lundi 25 mai 2020

Mieux comprendre la loi Littoral

Vient de paraître aux éditions La Geste "La loi Littoral - la Côte en péril" écrit par Laurent Bordereaux, professeur en Aménagement de l'espace, urbanisme à l'université de La Rochelle et co-responsable du master Droit public. Un guide citoyen à découvrir !


La loi du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, dite « loi Littoral », demeure depuis plus de trente ans la pierre angulaire et le texte emblématique du système français de préservation des espaces côtiers.
Grande loi d’équilibre, son domaine d’application est au cœur de l’écosystème terre-mer ; elle a toujours suscité des débats passionnés entre élus, aménageurs, associations de protection de l’environnement et habitants du bord de mer.
La loi Littoral doit aujourd’hui répondre aux problématiques des risques naturels et des énergies renouvelables et cesser de faire l’objet d’assouplissements répétés qui la fragilise. Au-delà de la présentation des grandes règles de la loi (bande des 100 mètres), ce livre se veut un guide citoyen de la loi Littoral.

Hôpital de Saintes : Plan de reprise des activités hors Covid-19


Depuis le 11 mai, l’hôpital de Saintes reprend progressivement ses activités hors Covid-19. Les consultations et les hospitalisations programmées, non-urgentes et qui avaient été suspendues avec le confinement, peuvent désormais être reprogrammées dans le respect des protocoles mis en œuvre.
Conformément aux recommandations nationales, le Centre Hospitalier de Saintes s’est adapté pour reprendre la prise en charge de l’ensemble des patients relevant de son territoire.
Cette reprise a été organisée de manière à permettre, dans un délai très rapide, de revenir à un dispositif à même de faire face à un éventuel rebond épidémique.
L’ensemble des gestes barrières et de distanciation ont été et sont toujours mises en œuvre au sein de l’établissement avec un haut niveau de rigueur.

Accès aux urgences

Le principe du tri mis en place au début de la crise sanitaire et la séparation des flux de patients entre urgence Covid-19 et urgence non Covid-19 demeure.
Ainsi, le tri des patients est encore réalisé au niveau du Poste Médical Avancé qui constitue toujours le point d’entrée unique des urgences saintaises.
Deux filières distinctes sont maintenues au niveau du service des urgences : une filière urgences Covid-19 et une  lière urgences non Covid-19.

Capacités des soins critiques

Après validation de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, le Centre Hospitalier de Saintes est revenu à une capacité en réanimation conforme à la normale permettant de soutenir son plan de reprise d’activité en médecine et chirurgie.

Consultations et hospitalisations programmées dans les autres secteurs

Une prise de rendez-vous à nouveau possible :
En médecine, chirurgie, obstétrique et imagerie et pour tous les patients dont l’état de santé nécessite une consultation ou une hospitalisation programmée, la prise de rendez-vous est à nouveau pleinement possible, notamment pour des motifs médicaux non priorisés et non pris en charge durant le confinement.

Des consignes renforcées pour les patients :
Lorsque le recours aux consultations à distance n’est pas possible, un contact préalable avec le patient est mis en œuvre afin de l’informer des consignes applicables au sein de l’établissement.
Ainsi, un document rappelant les mesures sanitaires en vigueur est adressé aux patients avant leur consultation ou hospitalisation. Ces mesures sont rappelées oralement par les secrétariats médicaux lors de la prise du rendez-vous et la veille du rendez-vous lorsque cela est possible.

Un nouveau protocole pour entrer dans l’hôpital :
Pour garantir la sécurité des patients et des professionnels, un nouveau protocole d’entrée dans l’établissement a été mis en place.
Les patients valides doivent désormais obligatoirement rentrer dans l’hôpital par le hall d’accueil dotés d’un masque. Une hôtesse d’accueil vérifie que le patient est bien doté d’un masque et lui demande de réaliser une friction hydro-alcoolique. Le patient doit se présenter seul. Une nouvelle friction hydro-alcoolique sera réalisée à l’accueil ou au secrétariat du service concerné.
Dans tous les cas, un patient présentant des signes cliniques Covid-19 dans les quinze jours précédant sa venue doit recontacter le secrétariat du service concerné afin d’envisager un rendez-vous à une date ultérieure.

