lundi 30 mars 2020

Opération #Renforts-Covid/Nouvelle Aquitaine : Plateforme de mise en relation entre volontaires et établissements ayant besoin de renfort

ARS : point de situation
Opération #Renforts-Covid : une plateforme de mise en relation entre volontaires et établissements ayant besoin de renfort au sein de la Nouvelle-Aquitaine

 Etudiants, professionnels, actifs ou retraités, mobilisez vos compétences pour venir en renfort du système de santé. Grâce à l'application medGo, vous pouvez dès à présent vous porter volontaires pour apporter votre aide face à l'épidémie de Covid-19.

Pour faire face aux tensions en ressources humaines que pourrait occasionner la gestion de l’épidémie de Covid-19 dans les établissements de Nouvelle-Aquitaine, l’ARS a souhaité mettre en place un dispositif d’appel à volontaires, afin de renforcer les équipes de professionnels de santé : la plateforme www.renfort-covid.fr

Ce dispositif est déployé dès aujourd'hui en Nouvelle-Aquitaine auprès de tous les établissements de santé et des structures prenant en charge des personnes âgées.

Certains métiers et compétences sont particulièrement recherchés :

 Médecins : urgences, médecine générale, téléconsultation, anesthésie, réanimation, soins palliatifs, gériatrie,
Chirurgiens,
Infirmiers : généralistes hors gériatrie, gériatrie, réanimation / soins intensifs, soins palliatifs, urgences, infirmiers anesthésistes, infirmiers de bloc opératoire,
Aide-soignants : généralistes hors gériatrie, gériatrie, réanimation/soins intensifs, soins palliatifs, urgences,
Brancardiers,
Conducteurs ambulanciers,
Agents et employés de service hospitalier,
Manipulateurs radio,
Pharmaciens,
Préparateur en pharmacie.

Une plateforme simple et efficace qui met en relation ceux qui veulent aider avec ceux qui ont besoin de renfort

La plateforme www.renfort-covid.fr propose une double entrée :

D’un côté, les personnes travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé peuvent proposer leur aide aux équipes soignantes sur la plateforme en laissant leurs coordonnées, leurs compétences ainsi que leur zone de mobilité,
De l’autre côté, les établissements renseignent leurs besoins actuels.

La plateforme mettra ensuite en relation les volontaires et les établissements via la collecte d’informations. Les personnes volontaires seront notifiées par les établissements de leur zone.

Volontaires et établissements de Nouvelle-Aquitaine, rendez-vous sur www.renfort-covid.fr

Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 88 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 29 mars, ce qui porte le total à 1 608 cas confirmés dans la région depuis le début de l’épidémie (Pour rappel, ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

• 658 personnes sont actuellement hospitalisées (1)

• 182 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1)

• 277 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1)

• Depuis le début de l’épidémie, on déplore 72 décès (1) parmi les personnes hospitalisées.

(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 30/03 à 14h

Débuts prometteurs pour la plateforme de mise en relation entre producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs

www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr 

Une initiative solidaire et novatrice

 Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, l'Agence de l'Alimentation Nouvelle-Aquitaine (AANA), son agence pour la promotion des produits agro-alimentaires, les Chambres d'Agriculture, les Chambres des Métiers et de l'Artisanat, et tous les partenaires régionaux, viennent de créer https://www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr une plateforme solidaire proposant des produits locaux de Nouvelle-Aquitaine à l'occasion du Covid-19.

L'idée est simple et surtout solidaire dans le cadre de la crise du Covid-19 : il s'agit d'associer les producteurs agro-alimentaires et les consommateurs de Nouvelle-Aquitaine via une plateforme numérique de mise en relation.

J - 1 : des débuts plus qu'encourageants !

A ce jour, veille de sa mise en route, la plateforme comptabilise déjà un nombre d'inscrits très encourageant :

Plus de 1000 inscriptions de producteurs: fromages, fruits et légumes, charcuterie, boulangerie, vins ...
28 700 inscriptions de consommateurs qui souhaitent être alertés lorsque la géolocalisation sera accessible, c'est-à-dire demain, mardi 31 mars.

