jeudi 9 juillet 2020

Saintes : Dociles et scélérates, les vagues à l’âme de Cécile Trébuchet

Cécile Trébuchet, guide conférencière bien connue, révèle un autre pan de sa personnalité à la Musardière. En effet, elle y présente ses peintures faites d’horizons nouveaux, de rivages, de bateaux et de pleine mer. De vagues aussi, tantôt dociles, tantôt scélérates. Une bonne occasion pour découvrir ce que sont ces murs immenses qui surgissent parfois au milieu des flots. 
L’ambiance est marine, azurée et iodée. Et si vous poussez les verrous, vous y verrez un monde inconnu…



L’artiste explique sa démarche : « Pourtant née en Charente-Maritime, c’est en Arménie que j’ai eu la plus grande rencontre artistique avec la mer et l’un de ses maîtres artistiques du XIXème siècle, Ivan Aïvazovski. Perdue dans un pays qui n’était pas le mien, je me nourrissais, de monastère en monastère et dans tous les musées, d’un art qui m’était étranger mais dont la beauté devenait l’une des découvertes les plus émouvantes de ma vie.
L’Arménie n’est en limite d’aucun rivage, d’aucun océan et seul le lac Sevan rappelle des paysages et histoires d’eau. Et pourtant ? Ivan Aïvazovski a transmis dans ses toiles les plus grandes tempêtes et les vagues écorchées rappelant toutes les colères des hommes contre les injustices. Ce maître des marines, grand artiste du romantisme et réalisme de l’art russe a eu alors raison de toutes mes émotions. Je me souviens m’être effondrée sur un des bancs de ce musée austère où il était à peine permis de tousser. Les gardiens ne comprenaient rien de ces larmes saugrenues en ce lieu de silence. Expatriée pendant plusieurs années, je venais juste de tomber éperdument amoureuse de cet artiste qui avait jeté toutes les vagues de ma solitude à mes pieds. J’étais tombée amoureuse d’un pays qui n’avait pas la mer, mais qui me l’avait malgré tout offerte pour que je ne m’en sépare plus jamais. Depuis mes rivages charentais aujourd’hui, je vis auprès des vagues comme on vit avec ses amis. Elles et ils font partie intégrante de ma vie. La distance, la maladie, le temps qui passe, la mort, font que certains partent pour ne jamais revenir mais tous ont un sens, un rôle. Ils représentent un tout d’amour et de confidences dans un parcours de vie ».


« Les Trois Sœurs » !

Le phénomène dit des « Trois sœurs » correspond en étude maritime à la présence de trois vagues scélérates successives. Elles sont les plus dangereuses. Un bateau qui aurait eu le temps de réagir correctement aux deux premières vagues n’aurait que très difficilement la possibilité de se remettre dans une position favorable pour la troisième. Ainsi va la vie de famille...


Les vagues scélérates…

Les  « vagues scélérates », d'une amplitude et d'une sévérité inattendues par rapport aux conditions de mer lorsqu'elles surviennent, sont responsables de nombreux accidents de mer. En anglais, on les appelle freak waves ou rogue waves.
Jusqu'au milieu du XIXe siècle, l'existence des vagues scélérates était mise en doute, faute de mesures objectives, par la grande majorité des scientifiques spécialisés dans leur étude, malgré les nombreux témoignages rapportés par les marins et la rencontre de ces vagues par de gros navires modernes.
Ce scepticisme a changé en 1995 lorsqu'une vague a frappé l'installation pétrolière Draupner en Mer du Nord norvégienne. La plateforme était équipée d'un laser pointé vers le bas et a enregistré une vague de 26 mètres de haut au milieu d'une mer de vagues de 11,8 mètres. Cette preuve tangible a transformé le mythe maritime en réalité.

