacle poétique, musical, familial, sans paroles qui parle de surconsommation, de pouvoir, de cruauté, de tendresse dans un univers singulier construit autour d’objets détournés et récupérés.

• Duo Nitescence
Ce duo original fait dialoguer le violoncelle et la guitare, deux instruments rarement réunis, dont les timbres s’accordent à merveille. Le chant du violoncelle, généreux et profond, est soutenu par une guitare tour à tour rythmique et mélodique. L’archet et les arpèges se fondent, se répondent, s’opposent ou s’imitent pour créer une alchimie toute particulière, propre à cette formation qui dispose d’un répertoire original. Jean-Nicolas Richard (violoncelle), François Chappey (guitare).

• Allegra, la mort joyeuse par Désirée Cousin
Au milieu des fleurs et des offrandes, un autel des morts s'anime. Comme chaque année, Allegra a aujourd'hui le droit de revenir du sommeil éternel pour avoir encore un instant de présence. Cette fois, elle a compris l'importance de profiter de ce jeu éphémère que l'on appelle VIE. 
Spectacle pluridisciplinaire, mêlant danse, théâtre et jonglerie lumineuse, cette création nous rapproche des traditions mexicaines et nous propose une nouvelle vision de la mort, celle de la célébration d'une vie bien vécue.

• Laztek / Poésie acoustique

LAZTEK distille une poésie moderne (spoken word) inspirée de voyages dans le temps, sur la terre, dans le cœur et ses sentiments...
Tour à tour mélancoliques, joyeuses, brésiliennes ou andalouses, les mélodies nous emmènent en balade dans l'espace et le temps, racontent le soleil, les peines et les sourires ramenés de nos périples.
Dans une formule épurée, le duo Didier Lazaro et Sébastien Gayet vous propose un concert intimiste, rythmé par les mots.

• Les pérégrinations d'Octave le voyageur des mots avec Bruno Soulet et Hervé Luiggi (Cie Adrénaline)
Vous êtes invités par Monsieur Octave, gardien des fonds anciens de père en fils, à découvrir les richesses et les trésors de ses réserves. Il ouvre son sanctuaire et se transforme en guide conteur pour vous transporter au cœur des contes et légendes de Saintonge. Pour égailler en musique et en danse votre balade dans les mots, Monsieur Octave a fait appel à Octavio. Les histoires, lui, il ne les conte pas, il les danse !

• DJ Mix Mickou
Après son mix de folie et sa battle contre DJ Gontran en 2020, DJ Mickou revient, prêt à prendre sa revanche (mais qui avait gagné d’ailleurs ?)...

• Radeau par la Compagnie Coyote Minute
 $Le vieux Jacob, grincheux solitaire lassé du monde, décide de partir sur un radeau. Après quelques jours de navigation, il se rend compte que ses rations viennent à diminuer et fait la découverte d’un passager clandestin sur son embarcation : un jeune garçon nommé Kâlo. La cohabitation sur cet espace réduit semble complexe, mais une relation de confiance s ’installe peu à peu et une complicité naît entre les deux personnages.

• Juste Un P'tit Bout De Cirque par Le Cirque Du Gamin
Au départ, il y a les rues, les chemins, les lampadaires ; l’amour du cirque, de son épopée, de ses blessures et de ses succès. Comment concilier le respect des va-nu-pieds et les paillettes de la piste ? Nouche et Bibelot, vagabonds superbes, plein d’amour muet, sans chapiteau, sans piste et sans spectateurs, tentent, entre deux ratés, de retrouver l’art essentiel du cirque et des saltimbanques.
Jonglage de pommes de terre, funambule de pacotille, mais vrai amour de clowns et du cirque qui permet à l’imaginaire de l’emporter sur la faim, et à la fin sur les moyens.

• Soirée Ciné / La Vache en partenariat avec l’association Boiffiers- Bellevue
Fatah, petit paysan algérien n’a d’yeux que pour sa vache Jacquelinequ'il rêve d'emmener à Paris, au salon de l'Agriculture. Lorsqu'il reçoit la précieuse invitation devant tout son village ébahi, lui qui n’a jamais quitté sa campagne, prend le bateau direction Marseille pour traverser toute la France à pied, direction Porte de Versailles.
L’occasion pour Fatah et Jacqueline d’aller de rencontres en surprises et de vivre une aventure humaine faite de grands moments d’entraide et de fous rires. Un voyage inattendu et plein de tendresse dans la France d’aujourd’hui.

Jonzac : La France Insoumise organise une foire au gratuit le 20 novembre

Le groupe France Insoumise de Jonzac organise une « gratiféria » ou « foire au gratuit » le 20 novembre 2021 au jardin public, boulevard Denfert Rochereau à Jonzac de 9 h à 17 h

Pour ceux qui ne connaissent pas ce concept, il s’agit d’un marché non commercial où on peut donner des objets, mais aussi en prendre ou en recevoir d’autres librement. Contrairement à celui du troc, le système de la gratiféria ne repose pas sur l’échange matériel : personne ne doit rien à personne. Le don se fait sans contrepartie et chacun peut s’approprier tout ce qu’il souhaite sans même donner, dans la seule limite du raisonnable et à condition que les objets ou vêtements soient propres et en bon état.