Des mesures sanitaires strictes dans l’hôpital :
Pour se protéger et protéger les autres, le port du masque est obligatoire tout au long du parcours du patient dans l’établissement. Cette obligation est également valable pour tous les professionnels de l’hôpital.
L’organisation des services de consultations a été adaptée pour respecter les règles de distanciation, notamment dans les salles d’attente.
Le nettoyage des espaces d’attente et des consultations est réalisé de manière rigoureuse et fréquente grâce à des protocoles d’hygiène renforcés.

Communication et renseignements
Pour toute question afférente à cette reprise et pour en connaître les modalités particulières applicables à certains services (psychiatrie, maternité par exemple), les usagers sont invités à prendre contact avec le secrétariat des services concernés.
Le Centre Hospitalier de Saintonge publie régulièrement des informations sur son organisation via différents supports :

Covid-19/Nouvelle-Aquitaine : 1 822 personnes sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie

>> Cas confirmés rapportés par les laboratoires de Nouvelle-Aquitaine

L’épidémie poursuit sa progression à bas bruit dans notre région avec 24 nouveaux cas confirmés recensés par Santé publique France le 23 mai, ce qui porte le total à 5 234 depuis le début de l’épidémie.

En raison de la mise en place de la nouvelle plateforme de remontée des données de dépistage des laboratoires, les chiffres indiqués ci-dessus sont probablement sous-estimés.


>> Prise en charge et décès en Nouvelle-Aquitaine

• 378 personnes sont actuellement hospitalisées (1) (+ 4 par rapport à la veille)
• 57 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (1) (+ 1 par rapport à la veille)
• 1 822 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (1) (+ 1 par rapport à la veille)
• Depuis le début de l’épidémie, on déplore 382 décès (1) parmi les personnes hospitalisées (le même nombre que la veille)
(1) Source Santé publique France Nouvelle-Aquitaine au 24/05 à 14h


>> Situation dans les EHPAD de Nouvelle-Aquitaine

Les chiffres collectés dans le tableau de Santé publique France sont les données déclaratives qui ont été transmises par les établissements entre le 1er mars et le 24 mai 2020 à 9h.
Il est question de signalements pouvant émaner de structures ayant déjà fait des signalements ou même ayant clôturé des situations (cas suspects testés négatifs ou retour à la normale dans l’EHPAD).

L’ARS Nouvelle-Aquitaine procède à une vérification de ces données, en lien avec les établissements. Sont ainsi identifiés dans cette base de données :
- les signalements en doublon,

- les cas suspects testés négatifs,

- les situations revenues à la normale.

Au total, 398 EHPAD ont été concernés par un cas confirmé ou suspect de Covid-19 depuis le début de l’épidémie.
En isolant les signalements clos (tests négatifs ou retour à la normale dans l’établissement), il est établi qu’au 24 mai, 107 EHPAD sont actuellement concernés par une situation de Covid-19 confirmée ou suspecte parmi des résidents ou le personnel, soit 11,9 % des EHPAD de notre région (898 EHPAD en Nouvelle-Aquitaine).

Pour rappel, dans le cadre de la doctrine du dépistage systématisé en EHPAD, l’ARS Nouvelle-Aquitaine le déclenche dès qu’un premier cas est confirmé chez un résident ou un membre du personnel. L’ensemble des résidents et du personnel de l’EHPAD sont alors dépistés.

mercredi 20 mai 2020

Hôpital Pellegrin : Le geste du cœur de Maïté Thébault et la commune de Chamouillac

En ces temps de Covid-19, la population ne reste pas les bras ballants face aux réalités de l'épidémie ! Dernièrement, Maïté Thébault, couturière, et la commune de Chamouillac ont offert des masques, des charlottes et autres accessoires au service de post-réanimation de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux où sont soignés des malades atteints du Covid-19. 
Un geste à souligner. 