Des producteurs motivés - exemple en Charente-Maritime

Parmi les producteurs solidaires, « Le Safran de Marennes » propose des épices, condiments et miel, spécialités sucrées, boissons sans alcool, vins, bières et cidres, mais aussi d'autres boissons avec alcool.

« Nous transformons en condiments, confits, confitures ou sirops nos récoltes de safran, d'angélique et de fruits. Notre boutique offre de plus un choix de quelques autres produits très locaux et un bon choix de sachets d'épices à 1 euro pièce » ainsi se présente l'entreprise.

La boutique est ouverte de 10 h à 18 h du lundi au vendredi sur rendez-vous avec des dispositions de sécurité liées au covid-19.

La livraison est assurée dans rayon de 5 km autour de la boutique pour particuliers et commerces, pour toute commande de 15 euros, tous les jours week-ends compris dans un délai de 2 h à 24 h à Marennes, Hiers, Brouage, Bourcefranc, Saint-Just et Luzac.

Contact : Stéphane et Rose-Marie safrandemarennes@gmail.com 06.60.36.66.05 ou au 06.13.78.11.48 https://safrandemarennes.monsite-orange.fr/

Comment https://www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr marche ?

Elle s'adresse aux agriculteurs, producteurs, horticulteurs ou artisans en Nouvelle-Aquitaine qui ont besoin de débouchés pour leurs produits pendant cette période et qui peuvent assurer la livraison de leurs produits autour de chez eux.

Et également aux familles qui restent à la maison et ont besoin d'être livrées de produits locaux et de saison, et aux commerces d'alimentation autorisés, supérettes, partout en Nouvelle-Aquitaine qui veulent proposer à leurs clients une alimentation de proximité variée et locale.

L'atout de cette plateforme est que les producteurs s'engagent à livrer à domicile produits du terroir, fruits et légumes de saison, viande, produits laitiers, fromages, produits frais, mais aussi gourmandises pour se faire plaisir, ou encore des plantes, semis et plants.

Pour cela, il suffit aux Néo-Aquitains de s'inscrire et de se géolocaliser afin de chercher des producteurs près de chez eux et de les contacter.

Les objectifs de cette plateforme sont multiples : permettre aux producteurs d'écouler de la production en circuit court, mais aussi aux consommateurs de trouver des produits de qualité, locaux, livrés directement à domicile et enfin, aux commerces de proximité de s'approvisionner localement.

Saintes/Coronavirus : les élus de l'opposition souhaitent la création d'un comité de suivi municipal

Lettre ouverte des élus de l'opposition au maire Jean-Philippe Machon relative à l'épidémie de Covid-19 et portant proposition de mise en place d'un comité de suivi :

Saintes/Coronavirus : la CGT ne lâche rien

Communiqué de l’Union locale CGT de Saintes


« En quelques jours, le gouvernement a su chiffrer le montant des garanties de l’Etat pour les banques qui vont prêter aux entreprises : 300 milliards !
Et pour l’hôpital public ? Le 25 mars, E. Macron s’est borné à annoncer : « à l’issue de cette crise, un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital ».
Aucun montant n’a été avancé. Il est seulement dit que « cette réponse sera profonde et dans la durée ». Dans la durée !
Où sont les masques dont l’arrivée imminente et massive est annoncée depuis plus d’un mois ? En attendant, pour l’hôpital public, c’est l’appel à la charité !
Le journal Sud-Ouest du 26 mars 2020 indique : « Les centres hospitaliers de Saintes et de Saint- Jean-d’Angély, eux, ont lancé ce jeudi un appel au don via leur page Facebook et leurs sites internet. Ils invitent "entreprise, institution publique ou particulier" à faire un don de matériels. Ce sont les surblouses, lunettes de protection et masques chirurgicaux de type FFP2 et FFP3 qui sont recherchés. »
En 20 ans, 100 000 lits ont été supprimés, ainsi que des dizaines de milliers d’emplois à l’hôpital public !
Le 28 mars, le gouvernement reconnaît un manque criant de lits de réanimation que, lui et ses prédécesseurs, n’ont cessé de fermer. Il annonce que de 5 000, on passera à 14 000 ou 14 500. Dans combien d’années ?
Les personnels soignants sont en colère. C’est tout de suite que doivent être livrés les masques, les surblouses, les lunettes de protection. Pour les hôpitaux, mais aussi pour la médecine et les soins en ville.
Et aussi dans les EHPAD, parce qu’après avoir dit que le personnel n’avait pas besoin de masques, le Ministre de la santé recommande d’isoler chaque résident ! Et des masques pour tous les salariés contraints de travailler, qui sont exposés au risque aussi faible soit-il, du Covid-19.