La vague du Nouvel An

Le 1er Janvier 1995, au cours d'une tempête relativement anodine où les hauteurs crête-creux étaient estimées à 10-12 mètres, une vague s'éleva soudain à plus de 18 mètres au-dessus du niveau moyen et endommagea du matériel entreposé sur un pont inférieur ouvert de la plate-forme pétrolière Draupner, en Mer du Nord, appartenant à Statoil. La hauteur crête-creux de cette vague peut être évaluée à 31 mètres, soit à peu de choses près le maximum pour lequel la structure avait été conçue et elle a résisté ! Mais nul n'imaginait qu'une telle vague extrême puisse se produire pour des hauteurs significatives à moins de 16-17 mètres.
L'annonce d'une tempête exceptionnelle avec des hauteurs de vagues à ce dernier niveau aurait sans doute conduit à prendre des précautions vis-à-vis du matériel qui fut endommagé. C'est bien là le danger des vagues scélérates : même si leur sévérité n'excède pas le maximum prévisible, elles surviennent à un moment où on ne s'en croit pas menacé.

Les "vagues scélérates" sont des vagues de pleine mer (loin des côtes) dues à l’effet du vent, avec souvent des courants contraires. De ce point de vue, elles sont à distinguer d’autres vagues qui ne deviennent géantes qu’à l’approche des côtes, tels que :
• Les tsunamis (ou raz-de-marée) qui sont des groupes d’ondes solitaires (solitons) engendrés dans l’océan par les secousses telluriques (séismes). Au large, ces solitons ne présentent aucun danger pour la navigation.
• Les mascarets liés à l’onde de la marée montante dans certains estuaires ou embouchures de grands fleuves ; ils sont souvent dangereux pour la navigation, mais prédictibles comme la marée.

On parle de vague scélérate pour des hauteurs du creux à la crête de plus de 2,1 fois la hauteur significative des vagues. Les vagues scélérates se forment sans raison évidente. Elles sont souvent décrites comme des murs d’eau qui viennent heurter les navires, contrairement aux vagues « normales » qui montent en pente relativement douce, permettant aux navires de passer par-dessus. Des vagues scélérates ont été observées dans tous les océans du monde, qu’il y ait ou non des courants importants en surface.

Les vagues scélérates peuvent atteindre des hauteurs crête à creux de plus de 30 mètres et des pressions phénoménales. Ainsi, une vague normale de 3 mètres de haut exerce une pression de 6 tonnes par mètre carré. Une vague de tempête de 10 mètres de haut peut exercer une pression de 12 tonnes par mètre carré. Une vague scélérate de 30 mètres de haut peut exercer une pression allant jusqu’à 100 tonnes par mètre carré. Or, aucun navire n’est actuellement conçu pour résister à une telle pression.

Il existerait aussi un phénomène dit des « Trois sœurs ». Il s’agirait de trois vagues scélérates successives, et donc d’autant plus dangereuses, car un bateau qui aurait eu le temps de réagir correctement aux deux premières vagues n’aurait que très difficilement la possibilité de se remettre dans une position favorable pour la troisième.

La fréquence d’apparition des vagues scélérates est donc nécessairement liée au caractère non-linéaire des vagues. Dans un train de houle, la vague scélérate apparaît en empruntant l’énergie contenue dans ses voisines, avant de la leur rendre en disparaissant ou de la perdre en déferlant. On parle de modulation d’amplitude.

Dans le cas de propagation de vagues dans des directions différentes, il semblerait que certaines circonstances encore mal définies puissent provoquer non pas la diminution, mais l’accumulation des ondes de houle, provoquant une vague scélérate.


Le vernissage vendredi soir à la Musardière, 29 rue Alsace Lorraine à Saintes
Dociles et Scélérates, de la Mer ou la Femme …
Elles sont belles et cruelles
Langoureuses et silencieuses
De tempêtes  et de  traverses
De rondeurs et de caresses
François 1er disant : « Fol qui s’y fit »

Producteurs Charentais : tous en cuisine !