Des objets ne vous sont plus d’utilité, mais qu’en faire ? Les vendre, les jeter ? il y a maintenant une autre solution, celle de les donner pour qu’ils servent à d’autres. Celui qui donne reçoit beaucoup. C’est très gratifiant de donner, c’est une belle expérience à vivre car elle participe à la cohésion sociale et à l’entraide.

« Cet évènement sera l’occasion de faire connaître le programme de La France Insoumise "l’Avenir en Commun" associé au candidat à l’élection présidentielle 2022, Jean-Luc Mélenchon, et également d’échanger et de débattre sur les sujets d’actualité qui touchent le quotidien de chacun » expliquent les organisateurs. Ils espèrent que cette initiative trouvera un écho auprès d’une population et auprès de ceux qui y verront un acte de solidarité et d’humanité, mais également un acte écologique qui permet d’éviter le gaspillage et la surconsommation. 

samedi 13 novembre 2021

Saintes/conférences : Cézanne et Zola au Gallia, "faire son marché à Saintes du Moyen âge au XVIe siècle" par Alain Michaud

• Conférence des Amis des Musées de Saintes vendredi 19 novembre à 18 h 30 au Gallia : Cézanne et Zola

L'œuvre de Cézanne y est décrite au travers de ses relations avec son meilleur ami, Emile Zola. Mais l'écrivain peut-il faire du peintre un personnage de roman ? Le conférencier, Denis Coutagne est président de la Société Cézanne, après avoir été conservateur  en chef du Musée d'Aix-en-Provence. Il a monté plusieurs expositions. Denis Coutagne est également auteur de catalogues et essais.

Adhérents 5 euros/Non adhérents 8 euros. 

• Film à 21 h "Cézanne et moi" de Danièle Thompson, Gallia, prix 3 euros

• Conférence de l'historien Alain Michaud

Communication de l'historien Alain Michaud sous l’égide de la SAHCM, vendredi 10 décembre sur le thème : Faire son marché à Saintes du Moyen Age et au XVIe siècle, salle Saintonge, de 18 h à 20 h.

Toutes les personnes intéressées sont cordialement invitées.


Mortagne/animations : brocante, loto littéraire, marché, téléthon, soirée cinéma

• BROCANTE MENSUELLE TOUS LES DEUXIEMES SAMEDIS DU MOIS 

SAMEDI 13 NOVEMBRE 

Organisée par l'Atelier Brocante de la Minoterie, tous les deuxièmes samedis du mois du novembre à avril, brocante ouverte aux professionnels et particuliers.

Objets anciens ; pas d'alimentaire - Accueil des exposants à partir de 7h – 3 € le ML  - Réservations au 06 72 55 25 06 / 06 87 76 30 66

Masques recommandés - Annulation par temps de pluie. 

• LOTO LITTERAIRE 

SAMEDI 20 NOVEMBRE A 20 H 15 

Ancien cinéma – Grande Rue  

Un Loto Littéraire; qu'est-ce que c'est ? C'est comme un loto ! Chaque participant/spectateur peut apporter un livre ou l’extrait d’un texte. En échange, un ticket lui sera donné avec un numéro. Si le numéro est tiré au sort, les comédiens interprètent le texte en direct. Ludique, interactif et convivial ; venez tenter votre chance ! Et en plus on peut gagner de très beaux cadeaux. Une proposition de la Compagnie LUNE D’AILES (Charente) 

3 € le carton – Buvette sur place - Renseignements : 05 46 08 17 66 / 07 81 83 37 41 

www.aslem.fr  - https://www.facebook.com/LivresenEstuaire/ 

• MARCHÉ DE MORTAGNE-SUR-GIRONDE :  

TOUS LES DIMANCHES MATIN 

Le marché alimentaire de Mortagne, disparu depuis quelques années, a été relancé ! Tous les dimanches matin de 8h à 13h sur la place Bel Air qui offre un des plus beaux points de vue sur l’estuaire de la Gironde. Des producteurs et commerçants locaux vous proposeront un large choix de produits pour le plaisir de tous !  

• TÉLÉTHON 

SAMEDI 4 ET DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 

Organisé par le Téléthon de l’Estuaire 

 - Tombola avec tickets vendus par les élèves de l’école primaire de Mortagne (tirage le 5 décembre pendant le marché de Noël) 

- Soirée festive à la salle des fêtes de Lorignac à 19h30 (repas 22 € et enfants jusqu’à 12 ans 5 €) – Réservation au Bureau d’Information Touristique de Mortagne au 05 46 08 17 66 

- Tournoi de poker au temple de Mortagne le 5 décembre à 14h – Inscriptions au 06 74 29 34 23 – 5 €  

- Stand au Marché de Noel de Mortagne où vous pourrez venir récupérer les couronnes de Noël et objets de Noël réalisés par l’association « Le Club des 400 coups » et vente de livres avec l’association « Aslem » et la bibliothèque de Boutenac-Touvent. Contact Françoise Mouchel : 06 74 29 34 23 

