vendredi 22 juin 2018

Le festival des Eurochestries dévoile sa 29ème édition

Vous êtes invités à la présentation du festival des Eurochestries qui aura lieu le 28 juin à 18 h 30 à la salle des fêtes de Saint-Genis de Saintonge. Cette conférence de presse n'est pas seulement ouverte aux élus et aux journalistes, elle est destinée à tous ceux qui soutiennent la musique et les orchestres de jeunes, action conduite depuis des années par Claude Révolte et son équipe. On compte sur vous !


Le festival Eurochestries en Charente-Maritime est de retour, du 30 juillet au 12 août !
Au programme de ce festival unique en son genre :  50 concerts sur 10 jours ;  320 jeunes musiciens de haut-niveau ; 7 pays différents ;  6 orchestres, 1 chœur, 3 ensembles de musique de chambre ; des répertoires très variés. Le tout pour permettre à chacun d’apprécier la musique classique.

De la variété de programmation 
 
Avec des répertoires variés allant de Vivaldi à « Pirates des Caraïbes » en passant par de grands classiques et des pièces plus méconnues des pays participants, les concerts Eurochestries sont accessibles à tous.
Le festival accueille 320 musiciens âgés de 15 à 25 ans venant de 7 pays différents  : Ukraine, Russie, Espagne, Estonie, Chine, Mexique et Canada. Avec des formations diverses allant de l’orchestre symphonique à l’ensemble de solistes, en passant par le quatuor de tubas et le quintette à vent, c’est une occasion idéale pour découvrir différents styles musicaux.
50 concerts sont répartis sur l’ensemble de la Charente-Maritime dont 12 en Haute-Saintonge, ce qui permettra à chacun de trouver facilement un lieu de concert et un style musical !
Les familles sont les bienvenues avec des places « réservées aux enfants sages » qui permettront aux plus jeunes de profiter pleinement des concerts.
Moment privilégié de rencontre et d’échange, le festival permet à des jeunes musiciens de se produire devant le public français, de découvrir notre région et également de travailler en collaboration avec d’autres musiciens pour former de grands orchestres internationaux présentés aux concerts de clôture.
Les Eurochestries c'est aussi vivre une expérience originale en participant aux journées « immersion dans le village Eurochestries » où il est possible d'assister aux répétitions aux côtés des musiciens et déjeuner avec ceux-ci.

A Jonzac, trois concerts :

- Concert d’ouverture mercredi 1er août : chaque orchestre présentera une partie de son répertoire. A 21h au Centre des Congrès de Haute-Saintonge, tarifs : 12€, gratuit jusqu’à 16 ans.
- Concert aux Carmes vendredi 3 août : par l’orchestre S. Richter de Moscou, Russie. A 21h, tarif : gratuit.
- Concert de clôture vendredi 10 août : Deux grands orchestres symphoniques composés de tous les musiciens pour une fin de festival en apothéose. Au Centre des Congrès de Haute-Saintonge à 21h, Tarif : 12 euros, gratuit jusqu’à 16 ans.
• Réservations à l’Office de Tourisme de Jonzac : 05-46-48-49-29

Montendre, Pons : Les visites guidées de l'Office de Tourisme

Cet été, l'Office de Tourisme de Haute-Saintonge propose des visites guidées de Pons et de Montendre
 

• Pons, cité médiévale

Assise sur un rocher, Pons est une cité médiévale à découvrir, avec, au cœur, son donjon du XIIème siècle, principal vestige de l’ancien château fort.
Quand on arrive à Pons, on remarque l’imposant donjon médiéval qui domine la ville.
Tout autour, des petites ruelles chargées d’histoire – ornées de tourelles, d’arcades, d’escaliers, d’une chapelle et d’hôtels particuliers – dévalent la colline.
Parcourant la ville et ses environs, la Seugne est un véritable havre de paix.
De juin à septembre, l'Office de Tourisme de Haute-Saintonge propose la visite guidée de Pons les mercredis à 15 h

A partir de juillet, l'accueil touristique de Pons sera proposé sur l'esplanade du château. Ce nouvel emplacement sera donc au cœur du parcours touristique et de découverte historique de la cité Médiévale. Les horaires d'accueil restent identiques.

Montendre et sa tour carrée

Visible à des kilomètres, le château de Montendre a toujours été un point de repère visuel.
Il offre un panorama incomparable sur la campagne environnante, la nature y est omniprésente. Sa tour carrée s'impose majestueusement au visiteur. Dressée fièrement, elle marque l'entrée du lieu, apparaissant comme le seul moyen de pénétrer au delà des remparts.
Partez à la découverte de sa salle de garde et de l'étonnante destinée de François de La Rochefoucauld. La visite propose de traverser les âges grâce au passage par le musée des Arts et Traditions populaires, à l'ascension jusqu'au sommet de la tour aménagé en terrasse pour une vue à 360°.
Les 6 et 20 juillet, puis 3 et 17 août à 15 h, l'Office de Tourisme de Haute-Saintonge propose la visite guidée de Montendre.