Feu vert aux financements de l’atelier de transformation collectif en Saintonge Romane. C’est le moment pour les producteurs de rejoindre le projet


 La région Nouvelle Aquitaine, le Conseil Départemental de la Charente-Maritime, le programme européen LEADER et la communauté d’agglomération de Saintes donnent la dernière touche à leur participation au plan de financement de l’atelier collectif de produits fermiers de l’association « Les producteurs charentais cuisinent ». Ces 4 partenaires s’engagent à financer une part importante de l’investissement, en lien étroit avec le nombre d’agriculteurs.trices rejoignant le projet dès maintenant.
Le projet d’atelier de transformation collectif porté depuis deux ans par un groupe d’agriculteur.trices est là pour permettre aux producteurs de transformer et valoriser leurs produits bruts, en soupes, jus, conserves, plats cuisinés, charcuteries sèches, préparations diverses.
Aujourd’hui, la bonne nouvelle vient du côté des subventions publiques dont l’importance permettra la réalisation de ce projet et la maîtrise des coûts d’utilisation de l’atelier dans le temps. Ce qui est attendu maintenant par l’équipe déjà engagée est que d’autres agriculteurs.trices viennent rejoindre l’association au plus vite.
Le bâtiment, projeté à Corme Royal, comprendra des salles, machines, outils nécessaires pour stocker et préparer les produits dans de bonnes conditions d’hygiène et de travail. Que ce soit de façon régulière ou pour quelques jours par an, l’adhésion à l’association de nouveaux producteurs est une étape déterminante.

• Pour vous renseigner, veuillez contacter « LES PRODUCTEURS CHARENTAIS CUISINENT » 
Mail : producteurscharentaiscuisinent@gmail.com
Tél : 06 12 56 50 89

Enquête régionale sur les problématiques de santé et environnement, ouverte jusqu’au 23 juillet 2020

Dans le cadre Plan Régional Santé-Environnement (PRSE), l’ARS Nouvelle-Aquitaine, en lien avec la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement) et la Région Nouvelle-Aquitaine, proposent une étude sur les rapports de la population avec les questions de santé et environnement. Chacun est invité à y participer avant le 23 juillet 2020.
Pour rappel, le Plan Régional Santé-Environnement (PRSE) vise à promouvoir la santé environnementale en Nouvelle-Aquitaine à travers de multiples actions et acteurs.



Afin de mieux comprendre les perceptions, les connaissances et les comportements de la population avec cette problématique, ce questionnaire a été élaboré par l’ARS Nouvelle-Aquitaine en lien avec ses partenaires. Il faut environ 10 minutes pour le remplir en ligne et les réponses sont anonymes.

Merci de participer nombreux à cette enquête. Vous avez jusqu’au 23 juillet 2020.
Accéder au questionnaire : https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/sante-et-environnement-en-nouvelle-aquitaine-votre-avis-nous-interesse

Les résultats de cette enquête permettront d’améliorer les actions de prévention et de faire avancer la recherche en santé environnementale.

En savoir plus sur le Projet Régional Santé-Environnement (PRSE)
http://www.nouvelle-aquitaine.prse.fr/

Château-d'Oléron : inauguration de la piste cyclable de la « Route des huîtres »

L'inauguration du premier tronçon de la piste cyclable de la « Route des huîtres » a lieu aujourd'hui jeudi 9 juillet au Château-d'Oléron

 
La Communauté de communes de l'Ile d'Oléron a engagé depuis plusieurs années un programme de développement de la pratique cyclable sur l'île. Celui-ci s'échelonne sur trois planifications d'investissements : plan vélo 1 de 1995 à 2005, plan vélo 2 de 2005 à 2016 puis le plan vélo 3 démarrant en 2017. Ce dernier s'articule autour d'objectifs prioritaires : poursuivre les liaisons interpôles, assurer les liaisons utilitaires, sécuriser les points durs, assurer les liaisons avec le réseau de transport public et le continent, poursuivre les liaisons le long du littoral et les accès aux plages.

Dans le cadre du plan vélo 3, l'intercommunalité a prévu de créer ou de réhabiliter plus de 60 kilomètres de voies cyclables dont près de la moitié en site propre et le reste en sites partagés (chemins ruraux, zone à 30 km/h), portant à terme le réseau cyclable de l'Ile d'Oléron à près de 200 km.

L'itinéraire privilégie les cheminements ayant vocation à finaliser le tour de l'île. Ces aménagements sont accompagnés par l'implantation de mobiliers (racks à vélos, tables, bancs), de signalétiques horizontales et verticales ainsi que d'un traitement paysager aux abords des pistes.