Devant sa machine à coudre, Maïté Thébault s’affaire. Si ce maudit coronavirus n’avait pas confiné la population, elle serait déjà installée à  Jonzac, dans les anciens locaux de Créacœur. « En tant que salariée de cette association, j’ai exprimé mon souhait de reprendre l’activité couture à Claude Belot. Je le remercie pour sa compréhension et j’ai pu signer vendredi une convention avec la mairie de Jonzac pour l’occupation des locaux de la rue Paul Bert » explique-t-elle.
Dès le 2 juin prochain, elle y effectuera, comme par le passé et dans un atelier réaménagé, retouches, confection et repassage. Qui ne s’est pas retrouvé un jour devant une fermeture éclair récalcitrante, un ourlet à faire ou un tas de linge à plier ! « La liquidation de Créacœur a été un sacré coup dur pour les personnes qui y travaillaient. C’est alors que j’ai pensé à reprendre le flambeau comme auto-entrepreneur ».
En attendant le jour de son ouverture, elle réalise à la maison des masques en tissu, lavables et réutilisables. Elle en a déjà livré à l'Intermarché de Jonzac, l’épicerie de la Lure à Boisredon, dans sa commune, sans compter d’autres contacts.

Aider des personnels soignants de l’hôpital Pellegrin

Véronique Guichard est infirmière en post-réanimation au CHU de Pellegrin, en charge de malades atteints du Covid-19. Sa mère, qui n'est autre que Maïté, s’est émue quand elle a appris que son service manquait de charlottes et de calots de protection.
« Au travail » se dit-elle. Après avoir acheté la matière première en grande surface (alèse plastifiée d’un surmatelas), elle a réalisé 16 charlottes et 22 calots. De son côté, le maire de Chamouillac, Serge Jourdain, a fourni des boîtes de gants, des tabliers et d’autres charlottes (issus du stock de la cantine de l'école).
Parfait, le colis était prêt ! Maintenant, il fallait l’acheminer à Bordeaux et nous étions en période de confinement, donc pas de sortie en dehors des motifs habituels. « J’en ai parlé avec le premier magistrat qui m’a fourni une attestation expliquant la raison de mon déplacement à Pellegrin... en espérant la compréhension des gendarmes si je devais justifier ma sortie. J’ai fait le trajet en voiture sans problème et la livraison s’est déroulée dans de bonnes conditions. J’avoue toutefois que j’avais le cœur battant. Un moment donné, j’ai pensé à ce que devaient ressentir les résistants durant la Seconde Guerre mondiale ! ».
Maïté Thébault étant une femme généreuse et volontaire, une telle initiative de sa part n’a pas surpris ses proches ! Inutile de vous dire que cette contribution "chamouillaise"  à la cause soignante a été appréciée par le personnel infirmier.

Et maintenant, il ne reste plus qu’à souhaiter bonne chance à Maïté Thébault dans son nouveau parcours professionnel !

• Si vous désirez acquérir des masques, prendre contact au 06 13 63 73 44. Pour être opérationnel, il suffit de glisser une feuille de kleenex ou une lingette dans l’ouverture du masque. Après usage, on jette cette feuille et le masque peut être lavé. Contrairement au masque jetable, il est utilisable autant de fois qu'on le veut. Prix trois euros l’unité.

Jonzac : Distribution de masques à la salle des fêtes

Commencée lundi à la salle des fêtes, la remise de masques à la population se termine aujourd'hui mercredi à 18 h 30.  

Lundi, premier jour de distribution des masques. Sur cette photo, Jack Ros et ses collègues (de l'ancien et nouveau conseil municipal) accueillent des Jonzacais
Masques blanc et noir : Christophe Gadrat et Christelle Pothier, nouveaux conseillers
Réunis pour une photo collector : Madeleine Perrin, Christine Joubert, Catherine Catin, Pierre Jean Ravet (qui préfère la visière au masque version 'Ramsès"), 
Christel Brière et Thomas Procureur 
C'est au total 11.000 masques qui seront distribués à la population. Aujourd'hui est le dernier jour et les portes sont ouvertes jusqu'à 18 h 30. Chaque Jonzacais est invité à se munir d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. Lui sera remis un masque "grand public" en tissu répondant aux normes AFNOR (lavable 10 fois) offert par le Conseil départemental et deux masques jetables donnés par la ville de Jonzac, soit 3 masques par personne. L'accueil est réalisé par des élus de l'ancien et du nouveau conseil municipal. La nouvelle équipe, autour de Christophe Cabri, sera installée le 27 mai prochain.

• Les personnes ne pouvant se déplacer sont invitées à contacter la mairie au 05 46 48 04 11