• Renseignements et réservations auprès des Offices de Tourisme : 05 46 96 13 31 ou 05 46 48 49 29

Jonzac : sympa, la fête de la musique !

Jeudi 21 juin, premier jour de l'été, le soleil était au rendez-vous pour la fête de la musique. De nombreuses animations étaient proposées en ville, sur les places, dans les bars, les restaurants, à l'église et au temple. Super l'ambiance !

• Place de la République

L'Ecole des Arts

Une chanson de Julien Doré pour célébrer l'été

La valeur n'attend pas le nombre des années
Devant la porte de ville
• Chez Flora

Un duo d'accordéonistes
Trop mignons !
Flora soutient l'équipe de France de football !
• Place des Carmes


• Au Comptoir du Marché


• Au bar du Marché

Dîner en musique

• A l'Eglise



• Au Temple


jeudi 21 juin 2018

Jonzac : Alexandre Bezault démissionne du conseil municipal

Elu sur la liste de Claude Belot, maire sortant, en 2014, Alexandre Bézault vient d'adresser sa lettre de démission au premier magistrat. En effet, ce coiffeur, dont le salon était situé place de l'Eglise à Jonzac, a choisi de quitter la région.
Qui va donc lui succéder au conseil municipal ? Ce peut être le dr André Beauffigeau (21ème place) ou si ce dernier ne donne pas suite, Danielle Jean (22ème place) ou encore le dr Jean-Claude Beaulieu (23ème place).
On en saura davantage lors du prochain conseil municipal qui devrait avoir lieu en juillet.

Photo prise en 2014 : de gauche à droite, Christophe Cabri, Tuula Hannele Lahdelma, 
Alexandre Bezault et Julien Glémet

ACDN (Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire) s'inquiète des arrestations de militants anti-nucléaires et d'un avocat

Communiqué d'ACDN :


Mercredi 20 juin, à l’heure du laitier, la police a cueilli chez eux, dans la région de Bure (Moselle) et ailleurs, une dizaine de militants antinucléaires. Parmi les arrêtés, on compte Etienne Ambroselli, avocat à la Cour d’Appel de Paris depuis 200, spécialisé dans les questions de droit de l’environnement, conseiller juridique du Réseau « Sortir du nucléaire », défenseur des militants de Bure. Un avocat au barreau de Paris, donc, rien de moins… Mais aussi diverses autres personnes dont nous ne pouvons donner pour le moment que l’initiale du prénom : A, J, A, C, M, M, C… car nous ne savons pas si elles souhaitent ou non se voir exposées dans la presse.
Elles ont en commun d’être des figures du mouvement antinucléaire français. Plusieurs d’entre elles sont placées en garde à vue pour 48 ou 96 heures. C’est au violon qu’elles feront la fête de la musique. Et personne ne pensera à elles. Bien joué, l’artiste !
Parmi les motifs invoqués ou évoqués, il semble qu’il y ait pêle-mêle : les événements survenus en 2017 (grilles de l’écothèque tombées en février, action isolée contre l’hôtel-restaurant de l’Andra, manifestation du 15 août, ces événements faisant l’objet d’une commission rogatoire) ainsi que, pour certaines, les quelques vitrines cassées (par d’autres) lors de la manifestation du week-end dernier à Bar-le-Duc…
D’après des échos reçus, les personnes qui ont été relâchées se voient poser des questions très disparates sur la façon dont la lutte s’organise, les rapports entre « violents » et « non-violents »… mais aussi le rôle du Réseau. Tout cela semble dans la continuité de l’enquête/procédure pour « association de malfaiteurs » qui plane au-dessus de la lutte depuis quelque temps. Bien entendu, ces arrestations à domicile se sont accompagnées de « perquisitions » : tant qu’à faire, faisons main basse sur tous les documents militants !
Il s’agit clairement d’une tentative d’intimidation des personnes actives, et de division du mouvement. C’est surtout un avertissement : après les sévères sanctions prises contre les lanceurs d’alerte de Greenpeace, chacun doit savoir désormais que nul n’est à l’abri de la répression policière et judiciaire. Quelque part, on a tous un profil de migrant. Plus le nucléaire civil et militaire approche de sa faillite, plus il devient urgent d’étouffer dans l’œuf la parole de ceux qui dénoncent le danger. Ce n’était encore qu’un projet de loi sous la précédente présidence : Cf. Etat d’urgence, "calamités publiques" et accident nucléaire : le gouvernement cible les antinucléaires. C’est aujourd’hui un début de mise en œuvre effective, hors état d’urgence. A chacun ses suspects, ses brebis galeuses ».