La Région Nouvelle-Aquitaine, fortement impliquée dans le développement des déplacements doux, matérialisé notamment par l'adoption en mai dernier de son Schéma Régional des Véloroutes, a soutenu ce projet à hauteur de 291 614 euros. A cette somme s'ajoute une aide de l'Union européenne d'un montant de 195 679 euros au titre du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER).

Saintes : réouverture de la ludothèque à partir du 13 juillet

A partir du 13 juillet, les usagers peuvent de nouveau emprunter des jeux à la ludothèque (excepté les grands jeux en bois) et jouer sur place. La salle de motricité est également accessible


L’accueil se fait uniquement sur rendez-vous au 05 46 93 97 39 sur des tranches horaires d’une heure trente et dans la limite de 20 personnes par créneaux horaires :
• Lundi et mardi : de 14h30 à 16h et de 16h30 à 18h
• Mercredi : de 10h à 11h30, de 14h30 à 16h et de 16h30 à 18h
• Vendredi : de 10h à 11h30 (accueil spécifique 0-3 ans), de 14h30 à 16h et de 16h30 à 18h

Entre chaque créneau, les ludothécaires désinfectent les points de contact, les sanitaires ainsi que les jeux mis à la disposition du public.
Pour respecter les consignes sanitaires, il est demandé aux usagers de :
Porter obligatoirement un masque (dès 11 ans) pour entrer dans la structure
Se laver les mains à l’entrée avec la solution hydro-alcoolique à disposition
Respecter le sens de circulation mis en place à l’extérieur et à l’intérieur de la ludothèque et les gestes barrières
Respecter les consignes données sur place par les agents
• Plus d’infos sur www.agglo-saintes.fr L’Agglo au quotidien Ludothèque

• Adresse : 2 Passage Massiou, 17100 Saintes
Téléphone : 05 46 93 97 39

Montendre : 20 ans de Free Music sur Youtube

Le festival Freemusic devait fêter sa 20ème édition en 2020. 20 ans de passion pour la musique live, 20 ans d'une aventure humaine engagée !


Les responsables ont imaginé, en collaboration avec une belle équipe de réalisateurs, de produire un film documentaire qui retrace les grandes étapes de cette épopée qui n'en est qu'à son commencement.
« Avec vous, le festival a grandi et a tracé son chemin, s'est professionnalisé tout en gardant son esprit d'origine avec ses bénévoles, son indépendance et son engagement sur des valeurs humaines et environnementales. Ce film est sincère, il nous ressemble et nous espérons que vous prendrez beaucoup de plaisir à le regarder ».

• Rendez-vous en 2021, les 18, 19 et 20 juin pour fêter la 20ème édition.

• Le film sera disponible ce soir jeudi 9 juillet à 18 h sur Youtube en suivant ce lien : https://youtu.be/zPCoL2AjUzk

Extension de la gendarmerie : le Préfet Nicolas Basselier en visite à Montendre

Bonne nouvelle pour la gendarmerie de Montendre, le projet concernant l’extension des locaux et les logements des familles est en bonne voie. Vendredi dernier, le préfet de Charente-Maritime Nicolas Basselier et le sous-préfet de Jonzac, Jérôme Aymard, sont venus sur place où ils ont été reçus par Eric Hoarau, commandant de la compagnie de gendarmerie, et le major Pasquier, responsable de la brigade autonome de Montendre.

La présentation du projet d'extension par le Commandant Hoarau
Depuis 2014, les gendarmeries de Montlieu et Montendre, qui forment une brigade autonome forte de 13 sous-officiers et 3 gendarmes adjoints volontaires, sont regroupées sur le site de Montendre. Très rapidement, un problème s’est posé : d’une part, l’espace était trop réduit ; d’autre part, faute de logements suffisants, certaines familles se sont trouvées dans l'obligation de louer à l’extérieur de la caserne.
Consciente de la situation, la mairie de Montendre a pris les devants en mettant à disposition un terrain situé près de la gendarmerie afin de pouvoir réaliser une extension. Les responsables travaillent depuis des années sur le dossier qui est actuellement entre les mains de la Direction Générale.