Nous voulons des tests, pour que tout le monde puisse être contrôlé dès l’apparition des symptômes. Des tests post mortem, c’est trop tard !

Nous voulons que les médicaments qui soignent et sauvent des vies puissent être prescrits librement par les médecins.
Nous avons le droit de connaître le niveau des stocks, nous exigeons que les fabrications soient lancées. Si nécessaire, les laboratoires et les usines doivent être réquisitionnés à cette fin !
L’Union locale CGT de Saintes a écrit à Mme la Sous-préfète de Saintes : la sécurité des salariés doit être la priorité.
Puisque les employeurs rechignent à prendre toutes les mesures efficaces de protection des salariés, ou lorsque ces mesures ne peuvent pas être prises, alors la production doit être arrêtée, à l’exception des activités essentielles : celles relatives à la lutte contre le Coronavirus, celles qui permettent le ravitaillement alimentaire ou l’approvisionnement énergétique...

L’Union locale CGT de Saintes s’insurge contre l’utilisation de la crise sanitaire par le gouvernement et met en garde contre les tentatives de profiter de la situation pour accélérer le démantèlement des services publics et leur privatisation.
Tous les plans de suppression d’emplois doivent être interdits pendant la crise. Nous avons demandé à Mme la Sous-préfète d’intervenir instamment auprès de la direction de la Coop-Atlantique pour que cessent les négociations relatives au PSE (152 suppressions d’emplois).

L’Union locale CGT de Saintes mettra toute son énergie à aider les salariés, retraités, jeunes, privés d’emplois, à se défendre.
Nous sommes disponibles pour répondre aux questions des salariés par téléphone et par courriel.
Préparons-nous à la reconquête de tous nos droits ! ».

Coronavirus : Mesures de prévention et prise en charge dans les communautés de gens du voyage en Nouvelle-Aquitaine

ARS : point de situation


• Gens du voyage 

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a mis en place depuis plusieurs jours, par l’intermédiaire de ses délégations départementales, des mesures renforcées d’accompagnement des communautés des gens du voyage présentes dans notre région.
Il s’agit, via les acteurs habituels de la médiation sanitaire engagés auprès de ces communautés, de diffuser largement les recommandations sanitaires et de confinement, mais également de mettre en œuvre des actions efficaces dès la détection des premiers cas suspectés ou confirmés afin de limiter la propagation de l’épidémie.
Dans chaque communauté présente sur leur territoire, les délégations départementales de l’ARS Nouvelle-Aquitaine ont identifié un référent. Un travail est mené en lien avec les associations de médiation sanitaire habituelles pour que les consignes sanitaires (gestion des gestes de barrières, nécessité de stopper les déplacements, maintien des distances de sécurité) soient bien appliquées. Les préfectures, les élus et les acteurs de santé du territoire sont bien sûr associés pour favoriser l’application de l’ensemble de ces mesures.
Quand un cas suspect ou confirmé de Covid-19 est identifié, un appui peut être apporté pour faciliter l’accès à une consultation médicale. Un médecin de l’ARS Nouvelle-Aquitaine prend contact avec la personne pour la mettre à l’isolement et lui réexpliquer les gestes barrières stricts à appliquer et la nécessité d’appeler le 15, sans se déplacer aux services des urgences, si des signes de détresse respiratoire apparaissent. L’ARS fournit également des masques pour garantir la prévention autour de la personne identifiée et des personnes contacts.