• Communiqué de presse d’avocates et avocats : "Nouvelle étape dans la répression des opposants à l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure : un avocat perquisitionné et placé en garde à vue", publié le 21 juin à la suite à la perquisition massive sur Bure (7 arrestations) et à l’arrestation d’un avocat de Paris

« Agissant dans le cadre d’une information ouverte sur des faits remontant à 2017, environ deux cents gendarmes ont procédé ce matin [20 juin] à des perquisitions et des interpellations dans plusieurs lieux de vie des opposants au projet Cigéo à Bure, dans la Meuse. Fait rarissime, l’avocat des militants a lui aussi été interpellé au même moment à son cabinet parisien pour être placé en garde à vue. Ces mesures coercitives marquent un tournant sans précédent dans la répression du mouvement d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs.
Plusieurs perquisitions et interpellations sont menées depuis ce matin dans au moins cinq lieux de vie de militants opposés au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires, dont l’emblématique "Maison de la Résistance" située sur la commune de Bure. Sept d’entre eux seraient gardés à vue à l’heure actuelle, pour des faits remontant à plusieurs mois et faisant l’objet d’une instruction judiciaire.
Plus préoccupant encore, l’avocat de nombreux militants a été lui-même interpellé ce matin lors d’une perquisition à son cabinet parisien et placé en garde à vue. Un tel procédé porte non seulement atteinte au droit à une défense effective mais constitue également une gravissime remise en cause du plein exercice de la profession d’avocat, pourtant garanti par la loi et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme.
Alors que les perquisitions, les interpellations et les condamnations se multiplient dans la Meuse depuis l’hiver dernier, l’ampleur et la gravité de l’action policière de ce jour marquent une nouvelle étape dans la répression des mouvements d’opposition au projet Cigéo.
Nous dénonçons avec force ces méthodes disproportionnées et choquantes qui foulent aux pieds les libertés fondamentales les plus essentielles : le droit de se défendre et le droit de défendre.
Nous, avocates et avocats, nous associons pleinement à l’appel au rassemblement initié par les associations anti-nucléaires à 18 h devant toutes les préfectures et à Paris, place St Michel ». 

Premiers signataires : Xavier SAUVIGNET (Avocat au barreau de Paris) Matteo BONAGLIA (Avocat au barreau de Paris) Aïnoha PASCUAL (Avocat au barreau de Paris) Lucie SIMON (Avocate au barreau de Paris) Raphaël KEMPF (Avocat au barreau de Paris) Alice BECKER (Avocat au barreau de Paris) Chloé CHALOT (Avocat au barreau de Rouen) Laurence ROQUES (Avocate au Barreau du Val de Marne, Présidente du Syndicat des Avocats de France) Anis HARABI (Avocat au barreau de Paris) Emilie BONVARLET (Avocat au barreau de Paris) Samuel DELALANDE (Avocat au barreau de Paris) Pierre HURIET (Avocat au barreau de Nantes) Muriel RUEF (Avocat au barreau de Lille) Martin MÉCHIN (Avocat au barreau de Paris) Claire DUJARDIN (Avocat au barreau de Toulouse) Florence ALLIGIER (Avocat au barreau de Lyon) Claude COUTAZ (avocat au barreau de Grenoble) Ariana BOBETIC (avocat au barreau de la Seine Saint Denis) Antoine GATET (Juriste mouvement France Nature Environnement) Louis COFFLARD (Avocat au barreau de Paris) Jean-Louis BORIE (Avocat au barreau de Clermont-Ferrand) Thomas DUBREUIL (Avocat au barreau de Vannes) Charlotte BRUNET (Avocate au barreau de Paris) Guillaume GREZE (avocat au barreau de Paris) Sandrine GELIS (Avocate au barreau de Mont-de-Marsan) Miriana MILICH (Avocate au barreau de Paris) Sophie MAZAS (avocate au barreau de Montpellier) Priscilla MIGNARD (Avocate au barreau de Laval) Pauline GILLIET (Avocate au barreau de Paris) Céline BRONZANI (Avocate au barreau d’Aix-en-Provence) Alice TERRASSE (Avocate au barreau de Toulouse) Antoine LAPLANE (Avocat au barreau de Nantes) Mathieu VICTORIA (Avocat au barreau d’Aix-en-Provence) Alexandre FARO (Avocat au barreau de Paris) Adélaïde JACQUIN (Avocat au barreau de Paris) Emeline GIORDANO (Avocate au barreau d’Aix-en-Provence) Adrien MAMÈRE (Avocat au barreau de Paris) Anne-Caroline CHICHE (Avocate au barreau de Lille) Brigitte JEANNOT (Avocate au barreau de Nancy) Clémentine PERROS (Avocate au barreau de Paris) Sébastien MABILE (Avocat au Barreau de Paris) Laure GALINON (Avocate au Barreau de Toulouse) Simon DENIS (Avocat au barreau de Paris) Florence BOUCHET (Avocate au barreau de Paris) Arié ALIMI (Avocat au barreau de Paris) Pauline JUSTER ( Avocat au barreau de Paris) Daphné VAGOGNE (Avocat au barreau de Paris) Aurélie MARCEL (Avocat au barreau de Grenoble) Marie ROCH (Avocate au barreau de Paris) Josselin GUILLON (Élève-avocat) Emmanuel WORMSER (Avocat au barreau de Lyon) Janaïna LEYMARIE (Avocate au Barreau de Toulouse)