Le préfet salue le major Pasquier et ses hommes. L'extension des locaux permettra 
de meilleures conditions de travail
Si le dossier est validé, les travaux, portés par la mairie de Montendre, 
pourraient commencer en 2021
Le coût des travaux conduits par la ville de Montendre s'élève à 1700.000 euros dont participation de l’Etat (300.000 euros), des fonds issus de la DETR et la Transition écologique. En ce qui concerne la gendarmerie elle-même, elle va être réaménagée (hall d’entrée déplacé, bureaux restructurés, cellules, création d'un pôle judiciaire, garages). Cet agencement a pour objectif d'améliorer les conditions de travail actuelles. Six logements supplémentaires vont être construits avec jardin et parking. Si le projet est validé, les travaux devraient commencer en 2021.

Bernard Lalande, sénateur, et Nicolas Basselier, préfet
La gendarmerie se trouve en face du centre commercial de la Vallée
• La situation après déconfinement en Saintonge, le point avec le Commandant Hoarau :
Vigilance en ce qui concerne les violences familiales (dont le nombre avait augmenté pendant le confinement), les coups et blessures, et les atteintes sexuelles sur les mineurs. Prudence aussi du côté des maisons : les vols, qui avaient diminué pendant le confinement, sont en recrudescence.
L’épidémie de Covid-19 étant toujours présente, il est demandé aux personnes d'être attentives. Dans ces conditions, faut-il s’inquiéter du Site en Scène organisé prochainement à Jonzac (concerts en contrebas du château) ? Des précautions ont été prises pour que cette rencontre estivale puisse se dérouler dans de bonnes conditions.

Montendre : le Préfet en visite à l’entreprise GDP, leader français de la fabrication de profilés composites par pultrusion

Vendredi matin, le préfet de Charente-Maritime, Nicolas Basselier, se trouvait dans le Sud Saintonge aux côtés du sous-préfet de Jonzac, Jérôme Aymard. Il a d’abord visité le chantier de la future maison de santé et de l’espace touristique communautaire de Montguyon (dont le nouveau maire est J. Mouchebœuf), puis la pépinière bois de Montlieu la Garde avant de faire étape à la société GDP à Montendre. 

Fabrice Maimbourg, Nicolas Basselier, préfet, Brigitte Rokvam, conseillère départementale, Brigitte Quantin, maire de Saint-Aigulin
Cette société, installée sur la zone industrielle du Lézard, est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de profilés et tubes, les fibres de verre, les résines, le polyester, le vinylester et le phénolique obtenus par pultrusion (marchés nationaux et internationaux). « Une pépite » selon l’expression du sénateur Bernard Lalande qui a eu le plaisir de remettre à son directeur, Fabrice Maimbourg, le trophée de la Haute-Saintonge en 2018. A cette époque, le responsable avait prononcé un discours remarqué et applaudi, prônant le management participatif et demandant aux personnalités de défendre les PME françaises face aux pesanteurs de la réglementation européenne.

Les explications du directeur

Depuis, GDP, leader français de la fabrication de profilés composites, poursuit sur sa lancée. Le groupe compte 100 personnes et réalise 12 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le pôle principal compte 19 lignes de production gérées par 35 personnes environ dont 10 cadres. Chaque année, 2000 tonnes de matières sont transformées (7 jours sur 7, 24 h sur 24). Les profilés obtenus sont destinés à de nombreux secteurs d’activités (viticulture, mobilier urbain, bâtiments, transports ferroviaires, génie chimique, équipements sports et loisirs, etc). Ils varient depuis quelques millimètres jusqu’à plus d’un mètre de large.
« L’offre GDP est un service clé en main » souligne Fabrice Maimbourg. Ses projets ? La modernisation des machines, un deuxième robot, des capteurs de mesures en tous points des postes de production, la diminution de l’impact de la consommation énergétique, le recyclage, l’intégration sécurité et protection de l’environnement dans le système, le développement de contrats pluriannuels avec les partenaires, l’évolution sur le marché des tuteurs (fabriqués en Chine), etc.

Cette rencontre a été l’occasion d’échanger sur l’avenir de l’entreprise et la période de confinement liée au Covid-19. « Dans le respect des gestes barrières, nous avons continué à fonctionner en réaménageant les tâches » précise Fabrice Maimbourg qui remercie le personnel de son implication.