Si plusieurs cas sont confirmés, des mesures de prévention et d’anticipation sont immédiatement déployées. Il s’agit notamment de s’assurer de la non mobilité de la communauté en lien avec la préfecture et les élus, de la diffusion large des messages de prévention (respect absolu du confinement et de l’isolement, application stricte des règles barrières, formation à l’usage des masques).  Une équipe mobile sanitaire (permanence d’accès aux soins de santé) du centre hospitalier ou de la clinique de proximité peut être mobilisée, en complément des interventions du médecin généraliste et des associations de médiation sanitaire référents. Il est également vérifié que les personnes concernées (symptomatiques et à risques) disposent d’un moyen de communication pour pouvoir alerter d’une possible aggravation de la situation.

• Alerte danger : automédication hydroxychloroquine et risque de toxicité cardiaque

Des cas de toxicité cardiaque ont été signalés en Nouvelle Aquitaine suite à des prises en automédication de Plaquenil® (hydroxychloroquine) face à des symptômes évocateurs du Covid-19, ayant parfois nécessité une hospitalisation en réanimation. Face à ce constat, l’ARS Nouvelle-Aquitaine alerte sur les dangers de l’hydroxychloroquine qui ne doit en aucun cas être prise en automédication.

L’hydroxychloroquine est indiquée aux personnes souffrant de lupus, de polyarthrite rhumatoïde ou encore, à titre préventif, pour les allergies au soleil (lucite), sur prescription médicale obligatoire uniquement. Cette molécule n’est pas anodine car elle peut provoquer des troubles du rythme cardiaque graves pouvant être fatals. La prescription de cette molécule est systématiquement accompagnée d’une surveillance médicale (notamment par monitoring cardiaque) permettant d’adapter son dosage et de limiter ainsi les risques. Associée à d’autres médicaments (ex : neuroleptiques, antidépresseurs, diurétiques, anti-arythmiques, macrolides dont l’azithromycine) ou si le patient souffre d’une baisse de potassium dans le sang, ce risque est fortement majoré.

Comme pour tout médicament, il est indispensable pour les patients de respecter la prescription médicale et de ne pas l’associer à d’autres médicaments sans avis médical.

Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, un décret(1) encadre la mise à disposition de l’hydroxychloroquine et son association avec d’autres traitements en établissements de santé après décision de plusieurs professionnels. Ces associations de médicaments nécessitent une surveillance médicale adaptée du fait des risques de toxicité cardiaque. L’efficacité de cette prescription dans le cadre du Covid-19 est en cours d’évaluation.

Il est primordial que ces recommandations soient respectées pour éviter la survenue d’événements indésirables graves, mais aussi des hospitalisations en réanimation qui sont actuellement précieuses.

La déclaration des effets indésirables suspectés est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les effets indésirables sont à transmettre au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent ou sur le portail de signalement des événements sanitaires indésirables : https://signalement.social-sante.gouv.fr/

Le réseau des centres régionaux de pharmacovigilance a réalisé un point d’information spécifique à la chloroquine sur son site internet : https://www.rfcrpv.fr/chloroquine-point-dinformation/

(1) Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire

•Point sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 163 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 28 mars, ce qui porte le total à 1 520 cas confirmés dans la région depuis le début de l’épidémie.
(Pour rappel, ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville)

· 558 personnes sont actuellement hospitalisées (1)

· 160 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1)

· 226 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1)

· Depuis le début de l’épidémie, on déplore 58 décès (1) parmi les personnes hospitalisées.

(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 29/03 à 14 h