• MARCHÉ DE NOËL       

DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 :   

De 9h à 18h Place Bel Air  - Nombreux exposants et animations diverses 

Buvette et restauration rapide sur place  - 2 € le ML (reversé entièrement au Téléthon) 

Renseignements et inscriptions à l’office de tourisme 05 46 08 17 66 /mortagne@royanatlantique.fr   

• BROCANTE SAMEDI 11 DÉCEMBRE organisée par l'Atelier Brocante de la Minoterie

Accueil des exposants à partir de 7h – 3 € le ML - Réservations au 06 72 55 25 06 / 06 87 76 30 66

• SOIRÉE CINÉMA SAMEDI 11 DÉCEMBRE 2021 

Le Club des 400 coups ouvre les portes de la salle Parias Frères sur le port de Mortagne et vous propose 4 soirées cinéma en hiver. 

 Cinéma en Hiver est un concept unique, il y a deux films projetés simultanément, le son est diffusé sur les casques audios. Pour la programmation des films, regardez sur www.domainedumeunier.com. L’ouverture de la salle est à 17h30, vous pouvez jouer à volonté sur les flippers des années 60/70. Plateaux apéro et bar sur place. La salle est chauffée et la projection des films commence à 20h. 

Entrée de la salle : 10€, une soupe est offerte. Devenez membre (1€/saison) et profitez-en ! Les places sont limitées, réservez-les par téléphone au 0546977510 ou par mail à clubdes400coups@gmail.com 

Renseignements/Infos : Delphine Dupuy 05 46 08 17 66

vendredi 12 novembre 2021

Jonzac : Le monument aux morts, rénové par la municipalité, a été inauguré en 1921 par James Sclafer

James Sclafer : « Il n’est pas un champ de bataille qui n’ait été arrosé du sang jonzacais »...

A l'occasion de la cérémonie du 11 novembre, Christophe Cabri, maire de Jonzac, a salué les récents travaux réalisés au monument aux morts. Dans son allocution, il a repris des extraits du discours prononcé par James Sclafer, alors maire de Jonzac, le 4 décembre 1921, jour de l’inauguration du monument aux morts précisément...


Cérémonie du 11 novembre : le maire, Christophe Cabri, cite de extraits du discours
de James Sclafer prononcé en 1921

« Habitants de Jonzac, le jour de gloire est arrivé ! Vous êtes ici, non pas pour verser de nouvelles larmes, mais pour glorifier les Jonzacais qui, de 1914 à 1918, sont morts pour la Patrie. Vous avez voulu que notre Cité possède un monument élevé à leur mémoire. La population en son entier a souscrit pour la construction de ce monument ; les plus petites bourses comme les autres ont apporté leur coopération.

Nous en avons confié la réalisation au statuaire René Buthaud et à son fidèle collaborateur, M. Chaveron, qui se sont chargés de camper, sur la pierre, celui qui demeurera dans l’histoire l’éternel Poilu.

Il est pour nous le Grand Anonyme, notre Poilu inconnu, le symbole en qui revivent les 103 des nôtres Morts pour la France, dont le nom est à jamais gravé dans cette pierre.

Il n’est pas un champ de bataille qui n’ait été arrosé du sang jonzacais... Des Jonzacais, il y en avait sur tous les fronts. Des poitrines de Jonzacais, les ennemis en ont trouvé partout devant eux... Des tombes de Jonzacais, on peut en relever partout... Elles jalonnent toutes les lignes de tuerie, tous les champs de morts.

Des enfants de Jonzac, il en est tombé en Belgique, en Artois, dans la Somme, l’Aisne, la Marne, la Meuse, en Lorraine, à Monastir, en Serbie, à Salonique et en Afrique.

Ce Poilu ! C’est tous ceux qui ont fait la guerre, tous ceux qui sont partis à l’appel de la Patrie en danger, ceux qui sont revenus et aussi ceux qu’on n’a jamais revus »...

Et James Sclafer de terminer son propos par : « Ce monument vous appartient. Je vous en fais la remise et le place sous votre sauvegarde à tous. Regardez-le avec les yeux d’un croyant en face d’un objet de piété. Respectez-le comme vous respectez les morts ».


Saint-Georges de Didonne : art et artisanat à découvrir jusqu’au 21 novembre

                               Claire Lise Boulch (Rose Outremer Talmont) : un travail raffiné

Créateurs et artisans vous donnent rendez-vous au relais de la Côte de Beauté, à Saint-Georges de Didonne : bijoux de tête, en nacre, en plumes, peinture sur verre, vannerie, encres et mandalas, marque-pages, broches en jeans, mosaïque, bois flotté, savons artisanaux, porcelaine et poterie, textiles, photographies, luminaires design, accessoires divers et variés ! Un vrai plaisir d’aller à la découverte de cette exposition riche et variée ! Jusqu'au 21 novembre 15 h à 18 h 30

Katherine Labadie (Jonzac) : des bijoux en plumes à découvrir !

Bois flotté
Des lampes originales

Rencontre avec les créateurs talentueux
Le vernissage jeudi 4 novembre en présence de Mme Coudert représentant la mairie