La visite de l'entreprise commentée par Fabrice Maimbourg
Jérôme Aymard, sous-préfet, Brigitte Quantin
Fabrice Maimbourg et Nicolas Basselier, préfet
• Les filiales : Solentis (France), Gdpkoral (République tchèque). Sociétés sœurs : Ate et Ate-mec (Espagne)

Une halte à Mysterra (parc des labyrinthes) : 

Le préfet a fait une halte au parc des labyrinthes présenté par Patrick Giraudeau, maire de Montendre, et Bernard Lalande, sénateur. Le site est ouvert, idéal pour passer un bon moment en s'amusant pendant les vacances. Infos : 05 17 24 30 58

N. Basselier, préfet, et Patrick Giraudeau, maire
J. Aymard, sous-préfet, Bernard Seguin, Brigitte Rokvam, conseillers départementaux, Brigitte Quantin, nouveau maire de Saint-Aigulin

mardi 7 juillet 2020

Jonzac : un petit coin de paradis contre un coin de parapluie !

Quoi de neuf à Jonzac ?

• Rétro : un nouveau magasin d'antiquités brocante, tenu par Anouk Chauvet, a ouvert ses portes place de la République


• Changement de propriétaire au Bar tabac du Château :

Christopher Chaplain va succéder à Simone Pourras qui vient de cesser ses activités. Réouverture du Bar tabac du Château prévue le 20 juillet prochain.
Christopher n’est pas inconnu à Jonzac puisqu’il y a passé toute son adolescence. En effet, il est le fils de Marie-Claire et Dominique Chaplain, anciens propriétaires de la Civette, rue des Carmes, commerce qu'ils ont tenu pendant dix ans. Bienvenue à Christopher et nos salutations à ses parents !

• Vive les parapluies dans les rues de Jonzac sur une idée de l'Union des Commerçants






© Nicole Bertin

Saint-Palais sur Mer : Arteô vous invite au voyage


Les 17, 18 et19 juillet, l’ancienne poste de Saint-Palais ouvre ses portes pour une invitation au voyage. 

L’association ARTEÔ qui a pour but de promouvoir l’art sous toutes ses formes et de favoriser les rencontres entre les artistes et le public, proposera un voyage à travers les livres, les rencontres, la peinture et l’imaginaire.
Le thème du voyage résonnera spécialement dans l’histoire de la maison. Deux éditeurs de l’UEVI (Union des Editeurs de Voyage Indépendants) présenteront un large choix de titres issus des collections de ces 10 maisons d’édition qui cherchent à incarner par leurs publications toutes les formes de voyage. Le site librairieduvoyageur.com présente tous les titres de toutes les collections de tous ces éditeurs.
Une exposition de toiles de Nadine Salem, nourrie depuis toujours de littérature de voyage, accompagnera en couleurs et émotion les rencontres de ces journées. Elle sera présente le samedi après-midi pour vous parler de ses peintures et des ramages de son carnet de croquis, interprétation des merveilles rencontrées au cours d’un voyage à Newfoundland.

• Entrée libre pour ces trois jours de 10 h à 20 h à l’ancienne poste 5, rue de l’océan 17420 St Palais sur mer

Montguyon : Opération de dépistage Covid-19 gratuit et ouvert à tous

L’ARS Nouvelle-Aquitaine et la Préfecture de la Charente-Maritime, en lien avec la commune de Montguyon, le Syndicat des Communes de Montguyon et le laboratoire Cerballiance, organisent une opération de dépistage gratuit :
• Mercredi 15 juillet de 9 h à 16 h dans la salle polyvalente du Pôle Culturel de Montguyon



Pourquoi cette opération de dépistage ?

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de tests qui accompagne le déconfinement. Elle vise à faciliter l’accès au dépistage dans des territoires concernés par des difficultés d’accès aux soins.

La participation au dépistage permettra d’évaluer le niveau de circulation du virus sur ce territoire, de déclencher la recherche de personnes contacts de nouveaux cas positifs, de les alerter afin de mieux les protéger et ainsi de casser les chaînes de transmission du virus.
L’ARS Nouvelle-Aquitaine encourage fortement la population à participer à ce dépistage gratuit. Il s’agit de contribuer à l’effort collectif pour contenir la propagation du virus dans le département.

Comment participer au dépistage ?

Le dépistage se fait sans rendez-vous, si nécessaire après avis médical effectué sur place. Le dépistage consiste en un test virologique RT-PCR (prélèvement par voie nasale) qui permet de déterminer si la personne est porteuse du virus.
Pour tout renseignement, contactez le 05 46 86 47 17.
D’autres opérations de dépistage seront menées dans le département.

Bruno Drapron, nouveau maire de Saintes, face à la règle des trois

Cas de figure plutôt rare, l’opposition au nouveau maire de Saintes ne sera pas une et indivisible mais triple. En effet, les trois listes face auxquelles Bruno Drapron a été élu le 28 juin dernier sont toutes représentées au Conseil municipal (dont son prédécesseur Jean-Philippe Machon). Voilà qui promet un avenir haut en couleurs !

Le nouveau maire, Bruno Drapron, et ses adjoints
Vendredi, hall Mendès France. Pour la première fois, un maire de Saintes est élu hors des murs de l’hôtel de ville, Covid-19 oblige. La salle est suffisamment vaste pour qu’édiles et public puissent vivre dans de bonnes conditions ce moment important pour la cité qu’est la désignation du premier magistrat. Et Saintes attend beaucoup de son nouveau responsable, Bruno Drapron, élu à ce poste sans surprise avec 23 voix, contre 4 à Pierre Dietz qui ne s'était d'ailleurs pas porté candidtat. On compte également 5 bulletins blancs, tandis que les 3 bulletins manquants étaient ceux de Rémy Catrou et ses colistiers qui ont refusé de prendre part au vote.
Pour mémoire, Bruno Drapron était précédemment l'adjoint aux sports de Jean-Philippe Machon duquel il s’était désolidarisé en cours de mandat. Entraînant dans sa fronde plusieurs conseillers, il avait provoqué une scission au sein de la majorité. Par ailleurs, lors de la composition de sa liste aux Municipales, Bruno Drapron a accueilli à ses côtés deux élus issus de l’ex-liste socialiste d’Isabelle Pichard en 2014, Philippe Callaud et François Ehlinger. Une ouverture qui a permis de partir « groupé » et de remporter la victoire, d’une courte tête devant « Saintes tous unis » qui réunissait les listes fusionnées de Pierre Dietz, Pierre Maudoux et Renée Benchimol Lauribe.

L'arrivée de Pierre Dietz, Pierre Maudoux, Renée Benchimol Lauribe de la liste 
Tous unis pour Saintes filmée par Xavier Roujas
Les trois listes face auxquelles Bruno Drapron a été élu le 28 juin dernier 
sont toutes représentées au Conseil municipal

« Une opposition constructive »


En tant que maire sortant, Jean-Philippe Machon ouvre la séance. Dans un discours ciblé, il a fait comprendre à son successeur qu’il sera bien présent dans l’opposition (en conséquence, pas question pour lui de démissionner) :
« Je remercie tous ceux qui m’ont apporté leur soutien, à notre liste et à notre programme. Je remercie aussi celles et ceux, élus et agents de la collectivité et du CCAS qui, dans un contexte de crise sanitaire inédite, ont travaillé sans relâche. Je remercie du fond du cœur et avec beaucoup d’émotion mes colistiers qui ont été formidables durant cette longue et dure campagne électorale. Je remercie mes fidèles élus qui, comme moi, pendant six années, se sont investis à fond pour donner un nouvel élan à notre ville. Nous sommes fiers de notre bilan, fiers d'avoir réalisé de grands travaux, désendetté la commune,  lancé de beaux projets, œuvré pour la solidarité et d’avoir mené une campagne digne. J’ai reçu de nombreux messages de sympathie et d’encouragements à poursuivre mon engagement pour Saintes et ses habitants. Qu’ils soient rassurés : ils peuvent compter sur ma détermination et celle de mes colistiers pour les protéger de la crise et des risques associés à la gestion de notre cité. J’aime cette ville où je suis né. J’y ai consacré toute mon énergie pendant six ans. Etre maire est une lourde responsabilité. La gestion de la ville de Saintes est complexe et difficile. Je resterai vigilant et, avec mon équipe, nous veillerons et contribuerons à ce qu’un bel avenir soit construit pour Saintes ».


Jean Philippe Machon, Pierre Dietz et Bruno Drapron : ambiance...
Rémy Catrou, qui conduisait la liste Saintes Ecologique et Solidaire, prend la parole à son tour. Il adresse ses remerciements aux Saintais, tout en regrettant la forte abstention qui se répète à chaque élection « signe de la fin de la monarchie républicaine ». Et d’ajouter  « l’opposition de gauche restera fidèle à ses valeurs, digne, sérieuse, combative, solide, fraternelle, éloignée des connivences, des trahisons et des tractations ». Avec ses colistiers, il ne prendra cependant pas part à l’élection du maire et à une désignation mêlant « 50 nuances de droite ». 

Les opérations de vote
L'élection de maire : un moment important dans la carrière politique de Bruno Drapron


L'espace Mendes France est suffisamment vaste 
pour assurer le bon déroulement des opérations
Suivent les opérations de vote. Le nom de Bruno Drapron sort de l’urne. Ceint de l’écharpe tricolore, il vit un moment intense : « Moi aussi, je regrette l’abstention, mais les Saintais se sont prononcés. Nous sommes une équipe de femmes et d’hommes engagés au service des habitants, nous serons dignes de leur confiance. L’attente des Saintais est grande. Je sais que ce mandat sera difficile en raison du contexte de crise sanitaire dans lequel il commence, auquel s’ajoute la transition environnementale et numérique. Je travaillerai comme Michel Baron, dans la paix et l’écoute ». Ce message s’adressait entre autres au personnel communal « tout le monde s’accorde à dire qu’il a souffert ». 
Des dossiers sont en attente tels que l’avenir du site Saint-Louis ou encore le cœur de ville. Il entend insuffler des moyens à l’école et aux associations. Il souhaite des rapports étroits et solides avec la Communauté d'Agglomération et la Région Nouvelle-Aquitaine où il siège (il rappelle au passage qu’il soutient le futur Ferrocampus).
Promesse électorale, maire et adjoints renonceront à leurs indemnités de fonction pendant six mois. Elles seront versées aux associations qui emploient des salariés. Pour vivifier le commerce, des bons d’achat de 50 euros seront distribués. Enfin, il recevra en mairie les Saintais au moins un vendredi sur 2, de 14 h à 20 h, sans rendez-vous.

Bruno Drapron succède à Jean-Philippe Machon


Pierre Dietz conclut les interventions. Fort de cinq élus (contre quatre à Jean-Philippe Machon et 3 à Rémy Catrou), il constitue l’opposition la plus importante en nombre. Il remercie ses colistiers de Saintes en Confiance et Tous unis pour Saintes, fusion de trois listes « que certains n’ont pas compris ». Sa liste est arrivée en seconde position dimanche dernier. Ses représentants seront « positifs, pugnaces et déterminés ». Au maire, il souhaite « le meilleur » tout en soulignant leurs différences respectives.

L'équipe municipale est donc installée. Dans quel climat se dérouleront les six ans à venir pour Bruno Drapron ? Il est encore trop tôt pour le dire.

• Liste des 10 adjoints élus (23 voix sur 32 votants) : Marie-Line Cheminade, Philippe Callaud, Evelyne Parisi, Ammar Berdaï, Véronique Torchut, Philippe Creachcadec, Charlotte Toussaint, Thierry Baron, Dominique Deren et Joël Terrien.

Pierre Dietz et Jean-Philippe Machon : ils se retrouvent dans l'opposition 
ainsi que Rémy Catrou
Rémy Catrou, aux côtés de Florence Bétizeau, conduisait la liste de gauche aux Municipales
• Conseils municipaux : 
• Le conseil municipal « Sénatoriales 2020 » se déroulera vendredi 10 juillet à 18h dans le hall Mendès France
• Un autre conseil aura lieu le 15 juillet.